Ukraine : si la Russie attaque, les entreprises russes ne pourront plus commercer en dollars et en livres : "ça frappera très très fort" (Boris Johnson)

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé que Londres et Washington empêcheraient les entreprises russes de "commercer en livres et en dollars" en cas d'invasion russe en Ukraine, dans une interview diffusée dimanche par la BBC. Samedi, Boris Johnson, avait également déclaré que les sanctions britanniques rendraient "impossible" l'utilisation par Moscou de la place financière britannique. De son côté, le G7 a souligné lui aussi qu'il prendrait des sanctions financières et économiques concertées "sur un large éventail de cibles sectorielles et individuelles qui imposerait un cout sévère et sans précédent à l'économie russe".
Boris Johnson, le chef du gouvernement britannique
Boris Johnson, le chef du gouvernement britannique (Crédits : POOL)

Promises en cas d'attaque de la Russie contre l'Ukraine, les représailles occidentales à l'égard de la Russie se précisent, à l'heure où la probabilité d'une guerre devient de plus en plus forte. Alors qu'Emmanuel Macron s'entretient ce matin avec Vladimir Poutine pour tenter d'empêcher un conflit en Ukraine, le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé dans une interview diffusée dimanche par la BBC, que Londres et Washington empêcheraient les entreprises russes de "commercer en livres et en dollars" en cas d'invasion russe en Ukraine.

"Nous allons empêcher les entreprises russes de lever des fonds sur les marchés britanniques, et nous allons même, avec nos amis américains, les empêcher de faire des transactions en livres et en dollars", a déclaré le chef du gouvernement britannique dans cette interview enregistrée samedi en marge de la conférence sur la sécurité de Munich. "Ça frappera très très fort", a-t-il averti.

Lire aussi 6 mnUkraine : Macron s'entretient avec Poutine, "dernier effort pour éviter un conflit majeur" (Élysée)

Samedi, Boris Johnson, avait déclaré que les sanctions britanniques rendraient "impossible" l'utilisation par Moscou de la place financière britannique.

"Nous ouvrirons" les poupées russes des sociétés détenues par la Russie "jusqu'à ce que nous trouvions les ultimes bénéficiaires", a-t-il averti.

Loi qui permet de durcir le régime de sanctions

Le Royaume-Uni a adopté jeudi dernier la législation qui lui permet de durcir son régime de sanctions contre la Russie. Annoncé le mois dernier, ce nouveau régime vise à permettre à Londres, critiqué pour avoir longtemps fermé les yeux sur l'afflux d'argent russe sur son sol, de cibler les intérêts qui intéressent directement le Kremlin.

"Le Royaume-Uni peut à présent sanctionner non-seulement ceux qui sont directement liés à la déstabilisation de l'Ukraine, mais aussi des entités affiliées au gouvernement de Russie et des entreprises d'importance stratégique et économique pour le gouvernement russe", a souligné le ministère des Affaires étrangères, citant des secteurs comme la chimie, la défense ou encore les services financiers.

Le gouvernement britannique a notamment annoncé l'arrêt immédiat pour raisons de sécurité de ses "visas en or" réservés aux riches investisseurs. Il s'agit de s'attaquer à la "finance illicite", avait souligné dans un tweet la ministre des Affaires étrangères Liz Truss. "Ce genre d'activités malfaisantes, notamment ce que nous observons de la part de la Russie en ce moment, n'a pas sa place au Royaume-Uni", avait-elle ajouté.

Inaugurés en 2008, ces visas sont réservés aux investisseurs disposant d'au moins deux millions de livres sterling (2,4 millions d'euros) souhaitant s'établir au Royaume-Uni. Mais certains cas ont soulevé des "préoccupations" en termes de sécurité, notamment concernant des "gens qui ont amassé leur richesse de manière illégitime" et liés à des affaires de corruption, a souligné le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. L'arrêt de ces visas, surnommés "visas en or", concerne toute les nationalités, mais les regards se tournent vers la Russie. Interrogé jeudi avant l'officialisation de la fin de ces visas, le Premier ministre Boris Johnson avait mis en avant les lois "sévères" en vigueur contre le blanchiment d'argent et menacé de durcir l'accès des compagnies russes aux marchés britanniques. Il avait aussi critiqué la dépendance européenne aux hydrocarbures russes, appelant à y mettre fin : "Nous ne pouvons pas être soumis à un tel chantage de la part de Vladimir Poutine".

"Un éventail de sanctions financières et économiques sans précédent"

Dans un communiqué diffusé samedi, le G7 a souligné lui aussi qu'il prendrait des sanctions financières et économiques concertées "sur un large éventail de cibles sectorielles et individuelles qui imposerait un cout sévère et sans précédent à l'économie russe". Dans une récente interview au quotidien français Le Monde, José Fernandez, sous-secrétaire d'Etat américain en charge de la croissance économique, de l'énergie et de l'environnement, avait averti que Washington était préparé à "adopter des sanctions qui auraient un coût élevé pour l'économie russe, notamment son système financier, et des contrôles d'exportations sur des produits qui sont essentiels pour les ambitions du Kremlin et de Vladimir Poutine".

"Ces sanctions ne cesseraient d'augmenter et seraient sans précédent" avait-il ajouté, expliquant que ce qui est envisagé irait "au-delà des pures sanctions". "Nous parlons d'actions qui isoleraient la Russie et la transformeraient en paria dans le système financier."

Outre le secteur financier, des sanctions concerneront le secteur énergétique et les exportations de produits de haute technologie, a récemment indiqué la présidente de la Commission européenne Ursula von der Layen.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a admis que des sanctions à l'encontre de la Russie en cas d'invasion de l'Ukraine auraient des "répercussions mondiales", dans un entretien à l'AFP. "Evidemment, nous voulons que cela pèse surtout sur la Russie. Mais nous reconnaissons que ces sanctions auront aussi des répercussions mondiales", a-t-elle souligné.

"Renforcement des alliés de l'Otan sur le flanc oriental"

Mais les sanctions ne seront pas seulement de nature économique.

"Nous ne nous arrêterons pas aux mesures économiques. Nous renforcerons encore nos alliés de l'Otan sur le flanc oriental", a déclaré samedi la vice-présidente américaine Kamala Harris, lors d'un discours à la Conférence sur la sécurité de Munich.

Les Etats-Unis ont déjà déployé quelques 6.000 personnels militaires supplémentaires en Roumanie, Pologne et Allemagne, a-t-elle rappelé.

Nos forces "ne seront pas déployées pour se battre en Ukraine", qui n'est pas membre de l'alliance atlantique, mais "elles défendront chaque centimètre du territoire de l'Otan", a-t-elle prévenu.   

"La Russie n'en a rien à foutre"

Que va faire la Russie ? La semaine dernière en tout cas, ces menaces ne semblaient pas l'inquiéter. Moscou "n'en a rien à foutre" des risques de sanctions occidentales, avait même déclaré sans ambages l'ambassadeur russe en Suède dimanche dernier.

"Pardonnez-moi l'expression, mais nous n'en avons rien à foutre de toutes leurs sanctions", a indiqué Viktor Tatarintsev au Aftonbladet, dans un entretien diffusé tard le 11 février dernier sur le site internet du journal suédois.

"On nous a déjà imposé tellement de sanctions, et dans un sens elles ont eu des effets positifs sur notre économie et notre agriculture", soulignait l'expérimenté Viktor Tatarintsev, qui parle couramment suédois et a occupé plusieurs postes en Suède.

"Nous sommes davantage autosuffisants et avons été capables d'augmenter nos exportations. (Par exemple) nous n'avons pas de fromages italiens ou suisses, mais nous avons appris à fabriquer des fromages russes aussi bons en utilisant des recettes italiennes ou suisses", a-t-il expliqué.

"De nouvelles sanctions n'ont rien de positif, mais ne sont pas aussi mauvaises que l'Occident le dit", avait-il assuré. Pour lui, les pays occidentaux ne comprennent pas la mentalité russe: "Plus l'Occident fait pression sur la Russie, et plus forte sera la réponse russe".

Lire aussi 4 mnUkraine : "Les déclarations alarmistes des puissances occidentales sur l'imminence d'une invasion russe pourraient avoir des conséquences néfastes » (Kremlin)

Lire aussi 4 mnUkraine : Joe Biden veut rencontrer Vladimir Poutine pour éviter la guerre

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 21/02/2022 à 22:16
Signaler
Si la Russie attaque, ce sera la guerre avec l'Otan, qui ne demande que ça, et la question du commerce ne se posera plus. Ce n'est pourtant pas compliqué : l'Ukraine, qui est à peine un pays, et en tout cas pas une démocratie, n'a rien à faire allié...

à écrit le 21/02/2022 à 10:10
Signaler
Il serait temps que les européens puissent utiliser l'euro à la place du dollar pour payer les échanges commerciaux.(pétrole , gaz) Autre urgence dont ne parle aucun des candidats à la présidentielle, mettre fin à ce droit ahurissant qu'on les USA d'...

le 21/02/2022 à 11:28
Signaler
Les européens sont les larbins historiques des américains, revisitez l' excellent "qui gouverne la France et l' Europe" de l' ..excellent F Asselineau et vous y verrez la sujétion et l' occupation en temps réelle. Cette vidéo ...

à écrit le 21/02/2022 à 7:05
Signaler
Boris Johnson à des problèmes intérieur personnel qui l'oblige a devoir étaler beaucoup de marmelade sur n'importe quel sujet. Tout est bienvenu. La Russie ne commerce plus avec l'usd depuis plus de 15 ans. Ces réserves monétaires sont en précieux ( ...

le 21/02/2022 à 12:13
Signaler
@tartine de confiture: 1). La Russie commerce bien en dollars, et une part considérable des réserves, même si en diminution, est bien en dollars. 2) Non, la Chine est un tout petit client en ce qui concerne le gaz russe et important, mais pas majorit...

le 21/02/2022 à 16:11
Signaler
L'on parle de la Russie !... LE client de LA Russie est LA Chine et LE fournisseur de LA Russie est LA Chine. Concernant les réserves monétaires: puisque le comité de censure de la tribune ( la Pravda ne faisait pas différemment ) agit et squeeze le ...

à écrit le 20/02/2022 à 19:23
Signaler
Imaginez la GB et usa interdit de commercer avec la zone d elibre echange ave cune monnaie commune de 6 milliards d'habitants , imaginez que 6 milliards ne se servent plus du dollar et de la livre anglaises , imaginez que la ...

à écrit le 20/02/2022 à 18:29
Signaler
La meilleure occasion de créer un marché financier basé sur le yuan et l'euro, et de se débarrasser ainsi des nuisances constantes que créent les anglo-saxons et leurs lois extraterritoriales.

à écrit le 20/02/2022 à 18:03
Signaler
bon, ben ca se fera en bitcoin, alors.......toute arme etant a double tranchant, sachant la dette des etats unis et sachant que son seul pouvoir est le dollar ' notre monnaie et votre probleme', si ca se passe bien via le bitcoin, les usa auront en p...

à écrit le 20/02/2022 à 17:07
Signaler
,>...l'expérimenté Viktor Tatarintsev: "... mais nous avons appris à fabriquer des fromages russes". Ce bonhomme a oublié deux détails. 1). Le plus important: C'est la Russie qui a interdit les fromages d'autres agro-alimentaire européens, pas l'i...

à écrit le 20/02/2022 à 15:02
Signaler
Enfin , ils pourront faire leur commerce en euro, c'est la plus grande menace que les américains craignent , c'est pourquoi ils passent leur temps à torpiller l'UE.

à écrit le 20/02/2022 à 14:11
Signaler
Sans aucun cautionnement de ma part, bien au contraire, Poutine agit comme un joueur d'échec et a déjà beaucoup gagné il semble, sans faire aucune guerre et juste en montrant le muscles : les USA-UK-Europe ont dévoilé leur jeu en cas d'attaque sur l'...

à écrit le 20/02/2022 à 14:09
Signaler
La tension internationale est à son comble. Attaquera, attaquera pas ? Est-ce que celà peut tourner à une conflit nucléaire ? Je ne peut par prédire ce que je ne comprends pas vraiment. Je pense que ce que font les Russes n'est pas totalement logiqu...

à écrit le 20/02/2022 à 14:05
Signaler
Si vous êtes dans l' Otan vous êtes de facto entrainé dans la rhétorique guerrière des américains. F Asselineau ce jour "Willy Wimmer,ex vice-Pdt OSCE,confirme aussi la version russe. Ministre allemand de la défense de 1985 à 1992,il a ...

le 20/02/2022 à 17:22
Signaler
@Gedeon: Non, il n'existe aucun document signé par l'OTAN. Il y a eu certaines promesses de Kohl à Gorbachev, donc, à l'URSS. Mais M. Kohl n''est pas égal à l'OTAN, et la Russie n'est pas l'URSS.

le 20/02/2022 à 19:15
Signaler
On croirait entendre un médecin du moyen age. Le frexit est devenu la pillule universelle contre tous les maux. Vous avez de la fièvre ou le rhume? Frexiter. C'est à mourir de rire.

le 21/02/2022 à 6:15
Signaler
à TOLOTITI Frexiter quand on voit la grande nullité des européens, c'est vraiment une bonne solution. Poutine vous parle d'armement et vous lui répondez commerce ou monnaie. L'Europe et les USA montrent leur immense peur devant une guerre potentielle...

à écrit le 20/02/2022 à 13:53
Signaler
Séquence humour en ce début d'après-midi : si la Russie doit se passer du dollar et de la livre, cela nuira d'abord aux USA et à la Grande Bretagne. Elle pourra toujours commercer en rouble, en euro, en livre turque, en lingots d'or, d'argent ou de p...

à écrit le 20/02/2022 à 13:50
Signaler
Les européens suivent depuis toujours la ligne des néos-conservateurs us composant le deep state impérialiste ; lisez Hindi spécialiste du sionisme et des néos conservateurs us rappelant le rôle et la doctrine théorisés par un Zbigniev Brezinski soit...

à écrit le 20/02/2022 à 13:44
Signaler
N' oublions jamais que BJ est un élément rapproché du dispositif mondialiste pro Schwab, dispositif que refusent Poutine et XI. Tout est là, sans plus. D' un côté les servants européens de Schwab pro guerre russe poussés, m...

à écrit le 20/02/2022 à 13:34
Signaler
Il serait peut-être temps pour les médias de s'intéresser sérieusement à qui est M.Zelensky, quel est son cursus, sa fortune et ses qualités...?

à écrit le 20/02/2022 à 13:32
Signaler
L’Iran a subi et continue de subir les mêmes sanctions, et pourtant! Le bitcoin et autres monnaies virtuelles ont de beaux jours devant eux!

à écrit le 20/02/2022 à 13:32
Signaler
L’Iran a subi et continue de subir les mêmes sanctions, et pourtant! Le bitcoin et autres monnaies virtuelles ont de beaux jours devant eux!

le 20/02/2022 à 18:40
Signaler
Essayez d'acheter une baguette de pain en crypto-jetons avant de parler de "monnaies" qui n'en sont pas...

à écrit le 20/02/2022 à 13:02
Signaler
Ce n'est pas la Russie qui attaque, mais l' Ukraine appuyée par les USA et l'OTAN qui attaquent le Donbass, obligeant Poutine à Réagir!

le 20/02/2022 à 17:25
Signaler
@andrew: Mais oui, biensûr. L'Ukraine attend pour que les forces russes dépassent la totalité des troupes ukrainiennes pour attaquer le Donbass ! Non, vous y croyez sérieusement?

à écrit le 20/02/2022 à 12:29
Signaler
Le gouvernement britannique a notamment annoncé l'arrêt immédiat pour raisons de sécurité de ses "visas en or" Un pays dont on peut acheter la citoyenneté ? ShitHole country !

à écrit le 20/02/2022 à 12:25
Signaler
Pas de commerce extérieur en livre sterling pour la confédération russe sauf avec la Grande-Bretagne... En effet, la Grande-Bretagne attend toujours son réchauffement climatique et les rallonges électriques sont un peu courtes dans l'industrie ...

à écrit le 20/02/2022 à 12:23
Signaler
Boris raisonne comme l'aurait fait la Reine Victoria à la grande époque angleterre avec l'Empire du Commonwealth. Maintenant la Livre existe peu dans les échanges mondiaux et les sociétés russes ont appris à commercer sans le dollar notamment avec l'...

à écrit le 20/02/2022 à 12:18
Signaler
bojo le clown yankee, il est marrant avec sa marie antoinette. apres un "bon" covid, les europeens souhaitent une "bonne" guerre, toujours aux ordres de leurs maitres americains.

à écrit le 20/02/2022 à 12:16
Signaler
bojo le clown yankee, il est marrant avec sa marie antoinette. apres un "bon" covid, les europeens souhaitent une "bonne" guerre, toujours aux ordres de leurs maitres americains.

à écrit le 20/02/2022 à 12:05
Signaler
Vous voulez dire que cela pourrait donc mettre encore un coup supplémentaire à la mondialisation après Trump ? Hum ça fait hésiter quand même hein... ^^

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.