Brexit : Sigmar Gabriel veut réduire la taille de la Commission européenne

 |   |  291  mots
Pour Sigmar Gabriel, le vote du 23 juin en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE ne menace pas le bloc européen.
Pour Sigmar Gabriel, le vote du 23 juin en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE ne menace pas le bloc européen. (Crédits : Reuters)
"Une Europe dans laquelle 27 commissaires veulent se mettre en valeur n'a aucun sens", estime le vice-chancelier social-démocrate dans un entretien au Neü Osnabrücker Zeitung.

Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, alimente le débat ouvert par le vote britannique en faveur d'un Brexit en préconisant, dans une interview publiée samedi, une réduction du nombre de commissaires européens et un réexamen des priorités budgétaires de l'UE. "Une Europe dans laquelle 27 commissaires veulent se mettre en valeur n'a aucun sens", estime le vice-chancelier social-démocrate dans cet entretien au Neü Osnabrücker Zeitung. "Il serait bon de réduire la taille de la Commission."

Sur les questions budgétaires, le ministre allemand de l'Economie juge utile de vérifier s'il est bien nécessaire de consacrer encore aujourd'hui 40% des fonds européens à l'agriculture alors que beaucoup moins d'argent est alloué à la recherche, l'innovation ou l'éducation.

Pour Sigmar Gabriel, le vote du 23 juin en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE ne menace pas le bloc européen. Le ministre allemand n'exclut d'ailleurs pas que les Britanniques reviennent dans le giron de l'UE d'ici quelques décennies, étant donné que les jeunes ont massivement voté en faveur du maintien. "Nous devons rester en contact avec eux", plaide-t-il. "Si nous voulons que nos enfants ou nos petits-enfants fassent encore entendre leur voix dans le monde, il faut que ce soit une voix européenne commune. Même une Grande-Bretagne ou une Allemagne plus forte ne sera pas en mesure de se faire entendre seule."

Sigmar Gabriel souhaite que le Royaume-Uni soit équitablement traité dans les négociations d'un Brexit, tout en soulignant: "Il ne serait pas acceptable que le gouvernement britannique ouvre aujourd'hui des consultations à la fois sur sa sortie et ses futures relations avec l'UE de manière à pouvoir choisir in fine le meilleur dossier de négociations." (Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2016 à 11:58 :
L'Allemagne patronne de l’Europe (autant appeler un chat un chat) à réussit à plonger la planète dans la déflation .... les taux des banques centrales sont à zéro voir négatifs , les traders ne savent plus où mettre le fric de Mario, les anglais se barrent ! où va t'on ... vu que la confiance est perdue ???? Et chez nous , nous en sommes toujours au combat de coqs pour le pouvoir (des dettes ... sic) !
a écrit le 04/07/2016 à 11:34 :
L'image de l’Europe, c'est un peu comme la météo à la TV ... comme si il y' avait un mur infranchissable autour de nous, on y voit voit même la Corse sans la Sardaigne qui la touche de peu !
a écrit le 03/07/2016 à 10:41 :
Opinion excessive mais juste sur bien des points. En résumé l'objectif des pères fondateurs a été dévié: progressivement créer une Europe politique pour un noyau dur de 6 membres. L'intégration de la GB a fait capoter ce projet en transformant l'ensemble en AELE. Le monstre bureaucratique s'est métastasé avec la complicité, la lâcheté, l'incompétence des chefs d'Etats européens. D'où peut venir la volonté d'une refondation? De l'intérieur (i)responsables politiques, bureaucrates, lobbyistes, ..., de l'extérieur, USA, Russie, migrants, trouvent tous intérêt à ce qu'une Europe reste faible politiquement. Alors? Gabegie et décadence ont de beaux jours à venir.
a écrit le 03/07/2016 à 9:12 :
"Une Europe dans laquelle 27 commissaires veulent se mettre en valeur n'a aucun sens" il a raison, il faut supprimer complètement la commission,son président, le parlement européen, ses députés et tous les technocrates qui gravitent autour. Par effet, ça évitera aussi les lobbying en tous genres. Cette commission illégitime traite en sous main des accords économiques de libre échange avec les US, etc. (CETA) sans que personne n'ait son mot à dire ou soit au courant donc en la supprimant, chacun reprend ses billes et devient un véritable acteur de son destin. Qu'il reste un zone de libre échange et de circulation des gens et des biens au sein de l'Europe soit, un "passeport commun" pourquoi pas, mais que "Bruxelles" ne s'occupe plus de politique interne aux états ou étrangère à ceux-ci, c'est un fiasco. Quand en plus un de ses membres fait ce qu'il veut concernant l'immigration, "c'est la goutte d'eau qui mets le feu aux poudres". Le cas de l'Ukraine en s'opposant à la Russie est significatif de cette soumission de l'UE aux US. Que l'on renvoie Junker et Schulz aux oubliettes de l'Histoire et que l'on en parle plus. L'Europe est "une arnaque" Charles de Gaulle. L'Europe ne sait pas ni ne veut pas savoir ou elle doit s'arrêter, donc basta, telle qu'elle est c'est fini, personne n'en veut plus à part tous les cireurs de pompes. L'Europe est devenue "un goulag" où aucun citoyen n'a voix au chapitre. trop c'est trop. L'Europe n'a rien apportée, sauf à quelques uns sans doute. Elle n'a même pas amené la sécurité.
Réponse de le 03/07/2016 à 11:45 :
La commission n'est qu'une administration qui met en musique ce que le conseil Européen décide c.-à-d les Politiques. Pour la France c'est Hollande qui nous représente au conseil. Là où on peut avoir de sérieux doutes c'est lorsque l'on voit Harlem Désir ministre des relations avec l'Europe. Cela veut dire que pour Hollande, l'Europe c'est la dernière roue du carosse !!! D'ailleurs les Européens et Merkel entre autres lui rendent bien en le considérant comme insignifiant...
a écrit le 02/07/2016 à 18:39 :
L'europe meure par manque de légitimité démocratique et celui là veut lui en enlever encore plus, c'est bien.
a écrit le 02/07/2016 à 18:18 :
Déjà limitons le pouvoir de l'UE aux sommes d'argent nettes investies dans les pays aidés c'est à dire laissons aux états contributeurs nets le soin de décider eux-mêmes des sujets sur lesquels il faut investir chez eux.
a écrit le 02/07/2016 à 17:55 :
Si il accepte que l'Allemagne ne soit pas représenté a la comission alors pourquoi pas !
Réponse de le 02/07/2016 à 18:48 :
Bien vu. Mais les allemands ont largement dépassé ce stade ils sont devenus de vrais petits tyrans européens, assénant des leçons aux uns et aux autres, sachant ce qui est bien et ce qui est mal, et l'ont largement prouvé par leur attitude méprisante et agressive vis à vis des grecs. Bon maintenant les autres sont tellement faibles politique qu'ils les laissent faire. Alors qu'il n'est jamais bon de laisser l'Allemagne se prendre de complexes de supériorité.
Réponse de le 03/07/2016 à 17:03 :
Hahahaha......
a écrit le 02/07/2016 à 17:35 :
Les Hollande et compagnie ne seront pas d'accord si cela réduit le nombre de leur passage à la télé :-)
a écrit le 02/07/2016 à 17:10 :
@Qu'il parte le premier... :-) 02/07/2016 12:55
Vous devriez vous renseigner: la Commission n'a aucun pouvoir mais c'est facile de la traiter comme bouc émissaire quand les politiques (Conseil Européen et Parlement) ne font pas leur boulot.
Mathilde Bonvillain-Serrault a écrit un excellent article le 30 juin sur ce point: il est encore disponible dans la section "IDEES".
Cordialement
Réponse de le 02/07/2016 à 21:12 :
C'est une blague?
La commission européenne c'est l'organe qui contrôle l'exécutif permanent de l'UE, avec 32 000 fonctionnaires à sa botte, vous croyez qu'ils plient des cocottes en papier en attendant que le conseil européen, qui se réunit 4 à 5 fois par an, leur dise quoi faire?

Quand au parlement, il ne peut intervenir que sur les budgets en encore, il leur faut une grosse majorité pour les bloquer.

C'est la commission qui a rédigé tous les traités européens, qui mène la politique économique et financière, qui décide des sanctions financières.

Le conseil est constitué de présidents qui ne font que passer, Barroso lui est resté 10 ans à la tête de la commission.
a écrit le 02/07/2016 à 13:20 :
rien de crédible ! le probleme avec la GRECE n est pas reglé
a écrit le 02/07/2016 à 12:59 :
Sur fonds il a raison, bien que son discours ne soit pas exempt d'arrières pensées en faveur de l'économie de son pays. Mais c'est la règle du jeu européen, chacun défend ses intérêts dans un cadre plus large qui est celui de l'UE. Si les bras cassés français qui sont aux manettes pouvaient avoir la moitié de volonté et de propositions, l'Europe pourrait avancer, mais il faudra attendre 2017 et de nouveaux dirigeants pour cela.
Réponse de le 02/07/2016 à 14:35 :
L'Europe pourrait avancer, mais vers où? 25 ans que Bruxelles va vers le Fédéralisme furtivement, or l'échec est là (je vous parle même pas de tout les référendums perdu depuis Maastricht). Comme vous le soulignez, il n'y a pas de peuple Européen, mais des pays (des peuples donc)qui tirent la couverture. Autant le reconnaitre et faire l'Europe des Nations. L'Europe n'avancera pas tant qu'elle restera dans le déni.
a écrit le 02/07/2016 à 12:55 :
Dans sa configuration actuelle, la Commission a tellement de pouvoirs par rapport au parlement, qu'aucun pays n'acceptera de ne pas participer à cette commission.

En effet celà reviendrai à lui retirer tout pouvoir de proposition et à laisser à une poignée de personnes étrangères même pas élues, le soin de décider de "l'interet général". Mais quelle garantie a t'on qu'un représentant de l’état allemand garantisse mieux l'intérêt général qu'un belge, un croate ou un espagnol?

La solution passe dans un renforcement des prérogatives du parlement européen, qui devrait fournir les membres de la commission et avoir un droit de veto sur ses propositions. En fait tout devrait être voté par le parlement, seule instance élue.
a écrit le 02/07/2016 à 12:38 :
Il a raison Sigmar Gabriel,

il faut réduire la commission européenne à une poignée de scribouillards de bas de gamme,

juste pour traduire des textes et des comptes rendus ;

La commission est LE facteur des désordres économiques et sociétaux en Europe ;

Les batiments de Bruxelles peuvent être affectés aux sans logis et aux miséreux victimes des agissement traitres de la commission europeenne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :