Brexit : la confiance des consommateurs britanniques s'effondre

 |   |  277  mots
Logiquement, les Britanniques ayant voté pour rester dans l'UE étaient les plus déprimés (-13 points) tandis que les électeurs ayant voté pour en sortir étaient moins pessimistes (-5 points).
Logiquement, les Britanniques ayant voté pour rester dans l'UE étaient les plus déprimés (-13 points) tandis que les électeurs ayant voté pour en sortir étaient moins pessimistes (-5 points). (Crédits : © Toby Melville / Reuters)
Selon un sondage, 60% des personnes interrogées s'attendent à ce que l'économie britannique se détériore au cours des douze prochains mois, pour 46% en juin.

Une chute vertigineuse et historique. La confiance des consommateurs britanniques a été fortement affectée par les résultats du référendum en faveur de la sortie de l'Union européenne, indique une étude publiée vendredi par GfK. Selon cette enquête effectuée spécialement du 30 juin au 5 juillet pour mesurer le moral des Britanniques post-Brexit, la victoire du "Leave" lors du référendum a entraîné un repli de l'indice de confiance de 8 points à -9.

"Il n'y a pas eu de recul plus marqué depuis 21 ans (décembre 1994)", souligne GfK.

"En ces temps d'incertitude, nous avons vu un repli significatif de la confiance, chacune des composantes clés de l'indice ayant chuté, la plus forte baisse concernant la situation économique générale au cours des douze prochains mois", explique Joe Staton, responsable des dynamiques de marché chez GfK.

Les "Remainers" sont les plus déprimés

Logiquement, les Britanniques ayant voté pour rester dans l'UE étaient les plus déprimés (-13 points) tandis que les électeurs ayant voté pour en sortir étaient moins pessimistes (-5 points).

60% des personnes interrogées s'attendent en effet à ce que l'économie britannique se détériore au cours des douze prochains mois, contre 46% en juin. Et la proportion de gens pensant que les prix vont augmenter rapidement a bondi de 20 points de pourcentage (de 13 à 33%).

"Notre analyse suggère que l'une des conséquences immédiates du référendum est que des secteurs comme les voyages, la mode, la décoration, le bricolage et la distribution sont particulièrement vulnérables à une réduction des dépenses des consommateurs", détaille GfK.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2016 à 14:11 :
@yan : le problème des Grecs, comme d'autres d'ailleurs, ce n'est pas 'Bruxelles' comme vous dites !!! Ce sont les déficits et la dette publics !!! Il faut y remédier, c'est ce que dit Bruxelles et le bon sens !!! Je suppose que vous pouvez quand même comprendre cela avec votre propre budget, non ?
a écrit le 10/07/2016 à 15:51 :
A force de critiquer l'Union européenne de tous les maux, ce qui n'est pas du tout objectif ni réaliste, on finit par faire n'importe quoi et le Brexit en est un exemple. Mieux vaut construire l'Europe vers l'Union et le haut que vers la dislocation dont on a connu les guerres permanentes auparavant. N'en déplaise aux partis séparatistes soutenus par l'impérialiste Poutine.
a écrit le 09/07/2016 à 12:12 :
Les électeurs attendent souvent des solutions magiques. La situation actuelle est alors propice à la déception généralisée mais pour de raisons contraires. Les uns sont déçus et tentent l'idée du déni de démocratie, pensant que seule leur vision est bonne, étrange. Les autres pensaient à une solution expéditive, or, la démission, attendue pourtant, de Cameron pose un délai et une épreuve patiente. On craint également que les européïstes fassent le plus d'obstacle possible à la décision anglaise. Personne n'est donc satisfait. Sur ce sentiment se déversent le flux fantaisiste des nouvelles négatives qui voient l'économie anglaise s'écrouler mais surtout ce regain d'analyse qui constate son mauvais état installé bien avant le Brexit. Au fond, UK ne peut réellement sortir de l'UE, les économies sont imbriquées de telle façon qu'elles se tiennent mais aussi le pays est dans une position de structure économique largement inférieure qui lui interdit ce type de manoeuvre. C'est donc, non pas à la marge mais de façon érodée que le détachement sera fait. UK ne subira plus le joug direct des européïstes mais sera tenu par les effets indirectement, tout juste sera-t-il délié du pack de Bruxelles. Reste à savoir quels alliés nouveaux le prochain gouvernement voudra se trouver : les pays du Nord eux aussi en délicatesse anti-européïste, les américains voulant passer en force leur traité économique, d'autres pays à travers le monde pour une nouvelle projection ? Il serait étonnant que ce ne soit personne. Nous le saurons bientôt.
Réponse de le 10/07/2016 à 11:25 :
"...que les européistes fassent obstacle" ?? Mais vous marchez sur la tête ! Qui demande que la GB assume son vote et invoque l'article 50, sinon l'UE...
Qui au contraire veut faire trainer en longueur sinon les britanniques!
Qui complique les choses en refusant d'assumer leurs responsabilités sinon Boris Johnson et Nigel Forage ?
Ces derniers savent très bien que la GB va s'effondrer et que leurs promesses ne seront pas tenus ! Il est vrai que dès le lendemain du vote, Mr Forage reconnaissait que le principal argument pro Brexit était un mensonge éhonté !
Il est évident que la libre circulation des britanniques en Europe tout en fermant les frontières britanniques ne sera pas accordée, il est évident que la libre circulation financière ne sera pas maintenue avec les britanniques si ceux ci refusent les marchandises européennes... mais pour comprendre ca, il n'y a pas besoin de sortir d'Oxford !
a écrit le 09/07/2016 à 9:16 :
IL S EN SORTIRONS? CAR LEURS MONNAIE RESTE TRES FORTE ?MEME SI ELLE BAISSE EN VALEUR IL VENDRON PLUS? PARS CONTRE L EUROS VAS BAISSE AUSSI?? DONC ON VENDRAS AUSSI UN PEUT PLUS? DONC LES MAUVAISSES SIRENES DE LA PEUR FERAIS MIEUX DE SE TAIRE? LES PEUPLES DOIVENT ETRE REPECTEZ? SINON IL NE CROIRONS PLUS A LA DEMOCRATIE ET DES REVOLTES PEUVENT SURGIRENT???
Réponse de le 11/07/2016 à 14:06 :
@verite : on vous connait déjà !!! La vérité, cela se dit 'pravda' en Russe !!! Et si votre vérité est à la hauteur de votre orthographe, on a du souci à se faire !!!! Enfin, bon, au moins vous ne cachez pas votre niveau !!!!
a écrit le 08/07/2016 à 19:12 :
Vous plaisantez les riches sont toujours aussi rches et les pauvres l'inverse, vous allez nous faire pleurer.....
a écrit le 08/07/2016 à 19:05 :
Une belle leçon de démocratie , enfin un référendum à l'issue duquel le premier ministre désavoué démissionne , à des années lumières de la France .
Cela dit si j'étais Anglais j'aurais voté le remain car désormais les conséquences sont imprévisibles et dans le doute ...
Réponse de le 09/07/2016 à 9:06 :
@Gipare: doit-on en déduire que pendant la guerre, tu aurais choisi de collaborer avec les Allemands plutôt que de te battre pour reccouvrer ta liberté ? Les conséquences ne sont pas imprévisibles, les Britanniques veulent pouvoir contrôler leur propre destinée, c'est tout :-)
a écrit le 08/07/2016 à 17:16 :
Les amis du FN auront réussi a transformer un pays en pleine forme en un chaos social et économique.
L'avantage est que ce triste spectacle servira de leçon au reste de l'Europe.
Tant pis pour nos amis anglais qui vont souffrir.
Réponse de le 08/07/2016 à 18:31 :
@Patriot9: 1) parce que les gens qui ne sont pas d'accord avec toi sont forcément du FN ? 2) le Royaume-Uni est une grande nation qui en a vu d'autres et qui aime sa liberté. Par conséquent, à ceux qui pensent qu'après eux le déluge, je dis qu'après eux il y a d'autrres générations et que le monde ne s'arrête pas de tourner. Mais ouf, les défaitistes qui préfèrent vivre couchés pour vivre heureux ne sont pas importants à l'échelle humaine :-)
Réponse de le 08/07/2016 à 20:30 :
Je ne pense pas que les Anglais souffriront autant que les Grecs dont le pays est taillé en pièces par Bruxelles et vendu pièces détachées....
a écrit le 08/07/2016 à 16:04 :
Attention au retour de bâton non pas pour les Anglais mais pour l'UE.

En effet, c'est un vrai danger d'avoir un pays puissant économiquement (ce n'est ni la Suisse, ni la Norvège) à nos portes sans les chaînes bruxelloises.
Ils commencent déjà à tripatouiller les charges sur les sociétés. La Livre dévalue et ce n'est pas fini. Une compétition inflationniste ne va pas tarder à arriver au profit des Anglais.
Et si les dindons de la farce, c'étaient finalement les pays de l'UE adeptes de l'Euro.
Chut, il faut pas le dire. Cela pourrait donner des idées aux autres et ce n'est pas moralement acceptable (les plus rebelles s'en sortiraient le mieux).
a écrit le 08/07/2016 à 15:36 :
Vivement le Frexit !! .... vous semblez oublier un gros détail .... nos dettes sont en euro .... ce n'est pas une douche froide mais des glaçons !
Réponse de le 08/07/2016 à 17:10 :
Combien de fois faudra t-il répéter qu'une grande majorité des titres de dette contractée le sont en droit français, ce qui implique que le paiement des intérêts s'effectue dans la monnaie qui a cours dans le pays. Si on est en euros, le paiement s'effectue en euros et si on est en francs, le paiement s'effectue en franc, c'est le droit.
Réponse de le 08/07/2016 à 17:12 :
Le Frexit sera possible lors de la création de l'Union méditerranéenne. C'est peut-être pour cela que la France est si active en Libye et en Syrie, pour y créé les conditions favorables. Ce serait peut-être aussi un moyen de résoudre une fois pour toute le conflit en Palestine. Après tout, le marché méditerranéen a bien fonctionné pendant au moins 2000 ans.
a écrit le 08/07/2016 à 13:00 :
Pourquoi devraient-ils s'en faire, les Anglais ? Ne leur avait-on pas promis que le Brexit serait catastrophique, que je cite "ce serait la fin de la civilisation occidentale" !!! Rien que ça !! Et que voit-on aujourd'hui, que rien n'a changé, que le tsunami n'a pas eu lieu ! La vie continue comme elle l'a toujours fait, ce n'est pas l'appartenance à une union qui détermine les fondamentaux économiques et les fluctuations monétaires sinon tous les pays qui ne sont pas dans une union aurait du souci à se faire. La livre sterling (qui est quand même à 1.3 dollar) s'en remettra une fois que les spéculateurs auront digéré le Brexit et les Anglais aussi ! Vivement le Frexit !!
a écrit le 08/07/2016 à 11:49 :
Il fallait s'attendre à ce que toute la propagande negative ait des repercussions, n'est-ce pas. Je crois que les Anglo-saxons sont des gens capables de rebondir. Ceux qui croient "qu'après eux le déluge" vont perdre ce combat :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :