Pourquoi le télétravail est une menace pour les carrières des femmes

Le haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (HCE) a rendu son rapport annuel 2020-2021 ce jeudi 18 novembre. Il met cruellement en lumière comment la crise sanitaire a pesé sur les trajectoires professionnelles des femmes. Et comment le télétravail peut s’avérer un handicap pour leur déroulement de carrière. Explications.

5 mn

A la maison, les femmes ont moins souvent une pièce pour s'isoler que les hommes
A la maison, les femmes ont moins souvent une pièce pour s'isoler que les hommes (Crédits : EVA PLEVIER)

Simone de Beauvoir disait : "n'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question."

La célèbre feministe aurait pu ajouter dans la liste, une crise sanitaire. Car le Covid a bien fait reculer les droits des femmes, notamment dans leur rapport à l'emploi. C'est ce qui ressort du rapport annuel du Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes.

Paradoxe : les femmes dans les métiers essentiels mais peu reconnues

Pourtant, dans cette crise sanitaire, selon le HCR, il y a bien un paradoxe. Les femmes  se sont révélées providentielles, puisqu'elles représentent 83 % des salariés des métiers d'aides à la personne mais aussi à la propreté, 67 % dans l'enseignement, 87% des personnels des Ehpad. Sans elles, le soin aux malades, aux personnes fragiles et dépendantes aurait été gravement perturbé. Pourtant, "ces premières de corvées" sont restées sous-payées, et très peu reconnues (si ce n'est par des applaudissements quotidiens à 20 heures).

L'étude souligne ainsi « l'invisibilation » des femmes. "Elles avaient beau être des actrices en première ligne - notamment dans les métiers d'aide, de soins...- elles étaient en réalité reléguées au second plan". Signe supplémentaire : elles sont moins apparues dans les médias, et étaient moins présentes dans les structures de décisions. Et pour cause, beaucoup géraient le domicile.

Par ailleurs, pendant cette crise, tous les indicateurs montrent que la précarité économique des femmes s'est aggravée, assure le HCE, qui a compilé plusieurs études (Insee, ONU, etc). Ainsi, une salariée sur deux qui était en intérim ou en CDD au début du premier confinement ne travaillait plus quelques mois plus tard. Et pour cause, les femmes occupent plus souvent des temps partiels subis. Or, ces emplois précaires ont été la première variable d'ajustement des entreprises pour faire face à la crise, et les femmes y sont surreprésentées. De fait, hormis les métiers des aides à la personne (Care) et de l'enseignement, elles ont plus souvent perdu leur emploi.

Cela tient aussi au fait qu'elles sont plus représentées que les hommes dans les secteurs les plus violemment touchés par la crise : hôtellerie-restauration, commerce, services. Traditionnellement plus nombreux dans l'industrie, les hommes ont souvent bénéficié des mesures de soutien au chômage partiel, ce qui leur a permis de maintenir leur employabilité, mais aussi leurs revenus.

Et ce n'est pas terminé, dit le HCE. A l'avenir, les femmes risquent de payer encore ce tribut. Ne serait-ce que parce qu'elles sont moins bien représentées dans les secteurs amenés à se développer, comme le numérique, la transition énergétique, ... Autant de postes très marqués par des stéréotypes de genre, souvent nourris par des filières scientifiques où les femmes sont moins présentes.

Problème :  ces métiers sont les premiers à être encouragés par le plan France 2030. Le HCR demande donc au gouvernement d'être vigilant afin de ne pas exclure les femmes des postes de demain.

Le télétravail, une menace pour les carrières des femmes

Le HCE souligne aussi combien le télétravail, qui s'est développé pendant la crise, s'est révélé particulièrement difficile pour les femmes, du fait de leur investissement dans le travail professionnel et dans les tâches domestiques, mais aussi dans le suivi scolaire des enfants.

Dans la plupart des couples, le rééquilibrage ne s'est pas opéré. Et selon le HCE, cette crise a été une terrible occasion manquée de transformer les rôles sociaux dans la sphère privée.

Ainsi, lors du premier confinement, 48% des femmes en télétravail vivaient avec un ou plusieurs enfants contre 38% pour les hommes. A peine un quart d'entre elles travaillaient dans une pièce dédiée alors qu'un homme sur deux pouvait y avoir accès. Les femmes pouvaient moins s'isoler que les hommes. Elles étaient aussi 1,5 fois de plus interrompues par leurs enfants quand elles étaient en situation de télétravail que les hommes.

Résultat, elles sont ressorties épuisées par cette crise et bien plus exposées au burn-out. Selon une étude du Boston consulting Group, citée par le HCE, les femmes en télétravail étaient en 2020 34 % à s'estimer sur le point de craquer soit 21 points de plus que les hommes. Plus anxieuses, elles ont aussi été plus exposées aux problèmes de sommeil et de dépression que leurs homologues masculins. Pour le HCE, il ne faut pas s'en tenir à ces constats. Et on aurait tort de les prendre de façon conjoncturelle. Ils  doivent faire l'objet d'approfondissements, alors que le télétravail a gagné du terrain à l'issue de cette crise.

Même si les écoles ont depuis retrouvé un fonctionnement normal, les femmes n'en restent pas moins défavorisées quand elles travaillent de chez elles. Elles n'ont pas gagné en quelques mois, une pièce de la maison où travailler... etc. Leur absence auprès de leur manager, encore plus que les hommes, peuvent jouer contre elles, notamment pour bénéficier de promotions ou d'augmentation salariale.

C'est pourquoi, l'organisme demande au gouvernement, mais aussi aux entreprises une réflexion sur les conditions d'élargissement et de mise en œuvre du télétravail excluant les facteurs susceptibles de créer et de creuser les discriminations entre les sexes.

Il demande aussi une campagne nationale sur le partage des responsabilités familiales comme garant de l'égalité des sexes et d'un meilleur équilibre entre sphère privée et professionnelle.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 20/11/2021 à 8:28
Signaler
Des verres d'eau avec un chat à côté ,elle n'a pas peur cette femme pour son ordi apparemment.

à écrit le 19/11/2021 à 22:35
Signaler
Le télétravail a prouvé depuis longtemps qu'il contribuait à l'épanouissement et à la productivité. Mais quand même, il y a toujours quelques articles pour nous balancer des idées reçues par une minorité de réfractaires.

à écrit le 19/11/2021 à 8:22
Signaler
Les femmes prennent les sales boulots depuis qu'on leur à dit de travailler afin que le système continue de se pérenniser puisque les hommes sont en train de jeter l'éponge devant un marché de l'emploi qui propose des jobs toujours plus mal payés pou...

le 19/11/2021 à 13:36
Signaler
Allez travailler une fois dans votre vie dans le BTP, en tant que conducteur de route, en tant qu'eboueur avant de lâcher des commentaires aussi décalé de la réalité. Il y a une élite. Et ce ne sont pas les hommes, ni les femmes. Ce sont les gens aya...

le 20/11/2021 à 9:18
Signaler
@ multipseudos: Heu... tu parles à qui là ? Tu te serais pas tromper de cible ??? Cela n'a aucun rapport avec ce que j'écris. Bah ça doit être ta nouvelle stratégie faible comme tu es au moins ton pseudo prévient c'est déjà ça. Signalé.

à écrit le 18/11/2021 à 23:18
Signaler
Pas du tout d'accord. Je suis femme, j'ai une carrière et deux enfants, et le télétravail a énormément limité ma fatigue et amélioré ma productivité. Côté professionnel au contraire, cela m'a émancipé en éliminant les barrières physiques du déplacem...

le 19/11/2021 à 8:25
Signaler
Oui je crois qu'ils ne se rendent pas compte à quel point le fait qu'ils nous aient éloigné toujours plus des bassins d'emplois nous coûtent un bras car amputant les salaires et le temps de vie. Et même à Paris puisque une cousine parisienne et son n...

à écrit le 18/11/2021 à 20:41
Signaler
Non est de mauvaises visions Une femme au contraire pouvant avoir un travail en télétravail aurait plus de temps plus de flexibilité le problemeest que les entreprises ne veulent pas pourtant aujourdh uiil y a des moyens Secrétaire Assistante ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.