Catalogne : les indépendantistes font-ils un "coup d'Etat" ?

Les partisans de l'unité espagnole crient au "coup d'Etat" contre le processus lancé par la majorité parlementaire indépendantiste en Catalogne. Cette stratégie est-elle justifiée et est-elle la bonne ?
Des drapeaux indépendantistes catalans au balcon d'immeubles barcelonais. Les unionistes voient dans le processus indépendantiste un coup d'Etat ?
Des drapeaux indépendantistes catalans au balcon d'immeubles barcelonais. Les unionistes voient dans le processus indépendantiste un "coup d'Etat" ? (Crédits : Reuters)

La crise indépendantiste catalane entrera dans les prochains jours dans une phase aiguë. Les trois partis unionistes au parlement catalan (PSC socialiste, PP conservateur et Ciudadanos) ont décidé de recourir au Tribunal Constitutionnel (TC) contre la résolution indépendantiste engageant un processus de « déconnexion » de la Catalogne à l'Etat espagnol. Cette décision pourrait engager les partis souverainistes à entrer dans une « désobéissance » face à Madrid que cette résolution revendique.

Ce qui s'engage en Catalogne désormais est un combat entre deux formes de légitimités. La première est celle des partis indépendantistes catalans qui revendique une légitimité démocratique à appliquer leur programme de « déconnexion » puisqu'ils disposent d'une majorité parlementaire. En face, les partis unionistes s'appuient sur la légitimité constitutionnelle et sur l'illégalité du processus indépendantiste. Ils répondent donc aux votes de la majorité parlementaire catalane par des procédures judiciaires, en attendant d'avoir recours aux moyens d'exécution des décisions des tribunaux espagnols, comme l'application de l'article 155 de la Constitution qui permet de suspendre l'autonomie catalane.

Les arguments des unionistes contre le « coup d'Etat catalan »

Dans cette lutte, l'idée des partis unionistes est de présenter les Catalans comme des « rebelles » et des « hors-la-loi. » Plusieurs politiques espagnols, notamment à droite, ont ainsi énoncé que la déclaration indépendantiste représentait un « coup d'Etat » en ce qu'elle brisait l'ordre constitutionnel espagnol. D'autant que les unionistes ne cessent de pointer le manque de légitimité de la majorité parlementaire indépendantiste. Les deux listes favorables à la sécession, Junts Pel Sí, qui regroupait le centre-droit, la gauche républicaine et les associations indépendantistes, et la CUP, parti sécessionniste de gauche radicale, ont en effet obtenu 47,8 % des voix. Il manque donc 80.000 voix aux partisans de l'indépendance pour être majoritaires. Or, puisque le président de la Generalitat (le gouvernement catalan), Artur Mas, avait proclamé que les élections régionales du 27 septembre étaient « plébiscitaires » autour de la question de l'indépendance, les listes indépendantistes, fussent-elles majoritaires en sièges, n'auraient pas de mandat suffisant pour briser la légalité espagnole. On serait donc bien en présence d'un « coup d'Etat. »

Une criminalisation de l'indépendantisme après-coup

Ces arguments ont cependant des points faibles. Le premier est que la lutte judiciaire contre un programme défendue par une majorité parlementaire qui tente de l'appliquer revient concrètement à criminaliser les idées indépendantistes. L'indépendantisme serait certes toujours une opinion permise, à condition qu'elle ne soit pas appliquée. Si ces idées deviennent majoritaires dans une assemblée parlementaire, cette idée devient immédiatement illégale. C'est bien, du reste, le but des partis unionistes qui cherchent ainsi à montrer le caractère « impossible » de l'indépendantisme afin de disqualifier le sécessionnisme dans les prochaines élections. L'ennui, c'est qu'il pourrait aussi disqualifier aussi bien l'unionisme dans sa volonté de contourner le choix démocratique catalan. Le compliment du « coup d'Etat » pourrait donc être retourné contre les unionistes, ce qui prouve l'impasse de cette stratégie.

L'échec de la stratégie judiciaire

Cette « judiciarisation » de la question catalane est menée depuis 2010 par le gouvernement espagnol qui a notamment fait interdire le référendum du 9 novembre 2014. Or, cette stratégie n'a pas réellement porté ses fruits. Malgré l'interdiction de ce référendum, les partis indépendantistes ont obtenu le 27 septembre 95.595 voix de plus que le oui à un Etat indépendant le 9 novembre. Cette stratégie n'est donc guère fonctionnelle sur le plan politique. Elle renforce en réalité l'idée que l'Etat espagnol continue à refuser d'entendre le message et la volonté des Catalans. Elle alimente le sentiment de mépris de l'Espagne envers le « peuple catalan » qui, en retour, est évidemment une chance pour les indépendantistes.

La majorité parlementaire est suffisante pour agir

Quant à l'absence de majorité en voix pour les indépendantistes, l'argument n'est pas davantage recevable. D'abord, parce que les unionistes n'ont pas reconnu le caractère plébiscitaire des élections du 27 septembre. Il est donc étrange de les voir utiliser aujourd'hui cet argument. Ensuite, parce qu'une majorité parlementaire qui dispose de la majorité des sièges est légitime en démocratie pour appliquer son programme. Les gouvernements qui disposent d'une majorité des sièges sans majorité des voix sont légion en Europe et ne font l'objet d'aucune contestation de légitimité. Mieux même, le président portugais essaie actuellement d'imposer un gouvernement minoritaire en voix et en sièges. Du reste, là aussi, l'argument peut se retourner contre les partis unionistes. Car si les indépendantistes n'ont pas eu la majorité des voix, les trois partis unionistes n'ont, le 27 septembre, que cumuler 39,17 % des voix, soit moins que la seule liste Junts Pel Sí (39,55 %). Le fait que ces trois listes clairement minoritaires tentent d'empêcher le fonctionnement du parlement catalan et de criminaliser ses décisions pourrait aussi relever du « coup d'Etat. »

Un résultat du 27 septembre peu clair

Mais surtout, si ces élections étaient plébiscitaires, c'était précisément parce que l'Etat espagnol avait fait interdire le référendum sur l'indépendance par le TC. C'était donc la « moins mauvaise des solutions » pour donner la parole aux électeurs, mais c'était une solution imparfaite en ce sens que la réponse issue de ces élections ne pouvait pas être claire pour deux raisons. La première est que, dans ce type de scrutin, des sujets non liés à l'indépendantisme pouvaient jouer dans le choix des électeurs pour un parti. Un indépendantiste pouvait ainsi, par exemple, choisir de voter pour un parti de gauche non indépendantiste pour ne pas cautionner la politique d'austérité d'Artur Mas, mais qui sait ce qu'il aurait voté dans le cadre d'un référendum ? Or, l'écart avec la majorité absolue est si faible que l'on ne peut exclure ici une « déviation. » Le deuxième élément est que plusieurs partis refusaient de se prononcer sur l'indépendance en tant que telle ou étaient favorables à une consultation légale. C'est le cas de l'alliance de gauche et des chrétiens-démocrates qui ont obtenu ensemble plus de 11 % des voix. Là encore, sur ces 11 %, combien d'électeurs auraient voté oui à un référendum sur l'indépendance ou se serait abstenus ? Impossible à dire. Impossible donc d'affirmer que l'ensemble de ceux qui n'ont pas voté contre les listes indépendantistes ont voté contre l'indépendance.

Refus espagnol du référendum

Du coup, la majorité parlementaire catalane peut prétendre avoir le droit d'appliquer son programme de déconnexion. D'autant que la désobéissance vis-à-vis de Madrid et du TC n'a qu'un but : pouvoir organiser un référendum légal en Catalogne sur l'indépendance malgré son illégalité en Catalogne. Un référendum qui ne peut être que le seul acte capable de justifier une indépendance, ou de l'enterrer. La détermination des unionistes à refuser ce référendum est donc assez suspecte. Là encore, elle souligne le refus d'écouter la volonté des Catalans et, surtout, ce qui est assez grave, elle souligne aussi le refus des partisans de l'union de défendre cette unité espagnole dans le cadre d'un processus démocratique clair, alors qu'il existe évidemment d'excellents arguments en faveur du maintien de la Catalogne en Espagne.

Il est frappant de constater que les grands partis espagnols refusent cette option référendaire qui a pourtant permis, au Royaume-Uni et au Canada, de défaire les mouvements indépendantistes québécois et écossais. Le refus d'un processus démocratique sur la question catalane, ne peut amener qu'à creuser encore le fossé entre la Catalogne et l'Espagne et, en Catalogne, entre les Catalans. C'est une stratégie très dangereuse pour l'avenir même de l'Espagne qui pourrait être identifiée par un nombre croissant de Catalans comme une « prison » et favoriser encore la radicalisation du mouvement indépendantiste.

La responsabilité de la communauté internationale

De ce point de vue, la responsabilité de deux acteurs semble lourde. Le premier est le PSOE, le parti socialiste espagnol qui s'est rallié à la position des deux partis de droite unionistes, le PP et Ciudadanos. En refusant le principe d'un référendum d'autodétermination, comme le reste de la gauche espagnole, le PSOE justifie la position du « coup d'Etat » catalan. Il contribue donc à rendre la situation plus difficile.

La deuxième responsabilité est celle de l'Europe et du reste du monde qui soutient la position unioniste en espérant que les indépendantistes abandonneront leurs projets, faute de soutiens extérieurs. Même le secrétaire générale de l'ONU, Ban Ki-Moon, a récemment refusé le droit à l'autodétermination des Catalans, suivant ainsi les pas de l'UE et de la plupart des grands pays. Mais là encore, cette manœuvre semble vouée à l'échec face à la légitimité démocratique des partis indépendantistes.

D'autant qu'elle est juridiquement faible : Ban Ki-Moon affirme que la Catalogne ne fait pas partie des « territoires reconnus par les autorités comme « non-autonomes. » Mais c'était le cas aussi de l'Ecosse, du Québec et du Monténégro, qui étaient des régions d'un Etat membre de l'ONU et où se sont déroulés des référendums d'autodétermination. Et, dans le cas monténégrin, malgré un référendum contesté par certains, l'ONU a reconnu le nouvel Etat sans difficulté. Bref, tout ceci semble d'abord des manœuvres d'intimidation qui, in fine, sont contre-productives. Alors que la stratégie judiciaire de criminalisation de l'indépendantisme catalan semble donc une impasse, l'attitude de la communauté internationale de « coller » à cette stratégie, relève de l'inconscience.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 12/11/2015 à 14:11
Signaler
Eh voilà l'ami Romaric Godin qui ressurgit ! Après ses fâcheuses déclarations sur la Grèce, le voici qui nous explique à sa sauce ce qui se joue au fond en Catalogne, en de longues phrases bien souvent ténébreuses. Mais pourtant, si l'on prend du rec...

le 13/11/2015 à 21:17
Signaler
"Solidarité nationale"... et si la nation était strictement catalane ?

le 13/11/2015 à 21:18
Signaler
Votre exemple américain est absolument mal venu...

à écrit le 09/11/2015 à 10:28
Signaler
La manipulation des arguments des nationalistes espagnols est proportionnelle à leur manque de respect historique envers la diversité des nations qui conforment l'Espagne. Le temps de retenir un peuple par la force et contre la volonté démocratique d...

le 09/11/2015 à 18:02
Signaler
Ce qui se passe en Catalogne risque effectivement de devenir un exemple : pour le Pays Basque, puis pour les Iles Baléares, puis pour Valence et pourquoi pas pour la Galice. Chacun des micro états aura sa langue qu'il sera seul à parler. Le "Castilla...

à écrit le 09/11/2015 à 8:42
Signaler
La longueur des commentaires des nationalistes catalans, est inversement proportionnelle à la pertinence de leurs arguments. Le fait qu'ils ne soient pas majoritaires ne les empêche pas de considérer qu'ils parlent au nom de TOUT leur peuple, ja...

à écrit le 08/11/2015 à 20:29
Signaler
Si la Catalogne devient indépendante, les habitants actuels qui ne parlent pas le Catalan seront progressivement évincés des administrations. On rendra le Catalan unique langue obligatoire dans les services publics, qui donc ne pourront pas embaucher...

le 08/11/2015 à 23:02
Signaler
Oui, on va supprimer l'espagnol de nos cerveaux de que la Catalogne sera indépendante. Mais ça va pas non? Ouvrez les yeux!! Le catalan c'est une langue et ne pas un dialecte

à écrit le 08/11/2015 à 18:37
Signaler
Le mandat démocratique indépendance est clair. Espagne ne permettra pas un référendum contraignant parce qu'il est leur façon de boycotter la volonté catalane. La loi espagnole sera toujours opposée. L'indépendance ne reculera pas et est grave, il ...

à écrit le 07/11/2015 à 23:07
Signaler
Enfin une analyse lucide de la situation en Catalogne.

à écrit le 07/11/2015 à 21:39
Signaler
Cher Mr. Godin, Vous avez tort et je vais essayer de vous expliquer en quoi vous vous trompez. Ma langue maternelle n'est pas la française; excusez-moi donc si je suis un peu maladroite dans l'expression. Vous parlez d'un 11% qui ne peux pas ...

le 08/11/2015 à 4:46
Signaler
Chère madame, Je suis catalan comme vous et, si vous me permettez, je vais corriger chacune de vos réflexions. 1) Vous ne pouvez pas sommer le 11% (de CSQEP et UDC principalement) au 39% des voix pour les partis unionistes, pour plusieurs r...

le 08/11/2015 à 5:52
Signaler
“Catalane”, mes commentaires à vos points: 1. JxS et cup ne sont pas en train de faire “un coup d'état”. Avec majorité de sièges obtenues en élections démocratiques, ils vont appliquer leur programme électoral (qui était très clair), comme le font...

le 08/11/2015 à 10:40
Signaler
Artur, vous basez votre argumentation sur des choses que je n'ai pas dites, et en plus vous vous permettez de faire pas mal de suppositions sans fondement. Cessez d'utiliser la première personne du pluriel. 48% des catalans sont 48% des catalans et n...

le 08/11/2015 à 17:43
Signaler
Chère Catalane, 1) Ne dites pas s.v.p. que j'avance des opinions personnelles à la 1ère personne du pluriel. Je ne fais pas ça, ou alors seulement quand il y a des données à l'appui. 2) Vous refusez de comprendre, vous n'assumez pas qu'à l'issu...

le 08/11/2015 à 18:17
Signaler
Sur la DUI, j'ai déjà essayé d’expliquer que c'est pas ça c'est qu'on va faire le lundi. Le problème que j’ai c’est pas spécifiquement avec catalans, ou avec espagnols, ou avec chinois. Le problème que j’ai c’est avec les personnes qui sont en contre...

à écrit le 07/11/2015 à 13:15
Signaler
It is not true that "le reste de la gauche espagnole" refuses "le principe d'un référendum d'autodétermination". Podemos, Izquierda Unida and the workers unions defend the holding of a self-determination referendum in Catalonia. Be careful with such ...

à écrit le 05/11/2015 à 13:36
Signaler
Il faut dire que la situation est pire qu'un conflit territorial. L'Espagne n'est pas un état de droit dans les faits, et encore moins une démocratie. C'est ce qui devrait compter si l'on veut porter jugement et donner raison à l'un ou à l'autre. C'e...

le 07/11/2015 à 23:37
Signaler
Pas d'opression, la Constitution Espagnole, votée par les represententes des catalans, votée par pluspart des catalans, dit que la soberanie reside en tous les espagnoles. C'est Arthur Mas qui prive de son droit au reste des espagnols. Moi regret...

à écrit le 05/11/2015 à 10:38
Signaler
A l'heure où les européens tentent d'effacer progressivement leurs frontières, voilà quelques passéistes qui veulent en ériger une nouvelle pour créer un nouveau clivage. A l'heure où les échanges internationaux nécessitent de parler des langues comm...

le 07/11/2015 à 14:06
Signaler
Pour quoi n'effasez vos frontières en Espagne et/ou la France? Êtes-vous un passéiste? Ou un nationaliste?

le 07/11/2015 à 15:04
Signaler
Cher ami, notre langue est aussi en passe de devenir un patois. Êtes-vous disposé à ne plus parler le français mais l'anglais qui est devenue la langue internationale en Europe? Nationalisme et stupidité font bon ménage c'est vrai. Pourquoi ne pas ...

le 07/11/2015 à 18:14
Signaler
Réponse aux questions de Jordi et de Bayle: Oui, je suis prêt à effacer la frontière entre la France et l'Espagne et oui, je suis prêt à rendre l'anglais obligatoire pour tous ce qui ferai disparaître le Français à terme. Comme les Français ne sont ...

à écrit le 04/11/2015 à 20:10
Signaler
Les indépendantistes sont minoritaires en voix et en Catalogne. Alors ils essaient le tout pour le tout. Madrid aurait clarifié la situation, mais en prenant un risque, en organisant un référendum sur l'indépendance comme en Écosse. Le NON l'aurait p...

le 04/11/2015 à 22:26
Signaler
La Catalogne, même indépendante, aurait beaucoup à perdre à ne pas conserver l'€. Et d'ailleurs le choix de l'attitude vis-à-vis de l'UE serait certainement le premier coin entre les partis de l'improbable majorité (minoritaire en voix) indépendanti...

le 04/11/2015 à 22:31
Signaler
Ceci étant, le risque du référendum vaut peut-être le coup d'être pris si ça peut tirer définitivement la chasse sur les menées indépendantistes. En rappelant notamment aux catalans par exemple qu'une part importante de la conséquente dette souverain...

le 06/11/2015 à 9:25
Signaler
"Les indépendantistes sont minoritaires en voix et en Catalogne" 48% pour l'indépendance, 39% contre. Le reste a voté des partis qui ne se prononçaient ni pour, ni contre. Pour en finir avec ces discussions, une seule spolution: le référendum.

le 07/11/2015 à 14:08
Signaler
Ailleurs du fait que les indépendentistes sont majoritaires en Catalogne (voir "Réponse de Jerry"), on veut pas un monnaie propre, on veut continuer dans l'euro. Vous réellement pensez que la seule consequence que la France soit un état independant ...

à écrit le 04/11/2015 à 19:26
Signaler
Dans ce texte, qui ancore une fois reprends sans nuance les propos des nationalistes, ce qui relève de l'inconscience ma parait être l'argumentation. Si des partis de gauche comme "podemos"on pu bénéficier de voix indépendantistes, combien d'électe...

le 04/11/2015 à 20:15
Signaler
Oui la Catalogne n'a jamais été conquise. En tant que province du royaume d'Aragon, elle s'est unie à l'Espagne lors de la fusion des couronnes de Castille, Navarre et d'Aragon. Et ce que vous dites est très juste. L'Espagne est tellement décentral...

le 05/11/2015 à 16:27
Signaler
Très juste, Toni, votre exposé est parfaitement exact. J'ajouterais que si l'Europe (c'est à dire l'U.E) soutenait ouvertement les indépendantistes elle sortirait de son mandat, car c'est une question régalienne, comme la défense par exemple. Tout le...

le 08/11/2015 à 14:03
Signaler
Pour ce qui parlent de l’Histoire… La Catalogne, tout comme le Royaume de Valence et les Iles Baléares, faisaient partie de la Couronne d'Aragon, la première confédération ayant existé en Europe. Chaque territoire (pas de provinces, mais des Royau...

à écrit le 04/11/2015 à 18:34
Signaler
Devenir indépendant est un long combat qui demande des leaders, des soutiens économiques et politiques. Les plus célèbres de ces combats sont bien entendu l'Inde/Pakistan, les États-Unis, l'Algérie, une partie de l'Irlande (et j'en oublie). La Catalo...

à écrit le 04/11/2015 à 18:34
Signaler
Xavier Marc tes espagnol ? Moi oui l Espagne est indivisible ?

à écrit le 04/11/2015 à 17:37
Signaler
La liberté ne s'octroie pas, elle se prend. Quand les états-unis ont fait sécession de l'empire britannique, là aussi c'était illégal. La non-reconnaissance d'un futur état n'est pas un critère objectif pour ne pas déclarer son indépendance car le ...

le 06/11/2015 à 22:50
Signaler
"Quand les états-unis ont fait sécession de l'empire britannique () c'était illégal". D'accord, mais quand les sudistes ont voulu à leur tour faire sécession, les Nordistes les ont mis au pas. Les Etats Unis ne sont pas un bon exemple.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.