"L'action du gouvernement pour résoudre la crise en Guyane est inadaptée" Joëlle Prévot-Madère

 |   |  1461  mots
C'est la prise de conscience tardive du gouvernement de la situation de ce territoire qui a conduit à cette immense manifestation de démocratie populaire, explique Joëlle Prévot-Madère, la présidente de la CPME Guyane à La Tribune.
"C'est la prise de conscience tardive du gouvernement de la situation de ce territoire qui a conduit à cette immense manifestation de démocratie populaire", explique Joëlle Prévot-Madère, la présidente de la CPME Guyane à La Tribune. (Crédits : DR)
Joëlle Prévot-Madère, entrepreneure et présidente de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CPME) fait un point sur la crise sociale et économique qui frappe actuellement la Guyane.

LA TRIBUNE - Quelle est l'origine de la crise qui secoue actuellement la Guyane ?

JOËLLE PRÉVOT-MADÈRE - Tout commence par une insécurité grandissante et inconnue jusqu'alors sous cette forme extrême que représente l'homicide. Mais de façon globale, le nombre de vols et d'infractions, et d'agressions physiques explose aussi. En outre, nombreux sont ceux qui ne vont pas déposer de plaintes. C'est d'autant plus grave que nous sommes sur un territoire français. Seule la base spatiale est réellement protégées. Cette insécurité frappe de façon transversale l'économie, l'éducation, la santé, le foncier... C'est cette insécurité dans tous les domaines qui est au centre des revendications de la population.

Ce phénomène d'insécurité est-il nouveau ?

Ce qui est nouveau, c'est l'ampleur que ce phénomène a pris. Sur un territoire d'environ 84.000 kilomètre carré, dont 94% est propriété de l'Etat et 91% est classé en "zones protégées",  vous n'avez, de fait, qu'une bande littorale qui puisse être habitée et exploitée.

Par ailleurs, il faut bien avoir en tête que la démographie explose. Actuellement, 43% de la population a moins de 20 ans. C'est deux fois plus qu'en métropole. A cette dynamique démographique s'ajoute des phénomènes migratoires, loin d'être anecdotiques. On a des femmes qui viennent accoucher en France pour que leurs enfants aient la nationalité française et donc bénéficier des avantages sociaux. Historiquement, la Guyane est un pays d'immigration, comme beaucoup d'anciennes colonies. Il y a toujours eu des apports. En outre, la Guyane partage 700 kilomètres de frontière avec le Brésil et 500 kilomètres de frontière avec le Suriname dont les régions les plus pauvres sont en contact direct avec notre territoire. L'appel d'air est mécanique. Des Haïtiens, des Caribéens, tous les pays d'Amérique du Sud pensent pouvoir vivre plus décemment en Guyane que dans leur pays d'origine. Ce qui conduit au développement de bidonvilles ! Sans oublier les trafics de drogue et d'or qui alimentent ce climat d'insécurité. Comme partout dans le monde, de telles conditions de vie sont génératrices de délinquance, de tensions et de violence.

Revenons sur ce collectif des 500 Frères contre la délinquance. Symbolise-t-il la démission de l'Etat ?

Pour la population de la Guyane, l'Etat ne met absolument pas les moyens humains et matériels capables d'assurer la sécurité des citoyens. Ce qui conduit certains à décider de se défendre seuls. Ce que je peux comprendre. Force est de constater que ce collectif est largement soutenu par la population. Il semble que parmi eux, vous ayez des personnes qui ont des situations diverses: employeurs, étudiants, chômeurs, ...

Le système éducatif ne permet plus de monter dans l'ascenseur social ?

Près de 50% des jeunes quittent l'école au niveau du primaire. Or, que pouvez-vous faire quand vous n'avez que le niveau primaire ?. Il n'y a pas assez d'écoles. L'éducation n'est pas adaptée. Beaucoup de langues sont parlées en Guyane: 17 langues vernaculaires. Ainsi à l'école, les enfants arrivent avec une langue maternelle qui n'est pas le français, ce qui ajoute à leurs difficultés, et ce, malgré la mise en place d'un dispositif d'Intervenant en Langues Maternelles (ILM). Un collectif de lycéens "Les Lumineux" dit qu'ils n'apprennent rien. Dans les livres scolaires, on néglige totalement l'histoire de la Guyane.

La politique économique du gouvernement est historiquement inadaptée ?

Tout à fait ! On a plaqué sur un territoire sud-américain des normes européennes. C'est une des causes des difficultés des entreprises locales. L'attente est forte d'obtenir le même niveau de normes accordé à nos voisins, ainsi qu'une adaptation plus importante de nos charges sociales et fiscales, sinon comment être compétitif ? De plus, il n'y a pas d'encouragement à l'inventivité locale, pourtant si tel était le cas, la création d'emplois en serait une belle conséquence. La Guyane dispose de richesses naturelles, tant terrestres que marines, mais la France n'en permet pas l'exploitation, même et surtout de façon durable. Par contre, l'importation y est extrêmement développée, avec des coûts parfois beaucoup trop élevés, conduisant à un coût de la vie supérieur de 13%, en moyenne à la métropole et de 50% pour l'alimentaire.

L'action du gouvernement est-elle trop tardive ?

C'est une évidence. Si tel n'était pas le cas, vous n'auriez pas eu autant de monde dans les rues (plus de 40.000 personnes pour la marche à Cayenne et plus de 12.000 personnes pour la manifestation à Kourou). Cette prise de conscience tardive de la situation de ce territoire a conduit à une immense manifestation de démocratie populaire. L'action du gouvernement est tardive et ne répond pas l'urgence actuelle. Le gouvernement répond certes à des demandes précises détaillées dans un document de revendications, chiffrant une partie de ses réponses à une somme d'un peu plus de 1 milliard d'euros. Cette somme est prévue sur une période de dix ans. Mais le collectif a estimé, sur la base des autres besoins répertoriés, qu'une aide supplémentaire de 2.1 milliards d'euros était nécessaire. Sur ce point, nous n'avons pas de réponse du gouvernement.

Quelle est votre solution?

La seule solution, pour répondre à ces besoins reconnus, serait d'acter la mise en place d'un fonds dédié à la Guyane d'une enveloppe de l'ordre de 300 millions d'euros par an, sur une période de cinq ans, renouvelable une fois. C'est le seul moyen de sécuriser une fois pour toute cette dotation affectée à la Guyane !

Le programme Ariane est-il un motif de fierté ?

Non, pour la plupart des Guyanais, oui, pour certains. Par contre le sentiment de tous ceux qui vivent ici est le ressenti d'une inéquité : tout va bien bien pour eux alors que tout va si mal pour la population. Les Guyanais ne sont pas les ingénieurs ou les techniciens qui font décoller les fusées.

Les problèmes de la Guyane ressemblent-ils aux problèmes que l'on trouve aux Antilles, en Guadeloupe et en Martinique, ou à Mayotte ?

Il n'y a que Mayotte qui connaisse les problèmes identiques à ceux de la Guyane, alors même que c'est une île. La Martinique et la Guadeloupe n'ont pas à faire face à cette pression migratoire que nous connaissons et donc aux conséquences qui s'en suivent.

Bernard Cazeneuve annonce la création d'une prison à Saint-Laurent-du-Maroni. Que vous inspire cette décision ?

Si cette structure est nécessaire dans l'Ouest de la Guyane, elle ne peut permettre de résoudre l'origine des besoins en structures pénitencières. La première solution serait l'application d'un véritable contrôle aux frontières. Ensuite, convaincre les états voisins de ratifier les accords devant permettre de récupérer les prisonniers issus de leurs pays. Et la France dispose des arguments pour cela; encore faut-il qu'elle le veuille vraiment ou qu'elle n'en soit pas empêché par sa volonté d'avoir des accords commerciaux avec les dits pays.

Des mouvements indépendantistes sont-ils à l'oeuvre ?

A ma connaissance, aucun, même si des bruits circulent

Quelles sont les mesures d'urgence à prendre et que porte la CPME en Guyane ?

Je vous rappelle qu'il a été officiellement mesuré un retard de 25 ans en Guyane par rapport à l'hexagone en matière de développement, ce qui s'est traduit par plus de 450 demandes dans tous les domaines. On peut donc conclure que toutes les mesures à prendre sont urgentes ! Concernant le volet économique, de façon transversale, l'urgence porte déjà sur le paiement des factures par les collectivités et les hôpitaux qui peuvent aller jusqu'à deux  ans de retard, des créances des entreprises, ainsi que le paiement des intérêts de retard définis par la loi. Il est également urgent de verser les aides du FEAMP et du FEADER aux secteurs concernés (pêche, agriculture) portant sur les périodes 2014-2016 ! La CPME Guyane, quant à elle, insiste particulièrement sur le volet des dettes sociales dues aux caisses générales (CGSS, RSI, Retraite) et sectorielles (moratoire des dettes sociales arrêtées au 30/12/2017 que ce soit sur la part ouvrière,au-delà de ce qui est habituellement accordé, et des parts patronales), sur le besoin de trésorerie (mise en place d'un fonds dédié à la reconstitution de trésorerie, sous la forme d'un prêt d'honneur , plafonné à 25.000€ à taux 0, remboursable sur 3 ans avec un différé de 6 mois). Ces propositions ont été actées par la ministre de l'outre-mer, et nous attendons les modalités d'application. Sans oublier  la mise en place d'une zone franche sociale et fiscale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2017 à 11:27 :
Beaucoup de contrastes et de contradictions.
1) Le contexte de forte augmentation de la population, qui a quasiment doublé en 12 ans, est l'une des explications.
2) La faible densité de population et l’étendue du territoire ne permettent pas une sécurisation optimale des 1100 km des frontières.
Les investissements et les infrastructures n'ont pas suivi, à beaucoup de niveaux relevant du régalien : éducation, santé, sécurité, justice.

1) Difficile de prôner à la fois des zones franches et de réclamer des aides de l‘Etat.
2) Aides qui proviennent des impôts et des taxes et permettent entre autres, d’assurer la sécurité des territoires.

1) Le potentiel de développent est important, ne serais-que pour rendre la populations plus autonomes (90 % de produits importés)
2) D'un autre côté, il n'y a pas de dynamique économique et cela ne relève pas que de l’état, mais aussi de l'entreprenariat local.

Schéma directeur, entre richesse environnementale et potentiel minier :
La Guyane es assise sur deux « montagnes d’or », les minerais et la forêt
1) Le potentiel minier est important, à voir les différents inventaires et autres Perm- SDOM, etc…et maintenant le pétrole offshore ?
2) à condition de savoir aussi préserver la richesse naturelle que constitue la forêt tropicale. L'exploitation des richesses naturelles doit être encadrée et il faut se méfier des excès qui sont souvent irréversibles. A voir les dégâts provoqués par les modèles courtermistes, qui détruit massivement la forêt et la biodiversité des pays voisins.
Les risques sanitaires et environnementaux sont réels et la Guyane subit déjà quelques méfaits avec les orpailleurs.
Il faut trouver des compromis entre développement industriel et protection de la nature.
L'autre risque de la précipitation, c'est de concéder l'exploitation minière à des groupes étrangers et donc d'avoir une moindre maitrise des bénéfices, comme des préjudices.

1) Les règlementations européennes, même si parfois contraignantes, représentent des garde fous et tout le monde connait les méfaits de la déréglementation (voir la PAC)
2 ) Et sont compensées par des aides, telles le FEDER, FSE, FEP, etc…

Des équations difficiles à résoudre.
Cela prendra du temps et cela commencera certainement par un dialogue, plus que par des ultimatums.
a écrit le 17/04/2017 à 19:36 :
On avait construit un superbe hopital sur la rive Brésilienne du Maroni, avec l'argent des contribuables Français et Européens. Beaux batiments, équipements flambant neuf,
maternité très accueillante, choix des personnels très sélectif,...mais, aucun patient !
Les femmes étrangères vont accoucher en France pour des raisons que nous tous ignorons, les équipements sophistiqués ont été volés et revendus, les batiments tombent en ruine après que les fenêtre, portes, chambranles, poutres, ...et tout l'équipement électrique aient été démontés et pillés. Merci la France !!!!!
a écrit le 17/04/2017 à 0:31 :
Deux ans de retard de paiement, c'est aussi habituel en métropole... Et la suite est éloquente : les entreprises veulent de l'argent de la part de l'état. Gattaz, sort de ce corps ;-)
a écrit le 16/04/2017 à 14:45 :
Pourquoi parler de l'action du gouvernement? Je croyais que la Guyanne était représentée par 4 élus?
a écrit le 16/04/2017 à 8:49 :
Cette charmante dame devrait faire de la pub pour les cosmétiques.
a écrit le 16/04/2017 à 3:43 :
Quarante économistes français viennent de signer une tribune dans le quotidien Le Monde pour apporter leur soutien à Emmanuel Macron. Affirmant avoir fait preuve « d'indépendance de jugement » pour évaluer ses propositions, ils estiment que le candidat d'En Marche est le plus capable de relancer la croissance. C'est le mieux à même de régler la crise en Guyane également avec sa méthode de donnant/donnant très efficace.
Réponse de le 16/04/2017 à 8:58 :
C'est bain vrai Charles ! il agit 4 ans (puissance 10 ) sous la tutelle de François et l'on voit les résultats que des heureux , même François n'en revient pas . Qque des nouveaux Chamberlains. La prestation a été forte , très, très bonne analyse Charles au moins avec vous on a un avenir visible sans surprises .
Réponse de le 17/04/2017 à 14:43 :
Tu l'as dit Charles ! Et combien ont dit le contraire ? Normal que chacun choisisse son camp pour se placer dans les premiers rangs des courtisans, n'est-ce pas :-)
a écrit le 15/04/2017 à 20:19 :
A moins que cette masse de pauvres ne soit délibérément laissée sur le bord du chemin ? Une certaine idéologie n'aurait-elle pas interet a ce qu'il y ait bcp de pauvres qui votent tjrs du même côté ? Par exemple, Terra Nova, officine de gauche, a avoué qu'il fallait faire rentrer en France de nombreux immigrés à naturaliser, car ils voteront à gauche. Et oui, la vérité éclatera : certains ont un immense interet à avoir une masse de gens pauvres. Pour manipuler, il faut du pain, des jeux et de l'assistanat. Dans ces conditions, impossible pour le peuple de s'éveiller...Une imposture inhumaine que cette stratégie immonde !!!!!
a écrit le 15/04/2017 à 19:55 :
Ma meilleure solution c'est l'indépendance.ils ne parlent pas français,veulent de l'argent mais ne rapportent pas grand chose.en fin de compte un déficit de la France qui a tout à gagner en se réduisant
Réponse de le 16/04/2017 à 3:47 :
Les intérêts stratégiques des DOM-TOM dont Gyane : Le pôle essentiel est représenté par le CNES, installé à Kourou en 1964, après la guerre d'Algérie. 1500 personnes y travaillent, sa situation très proche de l'équateur facilite le lancement des fusées de la firme européenne Ariane‑Espace qui assure la mise sur orbite de la moitié du marché mondial des satellites de télécommunication et d'observation. Kourou est également exploité à des fins militaires par la France systèmes d'observation et d'information).

Les DOM et TOM sont en outre des lieux de cantonnement de forces militaires qui peuvent intervenir rapidement dans les régions concernées, dans des missions diverses (militaires, humanitaires... ).

L'intérêt scientifique.

L'outre‑mer peuplé est situé pour l'essentiel dans la zone tropicale, ce qui permet de développer des recherches appliquées dans ce domaine. L'ORSTOM (Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre‑Mer) y a implanté de nombreux centres de recherche.

l’intérêt économique n'’est pas négligeable :

Avec 11 millions de km' de ZEE, la France est la 2eme puissance maritime mondiale, après les EU et à égalité avec le RU. Cette ZEE est une importante réserve de ressources.

Les DOM et TOM sont des destinations touristiques appréciées, qui génèrent des flux de touristes importants en provenance de la France et qui offrent ainsi des débouchés aux grandes compagnies aériennes françaises publique et privées.

La société de consommation qui s'est installée au cours des 40 dernières années dans les DOM et TOM, génère des flux de marchandises et de services importants en provenance de la France, qui sont bénéfiques pour le transport maritime et aérien. ‑ Les ressources minières sont peu abondantes, mais signalons tout de même le nickel en Nouvelle‑Calédonie (3eme producteur mondial de minerai).

Conclusion

L’Outre-mer joue un grand rôle dans l’affirmation du caractère planétaire de la puissance française. Sans l’Outre-mer, la France resterait une grande puissance mais deviendrait sans conteste une puissance affaiblie.
Réponse de le 16/04/2017 à 8:48 :
Et en plus, il y a probablement du pétrole au large des côtes.
a écrit le 15/04/2017 à 19:02 :
On lui demande un peu trop à ce gouvernement qui n'a rien résolu des chantiers ouverts
pendant ce quinquennat , vous pensez ils sont à bout de force et attendent le moment de refiler le beau bébé à celui ou à celle qui leur tendra les bras forcément .
a écrit le 15/04/2017 à 18:29 :
Le problème est le même partout, des richesses et quelques nantis d'un côté, de l'autre une masse de plus en plus importante de pauvres et une démographie galopante. Dans l'esprit de ceux qui ont le pouvoir et entendent le conserver, la "masse" et la "démographie" sont deux données d'un problème, auxquelles ont peut appliquer des ajustements. Trump semble s'engager sur cette voie, le Monde de l'Ouest suivra. Des situations comme celle de la Guyane et de tant d'autres territoires dans le Monde en passeront inévitablement par l'application de ces "variables d'ajustement". L'indépendance fait partie aussi des solutions...La solution Ponce Pilate et ses conséquences.
a écrit le 15/04/2017 à 18:15 :
Bon alors retour à un état fort, contrôle des frontières avec renvoi directe des migrants" à coup de latte au cu" , faire patrouillèrent la gendarmerie 4 par 4 armee jusqu'au dents, avec consigne de tir libre sur les malfrats.... Réouverture du bagne pour les plus persévérant ... Imposer les francais comme langue à coups de baffes.... Aller morts de rire, les garde rouge ou les garde noire pourrons bien faire le boulos....les choses devrait très vite revenir dans l'ordre .... Bon s'est une fiction, histoire de bien comprendre jusqu'où les choses pourrai aller....Mais bon ce ne serai plus là France , un état de droit , patrie de droit de l'homme ( même si s'est un malfrats).
a écrit le 15/04/2017 à 17:35 :
Il n'y a plus de solution aux difficultés de la Guyane. Le modèle économique et social imposé là comme aux Antilles françaises, à la Polynésie, à la Nouvelle-Calédonie, à Mayotte et la Réunion en est la cause. Un "copié-collé" de celui des pays industrialisés. Pour ces petits territoires, il aura été une catastrophe à tous points de vue : économique, social, écologique, environnemental, démographique. Les territoires sont abîmés et les esprits aussi. Avec l'argent de la métropole, les locaux n'aspirent qu'à acheter des 4x4. Tout est joué, il est trop tard pour revenir en arrière. Il faudrait se défaire de ces confettis issus de la colonisation.
a écrit le 15/04/2017 à 17:31 :
La vérité : le socialisme n'est que manipulation, mensonge, trahison et violence. Les francais n'ont jamais eu autant la haine au coeur que depuis 1981, date de la veritable apprarition de cette ideologie inhumaine. La crise en guyane est l'anti-chambre de ce qui va se produire en france metro si le logiciel de pensée du pays n'est pas changé. Merci a mr hollande, avec son quinquenat catastrophique, d'avoir mis en lumière l'inhumaine imposture de gauche...
Réponse de le 16/04/2017 à 3:50 :
En quoi Hollande est responsable de la situation en Guyane qui ne date pas d'hier alors qu'il a hérité d'un Etat endetté de quelques 2200 milliards d'euros à cause de Fillon ?
a écrit le 15/04/2017 à 15:10 :
La Guyane ne serait donc qu'une réserve protégée et un pénitencier, vu de France. Et en plus une base spatiale française externalisée. Les habitants sont-ils un réel sujet hors du contexte français? Il est grand temps que la décentralisation des compétences territoriales soit une réalité, et pas seulement un empilement de technostructures à cinq étages.
a écrit le 15/04/2017 à 13:29 :
Donner leurs l'indépendance et un chef , Melanchon l'expert en tontons macoutes !
a écrit le 15/04/2017 à 13:05 :
1 ere mesure : virer tous les fonctionnaires parisiens concernés qui n'ont rien vu venir démontrant ainsi leur inutilité
2 eme mesure : utiliser le budget ainsi disponible pour ouvrir les écoles et autres établissement scolaires nécessaires. Ca c'est vraiment le minimum.
3 eme mesure : créer une réglementation adaptée à ces territoires. Un récent envoyé spécial montre des gendarmes, même pas en uniforme, qui vont réclamer des contrats CDI ou CDD sur un chantier à Mayotte ...!!! Bon c'est la loi ok mais....
a écrit le 15/04/2017 à 11:01 :
Ce que cet article ne dit pas c'est que la Guyane a une population d'environ 250 000 habitants et un PIB de 3 milliards d'euros. Ce qui ne peu pas justifier un fort investissement comme demandé par les guyanais c'est à dire 2,5+ milliards d'euros.

Comme dit dans l'article la forêt guyanaise est protégée pour préserver sa nature sauvage.
a écrit le 13/04/2017 à 20:51 :
J'enseigne depuis 27 ans en Guyane, ravie d'apprendre que je n'ai servi à rien et que les élèves ne savent rien. Merci madame Prévot-Madère, allez voir dans les classes le travail réalisé par les enseignants.
a écrit le 13/04/2017 à 14:26 :
L'action du gouvernemeht idéale serait de laisser les gens travailler et gagner leur vie correctement sans leur imposer des lois et réglements dirigistes et autoritaires. Mais bon, on sait où mène le socialo-communisme-fasciste :-)
a écrit le 13/04/2017 à 9:20 :
D'autant que la guyane est la destination des nos oligarques psychopathes que l'on ne peut plus cacher dans la métropole car tellement imbus de leurs personnes, car sachant parfaitement que grâce à leurs réseaux ils peuvent faire n'importe quoi ils ne seront jamais condamnés, et oui c'est comme cela que ça se passe en oligarchie, que l'on va donc nommer à des postes très éloignés.

La dégénérescence de l'oligarchie nous fait déjà énormément de mal en métropole et dans le monde même il est donc évident que dans ces départements dans lesquels ils se coltinent ce qu'il se fait de pire en la matière, à des postes de décisions, toujours, personnes de "bonnes familles" obligent, ça doit être l'enfer.

Un avertissement sur ce qui nous attend à terme dans le monde à force d'être à la botte de ces gens là.
a écrit le 13/04/2017 à 8:06 :
m hollande doit ce deplacer
ou aurais t'il peur
a écrit le 13/04/2017 à 6:03 :
Le gouvernement s'en tamponne des territoires et de la Guyane. En Polynesie la situation a des degres divers est semblable.
Enfance maltraitee, alcoolisme, paka, melanges divers, trafics que la gendarmerie a du mal a eradiquer. Tout le monde plante. Depuis les "nuits bleues" bien des locaux sont dans la misere sociale. La France n'a plus les moyens de ses ambitions "territoriales". Qu'elle passe la main, ca ira de mal-en pis. Reste que vouloir investir dans ces regions lointaines et imprevisibles, reste tres risque, les pb sociaux nombreux et impossibles a soigner, tant les populations sont habituees aux subventions de toutes sortes aux frais du contribuable francais. Welcome en enfer.
a écrit le 13/04/2017 à 3:21 :
Ils ne vont pas être contents les techniciens et ingénieurs guyanais qui travaillent au quotidien sur la base spatiale!

Mais en fait c'est quoi un guyanais? Car sur place elle a du plomb dans l'aile la belle image de l'unité guyanaise. Une grosse partie de la population est exclue des pseudos débats en cours anti-républicain par des pseudo politiciens ambitieux ou autres leaders sans légitimité aucune.
a écrit le 12/04/2017 à 17:50 :
La France meurt d'absence de décentralisation et d'une technocratie débile qui veut tout diriger de Paris. Je ne reconnais pas aux énarques la compétence de diriger des régions ou le pays ! Donc suppression de l'ENA et décentralisation des budgets aux conseils régionaux. Suppression des départements et des services déconcentrés de l'Etat, invraisemblables doublons des services des collectivités locales, ce qui provoque des coûts invraisemblables et inefficaces. Un peu de bon sens ! Toutes ces mesures doivent faire des conseils régionaux de vrais gouvernements régionaux avec les moyens d'avoir leur propre politique économique.
C'est vital dans tout l'Outre-mer, où rien n'est fait pour le développement, que ce soit les ressources des mers ou des sols ! De plus, ces régions se voient imposer des produits de métropole hors de prix, au lieu de pouvoir commercialiser avec les voisins ! D'où le délabrement aux Antilles comme en Guyane.
Il faut fiche en l'air cet ancien régime colonial, qui détruit l'économie de ces territoires. La décentralisation donnera les moyens à ces populations et à leurs dirigeants de développer enfin leur territoire ! Mais c'est la même chose pour les régions de métropole ! Pourquoi entasser les gens en Ile de France par cette centralisation absurde, limite dictature, et de fait enlever les compétences aux régions totu en bridant leur développement ?
a écrit le 12/04/2017 à 16:12 :
la seule reponse adaptee c'est l'independance!
evidemment que tt le monde vient se servir dans les caisses de la france en amerique du sud! vous avez vu le niveau de developpement des pays autour?
tout ce bon pognon qui arrive par cargo entier de la metropole, ca fait saliver!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :