Qui est Andrew McCabe, le directeur par intérim du FBI ?

 |   |  773  mots
Le directeur par intérim du FBI Andrew McCabe est un spécialiste des questions de terrorisme.
Le directeur par intérim du FBI Andrew McCabe est un spécialiste des questions de terrorisme. (Crédits : REUTERS/Eric Thayer)
Le directeur adjoint de l'agence fédérale vient de prendre provisoirement la direction du FBI après le limogeage de James Comey. En attendant la nomination d'un nouveau directeur dans les jours à venir, Andrew McCabe pourrait continuer à jouer un rôle déterminant dans l'enquête sur les liens entre la Russie et les membres de l'administration américaine.

Les tensions se multiplient entre le FBI et la Maison Blanche. A la suite de l'éviction surprise du directeur du FBI James Comey, le nouveau patron par intérim de l'agence fédérale Andrew McCabe a contredit les propos de Donald Trump lors d'une audition au Sénat américain jeudi 11 mai. Pour légitimer sa décision, le président américain avait affirmé que James Comey n'avait plus le soutien des employés de l'agence fédérale. Or selon M.McCabe ces affirmations sont inexactes. A propos de James Comey, le responsable provisoire a affirmé:

"J'ai le plus grand respect pour ses capacités considérables et son intégrité.(...) Je peux aussi vous dire que le directeur Comey était largement soutenu au sein du FBI, et le reste encore aujourd'hui."

Par son intervention, Andrew McCabe met également à mal tout l'argumentaire de la Maison Blanche centré autour de la mauvaise gestion de l'affaire des emails d'Hillary Clinton pour justifier la dernière décision du milliardaire.

james comey

James Comey quelques jours avant son éviction par Donald Trump. (Crédits: Reuters.)

>> Lire aussi : Limogeage du directeur du FBI: cinq dates pour comprendre l'affaire

Un expérimenté du FBI

Andrew McCabe est un spécialiste des questions de terrorisme. Selon James W. McJunkin, qui a travaillé avec lui dans le service de contre-terrorisme du FBI, "McCabe avait une grande capacité à comprendre un problème avec une telle profondeur d'analyse que cela en faisait quelqu'un d'important". Il a ajouté au New-York Times que McCabe a souvent fourni des informations brutes et d'une grande précision.

Lors de ses précédents postes au FBI, l'homme âgé de 49 ans a été très impliqué sur l'enquête concernant les attentats survenus lors du marathon de Boston en 2013. Il a également beaucoup travaillé sur Ahmed Abu Khattala, l'un de principaux suspects de l'attaque de septembre 2012 contre la mission diplomatique américaine de Benghazi, dans l'est de la Libye. Après l'interdiction décidée par Obama de recourir à des méthodes de torture pour mener des interrogatoires en 2009, Andrew McCabe a également participé au développement d'un programme de recherche consacré à de nouvelles méthodes de questionnement.

Arrivé en 1996 au FBI, ce diplômé de l'université de droit à Saint-Louis a commencé comme enquêteur sur les crimes organisés à New York. Il a également été membre des SWAT. Cette section est une unité de police spécialisée dans les opérations paramilitaires dans les grandes villes. D'après James Gagliano qui a supervisé McCabe dans son équipe, "son caractère est irréprochable".

Des critiques sur un possible conflit d'intérêts

Au moment de son audition au Sénat, l'inspecteur général et plusieurs républicains se sont interrogés sur les possibles conflits d'intérêts qui pouvaient exister entre Andrew McCabe et le clan démocrate au moment du déclenchement de l'enquête menée par le FBI sur l'affaire des emails d'Hillary Clinton l'année dernière.

>> Lire aussi : La troublante affaire des e-mails de Clinton plombe sa campagne

En effet, son épouse Jill McCabe s'était présentée au poste de sénateur en 2015 dans l'état de Virginie sous l'étiquette démocrate. Pour financer sa campagne, elle aurait accepté 500.000 dollars du gouverneur de Virginie Terry McAuliffe, ancien codirecteur de campagne de Bill Clinton en 1995 et directeur de campagne d'Hillary Clinton pour les primaires démocrates de 2008. Bien que son mari soit devenu directeur adjoint du FBI en février 2016 plusieurs mois avant sa défaite, les critiques n'ont cessé de se multiplier à l'intérieur et à l'extérieur de l'agence. Pour se défendre, Andrew McCabe a indiqué qu'il avait prévenu ses supérieurs de la candidature de sa femme et qu'il avait cherché des conseils en éthique auprès d'officiels de l'agence.

Plusieurs prétendants

Rien ne dit que M.McCabe puisse conserver son poste. Selon le Washington Post, le département de la Justice a déjà auditionné quatre personnes pour assurer l'intérim. Il s'agit de Michael Anderson, directeur du bureau de Chicago, Adam Lee, directeur du bureau de Richmond, Paul Abbate, directeur adjoint de la section criminelle du FBI et  William "Bill" Evanina, membre du bureau du contre-espionnage.

Par ailleurs, Donald Trump devrait faire des propositions dans les jours à venir pour un nouveau candidat à la direction du FBI. Mais, comme pour les autres membres de l'administration, le président nomine dans un premier temps et le Sénat doit valider ensuite. Quoi qu'il arrive, cette proposition devrait être très commentée dans l'opinion publique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2017 à 9:23 :
NYTimes, NBC ne sont que des concentres de Democrates qui ont cherche pendant des mois a influencer l'electorat en faveur de Hillary, et n'ont toujours pas digere sa defaite. Ils menent un combat d'arriere garde, d'opposition systematique, completement negatif.
Washington Post est un journal de fonctionnaires, ravi du systeme Obama/ Clinton. "Plus on est de fonctionnaires, plus on rit", aux depends de la croissance economique.
Cessez de leur donner une tribune !
Réponse de le 13/05/2017 à 19:20 :
Cyranno, vous oubliez que les Etats-unis ne sont pas la France. La presse aux Etats-unis n'est absolument pas subventionnée par l'état. Donc oubliez vos délires de fonctionnaires.
Concernant Trump, vous trouvez normal de virer un par un toutes les personnes qui ont un lien sur l'enquête avec les russes? Trump a ne nombreuses raisons d'avoir peur, et sa destitution n'est que question de mois. Pour l'instant sa politique n'a été que de détruire ce qui a été fait par Obama sans rien appliquer à la place.
Si vous trouvez qu'un monde sans assurance médicale, sans respect pour l'écologie avec un président qui gère le pays en fonction de ses intérêts personnels est meilleur , oui vous avez raison d'apprécier Trump.
a écrit le 12/05/2017 à 17:25 :
Je ne suis pas états-uniens mais parfois il faut savoir arrêter les frais.

Trump est devenu une menace paranoïaque aux intérêts des Etats-Unis et un menace folle pour l'état du monde.

Qui sera le prochain déstitué ? Le patron de la CIA, celui de la NSA ou de n'importe qu'elle autre agence ?
Il faut se rendre à l'évidence il y a un problème TRUMP/PENCE aux Etats Unis.
Un sérieux problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :