Ukraine : Londres hausse le ton face à Moscou

Le Royaume-Uni, qui dispose de 1.150 soldats en Europe de l’Est, envisage de doubler ses troupes, et veut « cibler davantage d'intérêts russes qui intéressent directement le Kremlin ». Ces mesures visent à dissuader Moscou d’envahir l’Ukraine.

2 mn

(Crédits : POOL)

Le Royaume-Uni emploie la manière forte. Pour dissuader le Kremlin d'envahir l'Ukraine, Londres se dit prêt à demander à l'Otan de doubler le contingent britannique de quelques 1.150 soldats actuellement déployés en Europe de l'Est. Mais ce n'est pas tout. Ce dimanche sur Sky News, Liz Truss, la cheffe de la diplomatie britannique, a indiqué vouloir « cibler davantage d'intérêts russes qui intéressent directement le Kremlin ». Le régime actuel de sanctions ne permet actuellement de « cibler que les entreprises ayant une implication directe dans la déstabilisation de l'Ukraine », a-t-elle expliqué.

« Ce que nous cherchons à faire, a-t-elle poursuivi, c'est d'élargir le champ d'application des sanctions afin que toute entreprise présentant un intérêt pour le Kremlin et le régime russe puisse être visée. » Et ce alors que le Royaume-Uni est accusé de fermer les yeux sur l'afflux de fonds russes sur son sol. « Les oligarques de Poutine et les entreprises russes impliquées dans le soutien de l'Etat russe n'auront nulle part où se cacher », a-t-elle renchéri. Le Premier ministre Boris Johnson doit bientôt parler au président russe Vladimir Poutine pour l'exhorter à « reculer ». Il se rendra dans les jours qui viennent en Ukraine. Sachant que l'annonce d'un renforcement du régime de sanctions est attendu lundi.

Fortes tensions entre la Russie et l'Occident

Les relations entre la Russie et l'Occident ont atteint leur point le plus bas depuis la Guerre froide. La Russie a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine, faisant craindre une invasion. Si le gouvernement russe nie tout projet en ce sens, il insiste sur des garanties écrites pour la sécurité de la Russie, y compris la promesse que l'Ukraine n'entrera pas dans l'Otan.

Les Etats-Unis et les pays européens travaillent depuis plusieurs jours sur les sanctions à prendre en cas d'attaque de la Russie contre l'Ukraine. La réduction des achats de gaz et de pétrole, qui représentent respectivement 43% et 20% de l'approvisionnement de l'UE, et qui financent largement le budget russe, serait sur la table selon l'AFP, mais le sujet divise l'Union européenne. Une grande inconnue reste par ailleurs la position du tout jeune gouvernement de coalition allemand en cas d'escalade avec la Russie. Côté américain, Joe Biden, le président américain envisage d'interdire aux banques russes d'utiliser le dollar, devise reine des échanges internationaux.

(avec AFP et Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 31/01/2022 à 11:31
Signaler
Les Anglais saisis à nouveau par leur vieux démon : semer la pagaille en Europe. Pas très brillant, le Bo Jo

à écrit le 31/01/2022 à 10:33
Signaler
Donc Boris serait décidé à stopper les importations d'or et de platine russe, et à planter les revenus de son LME, qui lui aura sauvé la mise, puisque les cours grimpent bien depuis 2019. Si le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis la ramenaient ...

le 31/01/2022 à 13:55
Signaler
Londres est un paradis des oligarques, de diverses origines. La capacité britannique de sanctionner la partie hydrocarbures serait évidement importante. Les Pays-Bas (CPI), premier exportateur européen de fossiles russes, et flux puissant d'investiss...

à écrit le 30/01/2022 à 20:49
Signaler
bojo va intervenir? il n'a pas vu ou est l'ukraine sur la carte? c'est a cote de l'europe dont le UK ne fait plus partie.......alors sur que poutine tremble de tous ses membres.........he, les suedois et les yanks font de la manoeuvre en baltique, au...

à écrit le 30/01/2022 à 18:58
Signaler
sans l'armée US, l'OTAN c'est pas grand chose face a la Russie l'armée US reste fidele au "capitaine" et ne bougera pas.

à écrit le 30/01/2022 à 18:22
Signaler
La Russie n'arrête pas de dire qu'elle ne veut pas la guerre, les autres pays n'arrêtent pas d'accumuler des montagnes de sanctions au cas où il y ai la guerre... vous avez pas l'impression que ya un truc qui cloche dans tout ça ? Un engrenage qui ma...

à écrit le 30/01/2022 à 18:09
Signaler
BojO est sur un siège éjectable. Il tente de reprendre la main pour éviter l'éjection. C'est sans doute trop tard. Son attitude ne fera que marginaliser un peu plus la Grande Bretagne. Un nain sur l'échiquier politique mondial.

à écrit le 30/01/2022 à 17:50
Signaler
Boris Johnson veut faire oublier ses incartades en recentrant l'attention des Britanniques sur les tensions avec la Russie, pour se présenter en homme fort. Ça peut marcher où nous mettre tous en danger. Deux "irresponsables" en face à face...

à écrit le 30/01/2022 à 15:49
Signaler
Il veut faire oublier les ennuis qu'il a en GB en étant "martial" ? Côté russes, ça doit les faire 'rire' de voir autant d'agitation, de postures, presque de panique (ils perdent leurs nerfs ?). C'est pas facile la dissuasion. :-) La Russie a dit ce...

à écrit le 30/01/2022 à 15:40
Signaler
joe biden souhaite que chaque pays europeen fasse comme la pologne et leur achete du charbon et du gaz de schiste made in america. c'est du business avant tout

à écrit le 30/01/2022 à 15:39
Signaler
les rosbeefs dans leur role naturel de suppo des americains, comme d'habitude. faire une enieme guerre pour faire tourner l'economie americaine qui est en panne, en sacrifiant quelques milliers de jeunes gens qui reviendront aux usa entre 4 planches...

à écrit le 30/01/2022 à 15:38
Signaler
les rosbeefs dans leur role naturel de suppo des americains, comme d'habitude. faire une enieme guerre pour faire tourner l'economie americaine qui est en panne, en sacrifiant quelques milliers de jeunes gens qui reviendront aux usa entre 4 planches...

à écrit le 30/01/2022 à 14:23
Signaler
Mr Johnson n'a qu'un but , semer la zizanie dans l'UE pour se venger et se refaire une santé , lamentable. A part les américains et les anglais demandons nous à qui profite le crime d'un conflit Russie vs UE.

à écrit le 30/01/2022 à 13:59
Signaler
L'intérêt de la GB c'est de mettre "le feu au poudre" pour devenir indispensable face a l'UE de Bruxelles, qui n'aura, ainsi, pas d'autre solution qu'appliqué des sanctions vis a vis de Moscou!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.