Tsunami en Indonésie : 426 morts et 40.000 personnes à la rue

 |   |  705  mots
Selon un dernier bilan publié par les autorités indonésiennes, le tsunami qui a frappé l'Indonésie le week-end dernier a fait 426 morts, 40.000 personnes déplacées et 7.202 blessés.
Selon un dernier bilan publié par les autorités indonésiennes, le tsunami qui a frappé l'Indonésie le week-end dernier a fait 426 morts, 40.000 personnes déplacées et 7.202 blessés. (Crédits : JORGE SILVA)
Une semaine après le tsunami qui a frappé le pays, les autorités ont publié ce vendredi un dernier bilan revu à la baisse, faisant état de 426 morts. Le nombre de blessés est toutefois nettement en hausse : plus de 7.000 blessés, alors que le bilan précédent en dénombrait près de 1.500.

Le tsunami qui a frappé l'Indonésie le week-end dernier a fait 426 morts, selon un bilan revu à la baisse en raison de doublons dans les décomptes. Un précédent bilan publié par les autorités indonésiennes faisait état de 430 morts. La confusion a été imputée au fait que des décès ont été comptabilisés séparément par différents districts. Une vingtaine de personnes demeurent portées disparues.

Les autorités ont en revanche doublé à 40.000 le chiffre officiel des personnes déplacées et fait état de 7.202 blessés. Ce chiffre est en nette hausse par rapport au précédent bilan des blessés qui était de 1.495. Près de 1.300 habitations ont été détruites par le tsunami.

"Nous recommandons que les personnes vivant près de la plage soient hébergées ailleurs de façon permanente", a déclaré à Jakarta lors d'une conférence de presse le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho, cité par l'AFP.

D'après les experts, cette tragédie a été consécutive à une éruption modérée de l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire volcan Krakatoa, qui a provoqué un effondrement sous-marin d'une partie du volcan et le déplacement de masses d'eau. Le raz-de-marée s'était produit soudainement, le samedi 22 décembre au soir, dans le détroit de la Sonde qui sépare les îles de Sumatra et de Java, ravageant son littoral.

Ce vendredi 28 décembre peu après minuit, un séisme de magnitude 6,4 sur l'échelle de Richter a été également relevé dans l'est du pays, comme le rapporte l'Institut américain de veille géologique (USGS). Aucune victime n'a été recensée pour l'heure et aucun tsunami ne devrait découler de ce tremblement de terre, selon l'Agence météorologique indonésienne.

Trafic aérien perturbé

Les autorités avaient également indiqué que le trafic aérien autour du volcan Anak Krakatau entre les îles indonésiennes de Java et de Sumatra était encore très perturbé jeudi, précisant que tous les vols autour du volcan étaient redirigés à cause des cendres rejetées. En effet, l'Anak crachait toujours des nuages de cendres alors que des nuées ardentes dévalaient ses pentes, d'où le risque accru également pour les bateaux naviguant dans ses parages. L'Indonésie est située sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique et d'éruptions volcaniques. Elle compte 127 volcans actifs.

 "Tous les vols sont redirigés à cause des cendres volcaniques rejetées par l'Anak Krakatau, qui est en alerte rouge", avait précisé un communiqué de l'autorité du contrôle aérien AirNav, cité par Reuters.

Il s'agit du troisième cataclysme à s'abattre sur l'archipel ces six derniers mois. Une série de séismes avait frappé l'île de Lombok en juillet et août dernier, puis un raz-de-marée à Palu, sur l'île des Célèbes avait fait 2.200 morts et des milliers de disparus en septembre. En 2004 également, au lendemain de Noël, un tsunami avait fait 220.000 morts dans les pays riverains de l'océan Indien, dont 168.000 Indonésiens, l'un des désastres les plus meurtriers de l'Histoire.

Lire aussi : Indonésie: le bilan d'un séisme et d'un tsunami dépasse les 800 morts

La crainte d'une nouvelle vague meurtrière

À Java et à Sumatra, dans les villages aux abords du détroit de la Sonde, les habitants craignent une nouvelle catastrophe. Et pour cause, le pays a relevé, ce jeudi, le niveau d'alerte concernant le volcan, dont le regain d'activité pourrait engendrer une nouvelle vague meurtrière. Le niveau est désormais "élevé", soit le deuxième niveau le plus important.

"Nous avons relevé le niveau d'alerte en raison d'un changement des caractéristiques de l'éruption", a déclaré jeudi à l'AFP un responsable de l'Observatoire du Krakatoa, Kus Hendratno.

Le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho a évoqué "un risque d'éruption plus importante"Les autorités ont également élargi à cinq kilomètres le rayon de la zone interdite autour de l'Anak Krakatoa et ont appelé les habitants à ne pas s'approcher des côtes.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2018 à 8:48 :
C'est malheureux 426 morts mais l'impact n'aurait pas été si cruel si l'Indonésie n'était pas surpeuplée avec près de 270 millions d'habitants. De plus on ne peu pas être surpris par l'absence d'alerte et par l'inefficacité des secours. Ce pays comme beaucoup d'autres est un cloaque. La surpopulation de notre petite planète est la principale cause de sa détresse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :