Brexit : Theresa May a déclenché la procédure de sortie de l'UE

 |   |  331  mots
Theresa May a qualifié le sort des citoyens européens vivant au Royaume-Uni de priorité.
Theresa May a qualifié le sort des citoyens européens vivant au Royaume-Uni de "priorité". (Crédits : Reuters)
Dans une lettre de six pages, la Première ministre britannique a notifié au président du Conseil européen Donald Tusk l'invocation de l'article 50 du traité de Lisbonne.

Le compte à rebours est lancé. La Première ministre britannique Theresa May a formellement déclenché l'article 50 du traité de Lisbonne via une lettre de six pages envoyée au prédisent du Conseil européen Donald Tusk. Devant la Chambre des communes, May a ensuite appelé les députés et le peuple britannique à se "rassembler" pour obtenir "le meilleur accord possible" avec l'Union européenne après le déclenchement du Brexit, soulignant qu'il n'y avait "pas de retour en arrière possible".

"C'est maintenant le moment pour nous de nous rassembler et de travailler au meilleur accord possible", a-t-elle dit devant les députés ajoutant que c'était "un moment historique" et qu'il ne pouvait pas y avoir désormais "de retour en arrière".

Theresa May a également qualifié le sort des citoyens européens vivant au Royaume-Uni de "priorité". "Nous chercherons à garantir les droits des citoyens européens qui vivent déjà au Royaume-Uni... aussi rapidement que nous le pourrons", a-t-elle assuré, alors que cette question a été identifiée comme un des points de blocage avant même le lancement des négociations.

May admet des risques économiques

La Première ministre a admis qu'il y aura "des conséquences", notamment économiques pour son pays. Mais selon elle, "des jours meilleurs" se profilent.  Elle a également promis que le Royaume-Uni comptait rester "la meilleure amie" de l'Union européenne à 27 tout en s'ouvrant "au-delà des frontières de l'Europe de l'Ouest".

Dans une déclaration à la presse peu après avoir reçu la lettre de Londres, Donald Tusk a assuré ne pas vouloir prétendre que cette journée était "heureuse", faisant valoir que "près de la moitié" des électeurs britanniques avaient voté pour rester dans l'Union européenne le 23 juin. Nous regrettons que le Royaume-Uni quitte l'UE, mais nous sommes prêts pour la procédure que nous devons désormais suivre", avant de conclure : "Vous nous manquez déjà."

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2017 à 18:24 :
Comme tous les États européens, le RU est un pays trop petit pour faire face aux États-Unis et à la Chine, ou pour accomplir seul quoi que ce soit d'importance.

Ils le savaient déjà dans les années 70, raison pour laquelle ils ont rejoint le marché commun à contre-coeur.

Ils en ont encore conscience aujourd'hui, raison pour laquelle ils s'allient avec nous par exemple pour les missiles.

Mais ils ne parviennent pas à en tirer les conclusions qui s'imposent, et se diriger vers une Europe fédérale, mais s'accrochent désespérément à leur souveraineté impuissante.
Réponse de le 30/03/2017 à 10:21 :
Toujours les mêmes poncifs dogmatiques de l’UE. Ça a 40ans et ça fonctionne toujours. La France est trop petite pour survivre, le RU est trop petit…
Une fois que vous avez retiré les US, Chine, Japon et Russie, il reste quoi ? 193 pays ? Comment font-ils ? Ils disparaissent tous dans le néant car ils ne font pas parti d’un conglomérat géographique absurde ?
Pourquoi serait-il nécessaire de fusionner avec des pays qui n’ont rien à voir avec nous et qui n’ont aucun intérêt en commun ? Pourquoi devrions-nous fusionner avec l’Estonie, Chypre ou la Slovaquie ?
La Corée du Sud, petite péninsule de quelques dizaines de millions d’habitant, comment elle fait ?
Ne pouvons nous pas s’allier avec d’autres pays ? selon nos intérêts, nos forces, les sujets ?
Réponse de le 30/03/2017 à 14:24 :
@Simoner,
Vous avez tout à fait raison, quand vous évoquez les 193 pays qui "disparaissent dans le néant".
Ben oui, ils s'alignent sur les normes (sécurité, alimentaire, technique,k bancairess etc...) imposée par les "grands pays". Typiquement, les puissances asiatiques (Japon, Corée) sont totalement dépendantes des USA sur tout l'aspect normatif.
Grâce à l'appartenance à l'Europe, la France peut exister. Elle doit d'abord convaincre ces collègues européens, c'est plus compliqué, cela ne marche pas toujours, mais quand cela marche, la puissance de l'Europe est un atout.
Seules, cela fait bien longtemps que notre spécificité aurait été broyée par la puissance américaine.
a écrit le 29/03/2017 à 16:30 :
Et la bourse est positive et les mêmes prêcheurs néolibéraux qui promettaient la misère et la mort aux anglais il y a un an continuent de venir exprimer leurs puissants et indécents ressentiments.

Bon vent.
Réponse de le 29/03/2017 à 18:14 :
La bourse reste (normalement) plus ou moins indexée sur l'Etat de l'économie réelle, ou l'anticipation qu'on en a. Hors aujourd'hui, le RU est toujours membre du marché commun et personne ne sait comment va évoluer la situation.

Bref, dire "regardez tout va bien" alors que rien n'a encore été signé est tout aussi présomptueux que de dire "Regardez je suis immortel" alors que vos pieds n'ont pas encore quitté le parapet du pont...
Réponse de le 29/03/2017 à 18:54 :
"La bourse reste (normalement) plus ou moins indexée sur l'Etat de l'économie réelle,"

La bourse surévalue largement l'économie réelle, vous vous adressez à quelqu'un qui a apprit l'économie, soyez précis je vous prie.

"Hors aujourd'hui, le RU est toujours membre du marché commun et personne ne sait comment va évoluer la situation."

Le néolibéralisme c'est le chaos je suis d'accord avec vous.

"Bref, dire "regardez tout va bien"

Non je ne dis pas ça, rien ne va, le monde est plongé dans la plus profonde crise économique de son histoire, donc je ne dis pas et ne dirais certainement jamais "tout va bien", vous racontez déjà n'importe quoi.

Le reste est ridicule.

Je dis juste que les inquisiteurs néolibéraux avant que le brexit ne soit voté en juin 2016 nous affirmaient tous que l’Angleterre s'effondrerait aussitôt le vote effectué, or nous sommes un an plus tard et les prédicateurs néolibéraux se sont une nouvelle fois de plus trompés mais continuent quand même de chouiner.

Prêtres néolibéraux, voulez vous que je vous explique ce que c'est ou bien vous avez une petite idée quand même ? Merci.
Réponse de le 29/03/2017 à 19:02 :
Par ailleurs, vous aurez remarqué que même Theresa May prend la précaution de préparer son opinion à des lendemains économiques qui ne chantent pas... C'est dire.
Réponse de le 30/03/2017 à 9:04 :
"Par ailleurs,"

Formule afin de me faire comprendre que vous ne lisez pas mes réponses, alors que portant c'est vous qui venez sans arrêt se coller à moi, difficile de faire mieux pour prouver sa mauvaise foi mais je le note je saurais vous en reparler la prochaine fois que vous me collerez.

Tout ce qui est différent ne peut pas être facile, il va falloir que les politiciens anglais gouvernent effectivement le pays et ne plus exécuter les ordres de l'UE tout en encaissant l'argent au passage.

Donc oui il est évident qu'il va falloir que nos décideurs politiques se mettent à travailler et surtout se mette à surveiller les agissements de l'oligarchie qui n'aura plus les mains complètement libres du coup.

La city tronait en UE, prospérant en appauvrissant les gens cela ne pouvait pas durer beaucoup plus longtemps. La finance a mit ce pays au fond du trou il est évident que cela ne va pas être facile d'en sortir mais au moins ils essayent eux tandis que nous autres sommes condamnés aux purges d'austérité à perpétuité tout ça pour enrichir des milliardaires déjà écrasés par leurs milliards.

L'empire des faibles s'écroule uniquement à cause de la bêtise de ses propriétaires.
Réponse de le 30/03/2017 à 9:13 :
Les grands groupes britanniques sont mondiaux et peu sensibles à l'état de leur économie intérieure.
C'est d'ailleurs pareille pour le CAC 40, qui est de moins en moins sensible aux annonces politiques franco-française ni à notre conjoncture.
L'annonce du brexit s'est matérialisé par une baisse de 15% de la GBP, c'est déjà pas mal
Réponse de le 31/03/2017 à 10:27 :
"Les grands groupes britanniques sont mondiaux et peu sensibles à l'état de leur économie intérieure. "

Vous continuez de me montrer que vous ne me lisez pas, je suppose que vous devez faire des copier coller seulement pour parler en dernier je signale donc votre trollage flagrant.
Réponse de le 31/03/2017 à 13:29 :
"L'annonce du brexit s'est matérialisé par une baisse de 15% de la GBP, c'est déjà pas mal "

Et la croissance anglaise est supérieure à la française et à l'allemande.

Vous pouvez dire tout ce que vous voulez mais pour l'instant ce brexit se passe très bien pour les anglais. Ya la théorie et ya les faits or les faits vous contredisent.

Vous prédisez la fin du monde pour ce pays depuis un an maintenant, un peu de dignité je vous prie attendez que cela soit le cas pour continuer vos prédictions, merci.
a écrit le 29/03/2017 à 16:00 :
Je suis triste...
Réponse de le 29/03/2017 à 17:57 :
d' être assujetti aux GOPE ...?!
Réponse de le 30/03/2017 à 10:30 :
Triste à cause de votre réponse qui semble prouver que vous n'envisager pas de nous donner les moyens de les changer démocratiquement, qu'un grand pays nous quitte... que les Européens aient tant de mal à comprendre qu'ils pourraient être forts avec un eEurope vraiment unie et qu'ils seront de plus en plus faibles en se déchirant dans un monde où les grands pays sont de plus en plus nombreux. Triste que tant de personnes soient prêtes à jeter le bébé avec l'eau du bain pour que tout paraisse plus simple.
Réponse de le 30/03/2017 à 12:21 :
@ Polnord :

L'Europe a la taille nécessaire pour tenir tête aux GOPE si nécessaire (et le fait régulièrement). Tandis que la France ou le RU seuls en sont totalement incapables.
a écrit le 29/03/2017 à 15:51 :
"Ça fait 10 ans que je le propose aux Français et c’est une proposition extrêmement responsable. Je trouve un peu singulier le fait qu’aucun des candidats ne réponde à mes objections. Nous savons que si nous restons dans l’Union Européenne, nous aurons une politique obligatoire qui va nous être imposée par la commission. Cette commission va nous dicter les grandes orientations politiques et économiques fixées -GOPE- pour 2017.


Le bon sens des analyses d' ASSELINEAU détonne dans ce monde de politiques européïstes soumis au dogme bruxellois ....

http://rmc.bfmtv.com/emission/brexit-ca-fait-10-ans-que-je-le-propose-aux-francais-declare-francois-asselineau-1131617.html
a écrit le 29/03/2017 à 15:32 :
Pauvre Theresa May … Obligée d’aller faire des courbettes chez oncle Trump pour un partenariat “spécial” entre la Grande Bretagne et les Etats-Unis. Oncle Trump qui est très content de voir l’Europe imploser pour pouvoir négocier avec des pays isolés. Du reste, pour Trump c’est l’Amérique d’abord ,… les autres on leur impose nos conditions ! Pauvre Theresa obligée de demander à l’U.E. de ne pas être trop dure avec les Britanniques tout en essayant de faire bonne figure . L’Europe n’est pas parfaite, loin s’en faut. Mais l’Europe est un geant économique qui pèse très lourd.
Réponse de le 30/03/2017 à 10:05 :
Qui pèse très lourd et rapporte à peu de gens.
Si vous connassiez un peu la construction européenne, vous sauriez que son but n'a jamais de faire contre poids à qui que ce soit. Puisqu'elle a été voulue et promue par les US elles mêmes.
Par ailleurs, ce fameux grand marché ne profient réellement qu'à quelques grandes multinationales et les exportateurs étrangers puisque notre marché est ouvert au 4 vents sans aucunes protections, ni frontières, ni contrôle.
Il faut arrêter avec les chimères et dogmes européistes qui n'existent pas.
L'union fait la force, pour faire contre poids aux US, puis la Chine puis..., L'UE, c'est la paix... Toutes ces allégations sont contredites en permanance par la réalité.
a écrit le 29/03/2017 à 15:18 :
Bon debarras et quelque soit le cout !
a écrit le 29/03/2017 à 15:09 :
N'ayant jamais été réellement dans l'UE, le Brexit est un non-évènement.
Réponse de le 29/03/2017 à 16:29 :
Je ne partage pas du tout votre avis. C'est un évènement majeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :