Russie : le rouble atteint son plus bas niveau de l'année

 |   |  423  mots
La monnaie russe est également affectée par le marché pétrolier, de nouveau en baisse lundi, avec un baril de Brent à 44,30 dollars à Londres.
La monnaie russe est également affectée par le marché pétrolier, de nouveau en baisse lundi, avec un baril de Brent à 44,30 dollars à Londres. (Crédits : Reuters)
En raison de la débâcle des marchés financiers asiatiques et de la baisse du cours du pétrole, le rouble poursuit sa chute face à l'euro et au dollar. Il atteint son plus bas niveau depuis le début de l'année.

La monnaie russe est tombée lundi 24 août à son plus bas niveau en 2015, l'euro dépassant le seuil symbolique des 80 roubles et le dollar celui des 70 roubles, tandis que l'indice boursier RTS chutait de plus de 4% à l'ouverture dans la foulée de la débâcle des marchés asiatiques. Cette rechute de la devise russe fait craindre une nouvelle déstabilisation du pays au moment où l'économie russe, en récession, semble toucher le fond après des mois de violente dégradation de son activité.

L'euro a dépassé à l'ouverture 80 roubles pour la première fois depuis mi-décembre et atteignait 81,32 roubles contre 78,80 roubles vendredi soir. Le dollar est quant à lui monté à 70,91 roubles contre 68,21 roubles en fin de semaine.

Côté boursier, l'indice RTS des valeurs en dollars chutait de 4,21% et le Micex (libellé en roubles) cédait 1,76%. Les marchés russes ont suivi le plongeon des places de marchés chinoises, affolées par la morosité de l'économie chinoise, qui a également entraîné la chute des Bourses européennes à l'ouverture lundi.

Le rouble plombé par le plongeon du baril de pétrole

La monnaie russe est également affectée par le marché pétrolier, de nouveau en baisse lundi, avec un baril de Brent à 44,30 dollars à Londres, proche de ses plus bas niveaux en six ans. "Les marchés se concentrent sur la dynamique des cours du pétrole, à la recherche d'un nouveau point d'équilibre", estiment les analystes de la banque VTB Capital.

Jeudi, alors que la monnaie russe était tombée à 75 roubles pour un euro, son plus bas en six mois, le ministre de l'Economie Alexeï Oulioukaïev a jugé le taux de change "juste", concédant toutefois que la chute du rouble se poursuivra tant que les cours du pétrole continuerons de baisser.

Fin 2014, la baisse des cours de l'or noir ajoutée aux sanctions des Occidentaux liées à la crise ukrainienne avait entraîné un effondrement du rouble, cette crise monétaire provoquant la récession actuelle.

Chute du PIB

Les statistiques économiques mensuelles publiées la semaine dernière ont confirmé que la consommation et le pouvoir d'achat restaient déprimés. La production est aussi affectée par la morosité de la demande.

Le gouvernement prévoit une chute de 2,8% du produit intérieur brut cette année et une reprise l'an prochain, mais il a déjà prévenu qu'il devrait probablement revoir sa copie au vu de la dégradation récente du marché pétrolier.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2015 à 8:56 :
Des économies basées uniquement sur le pétrole et le gaz .... ce n'est pas tenable ... même l’Arabie saoudite en fait les frais !
a écrit le 25/08/2015 à 8:25 :
Je corrige la propagande des trolls pro-poutine l'envahisseur qui mentent à longueur de temps : il y a actuellement plus de 17% de la population russe en dessous du seuil de pauvreté contre 15% aux Etats-Unis
Réponse de le 25/08/2015 à 12:34 :
Le pourcentage n'est pas très important si on ne compare pas sur la meme base. Et dans la réalité, un pauvre américain est bien mieux loti que chez les Russes. Etre pauvre dans un pays riche n'est pas comme ce lui qui vive dans un pays pauvre ou en voie de développement.
a écrit le 24/08/2015 à 20:01 :
Les valeurs pétrolières et surtout gazières russes sont valorisées tellement bas actuellement (P/E autour de 3,3 contre 10 à 20 dans le monde en général) qu'elles offrent un rendement de 4 à 5% et alors qu'elles touchent leurs revenus en dollars ! C'est une anomalie de marché qui va tôt ou tard se corriger car la demande de pétrole et de gaz remonte et rien n'empêche l'Opep de resserrer le robinet pétrole à tout moment qui l'arrange. Le pétrole ne va pas durablement rester en dessous de 40$ le barril pour le WTI, même s'il peut y avoir sous quelques semaines encore un accès de faiblesse.
Réponse de le 25/08/2015 à 0:16 :
C'est de l'ironie ou un mantra du docteur Coué ?
Réponse de le 25/08/2015 à 8:28 :
C'est simplement la réalité. Par ailleurs le pétrole n'étant pas renouvelable, sa hausse est inévitable dès lors qu'il n'est pas encore assez substitué.
Réponse de le 25/08/2015 à 11:05 :
@Trader
La réalité c'est que l'OPEP ne baissera pas sa production, puisque US, Canada et Russie ne bougeront pas, sauf contraints et forcés.
Que les US diminuent leurs stocks ne changera rien.
L'Iran revient sur le marché. La Syrie, l'Irak, le Yémen et le Soudan comptent augmenter leur production. Idem pour le Mexique, la Bolivie, Ghana, Angola, l'Algérie, la Russie, le Kazakhstan, le Mozambique, etc. La Cote d'Ivoire va produire.
Peut-être même, pourquoi pas, la France, ce serait souhaitable, juste pour alléger un peu notre facture pétrolière.
Ce que je vois, c'est que Total, comme nos petits producteurs, Perenco ou Maurel & Prom, extraient de plus en plus.
Alors vos pronostics, permettez que certains en doutent!
a écrit le 24/08/2015 à 17:06 :
Rien de mieux pour calmer les ardeurs expansionnistes de Poutine le conquérant qu'un coup de froid sur le rouble et l'économie Russe. Il finira peut-être par s'intéresser au bien être de son peuple plutôt qu'à son empire déchu...
Réponse de le 24/08/2015 à 20:04 :
Cà peut malheureusement aussi le pousser à aller de l'avant car cet envahisseur maffieux n'a rien à perdre. Mais bien sûr Marioupol est un morceau plus important et difficile à prendre que Donetsk et çà ne plairait pas dans le monde alors que l'image de la Russie est déjà très mauvaise à cause de Poutine.
Réponse de le 24/08/2015 à 20:42 :
les russes ont des ressources naturelles , ils produisent leur propre gaz et leur pétrole , donc ils n'ont pas à l'acheter à l'extérieur en dollars.
par contre , les produits occidentaux vont être de moins en moins compétitifs, avec ou sans sanctions.
donc les russes vont échanger encore plus avec les BRICS, acheter encore moins à l'ouest ( les allemands font la gu... ) , et produire plus en interne.
Réponse de le 24/08/2015 à 22:40 :
Le troll continue sa propagande pro-poutine en oubliant que les brics préfèrent une monnaie plus sérieuse que le rouble du roublard poutine et que les russes ne se nourrissent pas au pétrole et au gaz. Il y a 22 millions de pauvres en Russie et les invasions de poutine ne vont pas faire rigoler longtemps.
Réponse de le 24/08/2015 à 23:12 :
Il ne semble pas possible de déstabilisér la Russie , la seule alternative reste donc la guerre. Ça risque d'être plus compliqué qu il n y paraît car à supposer que l Occident puisse vaincre la Russie il faudra s attendre à une réaction de défense des chinois et la , l Occident ne peut supporter un tel poids . Donc il faut être prudent.
Réponse de le 24/08/2015 à 23:20 :
@trader et 90 millions de sans emplois aux US.. sans compter 45 qui sont à la soupe, le QE ils s'en délectent...
Réponse de le 25/08/2015 à 0:03 :
Intéressant de voir à quel point les empoutinés ont facilement le recours à l'espoir d'une guerre lorsqu'ils sont frustrés par l'actualité ...
Réponse de le 25/08/2015 à 8:06 :
Personne en Europe ne veut de la guerre.
Mais les USA sont prêts à se battre jusqu'au dernier européen.
L'Otan mène une stratégie hasardeuse , même des gens comme Brzezinski qui avaient poussé à la déstabilisation de l'Ukraine pour atteindre la Russie commencent à appeler à la retenue.
Réponse de le 25/08/2015 à 11:14 :
@Oxi
Les BRICS sont dans le mur!
Réponse de le 26/08/2015 à 16:08 :
Messieurs les empoutinés, assumez vos écrits : vous êtes bien les seuls à insinuer un peu partout que les déboires économiques de la Russie nous rapprocheraient d'une guerre, que ce soit par espoir ou pour "mettre en garde" ceux qui considèrent que le Poutinistan méritent amplement son sort !
Non, ce ne sont pas les Etas-Unis qui enveniment la situation mais bien Poutine et ses sbires qui commettent crimes après crimes ...
a écrit le 24/08/2015 à 16:05 :
.ru = propagande
Le rouble n'a jamais évolué aussi vite que durant ces derniers jours:
http://www.boursorama.com/taux-de-change-euro-rouble-eur-rub
Avec le déferlante asiatique, le mouvement va s'amplifier.
Les chinois avaient déjà réduit leurs investissement en Russie depuis le début 2015.
---
Et pour ne rien arranger:
http://prixdubaril.com/
Le seuil de rentabilité en $ par Baril de Brent pour la Russie est de 43$, et le Brent vient de passer au dessous de ce seuil.
---
"Le gouvernement prévoit une chute de 2,8% du produit intérieur brut cette année"
En rêve?
a écrit le 24/08/2015 à 15:10 :
Bizarre, vous avez dit bizarre !! je regarde vesti.ru et ils disent que le rouble est en hausse par rapport au dollar et à l'euro. Faudrait savoir :-)
Réponse de le 24/08/2015 à 17:43 :
Maintenant en baisse d'un rouble, mais c'est vrai que par rapport à l'époque où 1 USD valait 27 roubles, on a fait du chemin.
Réponse de le 25/08/2015 à 0:14 :
Vous avez besoin qu'un site russe pense à votre place ?
Vous n'êtes pas capable d'aller voir par vous-même l'évolution de la valeur des changes dollar/rouble ?
Oui, le rouble "monte" par rapport au dollar, c'est à dire qu'il en faut toujours plus pour avoir un dollar. On parle de dépréciation, c'est à dire qu'en réalité, sa valeur s'effondre.
Trop compliqué pour vous ?
Réponse de le 25/08/2015 à 12:49 :
@renard: j'ai besoin de plusieurs sources d'information, car je ne suis pas le mouton qui croit sur parole ce qu'on lui dit....comme tu sembles le faire, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 26/08/2015 à 16:11 :
Patrickb, cessez donc de vous ridiculiser encore plus en jouant les "initiés": tout site économique donnant les valeurs de change des principales monnaies confirment la dépréciation du rouble ...
Ne vous en déplaise !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :