Brexit : Theresa May persiste à trouver une solution négociée

La Première ministre britannique est déterminée à lancer le Brexit le 29 mars comme prévu, en étant persuadée d'obtenir des concessions de la part de l'Union européenne.

2 mn

Theresa May dit vouloir trouver une solution pragmatique sur le Brexit
Theresa May dit vouloir trouver une "solution pragmatique" sur le Brexit (Crédits : Reuters)

La Première ministre britannique Theresa May reste "déterminée" à mettre en oeuvre le Brexit à la date prévue du 29 mars et à obtenir des concessions de Bruxelles sur l'accord de divorce, malgré le refus catégorique de Bruxelles de le renégocier. C'est ce qu'a indiqué la dirigeante conservatrice dans une tribune publiée dimanche par The Sunday Telegraph. Elle a ainsi écarté la possibilité d'un report du Brexit, comme l'ont suggéré plusieurs responsables politiques ces derniers jours, dont le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt, afin de permettre l'adoption de la législation nécessaire à son exécution.

Rallier une majorité au Parlement

Theresa May a également dit vouloir trouver une "solution pragmatique" sur le Brexit qui soit susceptible de rallier une majorité au Parlement après le rejet mi-janvier à la Chambre des communes, à une écrasante majorité, de l'accord de divorce conclu en novembre avec l'UE. Mardi, les députés ont adopté un amendement déposé par le conservateur Graham Brady et soutenu par le gouvernement, demandant des "arrangements alternatifs" aux dispositions relatives au controversé "filet de sécurité" (ou "backstop") visant à éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande.

Après ce vote, Theresa May a dit vouloir rouvrir les négociations avec l'UE, même si les Européens lui ont jusqu'ici adressé un refus ferme. "Quand je retournerai à Bruxelles, je me battrai pour la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord, je serai armée d'un nouveau mandat, d'idées nouvelles et d'une détermination renouvelée pour convenir d'une solution pragmatique qui mette en oeuvre le Brexit", a-t-elle insisté dans le Sunday Telegraph. "C'est ce que le Parlement m'a chargée de faire", a-t-elle ajouté.

Sans accord, le Royaume-Uni risque de quitter le bloc européen sans garde-fou fin mars, un scénario redouté par les milieux économiques.

 (AFP)

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 11/02/2019 à 11:42
Signaler
Ils vont sortir sans accord et tout se passera bien parce que les financiers peuvent aboyer mais seront bien obligés de se plier aux nouvelles règles, de celles dont ils ne sont pas à l'origine c'est bien pour cela qu'ils sont tellement butés. Une...

à écrit le 04/02/2019 à 21:25
Signaler
Un avantage quand même, on ne sera plus obligés d'empêcher les immigrés de traverser le channel dépenser des fortunes pour les garder les nourrir et la pollution qui va avec + la dangerosité des villes portuaires. A Calais ils vont faire Ouf! merci ...

à écrit le 04/02/2019 à 18:30
Signaler
L'U.E peut arriver à un accord sans vraiment divorcer du Royaume Unis, proposer le statut de Gibraltar pour l'Irlande du Nord .

à écrit le 04/02/2019 à 16:19
Signaler
"Brexit : Theresa May persiste à trouver une solution négociée" Ce ne serait pas plutôt "vouloir trouver", parce que pour le moment elle ne trouve qu'un mur.

à écrit le 04/02/2019 à 14:26
Signaler
Ils vont sortir sans accord et tout se passera bien parce que les financiers peuvent aboyer mais seront bien obligés de se plier aux nouvelles règles, de celles dont ils ne sont pas à l'origine c'est bien pour cela qu'ils sont tellement butés. Une...

à écrit le 04/02/2019 à 13:55
Signaler
Ils vont sortir sans accord et tout se passera bien parce que les financiers peuvent aboyer mais seront bien obligés de se plier aux nouvelles règles, de celles dont ils ne sont pas à l'origine c'est bien pour cela qu'ils sont tellement butés. Une...

le 04/02/2019 à 16:22
Signaler
"vite un frexit ...." Effectivement, vivement que nous soyons seuls et obligés de nous plier à des règles dans l'établissement desquelles nous n'aurions plus aucun poids !!!

le 04/02/2019 à 17:14
Signaler
@ multipseudos: Non vivement que nous reprenions notre avenir en mains étant donné que celui que nous avons confié à l'évadeur fiscal alcolique nous a fait tomber aussi bas. Vous êts d'accord quand même pour voir que l'europe sombre au moins ...

à écrit le 04/02/2019 à 12:03
Signaler
La seul solution, inacceptable pour les anglais mais pas forcement pour les autres britannique, est la réunification de l'Irlande.

à écrit le 04/02/2019 à 11:57
Signaler
elle devrait relire les definitions des mots ' negociations' et ' accord'

à écrit le 04/02/2019 à 11:54
Signaler
L'accord actuel est le seul qui soit acceptable pour l'UE. Si l'Union recule alors le vote sanction sera mon choix en mai. Le R.U nous a emm… depuis son entré dans l'Union il est grand temps qu'il en sorte. Les français semblent oublier que sous la d...

à écrit le 04/02/2019 à 10:22
Signaler
De gesticulations en tergiversations, le RU se dirige vers un no deal. L' UE ne peut et surtout ne doit pas changer de position. Les négociations sont terminées, ce qui est proposé est à prendre...ou à laisser. Nous avons au fil du temps trop concéd...

à écrit le 04/02/2019 à 9:03
Signaler
Les jérémiades anglaise sont insupportables. Mme May a signé un accord qu'elle a vendu comme étant le meilleur et le seul possible et maintenant elle veut aussi sec le modifier. Elle n'avait qu'à le faire approuver par son parlement avant de le s...

à écrit le 04/02/2019 à 7:40
Signaler
Pédagogie: ceux qui en France préconisent l'usage frénétique du référendum à tout va, devraient s'interroger sur le manichéisme dangereux de ce mécanisme de gouvernance. Hysteriser à coup de propagande et d'informer une opinion publique en proposant...

à écrit le 04/02/2019 à 6:09
Signaler
On ne sait pas ce qui se passera chez les Anglais. C'est l'incertitude totale. Il ne faut pas que l'UE lâche tout au dernier moment.

à écrit le 03/02/2019 à 20:49
Signaler
Il parait que nombreux sont ceux en GB qui pensent que 1 heure avant le couperet, l'UE va dire "ça n'est pas possible que vous partiez, on vous accorde donc tout ce que vous vouliez". Un pari osé (poker ? Ou jeu des voitures qui se foncent dessus, pe...

le 04/02/2019 à 7:48
Signaler
Possible, sauf que dans ce cas ce ne sont pas 2 voitures face à face mais un 35 tonnes face à une voiture. Qui a le plus intérêt à s'écarter ?

le 04/02/2019 à 7:50
Signaler
Possible, sauf que dans ce cas ce ne sont pas 2 voitures face à face mais un 35 tonnes face à une voiture. Qui a le plus intérêt à s'écarter ? Il y a pourtant une solution simple: réunifier l'Irlande, ceux de l'Ulster ayant voté pour rester en EU,...

à écrit le 03/02/2019 à 16:27
Signaler
Le referendum date de juin 2016. Terminé les négociations, le RU sait très bien ce que l'UE est prête à accepter et ce qu'elle refuse catégoriquement, tout cela a déjà été discuté. Le RU n'aura jamais le Brexit utopique que les populistes ont invent...

le 03/02/2019 à 18:07
Signaler
Surtout maintenant les européens sont excédés par le brexit et l'attitude politique des british depuis 50 ans. Dommage parce qu'on les aime bien individuellement, enfin les british de souche ...!! Rien que à cause le l'Irlande du Nord ils auraient du...

à écrit le 03/02/2019 à 13:34
Signaler
Le Brexit va se passer sans accord, dépêchez vous madame Theresa, le reste des réveillés va immanquablement s' engouffrer derrière.

à écrit le 03/02/2019 à 13:18
Signaler
Joan of Arc ??? ça ne peut que mal finir .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.