Brexit : le statu quo, seule stratégie européenne ?

 |  | 1750 mots
Lecture 9 min.
Quel avenir pour l'UE ?
Quel avenir pour l'UE ? (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Une semaine après le Brexit, l'Union européenne cherche sa voie pour se réformer et se réconcilier avec les populations. Un chemin difficile qui pourrait déboucher sur l'habituelle défense du statu quo.

Voici une semaine, les Britanniques votaient pour sortir de l'Union européenne. Une semaine plus tard, le Royaume-Uni sombre dans l'incertitude politique, ce qui est relativement logique puisque le chef du gouvernement en place s'était fait le champion du maintien dans l'UE et que le camp du « Leave » non seulement n'est pas au pouvoir mais est très divisé sur une victoire qui semble les avoir surpris. Mais du côté de l'Union européenne ?

Prise de conscience ?

Comme d'habitude lors d'une crise majeure, comme après la crise grecque de 2010 ou celle de 2016 ou encore après le double échec du projet de constitution pour l'Europe en 2005, tout le monde s'est levé pour affirmer que rien ne sera plus comme avant, que l'Europe allait changer, être plus proche des citoyens et plus efficace.

Et de fait, quels que soient les mensonges des « Brexiters » ou leur absence de plan B, quels que soient les responsabilités de la politique économique de David Cameron, de la xénophobie d'une partie de la population ou de la presse de caniveau dans le résultat du 23 juin, il n'en reste pas moins une évidence : c'est l'UE a été sanctionnée, comme elle l'a été aux Pays-Bas en avril ou en Grèce en juillet 2015. Il y a donc urgence à proposer une réforme en profondeur de l'Union et de son fonctionnement.

En apparence, la leçon est déjà comprise. L'Europe est un « work in progress », un chantier en cours. Dans son interview aux Echos parue ce jeudi 30 juin, François Hollande l'assure et le jure : «  l'immobilisme conduirait tôt ou tard à la dislocation ». Il promet d'aller vite. Les 27 ont prévu un sommet extraordinaire sur « l'avenir de l'Europe » à Bratislava en septembre et le président français veut que le soixantième anniversaire du Traité de Rome, en mars prochain, soit « l'occasion d'illustrer l'unité des Européens autour de cette nouvelle impulsion ». Le problème majeur, c'est que, une semaine après le référendum britannique, cette « nouvelle impulsion » demeure non seulement floue, mais bien compromise.

Impréparation coupable

Premier constat : le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a raison de se moquer des dirigeants eurosceptiques britanniques pour leur absence de plan (quoique, rappelons-le, ils ne sont pas au pouvoir à Londres), mais il faut bien admettre que les Européens se sont eux aussi retrouvés fort dépourvus devant le résultat du vote. Non pas tant sur l'aspect des relations avec le Royaume-Uni, mais bien plutôt sur l'avenir et la réforme de l'UE.

Pour contrer le vote britannique, pour empêcher toute tentative de désamour plus ample avec les peuples, il eût été permis d'espérer que les dirigeants européens auraient pu, dès le sommet des 28 et 29 juin, lancer une « nouvelle impulsion » par des projets de réformes proposées en amont. Du reste, cette préparation n'eût certainement pas été vaine en cas de succès du « Remain » au Royaume-Uni, tant le score devait être étroit et la critique de l'UE vive. Mais on en était loin. Rien n'était prêt. Il faudra donc attendre septembre. Cette attente est la preuve non seulement de l'impréparation européenne, mais de sa stratégie en cas de succès du « Remain » : on se serait félicité de ce vote et on aurait passé à autre chose. C'est là la première preuve du caractère profondément attaché au statu quo de l'UE.

La propositions françaises et ses inévitables résistances

Du moins, peut-on se dire, l'impulsion est désormais donnée et les dirigeants ont pris conscience de l'urgence d'une réforme de l'UE. Certes, mais là encore, des doutes sont permis. De quelle réforme s'agira-t-il ? Sur le plan économique, François Hollande, dans son interview programmatique de ce jeudi 30 juin, dresse trois priorités : « l'harmonisation fiscale et sociale », un « budget de la zone euro pour financer des investissements dans des secteurs stratégiques » et « une gouvernance économique sous le contrôle d'un parlement de la zone euro ». Ces grandes réformes apparaissent en effet nécessaires et positives, quoique limitées.

Mais il suffit de jeter un œil sur la presse allemande pour se convaincre que le président français risque de rapidement se retrouver face à un mur avec ces idées qui, rappelons-le, étaient déjà à l'ordre du jour après l'élection de 2012 et la crise grecque de 2015. Les Conservateurs allemands sont déjà vent debout contre tout projet de « socialisation » des dettes que soutiennent les Sociaux-démocrates, l'Italie et la France. Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, a déjà préparé sa réponse : pas de budget hors de celui de l'UE et un renforcement de la surveillance budgétaire.

Ce jeudi, Markus Söder, ministre des Finances bavarois, membre de la CSU appelait l'UE « à faire des économies pour compenser le Brexit ». Au centre : Angela Merkel va devoir choisir. Pour le moment, à la différence de beaucoup d'autres, elle se tait sur le contenu d'un « nouveau départ » pour l'Europe. Car la chancelière, affaiblie politiquement à un an des élections fédérales, ne peut choisir François Hollande contre Wolfgang Schäuble et la SPD contre son propre camp. Avec la poussée des Eurosceptiques d'AfD et la fronde dans son propre camp, la chancelière a perdu beaucoup de sa capacité à assurer la discipline au sein de la CSU/CDU. Soutenir pleinement le projet français déclencherait un débat interne à la droite allemande qu'elle ne serait pas sûre de gagner. Wolfgang Schäuble le sait et, pour cette raison, demeure aux aguets. Le quotidien des affaires allemand, le Handelsblatt, qui, hier, publiait le plan Schäuble l'affirmait : c'est une « contre-proposition » pour contrer les projets franco-italiens.

Or, dans le conseil européen, la droite allemande peut compter sur ses habituels alliés : les défenseurs acharnés de l'orthodoxie budgétaire comme les pays baltes, la Slovaquie, la Finlande ou les Pays-Bas, eux-mêmes travaillés par une extrême-droite eurosceptique forte qui demande moins de solidarité. Toutes sont terrifiées à l'idée que le Brexit donne plus de poids aux pays « étatistes » de la zone euro. Angela Merkel pourra toujours se prévaloir de leur opposition pour objecter à la SPD son immobilisme. C'est ainsi notamment que la ligne dure a été imposée à Athènes. Rien d'étonnant donc à ce que le sommet des 27 n'ait pas adopté comme feuille de route la proposition Ayrault/Steinmeier qui proposait d'aller vers plus de solidarité et qui semble destinée à rester lettre morte. Le couple franco-allemand aura fonctionné entre le PS et la SPD et pendant seulement deux jours... Le sommet de Bratislava semble alors être déjà écrit : ce sera un compromis qui débouchera sur des demi-mesures sans ampleurs.

Messages négatifs

Dernier message négatif : depuis le vote britannique, l'UE a montré que tout devait continuer comme avant. Ceci ne manquera pas de surprendre, alors même que le vote britannique devait inviter à changer rapidement ce qui peut l'être. Or, en une semaine, on a appris le retour de l'intention de la Commission de sanctionner le Portugal et l'Espagne sur leurs déficits, ou plus précisément, la volonté de les contraindre à de nouvelles mesures d'austérité une fois les élections espagnoles passées et marquées par la victoire des Conservateurs. Mercredi 29 juin, Wolfgang Schäuble a même menacé directement Lisbonne d'un retour de la troïka, propos niés ensuite. On a également vu Jean-Claude Juncker annoncer que le traité de libre-échange avec le Canada ne sera pas soumis aux parlements nationaux des Etats membres. Enfin, la Commission a prolongé l'autorisation du glyphosate pour 18 mois, une substance soupçonnée d'être cancérigène, parce que les Etats membres ne sont pas parvenus à se mettre d'accord. En quelques jours, l'UE a confirmé quelques-unes des accusations qui alimentent régulièrement le discours eurosceptique : éloignée du terrain, craignant le débat démocratique, obsédée par l'austérité et les grands équilibres, incapable de pragmatisme, faible avec les multinationales fortes, et forte avec les Etats faibles.

Le seul accord trouvé en une semaine : la défense du statu quo

Certes, tout ne peut pas changer en un jour et il se peut que le Brexit ait finalement une influence positive sur l'UE à long terme. Mais il était aisément possible de montrer aux Européens que l'UE avait compris le message et était déterminée à changer très vite. Ce n'est pas le cas et, une semaine après, l'UE montre qu'elle non plus n'a pas de plan B.

La seule stratégie commune de l'UE aujourd'hui est son attitude face au Royaume-Uni : obtenir rapidement la mise en œuvre de l'article 50 et ne pas transiger sur les « quatre libertés » (travail, capital, services et biens) comme condition d'accès au marché unique. Une « fermeté » face au Royaume-Uni qui permet de donner l'illusion de l'unité et de faire porter la responsabilité de la situation aux seuls Britanniques. Mais, en réalité, cette condition n'est rien d'autre que la confirmation de l'existant puisqu'elle régit actuellement les relations de l'UE avec l'Espace économique européen et l'AELE (Liechtenstein, Suisse, Norvège et Islande). Pour le moment, donc, le seul élément sur lequel, au bout d'un sommet de deux jours, les Européens se sont mis d'accord, c'est le maintien du statu quo.

"Comme avant", unique stratégie ?

Et ce maintien du statu quo ante, autrement dit de la poursuite de l'UE "comme avant" sans le Royaume-Uni, pourrait bien être la vraie stratégie de l'UE. Cette volonté de régler au plus vite le statut britannique signifie bien la volonté de vite tourner la page pour reprendre un cours normal des événements. Du reste, la ligne rouge annoncée par François Hollande, celle de refuser tout changement de traité, confirme l'aspect conservateur de la stratégie européenne. Sans changement de traité, il n'y aura pas de réformes suffisantes pour rétablir le lien brisé entre l'UE et une grande partie de sa population. Cette défense de l'existant n'a pour le moment conduit qu'à l'échec. Du moins, si François Hollande parvient à réussir cette gageure, il sera possible qu'il aura, in extremis, sauvé le bilan de son quinquennat quel que soit l'issue de l'élection de mai 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2016 à 17:39 :
Wolfgang Schaüble a sans doute raison mais en bon allemand il manque totalement de diplomatie , il risque de faire partie de ces économistes allemands comme Karl Marx ou le Doktor Schacht (Financier du 3° Reich) qui onr fait peur au reste de l'Europe.le " Dr Schaüble" devrait se rappeler tous les matins que la dette de l'Allemagne nazie lui a été remise en 1945.L 'Allemagne peut gagner à sa cause plusieurs pays d'Europe mais pour cela ne pas se servir de Schaüble pour sa diplomatie de la cannonière .
a écrit le 01/07/2016 à 8:53 :
Tiens pourquoi mon commentaire a été supprimé ?

Encore un coup des stupides golden corbeaux ?
a écrit le 01/07/2016 à 7:55 :
Demonstration faite. Cette bureaucratie bruxelloise ne fonctionne pqas
a écrit le 30/06/2016 à 21:46 :
Bien sur que ce ne sera pas un Statu quo !!
Regardez la façon dont les médias se déchainent contre les Eurosceptiques, les insinuations malhonnêtes sur les sois disant catastrophes annoncées, les menaces non voilées de diverses organisations et dirigeants ...
Ils tenterons par tous les moyens de faire un exemple et feront tout pour décrire une situation apocalyptique . Le règne par la peur, dans le déni du choix des peuples, au mépris de leur intérêt pour le profit d'une "élite" autocratique : L'Europe est décidément bien éloignée de ce que l'on nous a vendu a l'époque de l'adhésion et je ne peux que souhaiter au peuple Anglais toute la réussite qu'il espère via sa libération de cet hideux conglomérat.
Réponse de le 01/07/2016 à 18:07 :
Je vous suis . D'autant plus volontiers que j'ai été abusé toute ma vie .
A 15 ans j'étais abonné aux journaux de la Communauté européenne .
L'espoir d'une vie .
L'ue n'est plus qu'une machine ordo-libérale, sous la férule allemande .
Aucun lien avec les peuples . l'Europe, vaste prison des peuples .
a écrit le 30/06/2016 à 20:47 :
"l'harmonisation fiscale et sociale" super de lire ça histoire de bien rigoler avant le match :-)))) Junker = Luxembourg .... ils vivent clairement de "l'harmonisation fiscale et sociale" :-)) quand à nous les super Européens d'accord avec tout, super partant, top du top, fan de tout, concession sur tout ... j'imagine qu'il s'agit d'harmoniser sur notre modèle évidement sinon à quoi bon :-))
a écrit le 30/06/2016 à 19:45 :
Après les atermoiements Anglais , Ils se sentent en position de force et rien ne changera .
L' heure vas être aux économies la contribution Anglaise faisant défaut.....donc les cigales vont se rhabiller . La schlague encore et encore , quoi d' autre ?
a écrit le 30/06/2016 à 19:17 :
C'est désespérant, nos responsables européens sont incurables, voire autistes. Le message envoyé par les anglais n'à donc pas été compris. L'UE va dans le mur. On s'acheminé tranquillement vers sa desintegration
Réponse de le 30/06/2016 à 22:14 :
Quel est le vrai message des Anglais qui ont fait une campagne avec des slogans peu réfléchis comme "we want our country back", dans une pays où il n'y a pas de chaines de télé étrangères dans les hôtels et où on ne peut même pas acheter des journaux étrangers à Heathrow T5? À vrai dire, ils tournent autour de leur propre nombril et ne sont pas préparés mentalement pour une coopération internationale.
Réponse de le 30/06/2016 à 22:14 :
Quel est le vrai message des Anglais qui ont fait une campagne avec des slogans peu réfléchis comme "we want our country back", dans une pays où il n'y a pas de chaines de télé étrangères dans les hôtels et où on ne peut même pas acheter des journaux étrangers à Heathrow T5? À vrai dire, ils tournent autour de leur propre nombril et ne sont pas préparés mentalement pour une coopération internationale.
a écrit le 30/06/2016 à 18:37 :
A mon humble avis, le "statu quo" actuel ne peut être que bénéfique. Les 27 ne vont pas se mettre à élaborer de brillantes idées en deux mois (le prochain sommet est en septembre) après la période estivale.
Il est urgent d'attendre et je comprends l'attitude de madame Merkel (qui est une scientifique, ne l'oublions pas) qui veut avoir plus d'éléments sur la position de nos amis Britanniques.
En lisant quelques articles publiés en France et au RU, on pourrait faire le constat que la situation politique au RU est assez chaotique: Conservateurs divisés, problème de leadership chez les Travaillistes accompagné d'une campagne molle, Parlement favorable au "Remain", Ecosse et Irlande. Cela donne l'impression que la RU va au Brexit en marche arrière.
Il ne faut pas renverser les responsabilités: ce sont les Britanniques qui ont voté pour la sortie.
Cordialement
Réponse de le 01/07/2016 à 8:11 :
" statu quo ", pourquoi pas mais ,que l'on applique au moins les régles dejà
existantes " exemple pourquoi la France n'est pas sanctionnée avec ses dérapages budgetaires ? . pas etonnant qu'elle souhaite plus de solidarite,,
a écrit le 30/06/2016 à 18:23 :
Comme il y a un siècle, et toutes proportions gardées, ce sont des "somnambules" qui sont aux commandes. Ils veulent le statu quo, ils auront le chaos et leur Europe va mourir.
a écrit le 30/06/2016 à 18:18 :
Dans toute cette affaire anglaise ,la grande peur est qu'il ne se passe rien de dommageable pour l'Angleterre et les anglais !Bien sur ,les droits de douanes rendront les produits anglais plus cher en europe ,mais reciproquement les produits européens serront plus chers en Angleterre !Ca va favoriser qui !D'abord l'économie anglaise qui va trouver là une opportunité de reconquerir des pans entiers de son économie !Mais on voit deja qui est en embuscade pour tailler des croupieres aux produits européens en Angleterre .Les USA ,le Canada ,l'Australie ext sans compter tous les pays asiatiques qui exportent deja dans ce pays !Les produits européens devront baisser leur prix et là haie haie haie ,qui pourra le faire !J'espere que Bercy a deja fait ses comptes sur ce sujet !Si il n'arrive rien de négatif à l'Angleterre ,l'exemple va etre terrible pour tous les pro-européens on voit deja les eurosceptiques en saliver en revant eux aussi de referendum comme l'extreme droite aux Pays Bas proche du pouvoir !Une destabilisation supplementaire au Moyen Orient ,des flux migratoires plus ou moins mal controlés ça va vite souffler sur les braises .....
Réponse de le 30/06/2016 à 22:14 :
Il faut être bien naïf pour croire qu'une grande économie moderne peut vivre de son seul marché intérieur, c'est pour ça que, quitte à devoir s'appliquer unilatéralement les textes et normes européens et voir sa contribution nette au budget de l'UE ne pas baisser significativement, on peut parier que le Royaume-Uni (ou ce qui en restera) fera tout pour conserver l'accès au marché unique.
Réponse de le 30/06/2016 à 22:21 :
C'est sans doute pour ça que les gagnants du référendum, de Johnson à Farage, se défilent ou font machine arrière sur les promesses de lendemains qui chantent en cas de Brexit. Ils savent parfaitement que les prévisions les plus pessimistes en matière économique vont probablement se produire.
Réponse de le 30/06/2016 à 23:55 :
Vu les cours de Bourses, qui ont amorti le choc en une semaine, j'attendrai un peu avant de tel affirmation. L'idée que le Brexit est bon ou mauvais pour les Anglais, ou pour les Européens, apparaitra dans quelques années seulement. Mais bon, en attendant, ça permets de situer les contributeurs!!
Réponse de le 01/07/2016 à 11:31 :
@bruno_bd;J'ai jamais dit que les anglais allaient se priver du marché européen ,j'ai simplement dit que ques produits anglais serront soumis aux droits de douanes de meme que les àproduits européens serront soumis aux droits de douanes anglais !Les produits non européens qui rentrent en Europe sont soumis aux droits de douanes d'ou qu'ils viennent et ça se negocie entre états .L'Europe est ouverte aux produits chinois qui ont fait et font encore pas mal de degats dans nos économies mais en contrepartie le marché chinois est ouvert aux exportations européennes !Airbus par exemple n'aurait jamais son carnet de commande tel qu'il est si le marché chinois entre autres lui était fermé (au benefice de Boeing )
Réponse de le 04/07/2016 à 14:57 :
Sans droits de douane, les produits britanniques sont à peine compétitifs (la preuve en est que le commerce extérieur britannique est largement déficitaire, y compris avec l'UE), les droits de douane auront donc un double effet :
-renchérissement pour les britanniques des produits importés (d'où perte de pouvoir d'achat, renforcée par la baisse de la livre
-renchérissement à l'étranger des produits britanniques exportés qui auront encore plus de mal à trouver preneurs, ce qui ne peut être compensé que par une dépréciation de la livre et/ou des baisses de salaires des facteurs de production.
Il est donc vital que le RU obtienne l'accès, sans droits de douane ou presque, au marché européen, comme la Norvège ou l'Islande dans le cadre de l'EEE ou encore partiellement comme la Suisse. Et ça ne peut se faire que modulo le versement d'une cotisation britannique au budget de l'UE et le maintien de la plupart des normes et textes européens, sans possibilité de les discuter.
a écrit le 30/06/2016 à 17:20 :
Rien ne va changer fondamentalement et ce serait naïf de croîre le contraire. C'est d'ailleurs Jean-Claude Junker lui-même qui l'a affirmé ce matin en conférence de presse (en allemand): pas de révision des traités, la seule mesure qui devrait être prise pour contrer la vague d'euroscepticisme, sera celle d'accélérer l'implémentation de l'Agenda 2020.
a écrit le 30/06/2016 à 17:11 :
Ainsi donc les peuples serraient contre l'Europe, comme ça pour rien !Alors bien sur comme on veut rester dans le flou ,on avance ses propres idées ,ses propres causes !Les anglais qui ont votés contre n'ont jamais accusés l'Europe de leur situation sociale mais sur des points bien précis !ILS NE VEULENT PLUS DE LA LIBRE CIRCULATION DES GENS EN EUROPE, DONC LA POSSIBILITE DE N'IMPORTE QUI DE S' INSTALLER EN ANGLETERRE !Et ce n'est pas le seul grief ,ILS NE VEULENT PLUS OBEIR A DES LOIS ET REGLEMENTS VOTES PAR UN PARLEMENT ETRANGER , LE PARLEMENT EUROPEEN !Mais parler de ça ,que neni pour ne pas dire quel déni !Cet exactement les griefs que tous les eurosceptiques avancent surtout en France et pas qu'au FN trés loin de là !La pseudo prospérité européenne ne leurre plus personne !Aide toi et l'Europe t'aidera !L'égalitarisme desuet qui permettrait aux cigales du sud de vivre aux crochets des fourmis du nord ça aussi les eurosceptiques n'en veulent pas !Tous les pays européens ont des pauvres et il faudrait d'abord consacrer nos milliards à aider les pauvres des autres pays avant les nôtres !La France a empruntée 40 milliards sur les marchés pour preter à taux bas à la Grece !Il faudrait peut etre effacer cette dette des grecs envers nous comme ça ça nous retombera sur le dos mais les contribuables français ont les moyens c'est bien connus !L'Allemagne a entierement raison et la France le sait ,toute la classe politique française le sait y compris Melenchon qui affirme le contraire publiquement pour se demarquer et ratisser large .L'avenir appartient à ceux qui bossent pas au parasitisme organisé....
a écrit le 30/06/2016 à 17:05 :
Cameron avait promis pendant la campagne qu en cas de victoire du leave il déclencherait immédiatement l art 50 et au il resterait PM quoiqu il arrive...1 heure après les résultats il démissionnait et je subbodore plus que c est ses patrons à la City qui lui ont donné les consignes pour gagner du temps....il y avait plusieurs ministres de son gouvernement qui soutenaient le leave, ils avaient donc toutes les cartes en main pour faire un plan b Mr Godin. Aujourd'hui c est Boris Johnson qui renonce à la course au poste de premier ministre, pourtant favori selon les sondages avec 60% d intention de vote...Il était le champion du leave, pourquoi donc? Moi je vois qu une explication, ils vont pas sortir c est trop coûteux et grâce à la position ferme de l UE ils sont archi coincés. Dans la mesure ou français et allemands votons l année prochaine, il me paraît plus démocratique qu on est comme une forme de projet relativement abouti et qu on en discute pendant les campagnes. Selon les résultats on y va ou pas. J observe que nous entre français on est déjà pas d accord sur grand chose, ça me choque donc pas que l UE mette du temps, même si évidemment j'aimerai que ça aille plus vite. Que n a ton dit sur la précipitation a faire l Euro?
a écrit le 30/06/2016 à 16:07 :
D'une certaine façon le Brexit, s'il va à son terme, redonne de la cohérence à l'UE.
a écrit le 30/06/2016 à 15:44 :
Non, non, ils ont aussi la politique va de retro satanas :-)
a écrit le 30/06/2016 à 15:44 :
Il faut tout changer pour que rien ne change, ça restera la devise de l'UE. Pendant ce temps , les fonctionnaires européens font le dos rond et continuent à se gaver sur la bête !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :