Grande-Bretagne : l'UE prête à faire des concessions pour éviter un "Brexit" ?

 |   |  370  mots
Le Premier ministre britannique, David Cameron, effectue actuellement une tournée dans les pays de l'Est pour obtenir l'adhésion aux réformes qu'il souhaite au sein de l'UE.
Le Premier ministre britannique, David Cameron, effectue actuellement une tournée dans les pays de l'Est pour obtenir l'adhésion aux réformes qu'il souhaite au sein de l'UE. (Crédits : SUZANNE PLUNKETT)
Le Premier ministre David Cameron réclame la suppression des aides sociales aux ressortissants de l'UE vivant sur le sol britannique, pendant leurs quatre premières années de résidence. L'Union européenne pourrait lui donner son aval afin d'éviter un "Brexit".

Selon des sources diplomatiques européennes, l'Union Européenne pourrait donner à la Grande-Bretagne un moyen de contrôler les aides sociales pour les migrants européens après que le Premier ministre David Cameron a mis la question dans le débat sur le maintien du pays dans l'UE.

David Cameron réclame, en amont d'un référendum sur le maintien de son pays dans l'UE d'ici la fin 2017, des outils pour mieux maîtriser l'immigration des citoyens européens, ce qui aboutirait à priver ces derniers d'allocations sociales pendant leurs quatre premières années de séjour au Royaume-Uni.

"La Grande-Bretagne veut s'assurer qu'elle peut se défendre contre les abus des allocations sociales. On peut imaginer d'autres façons de le faire - ce pourrait être un (système de) frein d'urgence", a expliqué jeudi une des sources diplomatiques à l'AFP.

 Limiter l'immigration... pour éviter une sortie de l'UE

Cette clause spéciale permettrait à la Grande-Bretagne de limiter l'immigration en provenance des 27 autres Etats membres dans le cas où les services publics britanniques sont débordés ou si la sécurité sociale est victime d'abus répétés, ont précisé les sources.

Elle ferait partie d'une série de mesures proposées à Londres, vraisemblablement lors d'un sommet de dirigeants de l'UE les 18 et 19 février, afin de répondre aux revendications de David Cameron pour le maintien de son pays dans l'UE et éviter un "Brexit".

"Je pense qu'avec la crise de la zone euro et la crise des migrants, l'impact à court terme est que les gens pensent oh mon dieu, éloignez l'Europe de moi, elle m'apporte des problèmes", a déclaré jeudi David Cameron dans une interview au magazine conservateur The Spectator.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déjà fait savoir qu'il tablait sur un accord en février avec le Royaume-Uni plutôt qu'à l'occasion du sommet européen de la semaine prochaine à Bruxelles.

Le Premier ministre britannique effectue actuellement une tournée dans les pays de l'Est pour obtenir l'adhésion aux réformes qu'il souhaite au sein de l'UE. Il était la semaine dernière en Bulgarie et cette semaine en Roumanie et en Pologne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 17:32 :
Et si c' était eux qui étaient dans le vrai....Ils sont pragmatiques, prennent le meilleur ils vont
exploiter les émigrés au maximum , après tout ce n' est pas eux qui vont les chercher . Avec une main d' oeuvre à bas coup....le patronat sera satisfait et les émigrés aussi .
a écrit le 11/12/2015 à 17:25 :
L'Europe va de nouveau se coucher devant l'Anglais. L'Europe est gouvernée par des " yellowbellies ". Affligeant !
a écrit le 11/12/2015 à 17:15 :
UK est dans une situation économique à la dérive, demandant d'une manière déguisée des aides financières. Le pays va devoir vendre la moitié de ses banques, une bonne part de ses assurances, l'essentiel de ses compagnies minières et pétrolières, comme les cigarettiers ou son plus grand distributeur, une société de pharmacie, une société de téléphone ainsi que sa société d'armement et son autre de fabrication de moteurs d'avions, etc. Autant dire que la liste est longue et que le pays ne se satisfait plus de ces rentrées financières pourtant énormes qui n'arrivent pas à redresser la barre, parvenant à peine à combler les trous. UK ne peut donc pas quitter la zone européenne, seuls deux pays le peuvent encore (France et Allemagne) sous certaines contraintes. Le Brexit est donc une fumisterie puisque impossible techniquement. UK profitera certainement de la fusion euro+dollar pour se joindre au nouvel ensemble. Ce sont les égards dus à une vieille dame terrible que l'on fait à ce pays, elle va bientôt mourir mais nous ne la plaindrons pas.
Réponse de le 11/12/2015 à 18:03 :
Eux au moins ils ont encore quelques choses a vendre !!!

En France ce n'est plus le cas ... On a tout vendu , il reste encore nos monuments et on a déjà commencé à chercher des repreneurs .Mais y a pas foule !

Il ne nous reste plus qu'à vendre nos rêves ......
a écrit le 11/12/2015 à 14:14 :
C'est tout?
Il met le feu pour cela?
C'est du grand n'importe quoi
Dans ces conditions on n'applique pas la sécurité sociale à tous les anglais qui vivent en france et on verra ce qu'il en pense
a écrit le 11/12/2015 à 13:52 :
j'imagine que la réciproque est vraie?
Réponse de le 11/12/2015 à 16:34 :
C'est la vraie bonne question.

Je suis assez pour la réciprocité dans les rapports, notamment avec les profiteurs de l'Europe.
Qu'on supprime donc toute aide aux britanniques vivant en France. Et surtout, qu'on sorte la City de la finance européenne puisque c'est le cheval de Troie de Wall Street !
a écrit le 11/12/2015 à 13:26 :
Si ce petit gain lui permettra de justifier à ne pas faire son référendum..comme promis.. Une promesse d'anglais , qui est dupe?

Tout ça pour ça ?

a écrit le 11/12/2015 à 12:54 :
Cette Europe est une illusion. Chacun tire la couverture à lui. La France voulait prendre sa tête mais finalement elle est discréditée par son socialisme et elle devient la 5ème roue du carrosse. Les Anglais ont raison, les Allemands aussi qui aspirent l'industrie. Chacun trouve son compte sauf les Français qui perdent tout sauf leur morale reconnue internationalement.
a écrit le 11/12/2015 à 12:34 :
Et comme d'habitude les Anglais vont avoir le beurre, l'argent du beurre et la crémière. Je me demande en effet de plus en plus à quoi sert l'Europe s'il n'y a pas de règles communautaires valables pour tous ???
a écrit le 11/12/2015 à 12:33 :
Pourquoi faire des concessions, alors qu'ils ne sont déjà qu'en partie engagés dans l'UE ?
Si on fait des concessions aux uns, qu'on en fasse aux autres. Et les lois ou règlements ne serviront plus a rien. Soit ils adhèrent, en bloc, soit ils restent avec leur statu-quo, déjà très intéressant pour eux. Basta !
a écrit le 11/12/2015 à 11:32 :
Il est malin le David. Parce qu'il y a beaucoup d'accords qui précise qu'entres pays de l'UE, les allocations sont compensées par le pays d'appartenance ou le pays ou les travailleurs sont employés. Exemple en Allemagne, les frontaliers touchent des compléments d'allocations pour être à l'équivalent du citoyen Allemand ? La GB revient trop cher depuis des années à l'UE, qu'il reste sur leur ile.
a écrit le 11/12/2015 à 11:27 :
Marre d'une Europe à plusieurs vitesse
Marre de l'Angleterre qui veut toujours tirer la couverture à elle
Marre d'une Europe qui ne contrôle pas ses frontières
Marre d'une Europe qui mets 6 mois pour prendre une décision pour la Grèce
Marre d'une Europe qui n'a pas une défense Européenne
Marre d'une Europe qui n'est pas capable de prendre pour quoi que ce soit une décision (à part pour l'argent )
Voyez les résultats des élections régionales
Et nous êtes étonnés que le FN monte
a écrit le 11/12/2015 à 11:20 :
C'est génial car désormais, c'est la GB qui va pouvoir abuser des migrants et non l'inverse. 4 ans de cotisation sans prestations sociales, et hop retour au pays. Main d'oeuvre pas chère et sous pression.

Quel beau pays.
a écrit le 11/12/2015 à 11:11 :
Pourquoi vouloir a tout prix que la GB reste dans l europe ? de Gaulle avait raison, ils n ont rien a y faire !
Sinon si vous privez les etrangers des allocations, il faut aussi etre logique et les dispenser des cotisation les financant. En france, je suis sur que pas mal de jeunes seraient ravi d etre dispense des cotisations retraites et maladies qui subventionnent les retraités
Réponse de le 11/12/2015 à 11:23 :
S'il obtient ce qu'il réclame, son bras de fer aura réussi, mais il parait que les gens chez lui le trouvent timoré, c'est pas assez ambitieux comme exigences. Pas sûr que le référendum ne dise pas "bye bye" quand même.
Garder un passager clandestin, c'est pour ne pas "polluer" la réputation de l'Europe unie ? Avec des droits de douane et la finance qui quitterait la City, le contexte changerait un peu. Si les menaces fonctionnent, après tout.....
On pourrait remplir d'eau le tunnel sous la Manche. :-) On a bien rendu le Mt St Michel une île.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :