Réforme des retraites : Emmanuel Macron veut occuper le terrain

Alors que le président de la République va s'exprimer ce mardi, au sujet de la situation sanitaire, il compte aussi glisser quelques mots sur la réforme des retraites. Selon son entourage, c'est un grand regret de ne pas avoir pu la mener pendant ce quinquennat, il en fera sa priorité s'il rempilait à l'Élysée. Explications.

4 mn

Emmanuel Macron s'exprimera ce mardi 9 octobre en direct de l'Élysée.
Emmanuel Macron s'exprimera ce mardi 9 octobre en direct de l'Élysée. (Crédits : POOL)

Ce week-end, Richard Ferrand a joué les éclaireurs. Connu pour sa fidélité au chef de l'État, le président de l'Assemblée nationale était l'invité de "Dimanche en politique", sur France 3. L'occasion pour lui de préciser que « à six mois de l'élection présidentielle, il n'est pas nécessaire de se lancer dans une réforme des retraites ». Surtout dans un contexte où tous les syndicats sont contre.

Reste que, si le projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement ne verra sûrement pas le jour avant la fin du mandat d'Emmanuel Macron, faute de temps, l'Élysée ne compte pas y renoncer.  « C'est une excellente réforme, a glissé Richard Ferrand, qui doit se faire lors d'un second quinquennat. »

Sa priorité pour un second mandat

La feuille de route est donc claire.  « C'est bien à cause de la crise que nous n'avons pas fait cette réforme essentielle pour le pays, confirme l'entourage du président. Mais elle reste aux yeux d'Emmanuel Macron une promesse de campagne de 2017, et c'est pour lui la mère de toutes les réformes. »

Aussi, ce mardi, a-t-il prévu de l'évoquer, après s'être exprimé sur la situation sanitaire. Dans la lignée de son allocution du 12 juillet, Emmanuel Macron devrait réaffirmer son intention de revoir en profondeur le système, pour restaurer notamment l'équilibre financier du régime.

Avec plus de 300 milliards d'euros de dépenses par an, les retraites constituent le principal poste de dépenses publiques, et représentent 13% du PIB. Et selon les dernières données du Conseil d'orientation des retraites, le déficit s'établit à 13 milliards d'euros en 2020, 10 milliards cette année.

Emmanuel Macron peut d'ailleurs compter sur le soutien de la Cour des comptes qui répète que la « résorption des déficits du pays doit passer par une maîtrise des dépenses de retraites ».

Un sujet de prédilection pour tous ses concurrents

Alors que l'on avance dans la campagne électorale, Emmanuel Macron n'entend pas laisser ce sujet - aussi économique que politique - à ses potentiels compétiteurs.

Éric Zemmour est court en terme de propositions économiques, mais, sur la retraite, l'ancien journaliste - non encore candidat déclaré - ne cache pas sa préférence à un report de l'âge de départ de 62 à 64 ans.

Même crédo - à quelques nuances près - pour les candidats à l'investiture chez Les Républicains. Ainsi, Valérie Pécresse suggère de travailler progressivement jusqu'à 65 ans, en plaidant pour une pension « égale au Smic net en 2030 » pour ceux qui ont cotisé toute leur vie. Pour Xavier Bertrand, il faut également repousser l'âge de départ pour atteindre 64 ans en 2030, mieux prendre en charge la pénibilité, et faire en sorte que les retraites des femmes, notamment celles qui n'ont pas de carrière complète - soient améliorées.

À gauche, les prétendants sont plutôt sur un retour à un départ à 60 ans. C'est le cas de  Jean-Luc Mélenchon  pour La France Insoumise, ou de Fabien Roussel pour le Parti communiste français.

Le scénario du président encore inconnu

Reste à savoir quel projet Emmanuel Macron souhaite proposer aux Français. En juin dernier, le président avait reconnu que son projet de système universel ne pourrait pas « être repris en l'état ».

Lors de la présentation le 12 octobre, de son grand plan France 2030, Emmanuel Macron avait distillé quelques messages autour de la nécessité de travailler plus, notamment pour financer notre modèle social.

« Nous sommes un pays qui travaille moins que les autres, la quantité de travail allouée n'est pas au bon niveau dans le cycle de vie, et en horaires cumulés. »

Mais, il s'est bien gardé de préciser quel scénario il privilégierait s'il était élu pour un second quinquennat.

Pour l'heure, son entourage évoque surtout la nécessité de revoir les régimes spéciaux mais aussi de revaloriser les pensions pour les porter à 1.000 euros. Le chef de l'État a demandé à ses soutiens de plancher rapidement pour lui présenter différentes options.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 09/11/2021 à 9:39
Signaler
On le sait Macron est le président des -10% des riches et ... des fonctionnaires comme de la santé, police, enseignants publics avec des hausses des rémunérations ou des honoraires des médecins... sans contre partie... avec maintient des privilèges ...

le 09/11/2021 à 19:27
Signaler
Macron président 'des riches et des fonctionnaires' ? Oula, 'les riches' et les fonctionnaires main dans la main poyr réélire Macron, ça fait une drole d'alliance, ça... Un peu comme la carpe et le lapin. C'est Melenchon qui va en etre vert fe rag...

à écrit le 09/11/2021 à 9:05
Signaler
J'espère qu'entre deux bavardages il parlera de la situation explosive de la frontière Biélo-Polonaise où l'on utilise des humains pour affaiblir l'UE.

à écrit le 09/11/2021 à 8:04
Signaler
Ça fait 5 ans qu'il occupe le terrain le problème est que c'est le terrain d'entrainement à savoir médiatique qu'il occupe. Hé ho Manu !? Faudrait jouer maintenant !

le 09/11/2021 à 8:23
Signaler
il se racroche a ce qui peut mais les retraites c'est mort la seule reforme pour son avenir c'est reformer l'administration des tres haut fonctionnaire ceux qui bloque tout le menage est la le reste se sont des symboles

le 09/11/2021 à 9:12
Signaler
Je ne pense pas qu'il s'y raccroche je pense qu'il n'a pas beaucoup de prérogatives propres dépendant trop des banquiers. C'était prévu à l'avance de toutes façons il ne vaut mieux pas qu'il s'expose ce garçon là plus une victime qu'un bourreau.

le 09/11/2021 à 14:18
Signaler
@blasé : en quoi Macron deprendrait-il trop des banquiers ? Si c'était le cad, sa reforme des retraites, tres favorable aux dispositifs complémentaires vendus par les banques et les assureurs, serait deja passée...

le 12/11/2021 à 9:29
Signaler
" en quoi Macron deprendrait-il trop des banquiers ?" En imposant une dictature sanitaire qui a tué l'économie obligeant notre pays a encore plus s'endetter afin de le soumettre encore plus aux financiers. Bravo pour ta question qui méritait en effet...

à écrit le 09/11/2021 à 6:36
Signaler
Blabla blablabla blablabla...après 5 ans de mandat comme pour la COP 26....après les accords de Paris...

à écrit le 08/11/2021 à 21:33
Signaler
Dès que ce type vient nous parler des attentes de l' UE (exigences) que le plan com rebaptise réformes, j' ai envie de gerber...

à écrit le 08/11/2021 à 19:23
Signaler
Avec plus de revenus pour les retraités que pour les actifs, et des retraites qui représentent 14% du PIB contre 10% ailleurs, soit 40% de plus, le système de retraite français phagocyte peu à peu l'économie du pays. Ce que l'on retrouve dans le sur...

le 08/11/2021 à 19:43
Signaler
C'est vrai qu'avec le taux de chômeur actuel la retraite est ce qui nous coûte le plus... ou pas...

le 09/11/2021 à 19:22
Signaler
Instaurer la cotisation proportionnelle et la pension forfaitaire simplifiera toute réforme des retraites!

à écrit le 08/11/2021 à 18:22
Signaler
Dans le meilleur système économique qui soit (selon ses partisans) et donc qui doit profiter au maximum à tous, le système devrait s'aligner sur le système le plus généreux. Curieusement, pour les retraites comme pour tout le reste, on aligne tout le...

le 08/11/2021 à 19:06
Signaler
On a la retraite que l'on est capable de se payer sans hypothéquer l'avenir des enfants en endettant le pays.

à écrit le 08/11/2021 à 17:55
Signaler
....et qu'est-ce qu'il a mené jusqu'au bout a part la pauperisation du pays et le répression des "sans -dents " ?

à écrit le 08/11/2021 à 15:56
Signaler
"C'est une excellente réforme, a glissé Richard Ferrand", pour lui probablement, mais pour la majorité des Français à bas salaire, ce n'est pas le cas. Autant demander aux Français de souscrire à des rentes capitalistiques garanties par l'Etat, cela ...

le 08/11/2021 à 16:45
Signaler
Le système actuel est trés injuste, n'en déplaise aux syndicalistes qui le défendent et s'emploient à taire les injustices qui frappent les polypensionnés public privé, les carrières courtes et tous ceux qui ne bénéficient pas d'un régime spécial. C...

le 08/11/2021 à 19:02
Signaler
Mais dans le système actuel, le même euros cotisé ne rapporte pas la même pension en fonction du régime de retraite dans lequel on se trouve. C'est cela un système égalitaire et parfait ?

le 09/11/2021 à 9:27
Signaler
@Tototiti, votre raisonnement de la valeur de l'euro cotisé serait correct si nous avions tous le même salaire horaire, ce qui est loin d'être le cas. La valeur d'une monnaie est une convention, le point retraite une autre. En revanche, donner 2 heur...

le 09/11/2021 à 14:26
Signaler
C'est inexact. Plus les revenus sont faibles et plus le taux de remplacement est élevé : au niveau du smic la retraite est d'environ 90 % du smic, alors qu'au delà de 3000€, le taux de remplacement (retraite complémentaire incluse) est de l'ordre d...

à écrit le 08/11/2021 à 14:32
Signaler
On est bien heureux qu'il n'ait pas pu mener cette réforme qui n'est qu'issue d'un dogme européiste! Tout va dans le même sens, vers d'une privatisation économique!

le 08/11/2021 à 17:57
Signaler
Faut supprimer le Chom, faut supprimer les retraites, chef chef y a pu de vrais boulots et bien ils n'ont qu'à manger de la brioche..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.