Brexit : remaniement au sein de l'équipe britannique

 |   |  270  mots
David Davis, ministre britannique chargé de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
David Davis, ministre britannique chargé de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)
A en croire le journal Evening Standard, la mutation de Oliver Robbins, figure clé au cœur des projets britanniques de sortie du bloc, nommé dans la foulée du référendum de juin 2016 sur le Brexit, fait suite à des désaccords avec le ministre chargé du Brexit, David Davis.

Un haut responsable du ministère britannique chargé du Brexit, Oliver Robbins, a été nommé conseiller auprès de la Première ministre Theresa May afin de renforcer la coordination intergouvernementale pour la prochaine étape des négociations avec l'Union européenne, a annoncé le 10 Downing Street lundi.

A en croire le journal Evening Standard, cette mutation fait suite à des désaccords survenus entre Oliver Robbins, figure clé au cœur des projets britanniques de sortie du bloc, nommé dans la foulée du référendum de juin 2016 sur le Brexit, et le ministre chargé du Brexit, David Davis, négociateur en chef du Royaume-Uni avec l'Union européenne.

Oliver Robbins "travaillera étroitement avec le ministère chargé de la sortie de l'Union européenne et coordonnera les relations avec la Commission et les Etats membres", précise le gouvernement dans son communiqué. Au poste de secrétaire permanent du ministère du Brexit qu'il occupait lui succédera Philip Rycroft.

Les travaillistes parlent de chaos

Theresa May, dont la position a été fortement affaiblie depuis qu'elle a fait perdre au Parti conservateur sa majorité absolue aux Communes lors des élections législatives anticipées de juin dernier, se voit régulièrement reprocher de ne pas donner d'instructions suffisamment claires à ses négociateurs.

L'Evening Standard cite le responsable du Brexit pour le Parti travailliste, Keir Starmer, selon qui cette décision illustre le "chaos" qui règne au sein du gouvernement à propos du Brexit. "Les profondes divisions au sein du gouvernement et l'absence totale de leadership mettent en danger l'intérêt national", estime Keir Starmer.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2017 à 7:08 :
Elle est cuite et recuite Maybot comme ils l'appellent. Elle passera sans doute pas le mois d'octobre et le congrès de son parti balkansisé. L'impayable Bojo a déjà sorti les couteaux et ils sont aiguisés depuis belle lurette.
ON n'a pas de quoi pavaner avec notre classe politique, mais se dire que Johnson est aux affaires étrangères et qu 'il va devenir avant longtemps PM, ça laisse pantois...Un peu comme si un mix de Morano et de Jean Luc Benhamias accédait aux fonctions suprêmes...Grande fut la Bretagne....
a écrit le 18/09/2017 à 22:04 :
Il faut dire les choses comme elles sont, personne au Royaume-Uni, et en particulier Theresa May, ne connaît la recette pour sortir de l'UE sans casse économique donc sociale majeure pour le pays. Elle est donc dans l'incapacité de donner des instructions claires aux négociateurs. Mais personne d'autre ne pourrait le faire.
Réponse de le 19/09/2017 à 7:16 :
Oui enfin on leur a donné une feuille de route pour les aider depuis le départ:

Frontière Nord Irlandaise, pas l'ébauche d'une solution concrète
Facture de sortie, toujours pas de chiffres pour discuter
Droit des citoyens européens, on a un peu avancé mais on n'y est pas.

Un équipe notoirement incompétente tout simplement. 3 des leaders du Brexit au gouvernment et à des postes clés, une partie du parti tory qui demande la sortie quasi depuis 1975 et pas de plan??? Seriously???
a écrit le 18/09/2017 à 17:10 :
"Les travaillistes parlent de chaos"

Non les travaillistes, nouveaux alliés des néolibéraux européens, parlent de chaos.

Se rapprocher de la vérité permet de suite de mieux mettre les informations en perspective.

"se voit régulièrement reprocher de ne pas donner d'instructions suffisamment claires à ses négociateurs"

En gros elle demande a ses collaborateurs d'être plus autonomes, elle n'est pas dirigiste et les médias de masse lui reprochent en coeur.

La fabrique à opinion européenne. Un peu de mesure quand vous reprenez les infos ne serait pas du luxe, les idéologies, les religions, les idées arrêtées on sait où ça mène, au chaos néolibéral actuel, merci.

Décidément ce labour est bien obscur.
Réponse de le 18/09/2017 à 17:55 :
UK est une démocratie - à sa tête, quelqu'un qui représente la quintescence du peuple britannique. Un adolescent, pas content de l'UE mais pas près d'imaginer de vivre en dehors de la maison commune. Theresa May est prise dans ses contradictions.

En dessous, les négociateurs sont perdus, sans directive claire de celles qui in fine portera la décision et fera accepter les sacrifices aux uns et aux autres.
Dans ces conditions, la négocation est impossible. Les gens qui le vivent s'en vont. C'est inéluctable.
Votre idée comme quoi elle leur demande d'être plus autonome est une lubbie. Sur un sujet pareil, il faut être certain du soutien du chef, sinon la négo est impossible.
Donc, ne vous aveuglez pas, le délitement britannique illustre parfaitement que cette grande ambition qu'est de quitter l'UE est une chimère. Un projet impossible.
Réponse de le 18/09/2017 à 19:12 :
Vous avez énormément d'imagination, comme il y a un an quand vous nous affirmiez que si le RU votait le brexit le lendemain la terre s'écroulerait sous leurs pieds et ils seraient tous maudits pendant 7 générations.

Quand vos prophéties se réaliseront vous pourrez venir dire que vous aviez raison, pour l'instant les chiffres montrent que l’Angleterre va bien.

Encore merci pour la messe mon père mais je suis athée.
Réponse de le 18/09/2017 à 19:39 :
"Sur un sujet pareil, il faut être certain du soutien du chef, sinon la négo est impossible"

La politique du chef nous a mené dans l'impasse néolibérale actuelle, je vois mal comment vous pouvez encore la plébisciter c'est aberrant ce besoin d'être dominé ou de dominer. Nous sommes à l'ère d'internet le "peer to peer" savez vous ce que cela veut dire ?

"Donc, ne vous aveuglez pas, le délitement britannique illustre parfaitement que cette grande ambition qu'est de quitter l'UE est une chimère. Un projet impossible."

TINA donc, aucune originalité, encore une messe du dogme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :