Tabac, jeans, bourbon : la riposte de l'Europe aux taxations de Trump

 |   |  355  mots
À compter de ce 22 juin, Bruxelles impose désormais des droits de douane sur une dizaine de produits américains, comme les jeans, le tabac ou encore le bourbon, pour répondre aux taxations défiant toute logique de l'aluminium et de l'acier européens décidées par Washington.
À compter de ce 22 juin, Bruxelles impose désormais des droits de douane sur une dizaine de produits américains, comme les jeans, le tabac ou encore le bourbon, pour répondre aux taxations "défiant toute logique" de l'aluminium et de l'acier européens décidées par Washington. (Crédits : Flickr/austin.happel. CC License by.)
À compter de ce vendredi 22 juin, l'Union européenne taxe des dizaines de produits américains, dont le tabac, le bourbon, les jeans ou les motos, en réponse aux droits de douane des États-Unis sur son acier (25%) et son aluminium (10%).

L'Union européenne lance sa contre-offensive dans le conflit commercial qui l'oppose au président Donald Trump. À compter de ce 22 juin, Bruxelles impose désormais des droits de douane sur une dizaine de produits américains, comme les jeans, le tabac ou encore le bourbon, pour répondre aux taxations "défiant toute logique" de l'aluminium et de l'acier européens décidées par Washington.

La liste d'articles emblématiques établie par la Commission avait déjà été envoyée à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le 18 mai dernier, en prévision de la décision des États-Unis.

Des produits à portée symbolique

Il n'y a donc pas vraiment de surprises : ladite liste cible, dans certains cas, des États américains, souvent agricoles, ayant voté pour Donald Trump en 2016, concerne des produits fabriqués sur le territoire américain et non pas ceux vendus par les marques américaines, et ne précise pas de marques et ou d'entreprises en particulier. Pèle-mêle, des taxes seront appliquées, entre autres, sur les haricots, le maïs, le beurre de cacahuètes, les cigarettes, le jus d'orange, mais aussi sur divers produits textiles, comme les pantalons "denims" (jeans) ou en coton, et certaines chaussures en cuir.

Le secteur automobile est également fortement impacté par ces mesures de rétorsion. C'est le cas pour les motos d'une cylindrée supérieure à 500 cm3, les bateaux à voile, de plaisance ou de sport, avec ou sans moteur, les bateaux à rames et les canoës. Enfin, certains produits de maquillage viennent compléter la liste.

Une réponse "claire et mesurée" pour Juncker

Les contre-mesures européennes visent à compenser, dans un premier temps, à hauteur de 2,8 milliards d'euros, les dommages causés à son industrie par les taxes américaines, un chiffre "mesuré" pour Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, qui tient à ce que la procédure respecte pleinement les règles de l'OMC.

D'autres produits pourraient à l'avenir être également taxés par l'UE, à hauteur de 3,6 milliards d'euros, si celle-ci remporte le litige qui l'oppose aux États-Unis devant l'OMC depuis sa plainte le 1er juin.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2018 à 15:32 :
Comme d'habitude, l'UE ne veut rien faire d'irréversible par rapport a son dogme; donc aucune crédibilité, sauf pour faire de la com.!
a écrit le 23/06/2018 à 15:23 :
Comme d'habitude, l'UE ne veut rien faire d'irréversible par rapport a son dogme; donc aucune crédibilité, sauf pour faire de la com.!
a écrit le 23/06/2018 à 9:40 :
si l'EU taxe les importations de bateaux et autres produits connexes , attention au retour de bâton américain dont serait victime tout le secteur industriel de la plaisance française fortement exportateur sur le marché US .
Macron qui vient de faire une visite en Vendée risque de pas y retourner de si tôt si Trump décide d'aligner ses taxes douanières sur celles projetées par l'EU sur les matériels maritimes .
et on sait que les vendéens ont de la mémoire ...
a écrit le 23/06/2018 à 9:37 :
si l'EU taxe les importations de bateaux et autres produits connexes , attention au retour de bâton américain dont seraient victime tout le secteur industriel de la plaisance française fortement exportateur sur le marché US .
Macron qui vient de faire une visite en Vendée risque de pas y retourner de si tôt si Trump décide d'aligner ses taxes douanières sur celles projetées par l'EU sur les matériels maritimes .
et on sait que les vendéens ont de la mémoire ...
a écrit le 23/06/2018 à 8:43 :
l'UE a surtout ciblé les secteurs dont les entreprises et/ou les Etats producteurs sont les plus gros supporters du parti républicain, en évitant soigneusement les entreprises ou les Etats qui sont pro-démocrates.
a écrit le 22/06/2018 à 19:38 :
ricky a la houpe va etre furieux! il avait promis l'apocalypse a ceux qui oseraient broncher...... disons que la reponse est mesuree pour l'instant mais qu'il faut prevoir un train un peu plus consequent, histoire de moderer la colere de ses tweets
a écrit le 22/06/2018 à 16:23 :
L'Europe a des réactions d'enfant de maternelle face à des grands costauds
Réponse de le 22/06/2018 à 22:19 :
Euh, en taxant les produits agricoles l'EU tape là ou ça fait mal. Je vois partout des gens dire que la réponse est faiblarde. C'est mal connaitre le poids de l'agriculture dans la politique US.
a écrit le 22/06/2018 à 16:14 :
L'Europe de Bruxelles peut toujours surtaxé, qui possède les moyens militaires pour la protection de l'Europe ? Et quelles pays européens achètent de préférence de l'armement militaire américain ?
Alors les guignolades d'une Europe hétéroclite...
a écrit le 22/06/2018 à 14:47 :
Il faut surtout taxer les MacDo, le coca-cola et les series tv américaines.Très mauvais pour la santé et abrutissant l'européen moyen...
Réponse de le 22/06/2018 à 15:58 :
ok avec vous et la liste pourrait être rallongée à l'envi
a écrit le 22/06/2018 à 13:44 :
Et la daube qui passe sur le petit écran on pourrait la sur-sur-sur-taxer histoire de la supprimer une bonne fois pour toutes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :