STX France : "Un accord avec l'Italie est la meilleure option pour Saint-Nazaire (Le Maire)

 |   |  484  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est dit confiant samedi sur la conclusion d'un accord sur les chantiers navals de STX France avec l'Italie d'ici la rencontre entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien du 27 septembre.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est dit confiant samedi sur la conclusion d'un accord sur les chantiers navals de STX France avec l'Italie d'ici fin septembre, répétant qu'un accord avec l'Italien Fincantieri restait la "meilleure option pour Saint-Nazaire".

Sommet du 27 septembre

Ce dossier suscite de très fortes tensions entre les deux pays après la nationalisation "temporaire" de STX France pourtant promis à l'Italien Fincantieri sous la présidence de François Hollande. Les gouvernements français et italien se sont donné le 2 août jusqu'au 27 septembre, date d'un sommet entre le président français, Emmanuel Macron, et le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, pour tenter de trouver une solution "réciproquement acceptable".

"Je serai à Rome le 11 septembre pour essayer de construire un nouveau compromis sur STX avec (mon homologue) Pier Carlo Padoan et le gouvernement italien", a déclaré Bruno Le Maire devant la presse lors du forum The European House - Ambrosetti, sorte de mini-Davos à l'italienne qui se tient jusqu'à dimanche à Cernobbio, sur le lac de Côme.

 "Je suis toujours d'avis qu'une coopération entre la France et Fincantieri reste la meilleure option pour Saint-Nazaire. Nous devons résoudre certains problèmes, nous devons trouver un compromis, mais je suis profondément convaincu que si chacun est capable de faire un effort, nous trouverons un compromis avant la fin de septembre", a-t-il ajouté.

Rome veut la majorité du capital

Emmanuel Macron a en effet décidé de rouvrir le dossier et de réviser le pacte d'actionnaires en proposant à l'Italie un accord 50-50, ce que Rome refuse en réclamant la majorité absolue du capital du chantier.

Paris a évoqué l'idée d'un grand pôle naval, civil et militaire entre la France et l'Italie pour faciliter un accord, ce à quoi le gouvernement italien s'est montré favorable.

"Je sais qu'il y a eu des malentendus durant les dernières semaines" et "nous sommes totalement déterminés avec Pier Carlo à trouver une solution sur les malentendus: l'Italie et la France sont de grands pays, ils doivent travailler ensemble, ils doivent renforcer leurs liens économiques et je suis profondément convaincu que nous y parviendrons", a martelé Bruno Le Maire.

 "Construire de nouvelles sociétés européennes entre la France et l'Italie serait un résultat positif pour tous", a-t-il dit, en estimant que "le compromis sur STX pourrait être le début d'une magnifique histoire industrielle entre nos pays".

 "Les investissements italiens sont les bienvenus en France et j'espère vraiment également que les investissements français sont bienvenus en Italie", a-t-il encore dit.

 Depuis plus de 10 ans, les tensions entre des groupes italiens et français sur des questions capitalistiques ont été nombreuses (Air France-KLM/Alitalia, EDF/Edison, Parmalat/Lactalis...). Aujourd'hui, celles entre Mediaset et Vivendi en sont une nouvelle illustration.

Lire ici : Mediaset et Fininvest réclament 3 milliards d'euros à Vivendi

.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2017 à 23:28 :
Les italiens ne doivent pas être majoritaires ,attention Macron . Il vont dépecer l'entreprise , s'approprier des brevets stratégiques , non ,il vaut mieux une autre entreprise . Renseignez vous quand une entreprise italienne prend le pouvoir ,il ne reste que des dettes et des chômeurs .......
a écrit le 03/09/2017 à 13:59 :
Quand on commence à appeler un italien par son prenom, cela devient combinazione... virer Le Maire serait la premiere bonne chose à faire. Un incapable qui est un petit soumis à son chef pour un Poltrone in italiano. un poste de ministre pour les francais; les interets francais seront defendus comme avec Hollande (meme formation) et l'affaire GE.
a écrit le 03/09/2017 à 12:37 :
Lenjeux est colossale, ce sont des milliers d'emplois qui sont sur la brêche, si les chantiers passent aux italiens la sous traitance qui s'effectuée à brest sera délocalisée en Italie.

Macron va échouer c'est clair et net, il suit bêtement le dogme néolibérale, mais cela semble être fait exprès afin après de nous réserver un sort à la grec à savoir brader nos services et entreprises publiques aux copains milliardaires qui feront augmenter les prix et baisser les prestations.

Et comme sous sarkozy, aucun garde fou pour empêcher les terroristes néolibéraux de nuire.
a écrit le 03/09/2017 à 9:55 :
Personnellement, si j'étais un dirigeant italien, après m'être fait avoir une fois, je ne signerais plus de contrats avec la France :-)
a écrit le 02/09/2017 à 18:54 :
France should have at least 50% of STX as the strategic asset. Otherwise, will remain in the future as a country of parfums, tourism, cheese and wine.
Réponse de le 03/09/2017 à 3:32 :
Only cheese.
Réponse de le 03/09/2017 à 16:53 :
Matins calmes pensent que le vin coréen remplacera le vin français ...
Le parfum coréen est mondialement connu ...
Quand au tourisme , la Corée va fabriquer une Tour Eiffel pour nous faire concurrence !

Matins calmes , vous pensez qu'il n'y a que les fromages pour sauver la France ?
La Corée est peut être un grand pays mais la France est un tantinet au dessus ... Ne vous en déplaise , je n'y peu rien !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :