May : "Le Royaume-Uni est ouvert pour les affaires"

La première ministre britannique souhaite faire du pays un "leader mondial du libre échange", a-t-elle déclaré samedi à Londres, avant de s'envoler en Chine pour le G20.
Je parlerai aux autres dirigeants internationaux des opportunités commerciales qui s'ouvriront à travers le monde entier pour le Royaume-Uni après le Brexit, a insisté la Première ministre.
"Je parlerai aux autres dirigeants internationaux des opportunités commerciales qui s'ouvriront à travers le monde entier pour le Royaume-Uni après le Brexit", a insisté la Première ministre. (Crédits : Neil Hall)

La Première ministre conservatrice Theresa May veut faire du Royaume-Uni post-Brexit un "leader mondial du libre échange", a-t-elle déclaré samedi à l'aéroport londonien d'Heathrow avant de partir pour la Chine, où elle participera au sommet du G20 à Hangzhou (est). "Le Royaume-Uni est ouvert pour les affaires", a-t-elle déclaré, interrogée par la presse sur la manière dont elle expliquerait aux dirigeants du G20 le vote du 23 juin des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

"Je parlerai aux autres dirigeants internationaux des opportunités commerciales qui s'ouvriront à travers le monde entier pour le Royaume-Uni après le Brexit", a-t-elle ajouté. "Et je parlerai de la manière avec laquelle le Royaume-Uni saisira ces opportunités, parce que mon ambition pour le Royaume-Uni est que nous devenions un leader mondial du libre échange".

Un partenariat avec la Chine

Theresa May, investie en juillet après la démission de David Cameron, a indiqué qu'elle s'entretiendrait avec le président chinois Xi pour "développer le partenariat stratégique" entre les deux pays, évoquant un "âge d'or dans les relations sino-britanniques". Elle devrait également aborder le projet controversé de construction de deux réacteurs nucléaires par EDF sur le site britannique d'Hinkley Point, dont l'investissement est financé à un tiers par l'entreprise chinoise CGN.

Alors que le gouvernement de Theresa May a déclaré vouloir "examiner avec soin" le projet, l'ambassadeur chinois à Londres a exhorté début août le Royaume-Uni à donner son feu vert "le plus tôt possible", laissant entendre que les relations entre les deux pays souffriraient dans le cas contraire.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 05/09/2016 à 8:22
Signaler
Le R-U veut négocier des accords de libre échange avec le reste du monde mais aussi avec l'UE. Ce qui revient à négocier des accords de libre échange entre l'UE et le reste du monde mais en passant obligatoirement par le R-U. Cela ne peut pas marcher...

à écrit le 04/09/2016 à 16:21
Signaler
Dans un monde globalisé, comment une puissance moyenne comme le Royaume-Uni peut espérer ne pas se faire marcher sur les pieds en s'isolant ? Pour l'instant Theresa May promet monts et merveilles, on verra ce que ça donnera à l'arrivée.

à écrit le 04/09/2016 à 14:26
Signaler
Avec l'engagement d'EDF en GB, parrainé par la France, ne pas accéder aux désirs de nos voisins pourra nous coûter cher. Nos gouvernants sont vraiment des nazes.

à écrit le 04/09/2016 à 10:33
Signaler
Est bien grosse fatigue, si les travailleurs sont aussi en forme, s'est pas gagné..😂

à écrit le 04/09/2016 à 9:47
Signaler
Force est de constater que le royaume-uni n'est pas en position de force pour negocier avec des grandes puissances que ce soit pour un traite de libre-echange ou pour renegocier les accords avec l'UE. Paris et Francfort lorgnent sur les activites de ...

à écrit le 04/09/2016 à 9:31
Signaler
TOut a fait normal que le Royaume Uni veuille s'ouvrir pour des affaires avec le monde entier, après un Brexit at sa presque sortie de l'Union Européenne, pour eviter que les migrants de Calais viennent envahir son pays, les Britanniques se relance d...

à écrit le 04/09/2016 à 8:40
Signaler
le champion du commerce et du libre échange c'est l UE...donc elle quitterait l'UE, pour faire de GB le nouveau leader? absurde. En gros, si jamais ils sortent, le plan, c'est je deviens un paradis fiscal à la sauce anglo normande et je vends mes fes...

à écrit le 04/09/2016 à 0:26
Signaler
Si l'on regarde dans l'histoire , les Anglais ont tout le temps pris les bonnes décisions avant les autres et nous souvent les mauvaises .

à écrit le 03/09/2016 à 23:42
Signaler
Est bien, il faut qu'elle dorme un petit peux.... elle a une tête des grand jour..... ou si non il faut qu'elle porte un masque, car sa fait peure....aller courage se n'est pas la fin.... bon vous partez hors de l'union. Mais vous avez choisis.... do...

le 04/09/2016 à 9:52
Signaler
ils ne sont pas partis, donc rien n'est fait.

à écrit le 03/09/2016 à 23:19
Signaler
Le soucis qu'ils vont avoir c'est que ouvert sur l'Angleterre sans l'Europe Ca N intéressent aucun investisseur Il leur faut un accès à L Europe et si on est malin on sera gagnant Bon je reve Barnier et nos énarques vont céder à tout

à écrit le 03/09/2016 à 20:41
Signaler
Elle la joue vraiment bien, dire que nos experts incultes l'on comparé avec Thatcher qui n'était qu'une exécutante niaise de Reagan. Elle fait un sans faute. Dire que chez nous la seule qui veuille sortir la france de l'UE c'est Le Pen, misère......

le 03/09/2016 à 22:48
Signaler
Pour avoir des grands parents ayant vécu et dirigé des entreprises en l'Angleterre juste avant l'arrivée de Thatcher et m'ayant compté ce qui s'y passait, je peux vous dire que la situation de l'époque n'avait strictement rien à voir avec celle d'auj...

le 03/09/2016 à 22:49
Signaler
"Elle fait un sans faute" normal elle n' a encore rien fait. Elle doit convaincre en premier les institutions financières que le déficit déjà très élevé on dépasse les 4 pour cent du PIB sera compensé par une économie forte. Pour cela elle a besoin ...

le 05/09/2016 à 9:06
Signaler
lliad: Le bilan de Thatcher c'est d'avoir vendu son pays à la finance et du coup ce pays est désormais totalement désindustrialisé. L'industrie étant défendue par les syndicats c'est pour cela qu'elle s'est acharnée contre eux. May du coup est ob...

à écrit le 03/09/2016 à 19:46
Signaler
Un paradis fiscal qui va attirer les capitaux du monde entier. Pauvres technocrates Bruxellois qui expliquent que le Brexit, c'est catastrophique pour les anglais.

le 03/09/2016 à 22:34
Signaler
@ BA . Pour l' instant une bonne partie des transactions sont foutus le camps en Asie du Sud EST et Hong-Kong....environ 13% , pas mal .Rien qu' un début.

le 04/09/2016 à 10:16
Signaler
Si on était un peu plus pragmatique on taxerait tous les virements à destination des paradis fiscaux. Mais comme nos députés en font aussi et qu ils prônent le libéralisme absolu c est pas demain la veille

le 05/09/2016 à 10:52
Signaler
"...qui va attirer les capitaux du monde entier" : l'argent de la drogue, de la prostitution, des différents trafics, de la fraude fiscale... Sur que c'est juteux. Mais heureusement que l'argent n'a pas d'odeur.

à écrit le 03/09/2016 à 18:58
Signaler
Je crois que la GB va s'enfoncer dans le tout ouvert qui va aller aux extrêmes et si l'économie doit être ouverte la M. O ne doit pas être le variable du système. Il va être intéressant d'abord de voir quels pays va "s'allier" avec le Royaume Uni et ...

à écrit le 03/09/2016 à 18:47
Signaler
"ouvert pour les affaires" ben oui, dans l'UE c'est la seule chose qui les intéressait, pour ça qu'ils n'y avaient un pied, voire un orteil. :-) Business, commerce, c'est tout.

le 03/09/2016 à 23:33
Signaler
Au risque de vous paraître cynique, pensez-vous vraiment que la plupart des autres pays de l'UE sont là pour autre chose que les affaires ?

le 04/09/2016 à 9:58
Signaler
Oui la France ne s'intéresse qu'à l'administration et aux problèmes militaires mondiaux, peu importe le cout les autres paient pour nous. Le business c'est le moindre de nos soucis.

à écrit le 03/09/2016 à 17:57
Signaler
Le UK est déjà très ouvert. Il est largement dépendant des investissements étrangers. Les investisseurs étrangers font plus de 55% de la R&D du UK. Martin Wolf disait ces jours-ci dans le FT que le UK est une super puissance de l'enseignement. Mai...

à écrit le 03/09/2016 à 17:28
Signaler
Côté opportunisme et individualisme, pas de soucis à se faire. Mais il n'est pas sur que cette politique mène bien loin, à part plus de dettes et moins "d'équilibre social" pour le Royaume Uni. Il faut espérer que la population s'en rende compte rapi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.