Présidentielle 2017 : la presse internationale salue "les petits candidats"

 |  | 493 mots
Lecture 3 min.
El Pais décrit notamment la sortie de Philippe Poutou face à Marine Le Pen sur l'absence d'immunité ouvrière et son refus de poser sur la photo de famille avant le débat.
El Pais décrit notamment la sortie de Philippe Poutou face à Marine Le Pen sur l'absence "d'immunité ouvrière" et son refus de poser sur la "photo de famille" avant le débat. (Crédits : REUTERS/Lionel Bonaventure/Pool.)
"Long", "chaotique", "exemple de démocratie", le débat à onze de mardi soir a suscité des réactions contrastées dans la presse internationale. Les observateurs se rejoignent en revanche sur un point : à l'issue de cet exercice politique et médiatique inédit, rien n'est joué.

Inédit en France, suivi à l'étranger. Le débat entre les onze candidats à la présidence de la République a attiré l'œil un brin intrigué des observateurs internationaux. Européens, surtout, inquiets de la perspective d'une présence de Marine Le Pen sur le perron de l'Elysée au lendemain du 7 mai.

Premier constat, du Guardian, "c'était long". Près de quatre heures d'échanges, conclus à minuit (bien) passée. "C'était historique, (...), parfois chaotique (...) mais globalement civilisé. Par dessus tout, le second débat présidentielle était un exemple de démocratie en action", poursuit le quotidien britannique classé au centre-gauche, qui relève au passage "l'égalité (en français dans le texte) dans sa forme la plus stricte" du format choisi par BFMTV et C News.

"Chaotique", le terme revient aussi dans les colonnes du Times, toujours outre-Manche. Le journal conservateur insiste sur les attaques des candidats moins bien classés dans les sondages, contre les gros :

"Dans le seul forum avec onze candidats, François Fillon et Marine Le Pen ont été sujets à des attaques verbales jamais vues dans les confrontations plus sobres observées jusqu'ici dans la campagne."

Petits candidats et abstention

"L'heure des 'petits candidats'", salue, dans le même esprit, El Pais. Le quotidien espagnol décrit notamment la sortie de Philippe Poutou face à Marine Le Pen sur l'absence "d'immunité ouvrière" et son refus de poser sur la "photo de famille" avant le débat. "Au moins un tiers des électeurs n'ont pas encore décidé pour qui ils comptent voter ou pensent qu'ils peuvent changer d'avis au dernier moment", commente encore la journaliste Silvia Ayuso.

L'abstention et le doute, sujets également traités en Allemagne par Deustche Welle (à travers un reportage dans un bar parisien), qui estime que le débat n'a pas vraiment servi à "séduire les électeurs indécis". La faute à un plateau "saturé, qui empêchait les candidats de rentrer dans le vif du sujet""Le regard souvent dans le vide, Fillon avait l'air de s'ennuyer, ou [se montrait] du moins plus effacé que lors du premier débat", observe même le média international allemand.

Outre-Atlantique, la présence des onze candidats sur le plateau a quelque peu perturbé le New York Times, qui informe ses lecteurs qu'une règle "inhabituelle" autorise chaque candidat ayant reçu 500 parrainages d'élus à se présenter. Résultat, "les favoris ont partagé la scène avec plusieurs candidats obscures, dont la plupart devraient recueillir moins de 1% des voix". Sur ses gardes face aux enquêtes d'opinion depuis l'élection imprévue de Donald Trump en novembre dernier, le journal new-yorkais prévient que "même si les sondages produisent des résultats similaires [de semaine en semaine], le vote surprise en faveur du Brexit l'an dernier [...] jette l'incertitude sur la course à la présidence".

__________

>> VOIR AUSSI Présidentielle : les 11 temps forts du débat du 4 avril

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2017 à 12:12 :
M.Poutou a dit tout haut ce que beaucoup d'électeurs pensent tout bas. Ce serait intéressant de connaître la proportion d'électeurs de M.Fillon prêts à lui donner une procuration sur leurs comptes en banque (avis aux sondeurs)...
a écrit le 06/04/2017 à 12:33 :
Difficile de choisir mais tout ceux qui ont des casseroles au C.. sont hors jeux . mon choix à la base avant les revelations de sa femme qui reconnait et dit n'avoir jamais travailler pour lui c'etait fillon ,hélas il y a trops de casseroles les emplois les costumes les montres les prets etc etc marine le pen pas mieux macron et hamon c'est blanc bonnet bonnet blanc c'est holland pour moi l'integrité pour la presidence est primordiale elle passe avant mon ampartenance politique et le seul qui reste propre et qui a un programe crédible et les epaules pour etre president c'est mélenchon voici comment j'ai fait mon choix chacun à ces méthodes
a écrit le 06/04/2017 à 12:24 :
J'ai lu quelque part que 78% des Français étaient contre cette pléthore de candidats ! Personnellement, je pense que la vraie démocratie, c'est la possibilité de donner son avis, même si on est petit. Mais on reconnait une fois de plus les tendances dirigistes et autoritaires de type collectiviste qui prévalent en France. C'est la raison pour laquelle, je ne crois pas que cette élection sera utile, et il faudra attendre que le peuple se déchaîne pour déboulonner le régime pour que les choses changent :-)
a écrit le 06/04/2017 à 7:16 :
N'importe qui sauf (enfin jusqu'à un certain point) Macron la coquille vide, le clone de Hollande, l'homme qui parle pour ne rien dire, celui qui ment, celui qui ne sait pas s'il est ou non socialiste, celui qui a un programme ressemblant à un guide touristique où il n'y a que des banalités, des phrases creuses pour les gogos et les bobos Il faut le lire pour le croire !
a écrit le 05/04/2017 à 19:22 :
C'est l'avantage énorme de ces sondages qui se plantent de plus en plus souvent et c'est pour cela que nous autres citoyens devons nous faire un point d'honneur à démentir les sondages et dégager les favoris, du coup les non orthodoxes sont un peu plus pris au sérieux par les médias de masse.
a écrit le 05/04/2017 à 19:16 :
Poutou, le combattant de l'impossible : et une mandale à droite, une autre à l'extrême droite, double kick retourné, balayage... heureusement qu'il était là pour dire ses quatre vérités à tout le monde ! Bon, sérieusement, je ne vais pas voter pour lui, je suis parti vers Macron pour éliminer Fillon (le zombie d'hier) et ensuite Lepen (la déstabilisée de la soirée). Mais Poutou a bien dynamisé cette soirée !
Réponse de le 06/04/2017 à 9:53 :
Vote Macron, comme les journalistes et les sondages t'y invite matin midi et soir et après, ça continu comme hollande, pas de programmes, pas de culture, des dettes et des attentats...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :