Ukraine : "Les déclarations alarmistes des puissances occidentales sur l'imminence d'une invasion russe pourraient avoir des conséquences néfastes » (Kremlin)

Les déclarations alarmistes des puissances occidentales sur l'imminence d'une invasion russe en Ukraine sont une provocation et pourraient avoir des conséquences néfastes, a déclaré dimanche le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. De nouvelles explosions ont ébranlé dimanche le centre de Donetsk, ville contrôlée par les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine, a rapporté une journaliste de Reuters. De son côté, le Bélarus a annoncé dimanche la poursuite des exercices militaires conjoints avec la Russie sur son territoire, aux frontières de l'Ukraine.
Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin
Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin (Crédits : SPUTNIK)

Alors que la tension ne cesse de monter entre les Occidentaux et la Russie sur le dossier ukrainien (mais aussi dans la région ukrainienne du Dombass entre Ukrainiens et les séparatistes pro-russes) Moscou dénonce les multiples déclarations du camp occidental concernant une attaque imminente de la Russie contre l'Ukraine.

« Les déclarations alarmistes des puissances occidentales sur l'imminence d'une invasion russe en Ukraine sont une provocation et pourraient avoir des conséquences néfastes », a déclaré dimanche le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov sur la chaîne de télévision Rossiya 1.

Alors que le président américain Joe Biden a déclaré vendredi avoir la conviction que la Russie pourrait lancer une opération armée « à tout moment », son homologue russe Vladimir Poutine ne prête pas attention à ces propos, a assuré Dmitri Peskov

« Le fait est que cela conduit à une aggravation de la tension. Et quand la tension atteint son comble, comme c'est le cas, par exemple, sur la ligne de contact (dans l'est de l'Ukraine-NDLR), n'importe quelle étincelle, n'importe quel incident imprévu, n'importe quelle provocation planifiée peut mener à des conséquences irréparables », a-t-il estimé.

« Donc tout cela a - peut avoir - des conséquences néfastes. L'exercice quotidien qui consiste à annoncer une date pour une invasion de l'Ukraine par la Russie est une très mauvaise pratique », a-t-il souligné.

Nouvelles explosions à Donetsk

De nouvelles explosions ont ébranlé dimanche le centre de Donetsk, ville contrôlée par les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine, a rapporté une journaliste de Reuters.

Les habitants étaient invités par haut-parleur à rester chez eux. On ignore pour l'heure l'origine des explosions. Les incidents armés se multiplient dans l'Est ukrainien, alimentant la crainte d'un conflit de plus grande ampleur. Les dirigeants des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine, le chef de la "république" autoproclamée de Donetsk et celui de la "république" de Lougansk (Louhansk, selon la transcription ukrainienne), ont décrété samedi la mobilisation générale après avoir ordonné l'évaluation de civils vers la Russie. Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont recensé samedi quelque 2.000 violations du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, a appris Reuters de source diplomatique. Depuis la signature en 2015 des accords de Minsk visant à résoudre le conflit dans le Donbass, ces infractions n'ont jamais cessé, mais elles sont particulièrement en hausse depuis quelques jours. Le camp occidental estime que ce regain d'activité militaire est un "prétexte" monté de toutes pièces par la Russie pour justifier une invasion, ce que Moscou dément.

Poursuite des exercices militaires conjoints entre le Bélarus et la Russie

De son côté, le Bélarus a annoncé dimanche la poursuite des exercices militaires conjoints avec la Russie sur son territoire, aux frontières de l'Ukraine. Cette annonce est intervenu peu avant un appel téléphonique entre le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine, que l'Elysée a décrit comme "les derniers efforts possibles et nécessaires pour éviter un conflit majeur en Ukraine" après leur rencontre le 7 février.

Lire aussi 6 mnUkraine : Macron s'entretient avec Poutine, "dernier effort pour éviter un conflit majeur" (Élysée)

Moscou avait auparavant annoncé que les quelque 30.000 soldats russes, selon le décompte des Etats-Unis, se trouvant au Bélarus pour des exercices militaires depuis le 10 février se retireraient à l'issue de ceux-ci, ce dimanche.

A la place d'un retrait, le ministère bélarusse de la Défense a annoncé que Minsk et Moscou avaient décidé de "poursuivre l'inspection des forces" du fait de la flambée de violences dans l'Est de l'Ukraine, où les forces de Kiev combattent des séparatistes prorusses soutenus par la Russie. La Russie est déjà accusée par les Occidentaux, malgré plusieurs annonces de retrait militaire, d'avoir massé 150.000 soldats aux frontières de l'Ukraine, en Russie et au Bélarus. Moscou se défend de tout projet d'invasion mais réclame des garanties pour sa sécurité, dont la promesse que l'Ukraine n'intègrera jamais l'Otan et la fin du renforcement des forces de l'Alliance à ses frontières, autant de demandes que les Occidentaux ont rejetées.

Cette crise a provoqué une escalade des tensions telle que l'Europe n'a pas connu depuis la Guerre froide.

(Avec Reuters et AFP)

Lire aussi 7 mnUkraine : si la Russie attaque, les entreprises russes ne pourront plus commercer en dollars et en livres : "ça frappera très très fort" (Boris Johnson)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 20/02/2022 à 17:44
Signaler
VOila une façon habille de détourner les jeux de langage du camp anglosaxon et affiliés : si ça dérape se sera justement par un effet "prophétie autorealisatrice" telle que décrite par le sociologue R. K. Merton... et non parce que c'était l'intenti...

à écrit le 20/02/2022 à 14:39
Signaler
Je partage l'avis des dirigeants russes. Les déclarations américaines notamment remettent de l'huile sur le feu. Et il est temps que les Ukrainiens de Kiev se calment...A défaut, tout le monde sait où se situera la nouvelle frontière entre l'Ukraine ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.