TTIP/Tafta : "La posture politique de Hollande l'emporte sur les discussions"

LES FAITS : L'ONG Greenpeace a publié lundi des documents confidentiels sur le projet de libre-échange commercial entre l'Union européenne et les Etats-Unis, aussi connu sous le nom de TTIP ou Tafta. Alors que l'Ong assure que ces 248 pages "confirment les menaces sur la santé, l'environnement et le climat", le scénario d'un accord d'ici fin 2016 semble peu probable. Trois questions à Franck Proust, député européen Les Républicains et membre de la commission Commerce international.
Sarah Belhadi
Depuis mi-2013, les Etats-Unis et l'Union européenne tentent de parvenir à un accord qui supprimerait les barrières commerciales et réglementaires. Sur la photo, Franck Proust, eurodéputé, membre de la commission commerce international.
Depuis mi-2013, les Etats-Unis et l'Union européenne tentent de parvenir à un accord qui supprimerait les barrières commerciales et réglementaires. Sur la photo, Franck Proust, eurodéputé, membre de la commission commerce international. (Crédits : FP)

LA TRIBUNE : Le président François Hollande a prévenu mardi qu'"à ce stade" des négociations, "la France dit non" au traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta) car "nous ne sommes pas pour le libre-échange sans règles ».  Pourtant, il y a encore deux ans, la France souhaitait "aller vite"...

FRANCK PROUST : Il y a quelque chose qui m'échappe, ce n'est pas François Hollande qui décide si on arrête les négociations. Nous venons de terminer le 13e round des négociations démarrées en 2013, et on fait mine de découvrir les points d'achoppement entre l'Union européenne et les Etats-Unis, c'est-à-dire : la réciprocité des marchés publics, la reconnaissance des indications géographiques protégées (IGP) ou encore l'alignement des normes européennes sur celles des Etats-Unis.

Aujourd'hui, la posture politique de François Hollande l'emporte sur les discussions. Il tente de re-séduire son électorat de gauche à l'approche des élections présidentielles et cherche à se positionner - au même titre que le Général de Gaulle à son époque- comme le seul rempart face aux Américains et à ce traité impopulaire.

Alors que les négociations entrent dans le vif du sujet, la France dit qu'elle va quitter la table. Et ce genre de propos met en exergue les divergences de points de vue et affaiblit l'Europe. Pourtant, tout le monde est d'accord pour dire que, en l'état actuel des choses, l'Union européenne ne signe pas un accord qui ne respecte pas le principe de "gagnant-gagnant".

L'opinion publique et les associations redoutent un accord qui viendrait mettre à mal le principe de précaution, la protection des consommateurs ou qui privilégierait uniquement les intérêts des multinationales. Plusieurs voix en politique déplorent un texte abscons, peu lisible, dans un jargon incompréhensible.

Depuis le début des discussions sur le TTIP en juillet 2013, il y a eu des progrès, tout le monde a désormais accès aux documents, la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a fait un gros travail. Après, il est tout à fait normal qu'il existe une part de confidentialité sur ce type de négociations. La publication de documents confidentiels par Greenpeace est un scandale. Ce qui me dérange dans ces révélations, c'est qu'il existe pour ce type de discussions un pacte de confiance, et on ne peut pas divulguer n'importe quoi n'importe où.

>>Lire : TTIP/Tafta : Greenpeace pointe le risque de l'oubli du principe de précaution

D'ailleurs, qu'a-t-on appris de ces documents hormis le fait que les Américains ont une position différente de la nôtre et que la Commission européenne défend les intérêts européens ? La commissaire européenne au Commerce l'a déjà dit : le bœuf aux hormones ou le poulet chloré, c'est hors de question ! Quant aux supposées révélations sur l'abandon du principe de précaution dans le texte du TTIP, il n'en a jamais été question ! Au même titre qu'il ne s'agit pas d'abaisser nos normes européennes en matière de santé.

Après, il y a une terminologie qui suscite l'inquiétude comme "libre-échange", "Etats-Unis", le syndrome de la peur conduit à une vision caricaturale. Et, malheureusement, Bruxelles est en train de perdre la bataille de la communication sur le sujet.

Dans ce contexte, le TTIP a-t-il encore un avenir ?

On ne privilégiera jamais le calendrier au détriment de l'accord. Je préfère perdre un ou deux ans plutôt que d'avoir un accord qui n'est pas satisfaisant. De toute façon, la date initialement avancée par l'administration Obama, fin 2016, est  désormais utopique. Ensuite, il va falloir composer avec le nouveau locataire de la Maison Blanche, et ni le républicain Donald Trump, ou la démocrate Hillary Clinton ne semblent très ouverts sur la question. Mais il faut prendre en compte la situation géographique. L'Union européenne n'est pas en position de force face à nos concurrents asiatiques (NDLR : Chine, Inde). Si on ne parvient pas à trouver un accord, il faudra mettre en place un plan B pour résister à ces marchés.

Sarah Belhadi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 07/05/2016 à 11:12
Signaler
Comme d'habitude Hollande vous sort ses "roublardises" lorsque la décision a été prise de négocier un traité de libre échange avec les U.S.A.le cadre de ces négociations a été défini et dans ce préalable signé par tout les États européens stipule qu...

à écrit le 07/05/2016 à 10:20
Signaler
Mais pourquoi l'auteur déplore -t-il le manque de confidentialité des négociations . Pourquoi des dirigeants européens non élus par les citoyens, non mandatés auraient-ils le droit de conclure leurs petites affaires en secret ?

à écrit le 06/05/2016 à 19:59
Signaler
Quand c' est flou...c' est qu'il y a un loup. Quelles sont les compétences des gens sélectionnés pour ce traité , que l' on ne connait ni d' Eve ni d' Adam . L' Europe est le plus gros marché, avec un PIB qui va avec , c' est aux Us de se mettre à no...

à écrit le 06/05/2016 à 11:12
Signaler
il et urgent d attendre,,? et s il ont peut negosier cela ne seras pas aux detriment de notre sante ni de notre independance europeene et francaise,, car en matiere de commerce personne ne nous feras de cadeaux???

à écrit le 06/05/2016 à 8:52
Signaler
Hollande est comme Tsipras, un petit courant d'air, et il tournera sa veste pour adouber au dernier moment ce traité, avec le plus grand enthousiasme bien sûr .

à écrit le 05/05/2016 à 22:10
Signaler
Et merci de me publier , car ce ne sont que de terribles vérités que je commente .

à écrit le 05/05/2016 à 22:08
Signaler
UNE BONNE CHOSE que ce traité ne soit pas signé ! Mais attendez de voir à quel point on se moque de nous ...en effet , cette commission est en train de nous démontrer la future gouvernance européenne , avec les Turks!!! Car Junker et Merkel ne calcu...

à écrit le 05/05/2016 à 19:12
Signaler
Hollande a raison ne vous en déplaise !

à écrit le 05/05/2016 à 18:40
Signaler
Tafta ne verra pas le jour car les investisseurs financiers sont entrain de retirer leurs avoirs des stés Européennes . L Europe est présentie explosable aux yeux des américains et le traité qu Obama essaye de promouvoir aurait du être le coup de g...

à écrit le 05/05/2016 à 12:16
Signaler
Monsieur, vous affirmez que sur ce sujet l'europe n'est pas en position de force. Pourquoi? A ce que je sais la balance commerciale de l'europe vers le reste du mond est positive. Celle des états-unis est négative. les balances d'inflation vo...

à écrit le 05/05/2016 à 10:10
Signaler
Toujours aussi balourd! Le document ultra secret (pourquoi secret???) est rendu public et voila que F.H y devient soudainement hostile ! Sans dent et demeurés voila pour quoi il nous prend

à écrit le 05/05/2016 à 8:29
Signaler
Que ce Monsieur nous face part de son avis sur la posture politique de Merkel et Obama récemment à ce sujet. Cet hypocrite s'étonne que l'on fasse, à ce sujet, de la politique ! Ce faisant il en fait !! Dehors , tous.

à écrit le 05/05/2016 à 7:58
Signaler
Nous voyons déjà le résultat avec la construction de l'UE de Bruxelles qui demande des adaptations a coup de réforme allant vers le moins disant social pour uniformiser la zone par l'austérité! Et cela ne s'arrangera pas avec le TAFTA!

à écrit le 05/05/2016 à 7:53
Signaler
Il faudrait rappeler à cet inutile député européen M. Fillion est sur la même ligne que M. Hollande. pour ce qui est de défendre les intérêts de l'Europe malheureusement on ne peut pas compter sur ces élus du parlement pas plus de la commission car s...

à écrit le 05/05/2016 à 6:58
Signaler
bien sur lorsque les négociations seront ficelees on nous expliquera alors que le meilleur accord possible ne peut plus être modifie . Une question simple pourquoi ne pas demander simplement aux Etats ou au peuple s'il veut ou non un accord avec le...

à écrit le 05/05/2016 à 3:43
Signaler
Hollande ou la politique politicienne par excellence. Le TTIP n'a aucune chance d'aboutir. Non par à cause du texte, mais tout simplement parce que le Congrès américain ne soutient absolument pas Obama en la question et que c'est eux qui ont le derni...

à écrit le 04/05/2016 à 21:29
Signaler
"c'est qu'il existe pour ce type de discussions un pacte de confiance, et on ne peut pas divulguer n'importe quoi n'importe où." Nouvelle preuve de l'anti-démocratisme de Bruxelles par atteinte au droit à l'information. S'ils le veulent, les peuple...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.