Au Front National, les couteaux s'aiguisent

 |   |  1095  mots
Au FN la victoire de Macron, plus large que prévu, ne passe pas, notamment pour Marion Maréchal Le Pen (ici avec Gilbert Collard), qui a vu le candidat d'En Marche s'imposer sur ses terres frontistes, avec 65% des voix par exemple à Carpentras : Bien sûr qu'il y a une déception, évidemment (...) Il y aura des leçons à tirer, positives, quand même (...), et des leçons aussi peut-être plus négatives.
Au FN la victoire de Macron, plus large que prévu, ne passe pas, notamment pour Marion Maréchal Le Pen (ici avec Gilbert Collard), qui a vu le candidat d'En Marche s'imposer sur ses terres frontistes, avec 65% des voix par exemple à Carpentras : "Bien sûr qu'il y a une déception, évidemment (...) "Il y aura des leçons à tirer, positives, quand même (...), et des leçons aussi peut-être plus négatives." (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Jean-Marie Le Pen accuse Florian Philippot de la défaite de sa fille. Mais il n'est pas le seul. Malgré le score "historique" de Marine Le Pen à la présidentielle, il a été jugé insuffisant par une bonne partie des soutiens, d'autant plus après sa prestation ratée face à Emmanuel Macron. Des cadres réclament à tout le moins un changement de stratégie. Mais la profondeur de la réforme que la candidate a elle-même appelée de ses voeux sera certainement jugée à l'aune des résultats du FN aux législatives.

Malgré un résultat record avec 10 millions de voix engrangées, le parti d'extrême-droite l'a en travers de la gorge, cette élection présidentielle. Non seulement, le Front National n'a pas réussi à franchir le seuil des 40%, considéré comme un objectif minimum par certains cadres dirigeants, mais en plus il s'est fait damer le pion par le candidat d'En Marche! dans des territoires considérés comme acquis.

En effet, en s'imposant dimanche en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, dont les six départements se sont prononcés en faveur du nouveau président de la République, y compris les terres frontistes du Var et du Vaucluse. le parti de Macron réalise le grand chelem dans le sud-est frontiste.

La campagne de Marine Le Pen critiquée par son propre camp

"Bien sûr qu'il y a une déception, évidemment", a concédé Marion-Maréchal Le Pen, dimanche soir, sur France 2, qui a vu le candidat d'En Marche s'imposer à domicile avec 65% des voix à Carpentras.

"Il y aura des leçons à tirer, positives, quand même (...), et des leçons aussi peut-être plus négatives."

   >Lire aussi : Pourquoi Marion Maréchal-Le Pen quitte le FN : sa lettre de démission (info du mercredi 10 mai)

D'où les interrogations qui se sont exprimées sitôt les premières estimations publiées, en particulier sur le volet européen du programme, au coeur du projet de Marine Le Pen mais aussi des controverses en interne.

"On peut peut-être estimer que nous avons mal su expliquer des aspects difficiles de notre programme", a regretté lundi Pascal Gannat, chef de file du FN au conseil régional des Pays-de-la-Loire, sur France Bleu.

Sortie de l'euro : la stratégie de Philippot montrée du doigt

"Je pense particulièrement à la question de l'Europe et particulièrement de l'euro, dont la sortie annoncée a été (...) un épouvantail pour un grand nombre d'électeurs de droite et de gauche", a poursuivi le conseiller régional, qui dit avoir toujours été "circonspect" sur le sujet.

Le discours anti-euro, inspiré notamment par le vice-président Florian Philippot, fait depuis longtemps l'objet de discussions dans le parti, où l'on est conscient de l'impopularité d'une telle mesure et des dégâts qu'elle cause dans certaines franges de l'électorat.

Selon un sondage Ifop pour Le Figaro et la Fondation Robert-Schuman paru fin mars, près de trois quarts des Français (72%) se déclarent hostiles à une disparition de la monnaie unique.

Marine Le Pen, elle-même, appelle à une "refondation"

Cet esprit de remise en cause touche également Marine Le Pen, qui avait annoncé dimanche soir, après avoir reconnu sa défaite, une "transformation profonde" à venir de son propre parti - sans aucune autre précision pour le moment. Selon certains dirigeants, le changement pourrait affecter le nom même du parti dans l'idée de "l'union des droites" pour rassembler au-delà des limites traditionnelles du FN. Information confirmée dimanche soir sur TF1 par Florian Philippot, et rapportée par LCI :

"Le Front national va évoluer et profiter de cette nouvelle dynamique de rassemblement". Et comment va s'opérer ce virage ?  "[Le parti] va se transformer en une nouvelle force politique qui, par définition, n'aura plus le même nom."

     >Lire Sèchement battue, Le Pen veut renouveler l'extrême-droite

Certes, malgré la consternation des militants qui peut aller, selon Libération, jusqu'à la contestation et l'appel au changement de direction, la majorité des soutiens du Front National estiment -en public- que Marine Le Pen reste la mieux placée pour conduire le parti, notamment en vue des législatives de juin. Et cela, malgré sa prestation ratée lors du face-à-face télévisé avec Macron dans l'entre-deux-tours.

Le député Gilbert Collard dimanche, durant la soirée électorale organisée par le FN, appelait ainsi à surmonter le défaitisme ambiant :

"Si on devait changer de leader à chaque fois qu'on a eu une défaite, on n'aurait pas eu Mitterrand."

Idem pour Gaëtan Dussausaye, directeur du Front national de la jeunesse (FNJ) :

"C'est grâce à Marine Le Pen que nous avons réussi à avoir ce score historique pour notre mouvement. Il est hors de question qu'elle ne soit pas avec nous dans ce combat-là."

Jean-Marie Le Pen accuse Philippot de la défaite de sa fille

Jean-Marie Le Pen ne s'est pas fait prier pour dire, dès le soir du scrutin présidentiel, tout le mal qu'il pensait de Florian Philippot, vice-président du Front National, qu'il estime responsable au premier rang de la défaite de sa fille. Dans les colonnes du Monde, il a notamment déclaré :

"Il ne peut pas faire le fier ni proposer un changement de nom" du parti puisqu'"il n'est qu'un hôte dans cette maison."

Sur TF1, l'intéressé, numéro deux du FN, réagissait non sans agacement, estimant que compte tenu de son score en 2002 (17,79%), Jean-Marie Le Pen n'avait "pas de leçon à donner", ajoutant selon LCI cette pique :

"Il adore l'Union européenne, c'est ça sa nouvelle ligne ? C'est son problème. Nous, on est souverainistes, on est fiers de l'être", a ajouté Florian Philippot.

Le lendemain sur BFMTV, Jean-Marie Le Pen accusait Philippot d'être le "responsable" de la défaite de sa fille. Et recadrait sèchement la proposition faite par sa fille de "transformation profonde" du parti qu'il a créé :

"Ça c'est le congrès qui va décider. Je croyais que c'était Monsieur Philippot qui voulait changer de nom. Mais comme il est l'un des principaux responsables de la défaite de Marine Le Pen, je pensais qu'il songerait à s'esquiver."

Combien de députés FN à l'Assemblée nationale ?

La réorganisation du parti pourrait ne débuter vraiment qu'après les prochaines élections législatives : en clair, selon les résultats.

Le FN espère se constituer un groupe d'au moins 15 députés, voire beaucoup plus, et revenir en force à l'Assemblée nationale, où sa présence est résiduelle depuis près de trente ans.

Ces objectifs sont en ligne avec une enquête Opinionway-SLPV Analytics pour Les Echos publiée mercredi 3 mai, juste avant le débat Le Pen-Macron (et donc ne tenant pas compte de la qualité de prestation des deux candidats), le Front National remporterait de 15 à 25 députés. C'est-à-dire toujours moins que le Parti socialiste, pourtant laminé, avec 28 à 43 sièges.

     >Lire En Marche ! remporterait haut la main les élections législatives (sondage)

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2017 à 5:18 :
L'échec du débat de Marine le Pen a pesé fort dans l'élection. On s'est rendu compte qu'elle n'était pas compétente. Alors que Florian Philippot m'avait étonné par ses prestations, lors de ses parutions télévisées, par la qualité de son argumentation. Et pour cause ce dernier est un énarque, issu de HEC, il était plus doué et aurait pu facilement ridiculisé Macron qui est certes énarque mais est entré à l'ENA avec un DEA de philosophie (et un master au nom anglais en économie de sciences po, c'est à dire que Macron a été fortement formaté à l'économie américaine).
La vérité est que Marine avait peur de Macron et cela s'est vu, sourire forcé, attitude agressive, ce qui a causé sa perte. Certes Philippot est gay et l'ancienne clientèle xénophobe du FN, n'aurait certainement pas voté pour lui, mais de nouveaux électeurs séduits par la nouvelle politique gaulliste de Marine et qui craignent l'énorme crise économique due à la "fausse" dette des banques, les ont largement remplacé. De plus Philippot aurait facilement enfoncé Macron qui n'a pas dit un seul mot sur la gravité de la dette française et mondiale, et qui ne donne aucune solution pour s'en sortir, si ce n'est la reprise de l'économie américaine.
Mais l'ensemble des média lui a fait une réputation de spécialiste.
Ce qu'il faut savoir, c'est que des économistes sont favorables à la sortie de l'Euro et que l'actuel programme économique du FN rejoint par Dupont Aignan était une solution valable. Le véritable débat aurait donc été entre Philippot et Macron, l'homme du "système des banques".
a écrit le 10/05/2017 à 11:10 :
Désolé les gars mais je ne comprends pas pourquoi vous ne validez pas mon commentaire.

Tout le monde sait que Philippot est homosexuel, tout le monde, or tout le monde sait aussi que le FN est homophobe, tendance qui s'accorde parfaitement avec le racisme et toute autre forme de rejet de l'autre. Il est donc évident que ce qui dérange le plus les fachos chez philippot c'est ce fait là plutôt que de lui reprocher la défaite hypocritement puisque c'est Philippot qui a permis au FN de passer de moins de 20% à plus de 30%.

Ne me dites pas quand même que vous aussi pratiquez la dé-diabolisation du FN ? Que c'est déjà reparti pour 5 ans encore une fois ?

Il y a largement assez de mecs d'extrême droite à gages sur internet pour essayer de s'opposer à ce commentaire, je ne vois pas pourquoi vous faite ce travail de censure à leur place.

La fabrique à opinion.
Réponse de le 10/05/2017 à 14:36 :
@citoyen blasé: 1) tout le monde sait, sauf moi et probablement bien d'autres. Les histoires de fesses et de religion sont le choix de chacun et à vrai dire ne m'intéressent pas tant que ces sujets n'empiètent pas sur la sphère publique. 2) Si Philippot était homosexuel et si le FN était homophobe et si tout le monde le savait, a) ça fait beaucoup de "si" et b) compte tenu du conflit évident, je ne pense pas que Philippot pourrait rester au FN. Tout cela pour dire que ton argument tortueux ne tient pas debout :-)
Réponse de le 10/05/2017 à 19:21 :
"Lettre ouverte à Closer de l’homme qui accompagne Philippot sur les photos" http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20141216.RUE7056/lettre-ouverte-a-closer-de-l-homme-qui-accompagne-philippot-sur-les-photos.html

"Jean-Marie Le Pen dérape à nouveau sur l'homosexualité" http://www.lepoint.fr/politique/jean-marie-le-pen-derape-a-nouveau-sur-l-homosexualite-22-12-2016-2092294_20.php

"Pour Jean-Marie Le Pen, l’hommage à Xavier Jugelé célébrait plus «l’homosexuel» que «le policier»" http://www.liberation.fr/direct/element/pour-jean-marie-le-pen-lhommage-a-xavier-jugele-celebrait-plus-lhomosexuel-que-le-policier_62772/
a écrit le 09/05/2017 à 22:12 :
Fort injuste : Philippot a doublé le potentiel électoral du FN et, s'il avait été opposé en débat à Macron, ça aurait été d'une toute autre tenue.
a écrit le 09/05/2017 à 20:14 :
la TRIBUNE de Bruxelles ?
https://www.youtube.com/watch?v=OZuj8FPMx_s
a écrit le 09/05/2017 à 17:53 :
Trop facile d'accuser l'un ou l'autre MLP a été LAMENTABLE lors du débat : qu'elle assume !
a écrit le 09/05/2017 à 17:45 :
"Au Front National, les couteaux s'aiguisent"

La nuit ?
a écrit le 09/05/2017 à 17:19 :
le problème du FN c est la famille Lepen !
a écrit le 09/05/2017 à 17:11 :
Le FN a bâti sont succès sur des idées simples (voire simplistes et fausses): si la France va mal, c'est uniquement de la faute des étrangers, notamment de l'UE et de l'euro. Important: il faut sortir de l'UE et de l'euro et revenir au franc. Etre populiste, c'est dire des phrases chocs et simples (souveraineté, choisir la France) sans expliquer, parler à nos sentiments et non pas à notre raison, exploiter notre détresse, nous faire croire qu'il y a des solutions faciles à nos problèmes. Pour ça, le FN excelle. Entre les 2 tours, il a essayé d'entrer dans des subtilités : "on peut rester ds l'euro, mais en ayant le franc en parallèle". Ici, non seulement le FN s'est contredit pour ratisser plus large, mais en plus, c'est trop compliqué à expliquer (à vrai dire, on a bien vu qu'il n'a pas du tout réfléchi au sujet), il faut argumenter, il faut expliquer, il faut raisonner. Tout de suite, c'est plus difficile: c'est précisément la difficulté de tous les hommes politiques non populistes.

Bref, le FN, populiste, exploite la colère et la détresse des français. Espérons que cette machination ait atteint ses limites.
Réponse de le 09/05/2017 à 17:48 :
@Ptolémée: un peu d'honnêteté intellectuelle. 1) Le FN a plus que les étrangers dans son programme. C'est le seul élément que tu as retenu, okay. 2) Ils sont tous populistes pour la simple raison qu'on attrape pas les mouches avec du vinaigre. Et à ce sujet, je dis, attends quelques mois (voire semaine) pour comptabiliser les déçus du macronisme :-)
a écrit le 09/05/2017 à 17:03 :
Ils vont ergoter et se repointer dans 5 ans, non le FN ne veut pas le pouvoir et comme l' analyse F. ASSELINEAU, d' ailleurs juste après la défaite MLP et allée danser ..!

Le Fn sert à faire élire n' importe quel candidat qui s e trouve face à lui au deuxième tour point barre car c' est un parti clivant qui ne peut pas atteindre 50 % ...
https://www.upr.fr/actualite/france/le-fn-epouvantail-consentant-au-service-du-systeme

http://lelab.europe1.fr/video-effondree-par-sa-defaite-marine-le-pen-danse-3322895#utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtor=CS1-26&link_time=1494189028
a écrit le 09/05/2017 à 15:11 :
""Je pense particulièrement à la question de l'Europe et particulièrement de l'euro, dont la sortie annoncée a été (...) un épouvantail pour un grand nombre d'électeurs de droite et de gauche",

Non, non et non, vous n'arrêtez pas de dénoncer les médias de masse et vous dites exactement la même chose qu'eux, ce qui fait le plus peur aux gens c'est votre racisme profondément ancré et comme ce parti s'est construit sur ce racisme, comme il vous colle à la peau vous serez sans arrêt condamnés à perdre alors que pourtant les médias orientent la colère et la contestation sur vous.

Ce qui fait que moi qui suis pour une sortie de la france de cette ue du fric je ne voterai jamais pour vous.

Les médias aux ordres d'actionnaires aux intérêts européistes mettent en avant votre volonté de sortir de l'ue afin de montrer que vous êtes rétrogrades mais cela aurait plutôt tendance à conforter les contestataires par contre que vous n'aimiez pas les gens parce qu'ils ont une autre couleur de peau que vous est un repoussoir gigantesque et c'est logique vous êtes apeurés et ça se voit.

Bref le FN est une imposture majeur mais votre manque d'intelligence liée à votre racisme vous empêche de le voir, vous êtes les idiots utiles de ceux que vous dénoncez et du coup vous continuez de leur donner un minimum de crédibilité largement non méritée.

Votre monstruosité que tout le monde voit c'est votre racisme qui fait que vous êtes en fin de règne qui fait que vous n'êtes plus là que pour passer à la caisse grâce à la dédiabolisation des médias de masse à votre égard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :