Brexit : le Royaume-Uni est désormais en "zone d'urgence" selon son patronat

 |   |  300  mots
Il semble que le processus parlementaire soit dans une impasse, qu'aucune issue ne puisse être trouvée, et de ce fait, la perspective d'un 'no-deal' semble bien plus élevée, a noté Carolyn Fairbairn.
"Il semble que le processus parlementaire soit dans une impasse, qu'aucune issue ne puisse être trouvée, et de ce fait, la perspective d'un 'no-deal' semble bien plus élevée", a noté Carolyn Fairbairn. (Crédits : Toby Melville)
La directrice générale de la Confédération britannique de l'industrie, Carolyn Fairbairn, a exprimé son inquiétude sur Sky News.

Le Royaume-Uni est entré dans la "zone d'urgence" sur le Brexit, a déclaré dimanche la directrice générale de la Confédération britannique de l'industrie (CBI), ajoutant que le risque d'une sortie sans accord de l'Union européenne s'est accru.

"Il semble que le processus parlementaire soit dans une impasse, qu'aucune issue ne puisse être trouvée, et de ce fait, la perspective d'un 'no-deal' semble bien plus élevée", a noté Carolyn Fairbairn sur Sky News.

"Nous sommes véritablement dans la zone d'urgence sur le Brexit désormais", a ajouté la dirigeante de l'organisation patronale.

Invitée elle aussi de Sky News, la secrétaire d'Etat au Trésor, Liz Truss, a jugé pour sa part que la Première ministre Theresa May était encore à même de parvenir à un accord avec les Européens.

May à la recherche de "mécanismes alternatifs" au "backstop"

Alors que la date du divorce a été fixée au 29 mars prochain au soir, la dirigeante britannique a été chargée par la Chambre des communes de renégocier l'accord conclu avec Bruxelles mais rejeté par le Parlement britannique. Il s'agit pour May de trouver des "mécanismes alternatifs" au "backstop", la clause de sauvegarde qui doit, en dernier recours, garantir qu'il n'y aura pas de rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Mais ses interlocuteurs européens lui ont redit la semaine passée qu'il n'était pas question de rouvrir l'Accord de retrait ni de toucher au "backstop". Ils la poussent en revanche à saisir la main que lui a tendue le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, qui propose une union douanière permanente entre l'UE et le Royaume-Uni pour sortir de l'impasse sur l'Irlande du Nord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2019 à 10:59 :
Ce sont des hyper riches gestionnaires/propriétairesde Hedge Funds et de fonds financiers ne voulant plus de la réglementation financière de l'UE et les Hyper Pauvres prolétaires du Nord Est et du Pays de Galles qui ont voté pour le Brexit sans parler des pêcheurs anglais ne voulant plus partager leurs zones de pêches avec les marins français et espagnols
Ce sont les méga riches anglais qui vont y gagner économiquement et avec l'éffondrement de la Livre Sterling d'au moins 20% et du l'immobilier ,les Chinois et les Moyen -Orientaux vont tout racheter moins cher au Royaume Uni.
a écrit le 12/02/2019 à 11:44 :
Les admirateurs du Brexit sans "arrangements" (en France) ne realisent pas encore les consequences qu'ils auront a supporter en termes economiques.
Et ceux qui pensent a "Frexit", frisent l'inconscience.
2019 va etre un grand cru.
a écrit le 11/02/2019 à 23:08 :
L'économie c'est de la politique et la politique prime toujours sur l'économie. Les Britanniques ont fait un choix souverain. S'ils l'assument jusqu 'au bout ils seront largement gagnants sur la durée.
Réponse de le 12/02/2019 à 13:57 :
Gagnants sur la durée ? Disons qu'à l'horizon 2030 UK va demander l'adhésion. Et ils rentreront par la petite porte, soyez en certain.
Fini le statut privilégié dont ils ont pu bénéficier.
Réponse de le 13/02/2019 à 14:27 :
ah bon, vous avez donc en mains des projections sérieuses solides et secrètes que même les Brexiters n'osent pas en parler.
a écrit le 11/02/2019 à 21:08 :
Frexit après Brexit puisque les mêmes cause produisent toujours les mêmes effets, les vertueux XIT réintroduiront la démocratie.. BREXIT LE FILM est un film-documentaire pour inviter le plus grand nombre à voter en faveur de la SORTIE de la Grande-Bretagne de l’UE lors du référendum du 23 juin 2016 solidement documenté et qui fait le tour du sujet ....
Made in UPR.fr https://www.upr.fr/actualite/europe/brexit-le-film/?fbclid=IwAR3uZjY2WNcw3Tc4GV4icOrIwKOkS33wewue2t6VKSGq2UaX5t5ARSATINA
Une étude solide qui interroge des acteurs entrepreneuriaux d' outre Manche et permet de lever tous les malentendus sur un sujet très -trop- mal traité ..
Réponse de le 12/02/2019 à 13:54 :
Bah moi je me suis tapé votre vidéo de propagande qui ne repose sur rien.
C'est assez rigolo l'importateur de sucre qui se plaint des taxes de l'UE..
Surtout, pas un mot, sur l'Irlande, pas un mot sur les expatriés, pas un mot sur la difficulté à négocier des accords de libre échange.
Pas un mot sur l'intensité des relations avec l'UE.
On nous vend une sorte de Singapoure sur TAmise qui ne tiendra pas face aux attentes sociales du Peuple (Singapoure est peut être un modèle économique, mais ce n'est pas une démocratie).
Bidon votre vidéo, si vous construisez vos convictions là dessus, vous avez le même type de montage pour vous expliquer que le réchauffement climatique n'existe pas, que la terre est plate etc...
a écrit le 11/02/2019 à 11:36 :
Et ca pleure et ca pleure on croirait entendre Mr Pierre .
a écrit le 11/02/2019 à 9:13 :
Oui il est vrai que cette dame a l'air d'être dans la détresse !

Aidons là voyons !

"Il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités européens" Juncker
a écrit le 11/02/2019 à 8:01 :
Il fallait réfléchir avant d'avancer des arguments fallacieux sur l'Europe. Entre la GB et le marché de l'UE, le choix est vite fait pour les patrons "normaux"... et je ne vous parle même pas de la misère alimentaire qui va toucher la GB...
a écrit le 10/02/2019 à 20:12 :
Les anglais ont pu s'exprimer sur un sujet crucial et leurs gouvernants ont exécuté ce qu'ils ont exigé.

Quel exemple de démocratie !

R.I.C. :
La France doit-elle quitter l'union européenne ? OUI
La France doit-elle quitter l'OTAN ? OUI
Réponse de le 11/02/2019 à 9:23 :
votre opinion est la votre pas forcement celle de tous les français .comme vous dites une fois que l on aura la réponse ....
Réponse de le 11/02/2019 à 11:20 :
A-t-on un jour vu quelque chose de positif démocratiquement sortir d'un référendum ? La réponse est NON. Il faut donc constitutionnaliser son interdiction.
Réponse de le 11/02/2019 à 12:46 :
Quelle fabuleuse idée qui, sans aucun doute, va améliorer le pouvoir d'achat de français !!!
Encore une comme ça s'il vous plait :) :) :)
Réponse de le 11/02/2019 à 12:49 :
Quelle fabuleuse idée qui, sans aucun doute, va améliorer le pouvoir d'achat des français !!!
Encore une comme ça s'il vous plait :) :) :)
Réponse de le 11/02/2019 à 13:16 :
@jp - Oui, on a vu en 2005 ce que ça donnait quand les Français apportent la "mauvaise" réponse.
Réponse de le 11/02/2019 à 17:01 :
??? Le Brexit n'a pas eu lieu, et les gouvernants ne savent pas quoi faire.
Ce truc c'est l'exemple même de l'horreur d'une démocratie directe - cela ne fonctionne pas, la preuve, le Brexit.
Ce qui fonctionne c'est la démocratie REPRESENTATIVE.
Allez essayer de gérer ne serait ce qu'une commune en démocratie directe, vous n'aurez plus de collect des déchets dans les 6 mois.
Réponse de le 13/02/2019 à 11:01 :
ça c'est le programme du Kremlin de Poutine pour l'Europe.
Moins d''UE et moins d'Otan.
Réponse de le 13/02/2019 à 14:34 :
on n'a pas du suivre la même série télé.....car moi je n'y vois qu'une mauvaise série noire qui de bout en bout ne montre rien de démocratique.
a écrit le 10/02/2019 à 18:34 :
Ce n'est plus " rule " mais " coule Britannia ".
a écrit le 10/02/2019 à 16:59 :
Et ca pleure et ca pleure , on dirait du Gattaz .
a écrit le 10/02/2019 à 16:17 :
Une entreprise qui ne n'est pas prête a s'adapter est une entreprise prête a disparaître ou a être subventionnée!
Réponse de le 11/02/2019 à 17:02 :
C'est pareil pour les pays - un pays qui s'imagine pouvoir lutter tout seul dans la mondialisation contre les USA et la Chine en s'appuyant sur un empire disparu est très mal barré !
a écrit le 10/02/2019 à 14:47 :
112000 colons britanniques en Irlande du Nord vont faire capoter un accord douanier total et mettre à la fois UK et UE dans l'embarras. Des ultras gilets jaunes en quelque sorte.
a écrit le 10/02/2019 à 13:46 :
Les anglais qui pensaient repousser en permanence la date du Brexit vont être confronté à une dure réalité: l'UE souhaite que le Brexit ait lieu avant les élections européennes.
Une petite manœuvre électorale qui prouve quand même que Bruxelles est persuadée que le Brexit ne va pas être un grand succès. D'ailleurs je suis sûr que les populistes brexiters ne sont pas très rassurés non plus.
a écrit le 10/02/2019 à 13:44 :
N' est-ce pas l' UE qui livre un tiers de la production automobile allemande en GB et pourquoi ce volet est-il par exemple délibérément toujous occulté dans la presse mainstream ?
Réponse de le 10/02/2019 à 16:24 :
Encore un qui ne crois pas à la presse, et qui ne pense qu'au complot...
Réponse de le 10/02/2019 à 20:16 :
La croissance Anglaise est équivalente à la France en 2018 et supérieur dans les prévisions en 2019 avec le Brexit !
On peut lire "tout le monde est partie c'est le chaos" et dans la même phrase "ça n'a pas encore commencé" . Si vous réagissez avec des faits la réponse universelle c'est d'hurler au complot ! En quoi ce que vous dites serait un complot ? C'est vrai ou faux c'est pourtant simple !
La vraie question serait surtout "Pourquoi l'Europe a la trouille du Brexit ?" On va bien se marrer dans les derniers jours !
Réponse de le 11/02/2019 à 11:30 :
L'industrie automobile britannique est spécialisée, du fait de la structure des coûts britanniques, dans les gammes moyennes supérieures et de luxe (les modèles les moins chers produits sont la gamme Mini de BMW et le Nissan Juke... sans parler des Rolls, Bentley, Land Rover, Jaguar, Aston Martin, Ariel,...). Cette production ne convenant pas à tous les besoins il est logique qu'il y ait pas mal d'importations de modèles plus grand public... venus notamment du géant automobile qu'est l'Allemagne. Ce n'est pas occulté, mais il est clair qu'en cas de brexit sans accord de libre échange sur le secteur automobile, certes les voitures allemandes ou françaises pénétreront moins bien au UK pour cause de droits de douane, mais la plupart des usines (notamment l'usine Nissan de Sunderland, 20000 salariés, qui produit Qashquai et Juke pour toute l'UE) auront un avenir compromis-Nissan a déjà annoncé renoncer à y produire le X-Trail. C'est d'ailleurs ce qui avait poussé T. May à promettre à C. Ghosn un accord de libre échange sur le secteur automobile.
Réponse de le 11/02/2019 à 17:57 :
2.7 M de véhicules vendus en UK.
16 M produits en UE dont 1.7 M en UK.
Donc ce n'est pas 1/3 de la production UE qui va en UK. Cela voudrait dire que UK importe 5 M de véhicules pour 2.7 vendus….
Donc oui, les médias mainstream ne racontent pas n'importe quoi, je comprend votre désarroi.
SOuhaitez vous que les médias mainstream nous disent que la terre est plate ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :