Cameron constate "des progrès" avec Bruxelles pour éviter un "Brexit"

 |   |  532  mots
Je pense que de bons progrès ont été faits mais il est vrai que ce sera un travail très difficile, a reconnu David Cameron.
"Je pense que de bons progrès ont été faits mais il est vrai que ce sera un travail très difficile", a reconnu David Cameron. (Crédits : © Stefan Wermuth / Reuters)
David Cameron a constaté jeudi soir des "progrès" dans les discussions avec ses pairs européens sur les concessions qu'il demande dans le cadre de son projet de référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Mais certaines revendications britanniques restent toutefois inenvisageables pour Bruxelles.

Lors d'un sommet européen à Bruxelles, vendredi 18 décembre, les dirigeants de l'UE se sont dits prêts à "chercher un compromis" avec le Premier ministre britannique David Cameron pour éviter un "Brexit" (sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne). Ce dernier s'est réjoui de "bons progrès" dans les tractations en vue du maintien de son pays dans l'Union.

"Les dirigeants ont exprimé leurs préoccupations mais ils ont aussi manifesté leur volonté de chercher un compromis", a dit le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l'issue d'un dîner de travail des dirigeants européens.

Après ces débats, Donald Tusk s'est déclaré "beaucoup plus optimiste", en amont du référendum que David Cameron a promis d'organiser sur le maintien de son pays dans l'Union européenne d'ici la fin 2017.

Les dirigeants européens ont convenu jeudi soir de "travailler étroitement ensemble pour trouver des solutions mutuelles satisfaisantes" lors "de la réunion du Conseil du 18-19 février 2016".

Le Premier ministre britannique a lui aussi estimé que la réunion de jeudi avait permis des avancées. "Je pense que de bons progrès ont été faits mais il est vrai que ce sera un travail très difficile", a reconnu M. Cameron.

Certaines revendications britanniques jugées "pas envisageables"

Les revendications du dirigeant britannique constituaient l'un des sujets majeurs du sommet européen réuni depuis jeudi après-midi dans la capitale belge. M. Tusk, l'organisateur de cette réunion, avait averti que certaines revendications britanniques n'étaient pas envisageables.

Il visait en particulier la requête la plus controversée de M. Cameron, concernant l'immigration des ressortissants européens, en particulier des pays de l'Est. Londres voudrait en effet pouvoir les priver d'allocations sociales pendant leurs quatre premières années au Royaume-Uni. "Ce qui me paraît le plus important, c'est qu'on ne devrait pas toucher au traité, or cette question touche au traité puisqu'elle met en cause la libre-circulation", a relevé le président français François Hollande.

"C'est pour cela qu'il a été suggéré au terme du Conseil européen, qu'il y ait un travail approfondi sur ce que l'on pourrait faire dans le cadre des traités, ou ce qui pourrait être fait plus tard, s'il devait y avoir dans les années qui viennent des modifications des textes européens", a-t-il toutefois ajouté.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi ouvert une porte à une modification des traités européens à long terme. "Si nous avons besoin de modifications des traités, et je crois que cela pourrait être nécessaire, alors nous sommes tous d'accord sur le fait qu'elles n'ont pas à intervenir maintenant", mais qu'elles "peuvent avoir lieu" plus tard, a-t-elle déclaré.

Outre sa demande concernant les prestations sociales des migrants européens, M. Cameron réclame aussi des réformes concernant les règles qui régissent la zone euro, dont son pays ne fait pas partie, ainsi que sur les questions de compétitivité et de souveraineté.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné que ces autres points nécessiteraient aussi du travail.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2015 à 10:17 :
Danemark, grande Bretagne, Suède, tchequie, hongrie.. choisissez l'euro ou sortez de l'union europeene. Vous êtes des boulets.
a écrit le 19/12/2015 à 10:00 :
Cameron a bien compris que l'Europe d'aujourd'hui n'est pas très différente de celle qui a gobé la lettre du chancelier du Reich à Chamberlain. Des mous, toujours des mous qui veulent éviter la guerre au prix du déshonneur et qui se déshonorent en nous faisant subir la guerre !!!
a écrit le 19/12/2015 à 7:09 :
le RU est déja hors de schengen et de l'euro, je ne vois que des avantages à les voir sortir de l'UE, cela nous permettra d'avancer. certes il faut aussi que nous ayons un leader en France apte à accélérer un construction politique et économique basées sur des règles communes, mais là on n'a pas les meilleurs politiques du monde....
a écrit le 18/12/2015 à 22:23 :
Cameron, lui a une vision pour le R-U, quitte à sortir de l'EU. Hollande n'a aucune vision, si ce n'est empêcher un Juppé ou un Sarkozy d'arriver en finale en 2017 afin de se faire réélire... l'Europe est dominée par Berlin et la France ne propose rien à notre partenaire allemand, ni aux autres non plus. Si l'EU ne s'émancipe pas en devenant multiple avec un noyau d'Etats prêts à se fondre dans une Union politique, alors Marine Le Pen a raison, l'EU est morte car elle ne fait pas rêver. cela fait trop longtemps que l'EU se chamaille sur la taille des bananes. Il faut un projet, porté par des hommes de conviction. Hollande n'en a aucune.. ni pour la France, ni pour l'EU.
a écrit le 18/12/2015 à 16:26 :
Il y avait auparavant le cycle victorien qui consistait à coloniser territorialement le monde, ensuite le cycle américain est venu le superposer puis l'effacer avec les derniers accords dits de la Jamaïque qui installaient dans kles années 1970 une expansion monétaire forte. Cependant, la zone européïste se mettait en place en organisant au péalable une décolonisation générale pour renforcer les pays de la zone. Les deux leviers de la puissance anglaise étaient ainsi coupés : l'exploitation des territoires parfois via les rentes ou le piratage maritime et l'usage de ce butin via la City et la spéculation ou assurances à outrance comme l'escroquerie de l'adossement à l'or dont elle détient les mines. Le mouvement d'épuisement serait lent mais il serait. Le constat est qu'il est aujourd'hui pratiquement au bout voire même que l'effondrement anglais n'a pas de fin. A ce titre UK a disposé de règles spéciales et conservé sa devise afin de maintenir par l'absurde une cohérence financière. Sa croissance relative s'écroule désormais et sa devise plonge. La mer une fois retirée on constate que le pays y a perdu son caleçon. C'est donc des mesures protectionnistes que Cameron vient quémander. Il n'est en effet plus possible que UK quitte la zone, il est tout aussi certain que le pays rejoindra la concentration monétaire euro-américaine prochaine, le seul objectif possible est donc d'obtenir des dérogations voire des aides ou de compensations, d'infléchir. Pourtant ce sont bien les anglais qui ont triplé la mise pour échapper à leur destin programmé, c'est eux qui ont lancé ces vagues d'immigration géantes et accueilli tous ces musulmans qui clamaient en place publique, tous les jours depuis de années, leur haine du pays qui les invitait. La mauvaise habitude d'une folie criminelle. C'est pourquoi Cameron devrait repartir bredouille hors le champ ordinaire, reste à lui à s'arranger avec ses ouailles ou démissionner. Pour faire cesser les dérives c'est le vote nationale qui sert de juge : stop ou encore, telle est la question.
a écrit le 18/12/2015 à 14:16 :
Ce n'est pas de travail à faire dont il s'agit (sacré Juncker) mais de définir une stratégie de long terme pour la France. Il faut que l'Europe constitue un bloc indépendant des anglo-saxons, une puissance concurrente. C'est ce que voulait faire De Gaulle avec une UE limitée autour du duo France-Allemagne sans l'Angleterre et ses alliés (Pologne). Il voyait bien qu'il n'y avait pas d'autres solutions pour la France que cette forme d'indépendance ou disparaitre.
Les dirigeants français, la plupart énarques ou affairistes (le banquier Pompidou ou Sarko), ont sacrifié volontairement la France pour la mettre dans le conglomérat anglo-saxon. On le voit avec la guerre économique et idéologique contre la Russie imposée par les USA, l'UE obéit alors que c'est contre ses intérêts historiques. Ne parlons pas de Hollande, une caricature de soumis à une puissance étrangère !
Il n'y aura d'Europe indépendante que sous forme d'alliance économique et politique entre la France, l'Allemagne et la Russie. Mais il faut d'abord recréer une UE plus petite, sans les anglo-saxons à qui il faut imposer de retirer leurs troupes et créer une armée Franco-allemande puissante (donc sortir de l'OTAN, autoriser l'Allemagne à se réarmer, demander la fin de l'OTAN et une autre forme d'alliance).
Car pendant qu'on discute, l'OTAN renforce ses troupes, crée de nouvelles bases en avançant vers l'est de façon agressive, jusqu'à ce que la guerre devienne inévitable et sur le terrain européen. Pour moi, il est clair que les USA ont intérêt à casser l'Europe
Il faut être irresponsable complet pour laisser faire cela !
Réponse de le 18/12/2015 à 16:54 :
+ 1000 !!!!
a écrit le 18/12/2015 à 13:08 :
Notez, se mettre à genoux devant les Anglais, "nous" avons déjà l'habitude avec les us.
a écrit le 18/12/2015 à 12:25 :
S'ils s'en vont, les europeistes pensent que cela pourrait donner des ("mauvaises") idées à d'autres pays ! Alors, qu'ils s'en aillent si la soupe est si mauvaise. Et qu'on prenne ensuite modèle sur eux.
a écrit le 18/12/2015 à 12:07 :
chez nous c'est mieux on peut venir en France et payer ses charges sociales dans le pays d'origine et je parie que tellement on est C... c'est notre bonne vieille secu qui paye en cas de pépins
a écrit le 18/12/2015 à 12:07 :
chez nous c'est mieux on peut venir en France et payer ses charges sociales dans le pays d'origine et je parie que tellement on est C... c'est notre bonne vieille secu qui paye en cas de pépins
a écrit le 18/12/2015 à 11:39 :
En résumé, D.Cameron et l'UE sont en pleine négociation pour les futurs évolutions: Si on transpose après mai 2017 en France, ils seront en principe prêt à négocier avec M.Le Pen pour éviter le Franxit et l'écroulement de L'UE!!!
a écrit le 18/12/2015 à 11:37 :
Après 40 ans de vaines assimilation... Qu'ils partent! Ils ont plus à perde qu'à gagner. Et pour nous c'est l'inverse...
a écrit le 18/12/2015 à 10:11 :
@ BONJOUR : Et oui le sieur CAMERON n'est pas comme notre béni oui oui de président qui dit amen à tout ! HOLLANDE GO HOME. Bien obligé de lui dire de partir en anglais puisqu'en FRANCE nous ne parlons plus le français exemple tous les feuilletons français ben le fond sonore est toujours une chanson chantée en anglais !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :