Brexit : l'UE sera "lucide et ferme" dans ses négociations commerciales avec Londres

 |   |  355  mots
Le président du Conseil européen, Charles Michel
Le président du Conseil européen, Charles Michel (Crédits : Piroschka Van De Wouw)
Le Royaume-Uni, qui sort ce vendredi de l'Union européenne, reste "un partenaire, un pays ami", mais l'UE sera "très lucide et très ferme" dans ses négociations avec Londres, a affirmé le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Le message que nous donnons pour cette négociation qui va démarrer afin d'organiser la relation future entre l'Europe et la Grande-Bretagne est très simple: nous souhaitons garder la relation la plus étroite possible dans tous les domaines, mais plus la Grande-Bretagne voudra diverger des standards européens, moins elle aura accès au marché intérieur européen", a-t-il prévenu sur RTL. "Quand on n'appartient plus au club de l'Union européenne, il y a des conséquences", a-t-il fait valoir.

"La Grande-Bretagne n'est pas un adversaire, c'est un partenaire, c'est un pays ami" mais "nous sommes très lucides et très fermes: dès lors que la Grande-Bretagne voudrait développer une stratégie de dumping pour tenter de faire mal aux économies européennes, nous n'accepterons pas", a-t-il insisté. Londres souhaite faire aboutir ces négociations pour déterminer ses futurs rapports avec l'UE en matière commerciale, de sécurité ou de pêche en un temps record, avant la fin de l'année, et exclut toute prolongation de la transition au-delà de 2020.

"Un moment plutôt triste"

"C'est un délai bref", a souligné Charles Michel. "Nous savons qu'il y a une possibilité, pourvu que les deux parties les souhaitent, et c'est trop tôt pour pouvoir le dire aujourd'hui, de prolonger la période des négociations. Nous verrons au fur et à mesure quelle attitude nous adopterons".

"Le fait que pour la première fois depuis la création de l'Union européenne, un pays important, la Grande-Bretagne, décide de quitter, c'est un moment plutôt triste", a commenté le président du Conseil européen. Toutefois, estime-t-il, "le traité de divorce qui a été signé il y a peu de temps sonne comme un radio réveil pour l'Union européenne".

Les pays européens "sont prêts à se retrousser bien plus les manches pour tenter davantage de coopérer, de travailler ensemble pour devenir demain les champions de l'économie verte (...), pour progresser beaucoup en matière d'agenda digital et (...) être beaucoup plus maîtres de notre propre sécurité", a-t-il assuré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2020 à 15:21 :
A écouter Michel et Barnier , les anglais seraient déterminés à faire du mal à l'économie européenne en pratiquant un dumping commercial ; ces deux gars sont des perdants , déjà battus avant d'avoir commencé la négociation .
les européens sont très largement exportateurs en Grande Bretagne , en biens d'équipements et agro-alimentaires . vouloir imposer aux anglais des mesures contraignantes sur leur capacité de compétitivité des biens et services à destination du marché européen ne fera que diminuer leur possibilité financière d'acheter européen et les poussera vers d'autres fournisseurs ... qui n'attendent que cela ( chinois ,coréens , brésiliens , canadiens ,et autres pays désireux d'accéder à un grand marché solvable .
ces technocrates ne comprennent pas grand chose aux mécanismes des marchés d'économies non administrées par des pouvoirs politiques malthusiens , simplement animés de la volonté de maintenir leur pouvoir et leurs privilèges .
Succès au brexit , ça n'en sera que plus profitable pour notre propre économie .
a écrit le 31/01/2020 à 15:03 :
Exit les Anglais qui pendant 47 ans n'ont mis aucune conviction malgré l'effort des autres partenaires de l'UE pour les supporter.La preuve: en trois ans de pré-brexit ils ont englouti financièrement autant que pendant 47 ans de participation à l'UE.
a écrit le 31/01/2020 à 12:33 :
Je ne pense pas que la presse britannique s'inquiète autant que celle du continent pour ce qui concerne les négociations! La GB ne se soumettra plus a un dogme mais au pragmatisme!
a écrit le 31/01/2020 à 12:33 :
L'UE ferait plutôt de se regarder et d'évoluer car sur ce plan l'humanisation des enjeux est patent et l'humain c'est l'essentiel pour les peuples qui là compose (parfois j'ai l'impression que le mot peuple est déplacé). Pour le reste c'est le néant qu'a produit l'UE depuis ces 20 dernières années.. Je n'ai toujours pas digéré le référendum de 2005 et pire, aucune leçon n'en est tirée..
Réponse de le 31/01/2020 à 14:20 :
Pour l'humain faites confiance aux Anglais !
a écrit le 31/01/2020 à 12:15 :
L'UE devrait s'inspirer des anglais et libérer enfin l'économie des états membres qui sont asphyxiés par la technostructure et les réglementations de Bruxelles. La sortie de l'Angleterre pourrait nous donner une bouffée d'oxygène si nos technocrates ont l'intelligence de suivre Boris , baisser les charges, relancer les grands travaux , bref , muscler l'UE dans tous les domaines . Exemple, l'euro qui doit pouvoir être utilisé dans les négociations commerciales à la place du dollar. Faire comme les américains
qui utilisent l’extraterritorialité du droit pour pénaliser les entreprises de l'UE. Le retrait des entreprises de l'UE de l'Iran est un exemple de faiblesse des 27 , une situation qui doit changer si nos dirigeants veulent obtenir une adhésion des citoyens européens.
a écrit le 31/01/2020 à 11:29 :
deux principe économique vont ce voir en concurrence et les électeurs.
observeront le résultat et la technocratie de bruxelles sera renvoyer au fur et a mesure des élections a force de mentir et de vouloir imposer la vision germanique a toute l'europe qui ne créer de la richesse pour une minoritè
et de favoriser la mondialisation et de tuer l'agriculture de l'europe
a écrit le 31/01/2020 à 11:23 :
Je pourrai mettre un "lol" laconique mais disons que BoJo va se régaler... La bataille n'est pas gagné, tant au niveau du pouvoir décisionnel inexistant des Européens que des capacités intellectuelles et surtout de la volonté de défendre leurs peuples respectifs...
a écrit le 31/01/2020 à 10:55 :
"l'UE sera "très lucide et très ferme" mais bon heu... "Nous verrons au fur et à mesure quelle attitude nous adopterons"."

:D

Dommage que je ne puisse pas assister à ça toute la journée ! Merci beaucoup de relever toutes les déclarations de nos responsables européens ! Alors là ça va en enfiler des perles ! ^^

Une pensée pour Audiard en cette si belle journée. :-)

Tandis que le Titanic coule l'orchestre mexicain essaye de continuer de jouer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :