Allemagne : la pénurie de matières premières fait caler la reprise post-Covid

Le gouvernement de la chancelière Angela Merkel, en fin de mandat, abaisse ses prévisions de croissance de 0,9% pour l'année 2021, qui devrait atteindre 2,6%. Les pénuries de matières premières et la hausse de leurs coûts grippent la machine industrielle allemande alors que les carnets de commandes sont pleins, notamment dans l'automobile. Si les citoyens allemands continuent pour le moment de soutenir la demande, l'inflation et les menaces sur l'emploi pourraient les pousser à épargner.

4 mn

(Crédits : Kai Pfaffenbach)

La croissance allemande post-Covid cale. L'économie outre-Rhin, traditionnellement tirée par sa puissance industrielle et sa force exportatrice, devrait être moins robuste que prévue en 2021. La hausse du PIB devrait être de 2,6% de son PIB en 2021, une reprise post-pandémie nettement moins forte qu'attendue en raison des perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales, a indiqué mercredi le ministre de l'Economie Peter Altmaier. C'est 0,9% de moins que les prévisions communiquées par le gouvernement au printemps dernier.

Au dernier trimestre, "l'économie allemande ne devrait pas faire mieux que stagner", prévoit Andrew Kenningham, économiste chez Capital Economics. "Avec le risque évident qu'elle ne retrouve pas son niveau d'avant la crise (du Covid) cette année", avertit Carsten Brzeski, analyste chez ING.

Flambée des prix de l'énergie

Selon le ministre allemand, le faible dynamisme s'explique par de nombreux biens et marchandises qui n'ont pas été livrés "parce qu'il y a des pénuries de matières premières", a-t-il indiqué sur la chaîne ZDF. Il compte toutefois sur un fort rebond de la croissance en 2022 "à plus de 4%".

Les carnets de commandes des fabricants de voitures ou de machines-outils sont pourtant pleins mais les chaînes de production tournent au ralenti, ou sont contraintes à l'arrêt, tandis que la hausse du prix du bois, des plastiques, des métaux, du gaz alourdit la facture.

En septembre, les industriels allemands ont ainsi vu leurs coûts grimper de 14,2% sur un an. Ils n'avaient pas connu une telle hausse depuis octobre 1974, c'est-à-dire à la suite du premier choc pétrolier.

La production industrielle a plongé de 4% en août sur un mois. L'indice manufacturier allemand recule depuis le mois d'avril. Les exportations, qui n'avaient cessé de se redresser depuis la première vague de Covid-19, ont pour leur part fléchi de 1,2%. Résultat, le moral des entrepreneurs allemands a reculé en octobre pour le quatrième mois d'affilée.

Le consommateur prompt à consommer

Toutefois, les consommateurs allemands pourraient être un relai de croissance non négligeable. Le moral des consommateurs allemands, avides de dépenser, devrait encore s'améliorer en novembre, malgré la montée en flèche de l'inflation, selon le baromètre GFK publié mercredi. L'institut prévoit un indice à 0,9 point en novembre, soit une hausse de 0,5 point sur un mois, selon ce sondage réalisé auprès de 2.000 personnes. "Avec cette deuxième augmentation consécutive, le moral des consommateurs défie la hausse de l'inflation", note Rolf Bürkl, spécialiste des questions de consommation au GfK. L'indice mesurant la propension à acheter des consommateurs allemands a également grimpé de 6 points à 19,4 points en octobre, son plus haut en dix mois.

"Les Allemands s'attendent apparemment à de nouvelles augmentations de prix et estiment judicieux d'avancer les achats afin d'éviter des prix encore plus élevés", poursuit Rolf Bürkl.

L'inflation en Allemagne continue en effet de grimper. La hausse des prix à la consommation a atteint 4,1% sur un an le mois dernier, tirée notamment par une vive tension sur les prix de l'énergie - un niveau jamais vu depuis décembre 1993. La pénurie de matières premières participe à l'inflation. "Si la tendance à la hausse des prix devait persister, cela mettrait cependant à mal le climat de consommation et une reprise fondamentale serait probablement encore retardée", nuance M. Bürkl.

Au delà d'une baisse du pouvoir d'achat, "les consommateurs craignent une baisse de revenu en raison du chômage partiel si des entreprises doivent réduire leur production en raison des difficultés d'approvisionnement."

Nombreux défis pour la future coalition

Ces défis liés à la conjoncture économique seront l'un des challenges à relever pour le nouveau gouvernement, après la fin de mandat d'Angela Merkel. La coalition "feu tricolore", couleurs du SPD, des Verts et des libéraux du FDP, ont annoncé mi-octobre un accord préliminaire en vue de gouverner ensemble. Parmi les mesures : pas de hausse d'impôts, respect des règles en matière d'endettement public et sortie du charbon avancée à 2030 contre 2038.

Dans les négociations politiques en cours à Berlin, les trois partis font figurer en tête des priorités un plan d'investissements massifs, indispensable pour que l'Allemagne décarbone et numérise son économie. Le montant des dépenses à engager dans la prochaine décennie est évalué entre 30 et 50 milliards d'euros par an, selon différentes estimations.

Les partis veulent aussi revenir au dispositif de "frein à l'endettement", qui empêche l'Etat d'emprunter plus de 0,35% de son PIB chaque année. Cette règle a été suspendue, comme le permet la constitution, pour affronter la pandémie de coronavirus, à coup de centaines de milliards d'euros d'aides publiques.

Lire aussi 4 mnAllemagne : la coalition SPD-Verts-FDP prête à gouverner avant la fin de l'année

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/10/2021 à 10:03
Signaler
On ne peut pas à la fois se plaindre que la reprise cale, et en même temps dire qu'il faut décarboner l'économie allemande.

à écrit le 27/10/2021 à 9:35
Signaler
Là encore un autre article du diplo sur le même sujet "L'enfer du miracle allemand" est proposé gratuitement par le monde diplomatique permettant de mieux comprendre cette situation.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.