Un salaire minimum entre en vigueur en Afrique du Sud

 |   |  307  mots
Le chef d’État sud-africain Cyril Ramaphosa
Le chef d’État sud-africain Cyril Ramaphosa (Crédits : POOL New)
Le salaire d'un montant de 20 rands l'heure (1,39 dollar, 1,21 euro), soit 3.500 rands par mois, devrait bénéficier à quelque 6 millions de travailleurs.

Des millions de travailleurs sud-africains vont bénéficier de l'entrée en vigueur ce 1er janvier 2019 d'un salaire minimum, a déclaré le président Cyril Ramaphosa, à cinq mois de délicates élections générales dans un pays qui se débat avec une croissance molle et un chômage record.

"C'est le résultat de nombreuses décennies de lutte sans relâche et une démonstration éclatante de la détermination commune à tous les partenaires sociaux à s'attaquer à la pauvreté et à l'inégalité", a déclaré le chef d'État sud-africain dans ses vœux de Nouvel An.

Le salaire minimum, d'un montant de 20 rands l'heure (1,39 dollar, 1,21 euro), soit 3.500 rands par mois, devrait bénéficier à quelque 6 millions de travailleurs. Selon le gouvernement, il va profiter à 70% des travailleurs agricoles et à 90% du personnel de maison. Les entreprises en difficulté financière seront dispensées de l'appliquer.

"Un salaire d'esclave" selon un syndicat du pays

Son instauration est une première en Afrique du Sud, qui possède l'économie la plus industrialisée du continent. Le parti politique au pouvoir, l'African National Congress, espère que cette mesure séduira sa base électorale traditionnelle de pauvres des townships et des zones rurales.

L'instauration d'un salaire minimum a en revanche été vivement critiquée par l'opposition et plusieurs syndicats. Le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), avait voté contre le salaire minimum, estimant qu'il allait se traduire par "d'importantes pertes d'emplois".

Le parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF) avait, lui, comme plusieurs syndicats, estimé que son montant était insuffisant. La deuxième fédération syndicale du pays, la Saftu, a dénoncé "un salaire d'esclave". Enfin, la plus grande centrale syndicale d'Afrique du Sud, la Cosatu, a salué "une injection importante d'argent dans les poches des travailleurs".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2019 à 17:14 :
Un Pays béni des Dieux qui, pour contrebalancer leurs faveurs, l’ont affublé de deux maux: l’apartheid des Blancs… puis des Noirs!
Plus que 50 ans à attendre pour que tous y vivent Libres!
a écrit le 01/01/2019 à 18:30 :
Allez les GJ. Tous en AFS pour defendre un smic a 1.27€/heure. Ça nous fera des vacances et au moins ça servira a quelque chose.... Vous decouvrirez ce que"pauvre" veut vraiment dire
Réponse de le 02/01/2019 à 10:25 :
@Nelson
Pourquoi opposer des pauvres à des pauvres ? Pourquoi ne pas parler plutôt envoyer des riches voir ce qui se passe chez Tous les pauvres du Monde et leur demander de mettre la main à la poche pour les aider?
Le populisme est vraiment dans l'air du temps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :