Les Français ont confiance dans les scientifiques et les policiers... pas dans les politiques

 |   |  684  mots
Selon un sondage Ifop/Fiducial/France Digital, les députés et les sénateurs n'ont la confiance que de 17% des Français et les journalistes font un tout petit mieux avec 30% de confiance... Alors que les scientifiques et les policiers sont, eux, majoritairement considérés comme crédibles
Selon un sondage Ifop/Fiducial/France Digital, les députés et les sénateurs n'ont la confiance que de 17% des Français et les journalistes font un tout petit mieux avec 30% de confiance... Alors que les scientifiques et les policiers sont, eux, majoritairement considérés comme crédibles (Crédits : Reuters)
Un sondage Ifop/Fiducial/France Digital montre que les Français ont majoritairement confiance dans les scientifiques, les policiers, les enseignants et les entrepreneurs mais quasiment pas dans le personnel politique... et les journalistes

L'entrepreneur est-il l'avenir du politique ? Alors que la campagne présidentielle s'engage en France, c'est une enquête assez originale qu'ont menée l'Ifop et le cabinet Fiducial pour le compte de l'association patronale France Digitale qui regroupe des startups à fort projet de croissance et des investisseurs. Réalisé auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, le sondage s'est non seulement penché sur la crédibilité des hommes politiques et d'autres groupes socioprofessionnels auprès de la population mais aussi sur le sentiment de compétence  - ou d'incompétence - de ces mêmes hommes politiques sur les questions économiques. Le résultat est assez décapant.

Les Français ont confiance dans les scientifiques et les gendarmes... pas dans les hommes politiques

Ainsi, les sondés indiquent avoir confiance à 89% dans les scientifiques, à 84% dans les policiers et les gendarmes à 77% dans les enseignants et à 68% dans les entrepreneurs. En revanche, à l'autre bout de l'échelle, les députés et les sénateurs n'ont la confiance que de 17% des sondés... et les journalistes font un tout petit mieux avec 30% de confiance. On mesure à quelle point la parole publique n'a guère de crédit... En revanche, à l'instar d'autres enquêtes réalisées précédemment, le dirigeant de petite entreprise apparaît comme l'incarnation du tissu économique « réel », il est donc la figure qui incarne le plus confiance, il est cité en premier par 43% des sondés, devant « l'intellectuel » (25%) et l'élu local (14%). A l'opposé, l'homme politique exerçant des fonctions nationales n'a pas du tout la côte avec... 1% de confiance, tout comme le PDG d'une grande entreprise (3%). Faut-il voir là le fameux phénomène du « rejet des élites» ? Or, l'Ifop constate que les figures ayant le plus d'influence sur la société française sont, paradoxalement, aussi les plus décriées puisque ce sont les hommes politiques qui ont le plus de poids pour 27% des sondés, devant les PDG de grandes entreprises (21%)... loin devant un dirigeant de start-up (7%).

Le chômage reste la première préoccupation

Une autre question retient également l'attention et montre à quel point la campagne électorale a pris un départ très déconnecté de la réalité. Quand on demande aux sondés si les candidats à l'élection présidentielle doivent parler en priorité de la lutte contre le chômage ou plutôt de l'identité de la France, ils sont 71% à estimer que le chômage devrait être la principale préoccupation. Or, actuellement, le moins que l'on puisse dire est que le sujet passe plutôt au deuxième plan dans les débats en cours...

Et toujours sur le terrain économique et social, ils sont 52% à estimer que le personnel politique est plutôt considéré comme déconnectés des enjeux liés à la « nouvelle économie ». D'ailleurs, les sondés jugent à 87% qu'un homme politique devrait avoir précédemment travaillé dans une entreprise pour exercer correctement ses fonctions...

Par ailleurs, globalement, les dirigeants de startups et de TPE sont considérés comme plus crédibles que les responsables politiques sur des valeurs évoquant le « volontarisme », « l'expertise », « l'empathie » et « le courage ». Il n'y a que sur « le sens de l'intérêt général » que les hommes politiques obtiennent un score supérieur à celui des dirigeants d'entreprise.

NKM plus proche des start-up, Juppé des PME et Sarkozy des grandes entreprises

Enfin, si l'on se concentre cette fois sur la primaire de la droite et du rapport entre les candidats et les entreprises, le sondage montre des résultats assez différents. Nathalie Kosciusko-Morizet est considérée comme la plus proche des startups (elle est citée en premier par 21% des sondés), en revanche, c'est Alain Juppé qui remporte la mise quand on évoque l'ensemble des PME/TPE. Et Nicolas Sarkozy apparaît de loin (53%) comme le candidat le plus proche des grandes entreprises...

Enfin, les sondés sont 82% à estimer que les entrepreneurs sont trop peu représentés parmi le personnel politique et ils sont 68% à penser qu'un patron ferait un bon président de la République.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/11/2016 à 17:59 :
Grande confiance dans la police, 84% ? Bigre ! Les Français auraient-ils fait un usage abusif de substances illicites ?
Réponse de le 11/11/2016 à 19:42 :
Sociopathe ?
Réponse de le 12/11/2016 à 8:02 :
Je confirme ... ma confiance dans les forces de l'ordre est illustrée dans le déroulé du procès des évenements autour du lycée Bergson.

Des policiers SOUS SERMENT nient les actes totalement disproportionnés, inutiles et indignes de la mission qui leur est confiée par les citoyens... heureusement filmés sans ambiguité possible.
et ils se couvrent les uns les autres ....

C'est systématique... à la hauteur de ma confiance dans l'institution.
a écrit le 11/11/2016 à 17:28 :
Une personne politique peut dire "j'ai gagné " avec 99% d'abstentions et de vote blancs ... la moralité est où ? Trump est élu avec quel pourcentage d'abstention ????
a écrit le 11/11/2016 à 15:11 :
Le constat que font certains lecteurs est de dire : les politiques ont été élus. Sous en tendu, nous sommes donc responsables, sauf qu'on omet de dire avec quel pourcentage par rapport aux électeurs inscrits, ils sont élus.
Il serait intéressant d'avoir une étude complète sur la représentativité réelle des élus. Ils sont nombreux à frôler les 25 %, c'est dire qu'ils ne devraient pas être élus.
On ne dit pas assez que ces politiques ont bouclés le système afin de ne pas être dérangé dans leur carrière. Un simple exemple, il faut la signature de 500 maires pour se présenter à l'élection présidentielle. Pourquoi ? En pure démocratie ce n'est pas justifié.
Réponse de le 11/11/2016 à 16:36 :
Une élection, ça veut dire que 51% de la population dicte sa loi à 49% de la population et l’empêche de vivre comme elle veut. La démocratie est donc le pire des systèmes car c'est la dictature de la majorité...Alors que la vraie liberté, c'est que personne ne dicte rien à personne et que chacun fait comme il veut, tant que ça ne nuit pas aux autres.
Réponse de le 11/11/2016 à 18:59 :
Savez vous combien il y a de partis politiques en France?
Il y en a 480, dont 56 bénéficiaires de l'aide publique car présentant effectivement des candidats aux élections, les autres sont des boites à fric.

Personne ne veut d'une élection présidentielle avec 480, ou même 56 candidats, donc il faut un filtre, et celui des 500 (maires, ou députés ou conseillers.... bref grand électeurs) n'en est pas un mauvais pour s'assurer que le candidat représente autre chose que lui-même.
a écrit le 11/11/2016 à 13:29 :
Les politiques ? Ils font des promesses qu'il y aura du travail et des richesses et du bonheur pour tous. A la fin du mandat, ils disent qu'ils ne pouvaient rien faire et donc qu'ils ont menti. Et pourtant, ils savent augmenter les taxes, la bureaucratie. Jusqu'au point où les riches et les patrons quittent le pays, et il ne reste que des chômeurs et des fonctionnaires. Karl Marx n'avait pas prévu ça.
a écrit le 11/11/2016 à 12:17 :
depuis Giscard les politiques nous trahissent pour favoriser le CAC40 et la grande distribution !
on voit le résultat maintenant: chômage et précarité !
COMMENT LEUR FAIRE CONFIANCE ?
a écrit le 11/11/2016 à 11:19 :
Beaucoup de contradictions et de symptômes

Il est vrai que nos politiques nous ont déçus, depuis quelques décennies maintenant.
A force de nous bercer d'illusions et de nier la réalité de l’évolution, la mondialisation, la concurrence, et donc la fin du plein emploi, le réveil est à chaque fois douloureux.

Certes nos journalistes ne sont pas parmi les plus critiques, mais ils ont le mérite de préserver une espèce de semblant d’équilibre. Une majorité de médias appartiennent maintenant à des pouvoirs économiques et il est d’autant plus important de préserver les électrons libres et ceux qui pensent différemment, ou qui pensent tout simplement.

Quand le politique perd son pouvoir ou sa crédibilité, c’est soit l’idéologie qui prend la place, soit la force.

Plus grave ! où est passée la justice dans tout ça ?
C’est un contre pouvoir garant de la société et de la démocratie et Il ne faudrait pas que cela devienne un simple instrument de l’autorité. Théoriquement, les gendarmes et policiers doivent œuvrer pour la justice et non seulement pour le maintien de l’ordre.
C’est au politique de maitriser le régalien, mais pas d’en abuser. L’équilibre est fragile.

Ceci dit, on a les politiques que l’on choisit, ou à défaut que l’on mérite et ce ne sont pas les élections qui manquent. Pour éviter les extrêmes, la solution est simple : il suffit d’élire des démocrates intègres, ayant un programme et ayant surtout une vision de l’avenir et non du passé.
a écrit le 11/11/2016 à 10:45 :
Depuis l alternance nous avons très bien compris que les discours ne servaient qu à nous tromper. Etre libéral en économie est socialiste en sociétal est impossible . Pourquoi ?
Parce que le sociétal n est que le produit de la redistribution il suffit simplement que de faire augmenter la dette pour que le sociétal s amenuise , est la non dénonciation de ce fait par les opposants les rends de fait aussi coupables que les gouvernants .
a écrit le 11/11/2016 à 9:51 :
LES FRANCAIS VON VOIR SE QUE SAIS DES PATRONS DIRIGENT UN GRAND PAYS COMME L AMERIQUE?IL VONT CONPRENDRE CE QUE SONT CAPABLES DE FAIRE COMME DEGATS DANS UN SOCIETE LE CAPITALISME DEBRIDE ENVERS LES LES CLASSES LES PLUS DEFVORISE? DES JOURS SOMBRE VONT S ABATRE SUR LES AMERICAINS? ET SUR LE MONDE ENTIER PARS RICOCHES???
Réponse de le 11/11/2016 à 14:27 :
Diriger un pays comme une entreprise c est donner sa chance a tout le monde autrement dit a chacun cad le contraire exactement du socialisme !!
Réponse de le 11/11/2016 à 19:48 :
Vous connaissez beaucoup d'entreprises ou le dirigeant
- est élu par ses salariés?
- remet son mandat en jeu périodiquement?
- décide avec l'accord de tous de pénaliser les plus forts pour permettre aux plus faible de survivre?
- Utilise ses ressources à d'autres fins que le bénéfice financier de l'entreprise...?

Un état n'est pas une entreprise de fabrication de nouilles, de la même façon qu'un citoyen est infiniment plus qu'un acheteur de nouille, ou une chaine de la fabrication de nouilles.

Plus tôt, nos dirigeants qui sont devenus des comptables (voir les programmes politiques des droitiers qui font 300 pages pour se plaindre du coût excessif de tout) prendront en compte cette réalité sociale, mieux ce sera.
La question du social est trop importante pour être laissée au FN. Ceux qui, comme Sarko, continuent à penser que pour battre MLP il suffit de brandir des drapeaux en chantant la Marseillaise se plantent.
a écrit le 11/11/2016 à 9:08 :
Je n'aurai jamais confiance en ceux qui ne sont jamais responsable pénalement et financièrement de leurs décisions. Moi je suis condamné avant une infraction exemple le radar automatique, pas de circonstances atténuantes. Eux jamais. Vous avez dit Égalité, Fraternité? Je ne parle pas des dieux vivants les hauts fonctionnaires et les très hauts fonctionnaires qui sont intouchables. Aucunes réparations quand ils se trompent. C'est le peuple qui paient et subit. Triste France. Ils ne veulent pas comprendre le 21 avril 2002. Malheureusement. Ils n'ont pas compris l'élection de Trump. On ne répond pas à la bêtise par la stupidité. On donne une vision de l'avenir, un changement, du réel pas que du marketing politique.
a écrit le 11/11/2016 à 8:58 :
La révolte monte depuis 20 ans
Le passage de Sarkozy et hollande aura fini de ruiner la confiance dans les politiques

Reste à voir où on va aller

Il faut changer cette clique politique coûte que coûte ,espérons que ce sera pour. Un
Macron ou un
Montebourg
a écrit le 11/11/2016 à 8:25 :
mettons dans la constitution une obligation que 60% des deputes viennent de la societe civile avec limitationà deux mandats
a écrit le 10/11/2016 à 23:22 :
avoir confiance dans des policiers qui créent , chaque jour, chomage et pauvreté tout en étant sûr de très bien vivre à vie : N O N !!!!! le fonctionnaire inutile et rentier n'a pas à faire crever le Peuple !!!!
Réponse de le 11/11/2016 à 9:03 :
On sent toute la réflexion de ce texte et l'absence d'une réaction épidermique.
A ce stade, il serait peut-être bon de se remettre en question. Non ça va, je plaisante. Continuez, tout va bien.
Réponse de le 11/11/2016 à 9:24 :
Si je comprend bien , vous aimeriez mieux une police politique , , ma fois c"est une façon de voir qui n'est pas la mienne , mais vu l'ambiance générale médiatique , on peut se pauser des questions .
Réponse de le 11/11/2016 à 14:29 :
Nous n avons aucun besoin de createur de chomage et de pauvrete :
Réponse de le 12/11/2016 à 10:56 :
@bertrand
Pouvez-vous nous expliquer comment un policier peut créer le chômage ? Vous en voulez aux fonctionnaires c’est votre droit, mais n’oubliez pas qu’un fonctionnaire c’est un consommateur qui reverse, comme les autres 50 % de son salaire a l’état, via taxes et impôts. Dans une période ou le secteur privé n’embauche plus, serait ’il bien raisonnable de remettre quelque centaines de milliers de consommateurs au chômage et alourdir encore les finances de l’assurance chômage à laquelle chaque citoyen salarié cotise ? Maintenant, qu’il faille modifier le statut des fonctionnaires et dégraisser la fonction publique territoriale, c’est une évidence, mais seulement lorsque que l’économie repartira et que « Mr Gattaz aura créé son million d’emploi » !!!!!.
a écrit le 10/11/2016 à 22:29 :
Fillon , Marion , Macron .... Le tierce gagnant !
a écrit le 10/11/2016 à 22:28 :
Fillon , Marion , Macron .... Le tierce gagnant !
a écrit le 10/11/2016 à 22:28 :
Fillon , Marion , Macron .... Le tierce gagnant !
a écrit le 10/11/2016 à 21:26 :
C'est normal, notre soit disant élite a ruiné le pays. Pour les autres professions, le sondage
reflète bien la réalité. En revanche, les pauvres enseignants , ballottés par un rectorat
peuplé d'idéologues, les résultats ne sont pas au RV. Il est urgent de réformer notre école
avec en urgence , que les élèves maîtrisent correctement le français.
a écrit le 10/11/2016 à 20:40 :
Et un sondage, un ! Donc voila un nouveau sondage financé par « l'association patronale France Digitale » si le début sert à accrocher, le milieu à donner du corps, seule la fin comme à chaque fois est à retenir, et dans le texte cela donne « Enfin, les sondés sont 82% à estimer que les entrepreneurs sont trop peu représentés parmi le personnel politique et ils sont 68% à penser qu'un patron ferait un bon président de la République ». Yes !!!
a écrit le 10/11/2016 à 19:17 :
Parce que les politiques, à l'inverse des autres catégories citées, c'est nous même qui les (re)nommons. Les français sont effectivement des veaux.
a écrit le 10/11/2016 à 18:44 :
Et cela vous étonne ?
a écrit le 10/11/2016 à 18:41 :
On peut faire plusieurs commentaires: 1. pourquoi en France laisse-t-on l'état et les politiques, si décriés, globalement non crédibles, en charge de 57% du PIB (la dépense publique) avec pour conséquence un gâchis terrible de moyens? et en 2: les médias ont-ils intégré en 2016 la très utile polémique sur les négationnistes, leurs erreurs de perceptions sur le Brexit et cette nouvelle erreur sur la Présidentielle américaine; ne comprennent-ils pas qu'en se dressant contre la volonté populaire, ils vont perdre toute crédibilité devant les français, et rejoindre ainsi, très logiquement, les politiques...
Réponse de le 11/11/2016 à 0:42 :
Qui achètent les journaux ? Qui demande de la médiocrité ? Pourquoi les rubriques chiens écrasés de la presse régionale, les journaux télé et la presse people marchent-ils si bien ? Être un bon journaliste doit être bien difficile et bien déprimant, il me semble.
a écrit le 10/11/2016 à 18:14 :
Avoir confiance dans les politiques :
- qui votent des budgets déficitaires depuis près de 40 ans ?
- qui mettent des taxes morales et juste sans arrêt sans aucun intérêt pour la vie économique des entreprises ?
- qui détestent les actionnaires et les entrepreneurs ?
17% c'est un chiffre extrêmement élevé par rapport à ce qu'ils volent en permanence à la nation.
Réponse de le 11/11/2016 à 0:35 :
Ils ont été élus. Où est la responsabilité ? Les électeurs aiment bien entendre ce qui leur fait plaisir, même quand est grotesque puis s'étonnent. La responsabilité ne serait elle pas partagée en démocratie ?
Réponse de le 11/11/2016 à 19:31 :
Ah oui le fameux "on a les politiciens qu'on mérite" ? Bah c'est faux. Si comme aux USA, on a que des candidats nuls, a-t'on vraiment le choix ? Les dirigeants restent au pouvoir uniquement car ils ont la force avec eux, sinon ils ne restent pas. On a vu à Rome, un dirigeant prend la place de l'autre année après année. C'est pareil ici et maintenant, rien n'a changé depuis l'antiquité.
Réponse de le 13/11/2016 à 2:31 :
Je viens d'abandonner un long texte qui ne mènera à rien ; vous avez raison, c'est toujours de la faute des autres.
Réponse de le 14/11/2016 à 22:12 :
Au lieu d'écire un banalité "comme le feu ça brule" et "c'est toujours de la faute des autres", essayez d'écrire quelque chose de mieux svp. Si vous niez que la société n'a aucun role en politique, alors vous niez que l'humain est d'abord un etre social, modelé et façonné depuis la naissance par son environnement : éducation des parents, de l'école, lois de l'état, morale religieuse et sociale, tabous de la société, interdits et autorisations...un individu libre d'acte et de pensée, indépendamment de la société, ça n'existe pas ! Et ça n'a jamais existé. Donc oui on vit dans un système avec ses normes et ses lois, façonnées depuis des millénaires. Et un individu, meme s'il construit sa personnalité, ne peut pas échapper à son environnement social et culturel. Donc quand un électeur élit un politicien, de gauche comme de droite, il le fait car il a été construit intellectuellement par le système socio culturel pour cela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :