Catalogne : Puigdemont et la présidente du Parlement convoqués pour être inculpés

 |   |  271  mots
Alors que le président destitué de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont vient de s'exprimer devant la presse depuis Bruxelles, la présidente du Parlement catalan, également destituée, Carme Forcadell, est convoquée devant la Cour suprême. (Photo : les deux personnalités, le 15 octobre 2017, à Barcelone)
Alors que le président destitué de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont vient de s'exprimer devant la presse depuis Bruxelles, la présidente du Parlement catalan, également destituée, Carme Forcadell, est convoquée devant la Cour suprême. (Photo : les deux personnalités, le 15 octobre 2017, à Barcelone) (Crédits : Reuters)
Le procureur général de l'Etat réclame l'inculpation de Carme Forcadell et des cinq autres membres du bureau des présidents du Parlement catalan pour rébellion (passible de 15 à 30 ans de prison), sédition (15 ans maximum) et malversations. Le parquet général a également demandé l'inculpation du président de la Généralité.

La présidente destituée du Parlement catalan, Carme Forcadell, va être prochainement convoquée devant la Cour suprême en vue de son inculpation après la déclaration d'indépendance de la région espagnole, a annoncé mardi à l'AFP une source judiciaire.

Un magistrat de la haute cour a convoqué Carme Forcadell et les cinq autres membres du bureau des présidents du Parlement catalan, a indiqué cette source. Ils seront entendus les jeudi 2 et vendredi 3 novembre, accompagnés de leurs avocats, a-t-elle précisé.

La Cour répond à la demande présentée lundi par le procureur général de l'Etat, José Manuel Maza, qui réclame l'inculpation de ces six responsables pour rébellion, sédition et malversations.

Lors de la convocation, le juge Llarena Conde devra leur préciser les chefs d'inculpation définitifs. Le délit de rébellion est passible en Espagne de 15 à 30 ans de prison, et celui de sédition d'un maximum de 15 ans.

Rébellion, sédition... Puigdemont encourt aussi jusqu'à 30 ans de prison

Le parquet général de l'Etat a par ailleurs demandé l'inculpation, pour les mêmes faits, du président catalan destitué Carles Puigdemont. L'Audience nationale, tribunal spécialisé dans les affaires complexes, n'a pas encore annoncé si elle acceptait cette requête pour laquelle elle est compétente selon le parquet.

La majorité indépendantiste du parlement catalan a voté vendredi une déclaration d'indépendance de sa région, immédiatement mise sous tutelle par Madrid, qui a destitué son exécutif, dissout le parlement et convoqué des élections régionales pour le 21 décembre.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2017 à 5:54 :
Pas courageux le catalan !! Alors que l'on allez voir ce que l'on allez voir ; il prend la fuite , avec son magot laissant au petit peuple à payer les dégâts de l'illuminé !! pour ceux qui ne seraient pas au courant , Constitutionnellement la Catalogne est partie intégrante de l'Espagne !! et en suivant certains avis , Le FLB va nous mettre Le Drian roi de Bretagne et Talamoni empereur de la Corse !!
a écrit le 01/11/2017 à 19:16 :
Mr Puigdemont représente le peuple Catalan par les urnes et n'a pas été démis de ses fonctions par le vote populaire . Alors ce pose la question qu'est-ce qui est légitime dans ce que l'on vient de vivre . il s'agit d'un peuple qui décide lui même de son sort dont son histoire est ignorée de pas mal de gens semble-t-il !
a écrit le 01/11/2017 à 11:59 :
J ai vécu le franquisme je peux ont parlé et le peticon de catalans ils a de clochers mai moire de la gère civile ? Puigdemont un asassin
Réponse de le 01/11/2017 à 14:00 :
Les contributions sont ouvert à tous et merci d'essayer l'expression en Français, mais je vous en pris, utilisez votre langue natal dans un traducteur en ligne ! Le résultat serait lisible au moins.
En 2017, ça marche très bien.
a écrit le 01/11/2017 à 8:53 :
Si Puigdemont veut vraiment l'indépendance il devrait rentrer en Catalone et se laisser arrêter le symbole du leader martyr de la cause serait bon pour la cause!
Réponse de le 01/11/2017 à 14:02 :
N'est pas Nelson MANDELA qui veut apparemment...
a écrit le 31/10/2017 à 18:19 :
Mr Puygdemont est un illuminé qui précipite les gens dans le malheur. Cette indépendance est une pure faribole: pas d'ennemi à combattre, pas d'oppression à vaincre. Et pas de projet crédible, à part faire flotter un drapeau. Allez en taule pour 30 ans, ça le fera réfléchir
Réponse de le 31/10/2017 à 19:17 :
Franco, sort de ce corps !
Réponse de le 31/10/2017 à 19:35 :
Ok âpre avoir fichu le bordel à Barcelone un mandat d arrêt vite l Espagne c est une démocratie cet pas erdogan j ? Junker n as riant à voir dans les affaire de lois Espagnole !!
Réponse de le 31/10/2017 à 19:53 :
@papi mougeon: de quel droit peux-tu decider ce qui est bon ou mauvais pour les autres ?
Réponse de le 01/11/2017 à 1:00 :
Voilà encore Patrickb distribuant de mauvais point à ceux qui pose le problème comme il doit être.
Mais à quoi diable servirait cette indépendance, à part mettre en danger d'explosion toute les Nations d'Europe, voilà une question "des autres" qui me concerne drôlement !

PS: il était à Bruxelles prendre ses ordres ???
Réponse de le 01/11/2017 à 3:53 :
@gaston: à chacun ses problèmes et ce n'est pas aux Catalans à régler les tiens. Je ne sais pas pourquoi il était à Bruxelles et franchement, ce n'est pas non plus mon ou ton problème :-)
Réponse de le 01/11/2017 à 14:12 :
Le vide sidéral de vos commentaires ne concerne que vous,
arrêtez d'appeler pas les autres à une sorte de lobotomisation SVP.

Ce qui ce passe en Catalogne concerne l'Europe entière, car l'issue aura des répercussions sur nous tous, sur nos Nations constitué au fils de siècles après mainte souffrance et guerre (enfin stabilisé depuis 1945, à l'exception de la Yougoslavie).
Ou démontrez moi le contraire pour une fois.
a écrit le 31/10/2017 à 17:11 :
P.S.: A traiter les rebelles comme des chiens cela ne peut que faire douter les citoyens sur nos institutions: "Près de 49% des Catalans favorables à l'indépendance" http://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1D024T/pres-de-49-des-catalans-favorables-a-l-independance.html

Les catalans vont donc certainement revoter pour des indépendantistes et ensuite que va faire le pouvoir espagnol soutenu par l'UE, mettre tout le monde en prison ?

"Il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités européens" Juncker

EN effet plus on la cherche la démocratie en UE et moins on en trouve.
Réponse de le 31/10/2017 à 17:34 :
Vous n'expliquez en rien selon vous ce que Puigdemont fait à Bruxelles.
Demander de l'aide à Juncker ?
Pourtant c'est exactement ce qu'il fait en demandant à l'EU de s'en mêler (s'en mêler pour rester dans l'EU bien sure), ça contredit toute vos fumisteries.

PS, ne confondez pas 49% avec 51%, tout de même !
Réponse de le 01/11/2017 à 7:41 :
Qu'est ce qui a bien pu et peut encore donner le sentiment à d'anciennes provinces qu'elles peuvent tenter avec succès l'aventure de la création d'un Etat indépendant ?
Et pour que cela puisse arriver, encore faudrait il que ce soit une écrasante majorité des peuples concernés qui le demandent et non pas une courte et misérable majorité de 51 %, encore moins 90 % de 43% de la population catalane.

Il n'y a pas à chercher bien loin. Regardons vers Bruxelles !

Comment, entre tous les autres lieux qui pouvaient et voulaient accueillir le catalan Carles Puigdemont ce dernier a t'il pu choisir Bruxelles s'il n'avait pas eu l'espoir d'y trouver une protection, une reconnaissance et une légitimité de république indépendante.

Ne serait ce pas tout simplement dû à l'actuelle construction européenne ultra technocratique et libérale où tous les lobbys et groupes de pressions ont fait leur loi sur tout un sous-continent ?

Au lieu de respecter l'intégrité de la souveraineté des Etats Nations lentement constitués dans la douleur par de longues et sanglantes convulsions de l'Histoire, les technocrates de l'U.E. ont préféré donner la parole aux régions au détriment des pouvoirs centraux et imposer parfois des règles que ces centres historiques nationaux ne voulaient pas instaurer ?
N'ont il pas usé pour cela de démarchage et de marketing propre à convaincre quelques responsables politiques très passagers sans écarter l'hypothèse de corruption ?

A vouloir s'ingérer dans les affaires intérieures et se mêler d'intendance qui ne regardaient que les Autorités souveraines de chaque Etat, la Commission de l'UE que je nomme de façon goguenarde Julius Caïus Bruxellus a enlevé de la sacralisation au pouvoir de ces souverainetés et les a exposé à toutes sortes d'outrances revendicatives.

C'est tout à fait symptomatique lorsque l'on remarque que le président de la communauté catalane s'est retourné directement vers Bruxelles. Plus symptomatique encore est la faculté qu'il lui est laissée de s'y adresser aux indépendantistes catalans. Il y a vraiment de quoi se poser des questions sur Julius Caïus Bruxellus.

Cela donne toute l'idée d'une perspective que certains nomment euro-régions.

Je ne peux m'empêcher de penser que ce devait et doit être encore le rêve secret des fédéralistes qui voudraient une Europe de régions totalement inféodée à un pouvoir unique européen incarnant une seule nation. Cette entreprise a été débutée il y a longtemps par Jean Monet qui voulait la disparition des souverainetés nationales de chaque Etat membre au profit de celle d'une fédération. Il avait tout simplement oublié qu'à travers l'histoire tous les empires ont fait faillite et se sont disloqués, les plus sanglants ayant été ceux du III° Reich et de l'URSS après ceux de Guillaume II et de Napoléon Bonaparte... sans aller chercher dans l'antiquité.

Nous en revenons toujours aux mêmes visées et dangers souvent dénoncés où les peuples ne sont même pas directement consultés par référendum puisque ceux qui œuvrent dans cette direction refusent de leur poser clairement la question et de leur donner voix au chapitre.
Réponse de le 01/11/2017 à 10:03 :
Ici deux commentaires pour encore une fois accuser l'UE de tous les maux, un pour dire que l'UE favorise les indépendantistes, l'autre pour dire que l'UE est du côté du pouvoir central. Chez certains la haine de l'UE amène à un discours toujours manichéen et sans nuance.
Réponse de le 01/11/2017 à 17:17 :
"Vous n'expliquez en rien selon vous ce que Puigdemont fait à Bruxelles."

Ce n'était pas mon but.

"ne confondez pas 49% avec 51%, tout de même ! "

les anti indépendantistes font moins que 49%, ce serait bien que vous lisiez l'article avant de le commenter.

"Qu'est ce qui a bien pu et peut encore donner le sentiment à d'anciennes provinces qu'elles peuvent tenter avec succès l'aventure de la création d'un Etat indépendant ? "

je viens justement de lire un article du monde diplo sur cette question précise, merci de me permettre ainsi de le proposer en lien: "La crise catalane est née à Madrid"

"Chez certains la haine de l'UE amène à un discours toujours manichéen et sans nuance. "

La haine est toujours mauvaise conseillère, regardez par exemple votre haine de la démocratie vous fait pondre une série de commentaires d'une médiocrité affligeante depuis que je tombe sur vos commentaires.
Réponse de le 01/11/2017 à 17:18 :
@ l'alternative des minorités: En ce qui concerne l'europe régionaliste dont vous parlez, oui pourquoi pas cela pourrait permettre aux institutions de l'UE de mettre au pas les pays qui sont moins obéissants que la france et l'allemagne par exemple, maintenant je ne vois pas l'intérêt en Espagne sachant que Rajoy est quand même un élève modèle du dogme néolibéral.
a écrit le 31/10/2017 à 16:42 :
Où quand la justice est trop proche des intérêts du pouvoir, c'est honteux.
a écrit le 31/10/2017 à 16:36 :
@ BONJOUR / ET OUI LE SIEUR MACHIN SE SAUVE EN BELGIQUE pour se mettre à l'abris... COURAGE FYONS .....
a écrit le 31/10/2017 à 16:01 :
On ne dit pas être Politicien, mais "Responsable" Politique.
Car on est effectivement, en Espagne comme partout, responsable de SES Actes.
Enfin on verra dans laquelle des deux catégories Puigdemont se place, à moins que ce soit la nouvelle catégorie, celle des Politiciens Victime... de leurs propres actes.

Et dire qu'il appelait les Catalans à défendre l'Indépendance, puis le jour de sa fuite, leur souhaitant "une bonne Journée" sur twitter, quel cynisme !
Réponse de le 31/10/2017 à 18:14 :
Puigdemont ...la gaffe .
Merci Franquin et gaston belgicains eux aussi .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :