Trump gouvernera-t-il les mains libres ?

 |   |  362  mots
Déjà assuré de conserver le contrôle de la Chambre des représentants, le Grand Old Party préserve également sa majorité au Sénat américain, selon la chaîne de télévision NBC.
Déjà assuré de conserver le contrôle de la Chambre des représentants, le "Grand Old Party" préserve également sa majorité au Sénat américain, selon la chaîne de télévision NBC. (Crédits : CARLO ALLEGRI)
En plus de l'élection présidentielle, le Parti républicain conserve sa majorité au Sénat et à la Chambre des représentants.

Donald Trump n'est pas le seul du parti républicain a avoir remporté une élection mardi. Déjà assuré de conserver le contrôle de la Chambre des représentants, le "Grand Old Party" préserve également sa majorité au Sénat américain, selon la chaîne de télévision NBC.

Dans le Sénat sortant, les républicains disposaient de 54 sièges, les démocrates de 44 et les indépendants de deux. Il aurait fallu aux démocrates gagner cinq sièges pour reprendre aux républicains le contrôle de la chambre haute, où 34 des 100 sièges étaient en jeu lors des élections de mardi.

Les élus républicains divisés sur Trump pendant la campagne

Avec un Congrès républicain, Donald Trump devrait avoir les mains libres pour appliquer son programme après son investiture, le 20 janvier prochain, en tant que 45e président des Etats-Unis. En théorie. Car le soutien des membres du Congrès au nouveau chef de l'Etat n'est pas assuré.

Durant la campagne, des élus du parti ont refusé d'apporter leur soutien à la candidature de Donald Trump, à l'instar de Reid Ribble représentant républicain du Wisconsin (Etat qui a permis à Trump de dépasser la barre des 270 grands électeurs). D'autres ont retourné leur veste, comme la sénatrice du Nebraska Deb Fischer qui, après avoir annoncé ne plus soutenir le candidat Trump, est revenue sur ses propos mi-octobre, à moins d'un mois du scrutin. Enfin, des élus ont choisi de temporiser, à l'image du sénateur de Pennsylvanie Pat Toomey réélu mardi, qui s'est prononcé en faveur du candidat républicain au dernier moment.

Certains diront que les sénateurs qui viennent de (re)gagner leur siège doivent leur victoire en partie à la dynamique de campagne de Donald Trump et pourraient s'en sentir redevable. Or, comme le note le New York Times :

"Au final, des candidats qui ont rejeté M. Trump l'ont emporté, d'autres qui l'ont abandonné ont perdu et ce qui ont essayé d'éviter la questions s'en sont bien sorti."

(avec Reuters)

___

> Suivez notre DIRECT : Trump 45e président des Etats-Unis
+ Retrouvez notre Dossier PRESIDENTIELLE AMERICAINE 2016

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2016 à 11:00 :
Beaucoup de fautes d'orthographe...

Un seul exemple avec cette phrase:"Au final, des candidats qui ont rejeté M. Trump l'ont emporté, d'autres qui l'ont abandonné ont perdu et ce qui ont essayé d'éviter la questions s'en sont bien sorti."

Moi je remplacerai plutôt "et ce" par "et ceux" et je mettrai "la questions" au singulier...
"sorti" par contre, je le mettrai bien au pluriel... et vous ?

Merci pour le respect des lecteurs
a écrit le 09/11/2016 à 10:02 :
Franchement, du congrès républicain ou de Trump, de la peste ou du choléra, difficile de savoir lequel est le pire.
Réponse de le 09/11/2016 à 11:52 :
@citoyen blasé: quand on juge avant que quoi que ce soit ait été fait, cela s'appelle un procès d'intention. En France, on a déjà vu à l'oeuvre les Hollande, Juppé ou Sarko et on peut juger, mais il s'agit ici de l'Amérique :-)
Réponse de le 09/11/2016 à 12:07 :
EXAT???SI VOTER CHANGER QUELQUE CHOSE IL Y A LOMGTENT QUE SE SERAIS INTERDIT/// COLUCHE///
Réponse de le 10/11/2016 à 9:32 :
padetrickb: Les républicains ça fait des années qu'ils ont régulièrement le pouvoir, ce n'est donc pas juger sans connaitre.

Vous pourriez intervenir de façon éloquente de temps en temps svp ? Rien qu'une seule fois au moins pour changer, merci.

Vérité: arrêtez d'utiliser les majuscules vous êtes illisible, merci.

Sinon en effet voter c'est se faire enfler, vérité à laquelle une nouvelle fois on vient d'assister.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :