Brexit : pour l'UE, un accord de libre-échange devra garantir un anti-dumping

 |   |  364  mots
Les 27 doivent mettre une dernière touche le 22 mai à leur position commune de négociation et confier formellement le mandat de négociateur pour l'UE au français Michel Barnier. Les Européens seront alors prêts à entamer concrètement la négociation du Brexit.
Les 27 doivent mettre une dernière touche le 22 mai à leur position commune de négociation et confier formellement le mandat de négociateur pour l'UE au français Michel Barnier. Les Européens seront alors prêts à entamer concrètement la négociation du Brexit. (Crédits : HANNAH MCKAY)
Tout accord de libre-échange entre le l'UE et le Royaume-Uni, quand ce dernier aura quitté l'Union, devra comporter des garanties contre les pratiques de dumping, notamment fiscal, a insisté mercredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

Donald Tusk rendait compte devant les eurodéputés des résultats d'un sommet fin avril à Bruxelles, lors duquel les 27 - les 28 pays de l'UE moins le Royaume-Uni - ont adopté les grands principes qui les guideront lors des négociations sur la sortie du Royaume-Uni. Il a rappelé que l'UE n'accepterait de discuter de la "relation future" avec Londres, et donc d'un accord de libre-échange, qu'à partir du moment où les 27 estimeront que les conditions d'un "retrait ordonné" du Royaume-Uni seront réunies.

"Le Royaume-Uni doit être conscient que tout accord de libre-échange devra garantir des conditions de concurrence équitables", a-t-il déclaré devant le Parlement européen réuni en plénière à Strasbourg.

Cet éventuel accord devra "englober des garanties contre des avantages concurrentiels injustes, notamment par des mesures et des pratiques fiscales, sociales, environnementales et réglementaires", a-t-il détaillé.

Cela signifie concrètement pour Bruxelles d'avoir obtenu des accords de principe sur trois sujets, dont le sort des expatriés européens au Royaume-Uni et des Britanniques vivant dans l'UE.

Après le Brexit, un accord de libre échange à conclure

Les deux autres sont le règlement par Londres de ses engagements financiers (évalués à environ 60 milliards d'euros côté européen) et l'avenir de la frontière entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Un accord de libre-échange avec Londres, qui ne pourra être conclu qu'après le Brexit, "ne peut pas offrir les mêmes avantages qu'une appartenance à l'UE" et ne peut pas "signifier une participation à tout ou partie du marché unique", a redit M. Tusk mercredi.

La négociation des conditions de sortie du Royaume-Uni "est désormais dans les mains de nos compétents avocats spécialisés en divorce", a déclaré de son côté le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, devant le Parlement.

Les 27 doivent mettre une dernière touche le 22 mai à leur position commune de négociation et confier formellement le mandat de négociateur pour l'UE au français Michel Barnier. Les Européens seront alors prêts à entamer concrètement la négociation du Brexit.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 16:08 :
Aucun intérêt, ni pour nous, ni pour les Britanniques! Que cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles donne l'exemple sur d'autre frontière avant d'étaler sa mesquinerie et d'en être ridicule!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :