Twitter : le prochain POTUS aura-t-il l'humour d'Obama ?

Barack Obama va léguer son compte Twitter et ses 11,2 millions d'abonnées à son successeur.
Jean-Christophe Catalon

5 mn

Comme le rappel le site de la Maison Blanche, le président Obama est le premier président média social
Comme le rappel le site de la Maison Blanche, le président Obama est le premier "président média social" (Crédits : YURI GRIPAS)

Le 20 janvier 2017, Barack Obama quittera la Maison-Blanche et ses réseaux sociaux, notamment son fameux compte Twitter : @POTUS (pour "President of the United-States"). Son successeur héritera des 11,2 millions d'abonnés et profitera d'un compte vierge. L'ensemble des tweets postés par Barack Obama seront supprimés puis réédités sur le compte @POTUS44, l'actuel locataire de la Maison-Blanche étant le 44e président des États-Unis.

Comme le rappel le site de la Maison-Blanche, le président Obama est le premier "social media president", autrement dit le premier président américain à être aussi présent sur les réseaux sociaux :

Le président Obama est "le premier à avoir un @POTUS sur Twitter, le premier à passer en direct sur Facebook depuis le bureau ovale, le premier à répondre aux questions des citoyens sur Youtube, le premier à utiliser un filtre sur Snapchat", rappelle la Maison-Blanche.

"Bonjour Twitter! C'est Barack"

Des réseaux sociaux qu'il a su marquer de son style et de son sens de l'humour. Dès son premier tweet le 18 mai 2015, Barack Obama annonce la couleur avec cette formule : "Bonjour Twitter ! C'est Barack ! Six ans que je suis ici, ils me donnent enfin mon propre compte." D'entrée de jeu, le 44e président transpose son image décontractée et populaire sur les réseaux sociaux, outil de communication avec les internautes, autrement dit les Américains. Le message est largement relayé, avec 270.000 retweets.

Le président Obama ne tarde pas à faire sa première blague. L'un de ses prédécesseurs, Bill Clinton, lui demande, sur le ton de l'humour, ce qu'il adviendra du nom d'utilisateur "POTUS" à son départ, suivi du hashtag #Askingforafriend (je demande pour une amie), sous-entendue sa femme Hillary déjà pressentie pour reprendre la Maison-Blanche. Dans sa réponse, Barack Obama n'hésite pas à poursuivre la plaisanterie : "Connais-tu quelqu'un d'intéressé par @FLOTUS ?" (le compte Twitter de la "First Lady", la première dame des Etats-Unis).

Du sport aux playlists du président

Parmi les 72 abonnements de POTUS figurent certains de ces prédécesseurs, des membres de son gouvernement, ainsi que bon nombre de clubs sportifs de Chicago. L'ancien sénateur de l'Illinois garde un œil attentif sur les performances sportives de ses équipes favorites et du sport américain en général. La preuve avec ce GIF, où Barack Obama annonce qu'il se prépare à une soirée intense en NBA.

Outre le sport, le président a aussi fait part de ses goûts musicaux. Cette année, il a communiqué sa playlist d'été, avec des titres à écouter la journée et le soir. Une publication qui a fait son effet, avec 120.000 retweets et 250.000 "j'aime".

"Bienvenido, amigo !"

Au-delà de son action politique, cette décontraction et ce sens de l'humour, symptomatiques du style Obama, participent à sa popularité. Sous sa présidence, l'opinion des pays étrangers sur les Etats-Unis s'est largement améliorée, comme le montre plusieurs études détaillées par le site de fact-checking Politifact. Après deux mandats, Barack Obama est aujourd'hui à 56% d'opinion favorable chez les Américains, de quoi faire rêver François Hollande et ses 4%...

Ce style Obama va certainement disparaître de POTUS lorsqu'il quittera la Maison-Blanche. Car pour les choses légères comme pour les rendez-vous d'Etat, le 44e président pouvait utiliser son ton sympathique sans créer la polémique, à l'image de ce tweet où il interpelle le président mexicain Enrique Pena Nieto, en lâchant : "Bienvenido amigo !" ("bienvenu l'ami", en espagnol). Quel que soit le vainqueur du scrutin du 8 novembre, on imagine mal Hillary Clinton, avec sa froideur, ou Donald Trump et ses propos sur le Mexique, s'adresser ainsi au chef de l'Etat du pays voisin.

Jean-Christophe Catalon

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/11/2016 à 17:21
Signaler
Il faut le dire, même si Obama n'a pas vraiment répondu aux attentes des progressistes il a un niveau intellectuel nettement supérieur à Clinton ou Trump, il est évident que ce sera un mec de la com qui se chargera du compte POTUS. Bon d'un autre...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.