Ukraine : selon Le Drian, l'invasion par la Russie est imminente, "toutes les conditions sont réunies"

Le danger est "clair et imminent" et "tous les éléments sont réunis pour qu'il y ait une intervention russe en Ukraine, a déclaré Jean-Yves Le Drian sur France 2 ce matin. Les interventions du ministre français des Affaires étrangères s'inscrivent dans le ballet diplomatique déployé depuis des semaines par les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN pour tenter de dissuader la Russie de s'emparer de l'Ukraine. Le contenu des discussions avec la Russie a fuité, et celle-ci considère que le compte n'y est pas. Pas encore.
Jérôme Cristiani

6 mn

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, au Quai d'Orsay à Paris, France, le 27 janvier 2022.
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, au Quai d'Orsay à Paris, France, le 27 janvier 2022. (Crédits : Reuters)

La Russie ne veut pas de l'OTAN à sa porte, elle conteste à l'Ukraine, son ancien satellite du temps de l'URSS, toute velléité d'indépendance, surtout s'agissant de rejoindre l'Organisation du traité de l'Atlantique-Nord (OTAN), un pacte d'assistance militaire historiquement tourné contre elle.

Malgré la pression exercée par les États-Unis et ses alliés, la Russie réussit cependant, par ses manoeuvres (y compris militaires) à créer une zone d'incertitude qui met la galaxie diplomatique internationale en ébullition. Pour empêcher une invasion de l'Ukraine, les actions de soutien très visibles se succèdent (visite d'Anthony Blinken, de Boris Johnson...) comme fusent les déclarations belliqueuses, les menaces de rétorsion, ou les cris d'alarme.

En France, les interventions médiatiques de Jean-Yves le Drian se multiplient, leur fréquence suggérant en soi l'urgence de la situation.

Ainsi ce matin même sur France 2, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, estimait que le danger était "clair et imminent". Tout en ajoutant aussitôt qu'il n'y avait pour l'heure aucune information sur la volonté du président russe Vladimir Poutine de lancer une offensive sur l'Ukraine. Pour autant, son analyse de la situation militaire est clairement pessimiste :

"La situation est très grave. Il y a des dizaines de milliers de soldats russes aux frontières de l'Ukraine", a dit le ministre sur France 2.

Il ajoutait:

« Tous les éléments sont réunis pour qu'il y ait une intervention. »

Le "Pas un pas de plus!" de Baerbock approuvé par Le Drian

Samedi dernier, le 29 janvier, après l'échange la veille entre le président Emmanuel Macron et Vladimir Poutine et alors que l'Ukraine presse ses alliés de manifester de la fermeté, le ministre des Affaires étrangères français disait, dans une interview donnée au JDD, reprendre à son compte les propos de son homologue allemande:

« Toute atteinte nouvelle à l'intégrité territoriale de l'Ukraine aura des conséquences massives. On ne peut pas être plus clair. Ma collègue allemande Annalena Baerbock a dit "pas un pas de plus!", je fais mienne cette expression.»

Au JDD qui lui demandait si le chemin de la diplomatie prôné avec obstination par la France avait donné des résultats jusqu'à présent avec la Russie, le ministre répondait:

«Dans une affaire aussi grave, notre stratégie, telle que le Président de la République l'a définie, repose sur trois principes : la fermeté, la solidarité et le dialogue.»

Poursuite du ballet diplomatique

Le ballet diplomatique se poursuit ce mercredi autour de l'Ukraine, après que Vladimir Poutine a dit espérer "une solution" à la profonde crise russo-occidentale tout en affirmant craindre un "conflit armé".

Ce mercredi, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte a été reçu par le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev, au lendemain des visites des chefs des gouvernements britannique et polonais.

Demain jeudi, c'est le président turc, Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est un fournisseur de drones de combats à l'Ukraine, qui est attendu.

Boris Johnson à l'offensive sur les sanctions financières et commerciales

Hier mardi, c'était le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui en visite en Ukraine pour afficher le soutien de Londres à Kiev, avertissait les Russes que la Grande-Bretagne imposera automatiquement des sanctions immédiates contre les intérêts commerciaux et des ressortissants russes en cas d'offensive de la Russie contre l'Ukraine.

Lundi, le 31 janvier, la ministre des Affaires étrangères britannique, Liz Truss, avait annoncé une nouvelle loi pour durcir le régime de sanctions du Royaume-Uni qui pourrait être utilisé en cas d'attaque de la Russie contre l'Ukraine. Devant la Chambre des Communes, elle expliquait que ces sanctions pourront viser un plus grand nombre d'individus et d'entreprises en fonction de leur importance pour le Kremlin:

« Nous pourrons cibler toute entreprise liée à l'État russe, qui exerce des activités d'importance économique pour l'État russe ou opère dans un secteur d'importance stratégique pour l'État russe. Non seulement nous serons davantage en mesure de cibler ces entités, mais nous pourrons également poursuivre ceux qui les possèdent ou les contrôlent », a ajouté la ministre.

Statu quo après le coup de fil d'Anthony Blinken à Sergueï Lavrov, hier

Mardi encore, c'était le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken qui déclarait à son homologue russe Sergueï Lavrov que le moment était venu de retirer les soldats russes déployés à la frontière avec l'Ukraine si Moscou ne comptait pas lancer une attaque, selon les confidences d'un haut représentant du département d'Etat américain.

À l'issue de ce coup de téléphone qui aurait duré une vingtaine de minutes, aucune avancée vers une sortie de crise n'a toutefois été obtenue, a précisé cette source restée anonyme qui indiquait que Washington n'avait constaté sur le terrain aucun signe d'une potentielle désescalade.

"Nous continuons d'entendre des garanties que la Russie ne prévoit pas d'envahir, mais chaque action que nous constatons dit l'inverse, avec le déploiement continu de soldats, d'armes lourdes, les mouvements vers la frontière", a dit ce haut représentant du département d'Etat américain.

Vladimir Poutine dénonce l'avancée vers l'est de l'OTAN

Mardi également, Vladimir Poutine, qui s'exprimait pour la première fois publiquement depuis des semaines sur la crise autour de l'Ukraine, a accusé les Etats-Unis d'ignorer des préoccupations sécuritaires légitimes de la Russie pour sa sécurité.

Il aussi estimé que Washington jouait la surenchère pour entraîner Moscou dans un "conflit armé" afin de pouvoir lui infliger les "sanctions les plus dures".

"J'espère que, au final, nous trouverons une solution", a-t-il ensuite dit.

Selon Moscou, la question fondamentale n'est pas le déploiement militaire russe massif aux portes de l'Ukraine depuis des semaines et que l'Occident dénonce, mais la menace de l'avancée vers l'Est de l'Otan.

La Russie exige donc la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance, ainsi que le retrait d'Europe de l'Est de ses capacités militaires.

El Pais fait fuiter le contenu des discussions avec la Russie

Ces demandes ont été rejetées par les Etats-Unis et leurs alliés, Washington proposant en retour de travailler aux d'autres mesures de confiance sur des limites au déploiement de missiles ou aux manoeuvres militaires.

Le quotidien espagnol El Pais a publié le détail des réponses américaines et de l'Otan à la Russie, une fuite dont le contenu n'a été démenti par aucun des camps.

Dans le texte américain, Washington propose que les deux rivaux s'engagent à ne pas déployer de moyens militaires offensifs en territoire ukrainien, que la Russie inspecte certaines infrastructures militaires qui l'inquiètent en Europe, et que les deux pays s'accordent sur un contrôle des armements de courte et moyenne portée.

Les Etats-Unis se disent aussi prêt à discuter de "l'indivisibilité de la sécurité". Le Kremlin se fonde sur ce concept pour réclamer un recul de l'Otan du voisinage de la Russie, arguant que la sécurité des uns ne peut se faire aux dépens d'autres, en dépit du droit de chaque Etat, et donc de l'Ukraine, à choisir ses alliances.

(avec AFP et Reuters)

Jérôme Cristiani

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 19/02/2022 à 0:04
Signaler
SVP mes paroles ne seront jamais écouté mais je vais dire quand même quelque chose s'il vous plaît arrêtez cette guerre des enfants des vieillards des innocents vont mourir tout ça pourquoi !! pour un pouvoir ... Des familles entières font mourir...

à écrit le 08/02/2022 à 7:49
Signaler
Pourra t'on poursuivre ce monsieur Le Drian pour entre autre diffusion de fausses nouvelles ? Producteur de fake news ? Ce qui m'étonne c'est que pour sa guerre en Syrie avec Hollande, Fabius et le fameux Al Nostra fait du bon boulot.. on ne les ai ...

à écrit le 05/02/2022 à 18:29
Signaler
Qu'est ce qu'il à l'air fatigué drian ! On sent qu'il pense déjà au prochain épisode de derrick !

à écrit le 03/02/2022 à 13:09
Signaler
Bonjour, vue que les usa et l'OTAN leurs ons répondus merde poliment. Je crains que Mr le Drian ai vus juste...ils vont surement attendre le printemps.. Histoire de bien laisser les Ukrainiens attendre dans les tranchées...

à écrit le 03/02/2022 à 10:05
Signaler
Toujours à vouloir terroriser pour se donner de "la valeur", au lieu d'agir pour que la vie des français soit normale!

à écrit le 03/02/2022 à 8:44
Signaler
Et bien moi je dis qu'il n'y aura pas de guerre, est-ce que le Drian fait de la pub volontairement aux déclarations américaines ou bien le pense t'il vraiment ? Le cours du brut grimper, jamais il n'a été aussi élevé et américains et russes en profit...

le 03/02/2022 à 10:26
Signaler
le ministre est comme m holland tres partial dans sa vision avec la russie pour etre clair il est aux ordre de bruxelles et des usa. et pas dans la vision d'unetat neutre comme le voyait le fondateur de la 5 ieme republique qui dialoguer avec tous

le 03/02/2022 à 10:53
Signaler
Une déclaration d'un simple ministre qui ne mange pas de pain donc parce que tout le monde l'a déjà oublié en fait.

à écrit le 03/02/2022 à 8:03
Signaler
La France restera-t-elle esclave de « l'Allemagne, de l'UE et des États-Unis pour l'éternité ? A quand l'indépendance?? Le Drian et de nombreux Français semblent oublier que sans la Russie, la France aurait encore été sous domination allemande et ...

le 03/02/2022 à 17:53
Signaler
100% d'accord... sans les Russes qui fonçaient sur le frond Est jusque Berlin nous n'aurions jamais éliminés les nazis , même les Américains galéraient depuis les plages du débarquement jusqu'aux Ardennes particulièrement ! De Gaulle avait même fait ...

à écrit le 02/02/2022 à 23:52
Signaler
On oublie mon pays, le Mali. C'est ce qui m'inquiète., le Mali. , mon pays.

le 03/02/2022 à 8:28
Signaler
Il ne faut pas seulement s'inquiéter pour le Mali mais pour toute l'Afrique! Les Africains n'ont-ils rien appris des ravages de l'esclavage et de la colonisation par l'Europe et les États-Unis ??!! L'unité politique africaine est probablement le seul...

à écrit le 02/02/2022 à 17:32
Signaler
La question est simple, faut-il sauver l'Ukraine pour tuer l'UE. Depuis que des irresponsables ont fait croire à l'Ukraine qu'ils rentreraient dans l'Otan et l'UE, les ukrainiens dont on entendait pas parler se sont senti très forts

le 02/02/2022 à 22:10
Signaler
Bien sûr qu il faut tenir face à la Russie. C est la garantie de la paix en Europe. Poutine gesticule parce que son régime est trop corrompu et que les russes en ont marre de lui. Les russes en tant que peuple ne suivront pas avec une guerre en Uk...

le 03/02/2022 à 10:32
Signaler
Il me semble que l'invasion de l'Ukraine par l'OTAN est antérieur celle de la Russie. C'est l'Europe qui est à l'origine de deux guerres mondiales. Ceux qui prétendent que Staline était complice de l'Allemagne nazi oublient de dire que Staline n'avai...

à écrit le 02/02/2022 à 16:09
Signaler
Ce que l'on peut remarquer la Russie tente de manoeuvrer à la reconnaissance et l'appartenance de la Crimée! à l'onu comme aquise , en sous ententu qu'ils s'arrêterons là . C'est un piège à éviter .

le 02/02/2022 à 18:41
Signaler
Exact.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.