Les Etats-Unis défient la Chine en approuvant une livraison d'armes à Taïwan

L'administration du président américain Joe Biden a approuvé pour la première fois une aide militaire directe à Taïwan dans le cadre d'un programme d'assistance destiné aux gouvernements étrangers, ont déclaré des responsables mercredi.
L'aide militaire accordée à Taïwan pour une livraison d'armes doit encore être votée par le Congrès.
L'aide militaire accordée à Taïwan pour une livraison d'armes doit encore être votée par le Congrès. (Crédits : Reuters)

C'est une annonce qui devrait entraîner la colère de Pékin. Le département d'Etat américain a informé mardi le Congrès de l'octroi d'une enveloppe de 80 millions de dollars (73 millions d'euros) à Taïwan, la première versée à l'île démocratique autonome dans le cadre du programme de financement militaire à l'étranger, au-delà des ventes d'armes. Le département d'Etat n'a pas annoncé officiellement cette aide ni donné de détails. Une source bien informée a cependant indiqué qu'elle est destinée à avoir une meilleure connaissance de l'espace maritime.

Lire aussiManœuvres chinoises autour de Taïwan sur fond de tension avec les Etats-Unis

Si Washington reconnait la Chine au détriment de Taipei depuis 1979, le Congrès américain impose parallèlement de fournir des armes à Taïwan, dans le but affiché de dissuader Pékin de toute velléité expansionniste. La Chine considère Taïwan comme une de ses provinces dont elle veut le retour dans son giron, au besoin par la force, même si elle dit privilégier une voie pacifique. Mi-août, le géant asiatique a ainsi lancé des manœuvres militaires à proximité de l'île, avec l'envoi de patrouilles maritimes et aériennes et des incursions dans sa zone d'identification de défense aérienne. Des manœuvres destinées, selon l'agence officielle Chine nouvelle, à tester la capacité des navires et avions chinois « à prendre le contrôle des espaces aériens et maritimes » et à combattre « dans des conditions réelles ». La Chine protestait alors contre la visite aux Etats-Unis de Lai Ching-te, vice-président de Taïwan.

 « Aucune reconnaissance de la souveraineté de Taïwan »

Le département d'Etat américain a souligné que cette toute première aide accordée dans le cadre de ce programme n'implique aucune reconnaissance de la souveraineté de Taïwan.

« Conformément à la loi sur les relations avec Taïwan et à notre politique de longue date d'une seule Chine, qui n'a pas changé, les Etats-Unis mettent à la disposition de Taïwan les articles (d'armement) et services de défense nécessaires pour lui permettre de maintenir une capacité d'autodéfense suffisante », a déclaré un porte-parole du département d'Etat. « Les Etats-Unis ont un intérêt constant (au maintien) de la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan, ce qui est essentiel pour la sécurité et la prospérité régionale et mondiale.»

Le ministère de la défense taïwanais a exprimé sa reconnaissance. « Cette aide contribuera à la paix et à la stabilité régionales », a-t-il assuré dans un court communiqué. Cette décision doit désormais être approuvée par le Congrès, ce qui ne fait pas de toutes, les démocrates tout comme les républicains soutenant Taïwan.

Le représentant Mike McCaul, président républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants et détracteur de la politique étrangère de Joe Biden, s'est félicité de cette mesure. « Ces armes vont non seulement aider Taïwan et protéger d'autres démocraties de la région, mais aussi renforcer la posture de dissuasion des Etats-Unis et garantir notre sécurité nationale face à un Parti communiste chinois de plus en plus agressif ».

Lire aussiLes Etats-Unis arment Taïwan et affichent leur soutien à l'île revendiquée par la Chine

Les relations entre Pékin et Taipei se sont envenimées en 2016 avec l'arrivée au pouvoir de la présidente Tsai Ing-wen, qui refuse toute prétention chinoise sur Taïwan, refuge des nationalistes chinois à la fin de la guerre civile en Chine, remportée par les communistes en 1949. L'actuelle cheffe de l'Etat, qui arrive au bout de ses deux mandats, ne pourra pas se représenter lors de l'élection présidentielle qui se tiendra en octobre. C'est son vice-président, Lai Ching-te, membre du Parti démocratique progressiste qui est le favori. En début de semaine, Terry Gou, le milliardaire fondateur de Foxconn a annoncé qu'il se lançait dans la campagne en tant que candidat indépendant. Il a promis « d'apporter la paix dans le détroit de Taïwan pour les cinquante prochaines années et d'instaurer les plus profonds fondements de confiance mutuelle entre les deux parties ».

Taïwan a rouvert ses frontières aux touristes chinois

Tout petit signe d'un réchauffement des liens entre Pékin et Tapeï, Taïwan a annoncé la semaine dernière un allègement des restrictions aux voyages d'affaires et voyages touristiques organisés en provenance de Chine continentale, dans le cadre d'une stratégie destinée à relancer les échanges touristiques de part et d'autre du Détroit. Taiwan avait rouvert ses frontières au tourisme en octobre après la crise du Covid-19, sauf aux voyageurs en provenance de Chine continentale.

A la question de savoir si ce revirement correspondait à une volonté de pacification des relations très tendues avec Pékin, un représentant du Conseil des affaires de Chine continentale, l'organisme gouvernemental taïwanais chargé des relations entre Pékin et Taipei, a répondu que Taipei espérait « relancer à tous les niveaux les échanges entre les deux parties ».

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 01/09/2023 à 12:54
Signaler
Il est effectivement difficile de croire que la candidature à la présidence du proprietaire de foxconn, 1 300 000 employés (dont plus d un million en chine) est dénuée de tout intéret personnel. Ses usines et sa fortune sont en chine. Il y exploite l...

à écrit le 31/08/2023 à 23:04
Signaler
Des armes pour les chinois de Taïwan mais pas pour les américains afin d'éviter tout soulèvement populaire à Washington tenue d'une main douteuse par un dirigeant (Joseph B.) sénile de 80 ans...

à écrit le 31/08/2023 à 11:54
Signaler
Pour mieux connaître la Chine, lisez les trois récits de Jean Tuan : "Un siècle chinois" (chez CLC Éditions) évoque le parcours de son père chinois arrivé en France en 1929, leur voyage en Chine en 1967 lors de la Révolution culturelle et les incroya...

à écrit le 31/08/2023 à 10:40
Signaler
L'ambiguïté diplomatique dans toute sa splendeur : On ne reconnaît pas son indépendance mais on lui vend des armes pour 'lui permettre de maintenir une capacité d'autodéfense suffisante' (contre l'état duquel il est dépendant politiquement, puisqu'il...

à écrit le 31/08/2023 à 10:15
Signaler
L'Australie, 25 millions d'habitants. Taïwan, 25 millions d'habitants. Taïwan à droit à l'autodétermination . La Chine? Un pays dirige oar des voyous...comme en Russie, en Iran, en Coree du Nord.

à écrit le 31/08/2023 à 9:12
Signaler
"Il a promis « d'apporter la paix dans le détroit de Taïwan pour les cinquante prochaines années" Le néolibéralisme où quand les politiciens sont aussi cupides que les hommes d'affaires aussi bavards que les politiciens.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.