Calais : Londres débloque une nouvelle enveloppe de 10 millions d'euros

 |   |  608  mots
Le plan, signé jeudi 20 août à Calais entre le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May, prévoit que la Grande-Bretagne alloue des moyens supplémentaires pour sécuriser le site d'Eurotunnel. Chaque soir, des milliers de migrants tentent de s'introduire dans le tunnel sous la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne.
Le plan, signé jeudi 20 août à Calais entre le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May, prévoit que la Grande-Bretagne alloue "des moyens supplémentaires" pour sécuriser le site d'Eurotunnel. Chaque soir, des milliers de migrants tentent de s'introduire dans le tunnel sous la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne. (Crédits : Reuters Regis Duvignau)
La Grande-Bretagne a annoncé le déblocage d'une enveloppe de 10 millions d'euros sur deux ans pour la prise en charge des migrants à Calais. En septembre 2014, Londres avait déjà débloqué 15 millions d'euros pour sécuriser le port de Calais. Dans le même temps, Londres et Paris se sont engagés à créer un centre de commandement et de contrôle commun.

Le gouvernement britannique consacrera 10 millions d'euros sur deux ans à la prise en charge des migrants à Calais, dans le cadre d'un accord franco-britannique. Il prévoit également un renforcement de la coopération policière pour lutter contre les filières de trafic illicite de migrants.

Ce montant vient s'ajouter à une contribution de 15 millions d'euros sur trois ans, annoncée en septembre 2014, pour sécuriser le port de Calais.

Le plan, signé jeudi 20 août à Calais entre le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May, prévoit que la Grande-Bretagne alloue "des moyens supplémentaires" pour sécuriser le site d'Eurotunnel. Cet accord exprime la volonté de créer un "commandement unifié" sous la houlette de deux responsables français et britannique pour lutter contre les réseaux criminels.

L'accord prévoit un volet "humanitaire"

Sur le plan humanitaire, l'accord prévoit d'"intensifier l'observation" des migrants pour "identifier les plus vulnérables et les victimes potentielles de la traite", notamment les femmes et les enfants, dans l'idée de les informer et les placer en lieu sûr, "ce qui implique des capacités de logement et de prise en charge pour notamment empêcher que puissent avoir accès à ces populations vulnérables tous ceux qui cherchent à les exploiter".

L'idée est aussi de favoriser les retours volontaires vers les pays d'origine, avec la mise en place de campagnes d'information et de programmes d'aide au retour.

Londres s'engage à mettre en place des hébergements

L'accord veut aussi augmenter les capacités de traitement des demandes d'asile et dans ce cadre "le gouvernement britannique apportera une aide (...) pour la mise en place d'hébergements dédiés, situés à une distance significative de Calais". L'objectif est notamment de "diminuer la pression migratoire" dans la région de Calais où le ministère de l'intérieur évalue à 3000 le nombre de migrants.

Le texte précise que "dans leur ensemble, ces dispositions bénéficieront d'un soutien financier du gouvernement britannique à hauteur de 5 millions d'euros par an pendant deux ans".

Sur le plan sécuritaire "le Royaume-Uni va apporter des moyens" pour sécuriser le site du tunnel et aider Eurotunnel à "augmenter ses effectifs dédiés à la sécurité". Une nouvelle salle de contrôle va être créée et "nous allons déployer des équipes supplémentaires de fouille du fret 24h/24 et 7 jours/7 pour réduire le nombre de passagers en situation irrégulière".

Contrôles renforcés

Pour lutter contre les réseaux de passeurs, les policiers et les autorités de contrôle des frontières "s'engagent à renforcer encore davantage leur collaboration opérationnelle". Le "commandement unifié" sous la houlette des hauts responsables visera à "dissuader et éradiquer les activités criminelles" des passeurs, et l'échange de renseignements sera favorisé.

Dans le même esprit, un "centre de commandement et de contrôle commun" sera créé à Calais et un autre à Folkestone, pour collecter les renseignements et coordonner les opérations.

Une "équipe conjointe" pour éloigner les migrants illégaux sera mise en place, avec une contribution financière du gouvernement britannique pour mettre en oeuvre les vols retour. La coopération portera aussi sur les capacités d'analyse et de traduction.

Enfin au niveau international les deux pays souhaitent intensifier le dialogue avec les pays d'origine. Ils ont convenu d'organiser "une conférence de suivi à Paris, avec les autres Etats membres de l'UE, si possible d'ici la fin de l'année", et d'apporter un soutien à la Grèce et à l'Italie sur les "hotspots" ou centres de tri entre réfugiés et migrants économiques irréguliers.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2015 à 11:25 :
La France n'a-t-elle pas l'argent pour s'occuper dignement des migrants dans son propre pays. Dois-elle demander de l'aide à l'étranger?
a écrit le 21/08/2015 à 11:20 :
La France avait besoin de ces 10 millions pour résoudre ces déficits abyssaux
a écrit le 20/08/2015 à 19:11 :
Mais pourquoi on ne laisse pas passer ces pauvres gens qui veulent aller en Angleterre? c'est aux anglais à gérer les migrants qui veulent profiter du système britannique pas a la France. On devrait leurs affréter des bateaux cela coûterai moins cher que des palissades avec des système de sécurité
a écrit le 20/08/2015 à 19:10 :
Mais pourquoi on ne laisse pas passer ces pauvres gens qui veulent aller en Angleterre? c'est aux anglais à gérer les migrants qui veulent profiter du système britannique pas a la France. On devrait leurs affréter des bateaux cela coûterai moins cher que des palissades avec des système de sécurité
a écrit le 20/08/2015 à 18:01 :
Donc les anglais doivent payer pour que les français puisse régler leur problème. On croit rêver et on se croirait dans le tiers monde.
a écrit le 20/08/2015 à 17:00 :
Belle hypocrisie toute anglaise.... la GB externalise ses contrôles frontaliers sur le continent afin de ne pas avoir a gérer le problème migratoire sur son propres sol. Si les Européens acceptent, ces eux qu'il faut blâmer et les anglais auraient tort de s'en priver...
je trouve scandaleux que la GB ne prennent pas ses responsabilités. soit en adhérant pleinement à Schengen ou en rétablissant les frontières internationales entre les deux rives.... à nous de rétablir de vraies frontières avec le RU sur les deux rives de la Manche. Si les migrants veulent aller en GB, ce sera aux anglais alors de gérer le problème. La chienlit de Calais vient surtout de là...
Réponse de le 20/08/2015 à 17:50 :
Si la France etait une ile (comme le RU et l'Irlande) c'est pratiquement certain qu'elle n'aurait pas rejoint Schengen. D'ailleurs si les regles de Schengen etaient vraiment appliquees a l'interieur de l'UE, le plupart des immigrants a Calais auraient du etre renvoye en Italie, en Grece etc. Au moins une partie du probleme vient du fait que les differents pays de Schengen ne veulent pas appliquer la loi.
Réponse de le 20/08/2015 à 18:37 :
ne pas oubliez nous sommes a 45% dans cette region
Réponse de le 20/08/2015 à 18:55 :
avec des "si..." on refait le monde, non? l'Europe est un objectif politique et non de circonstance....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :