Trump menace de couper l'aide financière américaine aux Palestiniens

 |   |  451  mots
L'aide financière des Etats-Unis aux Palestiniens s'élève jusqu'à présent à plus de 300 millions de dollars par an.
L'aide financière des Etats-Unis aux Palestiniens s'élève jusqu'à présent à plus de 300 millions de dollars par an. (Crédits : Kevin Lamarque)
Sur Twitter, Donald Trump crée à nouveau des vagues avec son annonce. Ce nouvel épisode intervient un mois après que le président américain reconnaisse unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le président américain Donald Trump a menacé mardi de couper l'aide financière des Etats-Unis aux Palestiniens, qui ont aussitôt dénoncé un "chantage" américain.

L'aide financière des Etats-Unis aux Palestiniens s'élève jusqu'à présent à plus de 300 millions de dollars par an.

"Nous payons les Palestiniens des centaines de millions de dollars par an sans reconnaissance ou respect" de leur part, a tweeté Donald Trump.

"Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir?", a-t-il ajouté.

Les relations américano-palestiniennes tendues

Hanane Ashrawi, membre du comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a réagi en proclamant que les Palestiniens ne céderont pas au "chantage" exercé par les Etats-Unis.

"Nous ne céderons pas au chantage (...). Maintenant il (le président Trump) ose accuser les Palestiniens des conséquences de ses actions irresponsables", a affirmé Hanane Ashrawi dans un communiqué en évoquant notamment la récente décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Lire aussi : Jérusalem, "capitale d'Israël": Trump déroute la communauté internationale

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a annoncé le mois dernier que les Palestiniens n'accepteraient plus aucun plan de paix américain après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem en tant que capitale d'Israël.

En agissant de la sorte, en violation des résolutions des Nations unies, le président américain a fait perdre à son pays son statut de "médiateur honnête dans le processus de paix", a justifié Mahmoud Abbas lors d'une visite à Paris.

Avec Jérusalem, Trump avait interloqué la communauté internationale

Les Etats-Unis avaient déjà menacé de prendre des mesures de rétorsion après un vote à l'Assemblée générale de l'ONU, le mois dernier, condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

"Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution" financière à l'ONU, avait lancé l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley.

Se faisant la porte-voix du président américain, elle avait déploré devoir "payer pour le privilège douteux d'être méprisé", menaçant à nouveau de "mieux dépenser" l'argent des Américains à l'avenir.

Donald Trump a rompu, le 6 décembre, avec la position de ses prédécesseurs et avec le consensus international en faisant son annonce controversée sur Jérusalem.

La vision internationale largement répandue reste celle de Jérusalem comme la capitale d'Israël et d'un Etat palestinien indépendant.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 11:15 :
les pays arabes vont se bousculer pour vouloir subventionner les palestiniens à la place des USA .
il faut leur donner cette opportunité .
a écrit le 04/01/2018 à 3:43 :
Les USA exerce tjrs un chantage c’est son arme absolue dans les négociations soit on fait ce que dit les USA soit il prive de subventions ou menacent de sanctions économique voir d’utiliser le dollars. Et si nous utilisons plus le dollar comme monnaie internationale ? Peut être qu’ils rigoleraient un peu moins avec leurs monnaie.
a écrit le 03/01/2018 à 19:12 :
Même s'il est d'usage pour tout le monde de récupérer tout ou partie de l'aide en contrats bénéficiant aux industries de ceux qui versent, il n'est pas mauvais, de temps à autre, que ceux-ci rappellent aux bénéficiaires qu'il ne faut pas trop cracher dans la soupe, et qu'il n'y a pas foule pour remplacer en taille et en qualité, celle des USA, donc il va falloir être prudent, et se méfier de ses nerfs. Le ricain, ils ne l'aiment pas, mais il paye bien, tandis que l'Européen il fait des sourires, mais il les lâche au compte goute. Cela s'appelle de la réalpolitique.
Réponse de le 03/01/2018 à 21:20 :
Avant d'écrire un commentaire il est important d'aller chercher les infos. L'UE a toujours été le premier contributeur pour la Palestine environ 500 millions de dollars les US sont le deuxième et bien loin. Par contre l'UE a toujours eu droit à un strapontin et encore car l'UE est incapable de parler d'une seule voix. En général sur le plan dit humanitaire l'UE est le plus grand contributeur au monde et non comme on pourrait le croire systématiquement les US. Ou est la réalpolitique pas sur la contribution mais sur le poids des US en général et son poids éventuel sur la politique israélienne.
a écrit le 03/01/2018 à 14:50 :
Bah les européens ont bien versé des dizaines de milliards aux USA avec les amendes colossales US distribuées aux entreprises européennes. Tout ça pour financer leur train de vie au-dessus de leurs moyens. Trump n'a pas dit merci.
a écrit le 03/01/2018 à 9:53 :
.... " "payer pour le privilège douteux d'être méprisé", ..... il n'y a pas que du faux dans cette phrase , mème si , connaissant la mentalité américaine , il y a certainement d'autres motivations !
a écrit le 03/01/2018 à 9:40 :
Au final ce Président ne sait que menacer...et manifestement tout le monde tremble.....😁

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :