Présidentielle américaine : truquer le vote sera compliqué... mais pas impossible

 |   |  370  mots
Les machines de vote utilisées par la plupart des Etats américains pour l'élection présidentielle peuvent être truquées grâce à une simple carte mémoire.
Les machines de vote utilisées par la plupart des Etats américains pour l'élection présidentielle peuvent être truquées grâce à une simple carte mémoire. (Crédits : Reuters)
Le fait de voir les résultats de la présidentielle américaine faussés de quelconque manière est la grande paranoïa qui se répand ces derniers jours. Si des failles existent, un trucage massif semble toutefois impossible.

On peut truquer mille fois une machine, mais on ne peut pas truquer une fois mille machines. Une entreprise américaine spécialisée dans la cybersécurité, Cylance, a publié une vidéo sur YouTube le 4 novembre pour expliquer comment hacker la machine de vote utilisée pour l'élection présidentielle américaine. La vidéo, s'apparentant à un tutoriel, montre qu'il est possible de changer le nom des différents candidats et le nombre de voix qu'ils ont reçus. Si les images peuvent faire peur, l'entreprise a surtout réalisé cette vidéo pour alerter les consciences sur la "vulnérabilité" des machines de vote.

Vidéo expliquant comment fausser les résultats dans une machine de vote (Source : Cylance).

Pour truquer les résultats dans une des machines de vote, il faut venir avec une carte mémoire flash individuelle et l'insérer dans la machine. Cela nécessite donc une intervention en personne, qui n'est pas des plus discrètes. De plus, il faut le faire machine par machine si on veut influencer significativement le vote à l'échelle nationale. A moins d'un résultat aussi serré que celui de l'élection présidentielle de 2000, dans laquelle Georges W. Bush affrontait Al Gore, utiliser cette technique pour faire gagner un candidat paraît donc peine perdue.

Comme le rappelle Mashable, le système de vote américain est "un peu vieillot et décentralisé", ce qui le rend "imperméable à un hack massif". En effet, le fait que les machines utilisés lors de ces élections ne soient toujours pas reliées à internet les protègent de fait d'une cyber attaque. De plus, certains Etats américains utilisent encore le vote papier...

En revanche, plusieurs Etats comme l'Oregon ou le Colorado sont passé au système de vote par mail, qui présente déjà beaucoup plus de risques de hack, comme l'explique Libération. La probabilité de voir les résultats de l'élection présidentielle américaine faussés de manière significative semble donc hautement improbable, mais ces légères failles de sécurité ne sont pas rassurantes pour autant.

Lire aussi : Présidentielle américaine : la Maison Blanche redoute une cyberattaque

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 16:59 :
C'est toujours compliqué quand on ne sait pas comment s'y prendre, mais jamais pour les experts :-)
a écrit le 08/11/2016 à 15:19 :
Repartons en 2000 lors de l’élection Al Gore Vs GW Bush.

L’élection s'est jouée en Floride. Au premier comptage Bush l'emportait avec 537 voix, il raflait ainsi l'état et la présidence.
L’équipe d'Al Gore a alors contesté et demandé un recomptage manuel dans 3 comtés, ce que la cour suprême de Floride a accordé.
Pendant le recomptage, il est apparu que l'écart des voix se comblait mais, la cour suprême des états unis, interpellée par les républicains (dont 7 juges sur 9 avaient été nommée par les républicains) a fait interrompre le recomptage au pretexte qu'il prenait trop de temps et qu'il était illégal(il est vrai que ça avait pris des semaines)..
In fine c'est donc Bush qui l'à emporté dans un demi mouchoir de poches sur décision politico-judiciaire.

Fin de l'histoire? Non.
En 2001 des recomptages sur tout l'état de Floride ont été effectués par l’université de Chicago ainsi que deux journaux. Il s'avère que dans les 3 comtés GW Bush l'aurait quand même emporté mais que si l'on avait recompté sur l'ensemble de l'Etat alors c'était Al Gore le vainqueur.

Autres moyens de fausser une élection aux USA: Empêcher les électeurs noirs de s'inscrire sur les listes, en radier d'autres "par erreur", utiliser des machines à perforer déglinguées, compter les voix selon des méthodes différentes (si si c'est possible aux USA).

Le vote papier avec comptage manuel reste et de loin le mode le plus sûr, il rend très compliqué de pratiquer toute fraude massive, et les méthodes de bourrage sont connues.
a écrit le 08/11/2016 à 14:30 :
Avec une gestion politique participative nous n'aurions plus ce genre de risques à craindre.
a écrit le 08/11/2016 à 14:05 :
Le vote a été largement faussé déjà par l'annonce par le FBI de la réouverture de l'enquête sur la messagerie privée de H. Clinton, suivie par l'annonce que non, finalement, il n'y avait rien de nouveau qui justifierait des poursuites. En tout cas, après ce nouveau revirement, et quel que soit le résultat du vote, la tête du directeur du FBI ne vaut pas cher :
-si H. Clinton est élue il sera légitimement accusé d'avoir voulu, par son, intervention intempestive et finalement infondée, influencer le vote
-si D. Trump est élu il sera accusé de ne pas avoir achevé le job.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :