Débat Macron-Le Pen : la presse étrangère abasourdie par la violence des échanges

 |   |  687  mots
En Europe, Macron est souvent montré comme le gagnant de cette bataille.
En Europe, Macron est souvent montré comme le gagnant de cette bataille. (Crédits : REUTERS/Eric Feferberg)
Le débat entre les deux candidats à la présidentielle, qui a donné lieu à de nombreuses passes d'armes entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, a suscité de vives réactions dans les médias étrangers. Beaucoup de journaux parlent de "combat", de "débat houleux" ou de "triste spectacle" pour résumer cet événement.

Le duel télévisé entre les deux derniers candidats à l'Elysée a été très commenté par la presse internationale. La violence des échanges entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen a notamment suscité des commentaires parfois emprunts de dépit. Pour le Wall Street Journal, "ce débat en face à face mercredi entre les candidats à la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'est rapidement transformé en attaques réciproques". Pour le journal économique américain, la candidate du Front national a été la grande la perdante du débat.

Du côté du New-York Times, le duel "ressemblait plus à une empoignade que l'on peut trouver dans une émission de télévision américaine qu'à une discussion raisonnée comme les Français ont l'habitude de voir". Le journal américain ajoute que "c'était un violent combat verbal. Les deux ont été agressifs, se sont coupés la parole...".

Sur le site Politico, le journaliste Nicholas Vinocur constate que Le Pen et Macron "se sont opposés dans un débat houleux". Cette émission "a souligné tous les désaccords allant de l'éducation à l'Union européenne" entre les deux prétendants à la magistrature suprême. Pour le site d'information américain, "même si Macron a marqué des points, apparaissant comme étant plus précis sur ses propositions, cela ne devrait pas suffire à convaincre les indécis".

L'Europe regrette la violence... et la qualité des présentateurs

En Europe, Macron est souvent montré comme le gagnant de cette bataille. Pour illustrer ce point de vue, Le Financial Times n'a pas manqué de souligner les confusions de Marine Le Pen dans ses attaques à l'encontre du candidat d'En Marche!. "Marine Le Pen est apparue confuse parfois sur les politiques industrielles. Quand elle mélange SFR, un opérateur de téléphonie mobile, et Alstom, un équipementier racheté par Général Electric, M. Macron lui répond : 'l'un fabrique des téléphones, l'autre fabrique des turbines'".

En Belgique, le grand quotidien Le Soir a qualifié la soirée de "triste spectacle" sur sa Une rappelant que "le débat présidentiel fût d'une violence inouïe".

Du côté des Suisses, le Temps a insisté sur l'animosité qui régnait sur le plateau en qualifiant le duel de "débat le plus violent de la Ve République". Pour le quotidien helvétique, Emmanuel Macron a mené le débat "si l'on s'interroge sur la capacité à rassembler". En revanche, la candidate du Front national "a dominé en matière d'agressivité". Le journal rappelle enfin que "les codes de ce débat télévisuel ont explosé sous les coups de Marine Le Pen dont les sourires narquois, voire les éclats de rire, trahissaient le mépris de son rival". A la Tribune de Genève, on trouve qu'Emmanuel Macron "n'a pas été excellent ni surdominateur, mais il est apparu outillé et cohérent. Au contraire de Marine Le Pen, très confuse, agressive et qui a montré ses limites".

En Espagne, le grand quotidien El Pais a souligné que ce duel était "un combat anormal, asymétrique. L'escrime contre la lutte libre, le fleuret contre le marteau, les arguments contre l'émotion". Pour El Mundo, "Macron a mis à nu Le Pen" en insistant sur ses incohérences. "D'une certaine façon, Le Pen prévoit sa défaite électorale et tente de s'ériger en future cheffe de l'opposition."

Enfin le journal allemand Die Weilt a surtout insisté sur l'attitudes des deux journalistes Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq qui seraient l'une des causes du mauvais déroulement de l'émission. "Si le débat a déraillé dès la première minute, cela est également dû aux deux présentateurs qui en méritaient à peine le nom," souligne le journal conservateur.

REVOIR LE RELPLAY EN VIDEO DU DEBAT

 >> Lire aussi : Présidentielle : un débat sous haute tension entre E. Macron et M. Le Pen

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2017 à 20:23 :
"Si le débat a déraillé dès la première minute, cela est également dû aux deux présentateurs qui en méritaient à peine le nom,"
C'est sur que des journalistes de la carrure de Patrick Poivre d'Arvor, il n'y en a plus.
L'avantage d'une origine qui permet d'avoir le recul par rapport à la politique franco française.
a écrit le 06/05/2017 à 9:18 :
Fautes dans l'article : emprunts au lieu d'empreints (marqués par une empreinte !) + Coupés la parole > coupé la parole, car le COD est après l'auxiliaire, règle d'accord des verbes pronominaux + fût > fut au passé simple.
a écrit le 06/05/2017 à 9:03 :
Faute lamentable : emprunts au lieu d'empreints (marqués par une empreinte !)
a écrit le 05/05/2017 à 17:21 :
Macron est le pur produit marketing sorti d une multinationale Public Relation. Le debat m a montre que Marine etait humaine, elle a du etre destabilisee par la Machine Macron. Je pense qu'elle a reussi a nous faire saisir ce que Macron est en realilte. Tres bon eleve de toute la Machine PS, aui se trouve derriere lui. Il a un projet capitalist pur et dur. Je les trouve insultant et meme dedaigneux envers Marine. Le passe du parti est le passe du parti, elle n a pas choisi son pere, il ne lui reconnaissait pas le fait quelle pouvait etre differente de son pere, mais il reconnaissait a lui meme d etre different de Hollande et du party socialist. C est pour moi une machine a parole creuses. Aussi un menteur live. I m a decu et cela ma donne la preuve de ce que Marine est en train de dire dans ses discours depuis un moment. macron disait a Marine regarde ce que disent les Media internationaux sur toi, pour moi c est la preuve qu il a l arogance d un enfant gate qui a son papa bien place qui bullie ses copains a la cours de recreation, pour moi c etait inadmissible. Macron est. trop sur de lui.
a écrit le 05/05/2017 à 17:01 :
En Mai 2015 les francais ont vote a 55% contre la Constituion Europenne. Pourquoi la France de Sarkozy a signe tle traite Europeen? mais ou est passe la Democratie. Ce qui n'est pas normal est que Marine est le seuil rempart contre l authocratie, la peur est utilisee par Macron et companie. C'est Macron qui utilise la peur du Front National pour voter pour lui. On ne devrait pas avoir peur de Marine, Marine a un programme, elle n aura pas la majorite a l assemblee elle sera donc obligee de mettre de l eau dans son vin, mais Macron fait peur si on vote pour lui on aura pas tourne le dos que tout sera vendu. SFR a bien ete vendu avec son accord en 2014. pour moi il a menti live. Je ne le crois pas. je crois plutot que une fois elu President il visera la Presidence de l'Europe, il se mettra a plat devant merkel et les 26 autres pour assurer sa promotion perso. Macron me fait peur.
a écrit le 05/05/2017 à 7:06 :
Les conseillers en com' sont a la maneuvre et là c'est inquiétant surtout que l'oligarchie est mondiale, ils ne veulent pas que la Françe tombe a son tour........ mais on n'a certainement pas vus le meme débat, surtout sur le dé
a écrit le 04/05/2017 à 22:34 :
Macron a massacré la Le Pen, vraiment le Fn doit être deçu d1 tel leader.....je l aime pas mais Philipo ferait bcp mieux. Marine suis desolé passe ton chemin...tu mélanges pomme de terre et angleterre heureusement le maestro Don Macron t a mis en marche. Laisses les technocrates se sont des Enarques....
Réponse de le 05/05/2017 à 17:16 :
Macron est le pur produit marketing sorti d une multinationale Public Relation. Le debat m a montre que Marine etait humaine, elle a du etre destabilisee par la Machine Macron. Je pense qu'elle a reussi a nous faire saisir ce que Macron est en realilte. Tres bon eleve de toute la Machine PS, aui se trouve derriere lui. Il a un projet capitalist pur et dur. Je les trouve insultant et meme dedaigneux envers Marine. Le passe du parti est le passe du parti, elle n a pas choisi son pere, il ne lui reconnaissait pas le fait quelle pouvait etre differente de son pere, mais il reconnaissait a lui meme d etre different de Hollande et du party socialist. C est pour moi une machine a parole creuses. Aussi un menteur live. I m a decu et cela ma donne la preuve de ce que Marine est en train de dire dans ses discours depuis un moment. macron disait a Marine regarde ce que disent les Media internationaux sur toi, pour moi c est la preuve qu il a l arogance d un enfant gate qui a son papa bien place qui bullie ses copains a la cours de recreation, pour moi c etait inadmissible. Macron est. trop sur de lui.
a écrit le 04/05/2017 à 18:44 :
En même temps, concernant la violence des échanges, il ne pouvait pas en être autrement.
Marine Le Pen a toujours débattu avec des gants de boxe contre les idées, et je suis bien content qu' ENFIN quelqu'un enfile les gants de boxe pour la contrer. Et à armes égales, Marine Le Pen ne tient pas le coup et les millions de spectateurs ont pu le constater.
Terminé l'imposture.
a écrit le 04/05/2017 à 17:20 :
La presse internationale peut se rendre compte avec ce calamiteux débat dans quel état la France sort de cinq années de socialisme. Les français ont en réalité les politiques qu'ils méritent. La médiocrité ne leur est pas imposée, ils se l'imposent à eux mêmes.
a écrit le 04/05/2017 à 15:36 :
Le chômage va mieux en France , maintenant qu'en 1990 ? Bizarre je lis : repassé en septembre 1990 au-dessus de la barre symbolique des 2,5 millions de demandeurs d'emploi.
8,9 % alors , et aujourd'hui 3 508 100, soit la plus forte hausse enregistrée depuis juillet 2012 (+1,2%) soit 10,1% de la population active.Dans les dernières années le taux de chômage a en effet baissé dans vingt-trois des vingt-huit États membres, mais pas dans l'Hexagone . Tout va très bien Madame la Marquise ,ou Monsieur le Marquis ,Un million de plus de chômeurs ,le taux passé de 8,9 % à 10,1 % entre 1990 et aujourd'hui .
Réponse de le 04/05/2017 à 17:01 :
Il faut entendre les années 90.

En1993 et 1997 le chômage dépassait les 10.5%.
Réponse de le 04/05/2017 à 17:56 :
Bonjour,
en 1994 (bien avant l'€ donc, et au tout début de l'UE qui ne pouvait pas avoir encore eu d'effet avec l'inertie des mesures politiques ou éco), le taux de chômage était de 10.3% donc plus fort qu'aujourd'hui, et déjà plus fort que celui de beaucoup de nos voisins.
Ce qui sous entend que la France a structurellement un chômage de masse depuis très longtemps. Que certains continuent à attribuer ça à l'Europe, ça arrange beaucoup de monde de trouver un bouc émissaire ! Et surtout ça évite de prendre des mesures parfois impopulaires ou de les reporter aux générations futures ....
Réponse de le 05/05/2017 à 11:59 :
90 c'était un haut de cycle, 93 un bas de cycle. Avant 90 il y a eu les années 80 ou le chomage élevé était déjà endémique.
La France a fait le choix - non dicté par Bruxelles - de privilégier un salaire minimum élevé et un chomage élevé, d'autres pays comme UK ou Allemagne préfèrent un chomage bas et des travailleurs pauvres.
C'est un choix de société, qui ne dépend pas de l'UE.
A noter aussi que les 10% de chomeurs correspondent pour l'essentiel au 10% d'élèves qui sortent du systéme scolaire sans aucune qualification.
C''est aussi un choix français, il nous appartient d'améliorer notre système éducatif.
Il faut se remettre en cause et ne pas chercher des coupables à l'extérieur.
a écrit le 04/05/2017 à 15:12 :
Démagogie et lourdeur affichées fièrement. Accoquinée à cet individu bizarre dont j'ai oublié le nom, et à l'autre avocat comme elle...Colard je crois...Prendre les français pour des ânes est...bref! Je n'ai pas pu regarder jusqu'au bout. Mr Macron peut la remercier. Hi han!
a écrit le 04/05/2017 à 15:07 :
Effectivement les 2 journalistes ne pouvaient être que des présentateurs, comptables du temps, des sujets et si possible de faire respecter une certain "timing" et un peu d'ordre. En aucun cas, ils ne pouvaient s'immiscer dans le débat. Que n'aurait-on dit s'ils avaient osé poser une question à l'un ou à l'autre...Ils ont certainement ressenti beaucoup de frustration. Chez Die Weilt ils raisonnent en Allemand, au "carré", ils n'ont pas les codes pour comprendre les subtilités Françaises.
a écrit le 04/05/2017 à 14:30 :
Ce débat a été lamentable. M.Le PEN médiocre et incompétente : quelle image de la France a-t-elle donné au monde.
Les "animateurs" (ani-amateurs..) ont été nuls: Léon Zitrone revient...!
a écrit le 04/05/2017 à 13:21 :
Et bien envoyez donc vos présentateurs, qu'on voit comment ils se débrouillent dans l’arène.

Le rôle assumé des présentateurs POUR CE DEBAT n'était pas d'animer les discussions (déjà fort vives), ni même de faire du fact-checking, mais seulement de garantir l'égalité stricte des temps de parole. Il avait été entendu qu'ils poseraient exactement les mêmes questions aux deux candidats, sans intervenir ni relancer en cas de réponse insatisfaisante.

On peut convenir, qu'entre personnes raisonnables et de qualité, cet arrangement aurait pu initier un débat intéressant, instructif, voire constructif.

Malheureusement, dans la mesure où le Pitbull n'a respecté aucun des engagements négociés pour le débat, il n'aurait resté qu'une solution, fermer les micros et éteindre les lumières.

Je crois que Mme Lepen aura laissé à l'ensemble de la presse et des média, qu'elle a copieusement insulté, un mauvais souvenir. Vivement la fin de la campagne, qu'on ne soit plus obligé de se fader ses discours de haîne en permanence pour cause d'égalité de temps de parole.
Réponse de le 05/05/2017 à 0:26 :
Si N. SaintCricq évoque que le phlègme des présentateurs était imposé par le besoin de stricte neutralité, je ne vois en quoi cette neutralité serait lésée si les mêmes questions sont posées aux deux candidats et les présentateurs insistent dans l'intérêt des électeurs que les candidats y répondent. On peut donc séreusement discuter de l'organisation du débat passé.
a écrit le 04/05/2017 à 12:56 :
Et aucun n'a relevé cette phrase de le pen à macron:" A partir de dimanche ce sera une femme qui dirigera la france soit moi soit mme merkel."

On se doute qu'ils ont du classer celle-ci dans les échanges "houleux" "violents" "démagogiques" bien entendu alors que pourtant vérité avérée.

Bref les médias étrangers n'ont pas vraiment regardé ce débat ce que l'on ne peut pas leur reprocher de part essentiellement son insipidité, car là ou il n'y a qu'éclats il n'y a pas de fond, le tout se voulant spectaculaire afin de dissimuler l'absence de solutions proposées aux français pour régler leurs vrais problèmes comme la baisse du pouvoir d'achat sous toutes ses formes.

Que ce soit l'une ou l'autre, même s'il est certain que ce sera l'autre, il va falloir que le peuple français se mobilise afin de freiner le pillage gigantesque de notre pays via l'oligarchie qui aboutira vraisemblablement à une élection de le pen en 2022 car voter pour le mal contre le pire quand on n'arrive plus du tout à distinguer le mal du pire devient particulièrement hasardeux.
Réponse de le 04/05/2017 à 14:53 :
Je suis tout a fait d'accord avec vous.
Réponse de le 04/05/2017 à 14:58 :
Une première chose serait déjà d'arrêter tous ces discours réactionnaires avec les mots comme Oligarchie etc
Au lieu de se plaindre et de toujours jeter l'opprobre sur l'autre il faut se bouger !
La peste rouge ne vaut pas mieux que la peste rouge...
Il faut vivre, aimer, créer, bouger,...
Oui marre de ces réacs de gauche comme de droite
Réponse de le 04/05/2017 à 15:16 :
Noter cette bêtise serait flatteur pour elle. Le silence est le plus grand des mépris. Accordons lui ce qu'elle mérite.
Réponse de le 04/05/2017 à 15:17 :
@citoyen blasé
"" A partir de dimanche ce sera une femme qui dirigera la France soit moi soit Mme Merkel."...C'est une phrase à l'image de LePen, une phrase de matamore, un propos de "Café du Commerce"de quelqu'un qui n'a rien à dire, un "truc" pour faire le buzz. C'est cela, le FN, du vide, du creux, de l'invective... Bref, un Parti Nationaliste qui véhicule la bêtise, la méchanceté, la division, évidemment le racisme et au passage se fait du gras sur le dos de ceux qui les soutiennent. Et il y en aurait plus de 7 millions de ces Français qui soutiendraient cette "erreur " qu'est le FN!
Réponse de le 04/05/2017 à 15:33 :
Enfin un commentaire intéressant. Merci à Mr Citoyen blasé
Réponse de le 04/05/2017 à 15:55 :
Il vous en faut vraiment peu pour vous esclaffer. Pour ma part si l'on doit rester dans votre outrance, je préfère que la France soit à l'image de l'Allemagne d'aujourd'hui plutôt qu'à celle du Venezuela, ne vous en déplaise.
Réponse de le 04/05/2017 à 16:01 :
"La peste rouge ne vaut pas mieux que la peste rouge..."

Ben logique mais ça ne dit pas grand chose. Le pâté de tête ne vaut pas mieux non plus que le pâté de tête...

"Au lieu de se plaindre et de toujours jeter l'opprobre sur l'autre il faut se bouger !"

Il est normal de critiquer l'autre quand il nous dirige, si nous votons pour lui c'est pour qu'il s'occupe de nous pas pour qu'ils nous ignore sinon autant instaurer de suite une société anarchiste ce pour lequel je suis.

"Il faut vivre, aimer, créer, bouger,..."

Confus, je dirais qu'il faut aimer vivre.

"Oui marre de ces réacs de gauche comme de droite "

Hélas c'est tout ce que sont capables de nous présenter nos élections, de l'extrême gauche à l'extrême droite du coup vos propos sont incohérents si vous refusez de leur reprocher leur immobilisme génétique.
Réponse de le 04/05/2017 à 16:12 :
A Valbel, c'est une vérité avérée, une excellente phrase, une tournure intelligente comme on en note peu au sein des discours démagogiques du fn et des autres d'ailleurs.

Croire que tout ce qui vient du FN est nul, ridicule, à blâmer, à critiquer c'est faire le jeu du FN et de ceux qui l'ont mit en place.

Ce qui fait que je ne voterais jamais pour eux c'est leur racisme profond et c'est insupportable, je parle des cadres, maintenant penser qu'ils se plantent sans arrêt c'est obéir aussi à un dogme c'est s'interdire la libre pensée.
Réponse de le 04/05/2017 à 16:29 :
xera:

Vous parlez à qui je vous prie ? Merci.

Et si c'est à moi, pourriez vous préciser votre heu... question ?
Réponse de le 04/05/2017 à 16:41 :
@Citoyen Blasé. Quand l’extrême droite rejoint l’extrême gauche... Oligarchie, Pillage, honte de l'autre...
Mme Merkel s'occupe des Allemands pas des Français. La construction Européenne a été voulue par des Français pour éviter la suprématie des Allemands en Europe. L'Europe a été créé avec des règles communes que chacun s'engage à respecter.
Que vous n'approuviez pas ces règles c'est votre droit, mais votre raisonnement qui consiste à dire que parce vous n'approuvez pas les règles c'est la faute de l'Allemagne c'est vraiment un raisonnement de type Le Pen. Allez vivre à Cuba ça vous reposera.
Réponse de le 04/05/2017 à 16:43 :
"je préfère que la France soit à l'image de l'Allemagne d'aujourd'hui plutôt qu'à celle du Venezuela,"

Non en fait au vu cette pensée binaire insipide c'est certainement à moi que vous devez parler vu que c'est tout ce que j'ai droits ici, des pensées binaires alors que les trollages ne seraient pas dérangeants s'ils étaient intelligents d'autant que je suis peu exigeant, un rien me nourrit sémantiquement.

Pour ma part sachez que je ne veux ni que la france soit à l'image de l'allemagne, elle en est très proche quand même hein, ni à l'image du Vénézuela non plus, de toutes façons ce sont trois sociétés complètement différentes les comparer c'est pédaler dans le vide.

Connaissez vous le très vieux proverbe français qui dit que "comparaison n'est pas raison", voulez vous que je vous explique pourquoi ?

Comme cela devrait être un peu long je préfère être sur que vous soyez motivé à m'écouter, merci.
Réponse de le 04/05/2017 à 17:54 :
"mais votre raisonnement qui consiste à dire que parce vous n'approuvez pas les règles c'est la faute de l'Allemagne c'est vraiment un raisonnement de type Le Pen."

C'est d'abord et avant tout la faute de l'UE mais comme c'est l'allemagne qui la dirige il va de soi que c'est sa faute à elle principalement non ?

Quand Sarkozy a imposé le traite de Lisbonne qui n'était que la copie du traité constitutionnel européen que nous avons refusé à 55% via référendum, on peut accuser le parlement qui a voté ce texte mais le premier fautif reste quand même celui qui l'a initié.

Dommage par contre pour cette diffamation elle ne fait que discréditer votre volonté de débattre, je me contente de pas grand chose sémantiquement et vous arrivez à faire moins, je ne vous félicite pas, heureusement que dans la vraie vie des gens qui font autant la sourde oreille je n'en côtoie jamais.
Réponse de le 04/05/2017 à 18:49 :
@Citoyen blasé
pas de diffamation dans mes propos mes une constatations.
"freiner le pillage gigantesque de notre pays via l'oligarchie". La finance gouverne notre monde et est la base de l'économie planétaire. LA finance Européenne avec le traité de Maastricht est une volonté de Mitterrand de faire entrer la France dans le monde moderne. Vous pouvez ne pas appréciez cela, devenir communiste, mais arrêtez de dire que c'est la faute de prétendus oligarques et des Allemands.
Réponse de le 04/05/2017 à 19:39 :
"c'est la faute de l'Allemagne c'est vraiment un raisonnement de type Le Pen."

C'est de la diffamation, vous aimeriez que je vous assimile à staline ?

"La finance gouverne notre monde"

C'est ce que je dis c'est pour ça que je ne comprends pas pourquoi vous me le reprochez.

Pour le reste, vous vous répétez donc je vous laisse lire ce dossier qui vous convaincra si vous le lisez, mais vous ne le lirez pas étant donné qu'il n'y a rien de plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

"Triomphe de l’oligarchie" https://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/A/19241
Réponse de le 04/05/2017 à 19:41 :
Désolé j'ai oublié cet autre lien contre votre seconde accusation.

"De la domination allemande (ce qu’elle est, et ce qu’elle n’est pas)" http://blog.mondediplo.net/2013-06-18-De-la-domination-allemande-ce-qu-elle-est-et-ce

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :