Une nouvelle fusillade aux Etats-Unis fait 14 morts

 |   |  328  mots
La police américaine n'a pas encore déterminé la motivation des assaillants.
La police américaine n'a pas encore déterminé la motivation des assaillants. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
La tuerie semble avoir été minutieusement préparée. Deux suspects ont été tués, et il semblerait qu'un troisième assaillant aurait pris la fuite. Barack Obama a dénoncé une nouvelle fois la fréquence des tueries aux Etats-Unis.

La fusillade qui s'est produite mercredi dans un centre social de San Bernardino, en Californie, a fait 14 morts et autant de blessés, a annoncé le chef de la police de la ville.

Les tireurs, qui pourraient être trois, ont ensuite quitté le bâtiment et auraient pris la fuite à bord d'un 4X4 de couleur foncée, a poursuivi Jarrod Burguan. On ignore leur mobile.

Deux suspects tués

Un homme et une femme soupçonnés d'avoir participé à cette fusillade ont été tués quelques heures plus tard dans un affrontement avec la police, qui avait pris en chasse un véhicule suspect repéré près d'une maison identifiée dans le cadre de l'enquête dans la ville voisine de Redlands.

Une troisième personne tentant de fuir ce véhicule a été arrêtée mais les enquêteurs ne sont pas certains de sa participation à la fusillade, a dit Jarrod Burguan, chef de la police de San Bernardino, localité située à une centaine de kilomètres à l'est de Los Angeles.

Un troisième assaillant en fuite?

Il est possible qu'un troisième assaillant reste en fuite et que d'autres personnes aient été "impliquées dans la préparation de cette attaque", a-t-il ajouté. La fusillade a éclaté à 11h00 à l'Inland Regional Center de San Bernardino, 100 km à l'est de Los Angeles.

"Nous n'avons pas d'information à ce stade attestant qu'il s'agit d'un acte terroriste, au sens où on l'entend habituellement. Evidemment, nous sommes au minimum face à une situation de terrorisme intérieur", a souligné Jarrod Burguan, ajoutant que les suspects disposaient d'armes automatiques.

Le président américain Barack Obama, qui milite en vain pour l'adoption d'une législation sur le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis, a invité ses concitoyens à ne pas considérer que les fusillades de ce type "font partie du cours normal des événements, parce que cela ne se produit pas aussi fréquemment dans les autres pays".

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :