Présidentielle 2017, rien ne s'est passé comme prévu !

 |   |  1790  mots
La présidentielle 2017 restera dans l'histoire politique comme celle de l'inédit. Deux présidents de la République et trois premiers ministres ont mordu la poussière; le débat d'entre-deux-tous a été le plus désastreux depuis son instauration en 1974; tous les pronostics électoraux ont été déjoués... De fait, il y a un an à peine, c’était certain, Alain Juppé serait président...
La présidentielle 2017 restera dans l'histoire politique comme celle de l'inédit. Deux présidents de la République et trois premiers ministres ont mordu la poussière; le débat d'entre-deux-tous a été le plus désastreux depuis son instauration en 1974; tous les pronostics électoraux ont été déjoués... De fait, il y a un an à peine, c’était certain, Alain Juppé serait président... (Crédits : Reuters/Stephane Mahe)
La campagne présidentielle 2017 a été complètement inédite: deux présidents de la République et trois premiers ministres ont mordu la poussière; tous les pronostics électoraux ont été déjoués; jamais la personnalité des deux finalistes n'a été aussi opposée...

« Que l'avenir ne soit plus ce qui va arriver, mais ce que nous allons en faire » disait Henri Bergson. Cette campagne présidentielle, qui se termine officiellement ce vendredi 5 mai à minuit, en est la plus parfaite illustration. En un an à peine, toutes les certitudes se sont envolées. Ce qui était impossible est devenu possible... Cette campagne, en réalité, a été totalement inédite, c'est même la campagne des grands chamboulements qui a mis à jour les transformations en cours dans la société française, mais aussi les lignes de fracture qui la traversent.

Il y a un an Juppé serait président, c'était certain...

Rappelons-nous, c'était il y a peine un an et le paysage politique était alors complètement différent de celui d'aujourd'hui. À droite, c'est simple, il n'y avait plus aucun suspens, mais au contraire une certitude : Alain Juppé était le grandissime favori de la primaire annoncée - une première pour à droite et le centre. Le sage de Bordeaux tenait enfin sa revanche, à 70 ans. Il allait s'imposer haut la main face à un Nicolas Sarkozy qui tentait alors son retour en étant devenu président du parti « Les Républicains » (LR). Quant au troisième homme, François Fillon, il était loin, mais alors très loin dans les sondages. Pourtant, l'homme de la Sarthe continuait de labourer consciencieusement le terrain, même si plus grand monde ne croyait en lui.

... Et Hollande allait se représenter, c'était certain

À gauche, autre certitude : le président en place allait se représenter, il fallait juste attendre qu'il se décide à l'annoncer. François Hollande s'y préparait avec une certaine gourmandise même si ses alliés commençaient à avoir quelques doutes. Surtout, ses plus proches lui conseillaient de se méfier de son jeune ministre de l'Économie de 38 ans, Emmanuel Macron, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée. Le jeune Macron venait tout juste, début avril, de lancer à Amiens son mouvement En Marche !, officiellement un simple mouvement de jeunesse à la recherche de nouvelles idées... En réalité, En Marche ! constituait l'ossature de la formation qui allait porter le jeune homme pressé vers l'Élysée. Mais pas question de le dire à ce stade.

En tout état de cause, il y a un an, à écouter tous les commentaires, c'était « plié » pour la présidentielle : Hollande serait éliminé dès le premier tour et Alain Juppé serait triomphalement élu à l'issue d'un second tour qui l'opposerait à Marine Le Pen, la présidente du FN, alors au plus haut dans les sondages.

Le piège fatal de la loi Travail

De belles certitudes qui allaient rapidement voler en éclat. Car en ce printemps 2016, la France s'offre l'une de ces grandes crises politico-sociales comme elle les affectionne. À gauche, les cartes vont être rapidement entièrement redistribuées à cause de la loi réformant le droit du travail portée par Myriam El Khomri.... en apparence. En réalité, ce texte est surtout poussé par le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Economie Emmanuel Macron qui, fidèles à leur credo social-libéral, veulent « alléger le Code du travail ». Un texte qui fracture encore davantage un PS qui n'avait déjà pas besoin de ça. Les « frondeurs », Benoit Hamon en tête, n'en veulent pas. Le recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter le projet de loi devient indispensable. C'est le coup de grâce pour un François Hollande déjà passablement démonétisé. Un ministre pourtant influent déclare alors, « je ne comprends pas comment Valls et Macron ont réussi à imposer ce texte au président à moins d'un an de la présidentielle, déjà que cette réforme n'était pas prévue dans notre programme de 2012 ».

De fait, en agissant ainsi, Macron fait coup double. Non seulement il assoit sa réputation de « réformiste » mais en plus il « cornérise » encore plus François Hollande. Et, de fait, comme le dit souvent le président de la République « rien ne se passe jamais comme prévu ». En effet, fin août, en démissionnant de son poste de ministre de l'Économie, Emmanuel Macron cache de moins en moins ses intentions présidentielles. De son côté, Manuel Valls en fait autant, n'hésitant pas à imaginer se présenter à la primaire socialiste... contre le chef de l'État qui, lui, voyait cette primaire comme un simple exercice de relégitimation. Tout a raté pour François Hollande qui jettera l'éponge début décembre.

Deux présidents de la République et trois Premiers ministres éliminés...

Manuel Valls pense alors emporter cette fameuse primaire. Mais il sous-estime totalement son absence de popularité au sein du parti, surtout face à un Benoît Hamon qui incarne alors un « PS canal historique ». De fait, Manuel Valls sera battu. Quant à Emmanuel Macron, très astucieusement, il ne se mêle pas à ces débats et mène son propre chemin, surfant sur le besoin de renouveau et le « ras-le-bol des partis » qui animent les Français. Résultat, à gauche, un président de la République est « empêché » de se représenter et un ex-Premier ministre ne peut pas concourir à la présidentielle. Un vrai jeu de massacre.

Mais ce chamboule-tout n'épargne pas la droite. À l'automne, à la surprise générale, François Fillon emporte la primaire de la droite et du centre, aux dépens d'un Nicolas Sarkozy qui n'a pas su renouveler son discours et qui a sous-estimé le rejet dont il faisait l'objet au-delà de son  "fan club" au sein de "LR" et, surtout d'un Alain Juppé, qui a très imprudemment trop campé sur son statut de favori dans les sondages. Là aussi, donc, un ancien premier ministre et un ancien président de la République mordent la poussière. On connaît la suite. François Fillon, promis, selon les enquêtes de la fin 2016, à une victoire quasi acquise lors de la présidentielle, chutera à son tour au premier tour du scrutin, plombé par les « affaires » qui ont empoisonné sa campagne. Et encore un ex-Premier ministre éliminé! Au total, ce sont ainsi, deux présidents de la République - l'actuel et le précédent- qui ont été dans l'impossibilité de concourir ainsi que trois ex-Premiers ministres : Fillon, Juppé, Valls. Du jamais vu.

Et, bien entendu, c'est le « jeune » Macron, quasi-inconnu du grand public deux ans plus tôt, qui profite de ce carnage politique, surtout avec son positionnement « ni gauche ni droite » qui semble séduire les Français, las de trente années d'alternance.

Le "choc" Mélenchon

La grogne vis-à-vis de l'Europe constitue la grande nouveauté de cette campagne. Le « non » des Français au referendum de 2005, ignoré par les gouvernants successifs, est revenu comme un boomerang. Il explique en grande partie - avec la crise qui ravage le PS - le succès de Jean-Luc Mélenchon. Le tribun de la France Insoumise a su surfer sur cette vague hostile à la construction européenne telle qu'elle se déroule. Jean-Luc Mélenchon a su proposer un discours « contre les traités européens » alternatif à celui trop primaire de Marine Le Pen. Si l'on ajoute à cela l'excellente campagne novatrice menée par l'ancien ministre de François Mitterrand - notamment sur les réseaux sociaux - et son impressionnante maîtrise des débats électoraux, on comprend pourquoi Jean-Luc Mélenchon est passé de 11% des suffrages en 2011 à 19,6% cette année.

Jean-Luc Mélenchon partage avec Emmanuel Macron le fait d'avoir fait éclater les codes quasi traditionnels de l'élection présidentielle. Les deux candidats se sont «répartis» les dépouilles des électeurs du PS né à Epinay. Résultat, avec la disqualification à droite de François Fillon dès le premier tour, c'est la première fois depuis le début de la cinquième République qu'aucun des deux candidats des « partis » de gouvernement ne se retrouvent au second tour. C'est, là aussi, un fait majeur de cette campagne. Et les conséquences vont être très importantes. Car au PS comme à « LR », l'heure des règlements de compte va sonner au lendemain des législatives avec des remises en cause majeures.

Le plus désastreux débat d'entre-deux-tours

Enfin, il y a ce fameux débat d'entre-deux-tours. Encore une grande première : pour la première fois, le candidat du Front National y participait. En 2002, en effet, Jacques Chirac avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen. Cette fois, le cas de figure a été différent, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont opposés... Et on a vu le résultat. À cause de l'attitude agressive de la candidate FN, on a assisté à la pire rencontre depuis l'instauration de ce rendez-vous en 1974. Une vraie bataille de chiffonniers où les deux journalistes animateurs avaient l'air totalement dépassés.

D'une façon plus générale, le rôle de la télévision s'est encore un peu plus affirmé dans cette campagne. Pour la première fois, un débat entre les onze candidats s'est déroulé avant le premier tour. Et l'exercice, pas évident, a plutôt tenu ses promesses. On peut parier qu'il deviendra bientôt un nouveau grand classique.

Dans un tout autre domaine, cette campagne va aussi remettre en cause le principe des « primaires ouvertes » dans cette campagne. Il y a quelques mois encore, ces primaires apparaissaient comme novatrices, incontournables, aboutissement de la démocratie... La disqualification des deux élus des primaires dès le premier tour a totalement redistribué les cartes, tout est remis en cause, surtout à droite. Plusieurs leaders de « LR » ne veulent plus en entendre parler, préférant à l'avenir une « primaire fermée », c'est-à-dire réservée aux seuls militants réellement encartés. Pourtant, à y regarder de près, est-ce vraiment les primaires qui ont « coulé » Benoît Hamon et François Fillon ? On peut en douter.

L'Élite contre le peuple?

Enfin, cette campagne se caractérise par la personnalité et l'image que renvoient les deux candidats du second tour... d'une façon presque caricaturale. D'un côté Emmanuel Macron, le candidat sorti de quasi nulle part, jamais élu, pur produit des élites françaises, représente la France de la « mondialisation heureuse », des métropoles urbaines tournées vers l'avenir. De l'autre, Marine Le Pen, qui joue sur la fibre plébéienne, cherchant à incarner la « France délaissée », celle de la « périphérie » victime de la mondialisation. Une cassure réelle dont la résorption constituera la « mère de toutes les batailles » du prochain quinquennat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 8:02 :
Pourtant...l'éviction de FILLON était bien commanditée, puisqu'il ne rentrait pas dans le sérail des idéologies républicaines du moment. Il était l'homme devenu gênant. Le reste, nous le connaissons. Et, curieusement, personne n'entend plus parler des "affaires"FILLON. Donc, tout était bien prémédité.
a écrit le 07/05/2017 à 21:57 :
Comme si pépère et les média n'avaient, de concert, pas tout fait pour cela. C'est le singe qui se moque du gorille. Qu'on se fasse truander, passe encore, mais qu'on essaye de nous raconter une belle histoire pour cacher la moche, c'en est trop. Cette présidentielle c'était la cour des miracles, au rasoir dans les ruelles sordides du pouvoir, certainement pas Versailles.
a écrit le 07/05/2017 à 15:25 :
Maudit soit le favori à la présidentielle un an avant l'échéance. En dehors peut être de Mitterrand en 1987 et Sarkozy en 2006, ils ont tous trépassés.
a écrit le 07/05/2017 à 8:09 :
Le Pen va tenter de se représenter en 2022 même s'il y aura des dissensions au FN. On verra que la dynastie le Pen s'accroche sans respect pour la démocratie. On espère que ce sera alors la dernière fois que l'on entendra parler de cette famille désastreuse et que ce parti finira par disparaître car il ne sert strictement à rien et n'apporte que des clivages, rien de positif ni d'innovant. Il a été fondé initialement contre de Gaulle c'est dire le manque de vision du FN quand on fait le bilan.
a écrit le 07/05/2017 à 6:51 :
C'est pas tout : complète marginalisation des trotskystes, disparition totale des écologistes (quoique... Hamon a fait le meilleur score de candidat des Verts de tous les temps, il a fait un point de mieux que Mamère en 2002). Reste que "la France délaissée" a voté massivement pour des candidats (Mélenchon et Le Pen) dont les programmes ont toutes chances d'aggraver leur sort.
a écrit le 06/05/2017 à 17:25 :
il y a désormais deux frances des idées avec néanmoins un point commun : le rejet des partis traditionnels ; une réforme des institutions devient urgente avant qu'il ne soit trop tard
a écrit le 06/05/2017 à 14:38 :
Le refus d'obstacle de la part de Hollande et la chute de Valls étaient prévisibles vu les résultats du quinquennat tant du point de vue de la popularité que des élections (toutes perdues !).
Idem pour Sarkozy. Les français n'ont pas voulu faire re-rentrer par la fenêtre celui qu'ils ont viré en 2012 pour cause de comportement et de mauvais résultat.

Ce qui n'était pas prévu, c'est la montée des extrémistes de tous poils. A commencer par sens commun, qui a fait basculer le vote de la primaire de droite en faveur de Fillon et qui l'a soutenu jusqu'au fossé.

Ce qui n'était surtout pas prévu c'est la montée fulgurante d'une espèce de Bonaparte inconnu qui en moins de deux ans crée ab-nihilo son propre parti, et convainc 8 millions de personnes de voter pour lui au premier tour.
a écrit le 06/05/2017 à 13:07 :
Les primaires restent un excellent moyen de désignation d'un candidat, à condition que le parti soit en bonne santé. La primaire PS de 2012 a été très bénéfique au parti.

Dans le cas contraire, les primaires élargissent les fissures préexistantes et même fracturent, comme en 2017.

Les primaires, c'est l'une des conséquences néfastes de l'implantation durable du FN qui impose une candidature unique. C'est fini le temps où la droite pouvait présenter 2 candidats (UDF-RPR) la gauche 4 ou 5 candidats, et espérer l'emporter in fine.

On verra ce qu'il restera du macronisme dans 5 ans, mais s'il continue de s'implanter à ce niveau actuel, la candidature unique sera le dogme et je pense que les français n'accepteront plus que le candidat de 10 millions de personnes soit choisi par 5 éléphants derrière une table.
a écrit le 06/05/2017 à 12:26 :
Au contraire tout c'est passé comme prévu , le candidat des banques de l'UE et du patronat + un petit geste timide pour pas trop se montrer des syndicats . Toute la machine a laminé tout espoir de changement réel . Il est a espéré que nos concitoyens par cette élection hors du commun puissent ouvrir les yeux si cela reste possible .
a écrit le 06/05/2017 à 10:13 :
A force d'utiliser des formules vides de sens telles que "société civile" ou "démocratie participative" ou libéralisme social"...voilà ce qui arrive...!
a écrit le 06/05/2017 à 9:11 :
oui
Plenel, dont la fille a le rare don d'ubiquite, n 'avait pas prevu en parlant de la femme de fillon, que la finale serait lepen macron...
remarquez, il pensait peut etre que le chaviste serait sur le podium...
a écrit le 05/05/2017 à 20:19 :
Jamais on a vu un camp , la nomenclature, utiliser tous les moyens pour imposer un candidat. La démocratie n'est pas gagnante , 1 an de délire.
a écrit le 05/05/2017 à 20:15 :
Mais bien sur que si, tout s'est passé comme prévu : d'abord l'élimination du candidat LR par lynchage médiatique interposé alors que son élection était imperdable, et ensuite la mise sur orbite de l'illusion médiatique du ni oui ni non ! Un très beau score qui mérite des félicitations... Bon, évidemment, avoir laissé entrer Dupont-Aignan dans la bergerie, ça pourrait finir par coûter plus cher un jour... Mais pour l'instant, il ne manque plus que le prix Nobel de la Paix pour Emmanuel MACRON.
a écrit le 05/05/2017 à 18:47 :
Rien ne s'est passé comme prévu, hou non et c'est pas fini. Lorsque je vois les centrales syndicales appeler a voter Macron, je me demande comment elles vont réagir quand leur bébé, le code du travail, va être mis en pièces par leur "Chouchou d'amour".
Réponse de le 06/05/2017 à 11:06 :
C'est la droitisation du champ politique et la lepénisation des esprits engagées depuis 20 ans qui t'aveugle.
Le FN est toujours l'extrême-droite fascisante et rance descendante de nombreux mouvements extrémistes incluant entre-autre l'OAS.
L'extrême-droite reste dangereuse et c'est pourquoi il faut toujours lutter contre elle.
Ne t'inquiète pas, dès la semaine prochaine les centrales syndicales vont faire campagne contre Macron et contre le retour à un droit du travail datant des années 20 et contre la privatisation rampante de la sécu. En fait même Sarkozy n''avait pas oser aller aussi loin. Pas mal comme hypocrisie de la part de monsieur le soi-disant centriste. Les gens de droite râlent juste parce qu'il n'est pas membre de leur parti alors que Macron va faire plus ou moins le même programme de droite ultraconservatrice que Fillon (à l'exception bien sûr de l'bolition du mariage pour tous, histoire de faire croire aux gogos et autres beaufs qu'il n'est pas totalement de droite ultra-conservatrice).
Réponse de le 07/05/2017 à 14:05 :
+1
a écrit le 05/05/2017 à 18:29 :
Pour être objectif la presse semble s'être lié à descendre tout les candidats capable de battre Macron et seule l'électorat de Marine a tenu ,j'espère que le Conseil Constitutionnel l' intégrera dans les compte de campagne de l'intéressé. C'était tellement voyant que personne peut le contester .
Réponse de le 06/05/2017 à 13:50 :
Ce qui est tellement voyant c'est votre mauvaise foi, ainsi que celle des thuriféraires de l'extrême droite qui s'abbatent sur les forums et trollent dans l'espoir vain de défendre l'indéfendable.

Mais c'est pas grave, maintenant que les yeux commencent à s'ouvrir, toute outrance dessert MLP.

A bon entendeur, salut.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :