Catalogne : Puigdemont "respectera les résultats des élections de décembre"

Le président destitué de la Généralité de Catalogne s'est exprimé, ce mardi 31 octobre depuis Bruxelles. Il n'a pas demandé l'asile et a assuré qu'il respecterait les résultats des élections anticipées du 21 décembre.

1 mn

Carles Puigdemont a souligné qu'il ne cherchait pas à se soustraire à la justice et qu'il s'était rendu à Bruxelles pour placer la question catalane au cœur de l'Union européenne.
Carles Puigdemont a souligné qu'il ne cherchait pas à se soustraire à la justice et qu'il s'était rendu à Bruxelles pour placer la question catalane "au cœur de l'Union européenne". (Crédits : REUTERS/Yves Herman.)

Carles Puigdemont a annoncé mardi qu'il relevait le "défi démocratique" des élections régionales anticipées qui auront lieu le 21 décembre en Catalogne et a ajouté qu'il ne demandait pas l'asile politique à Bruxelles.

"Nous respecterons les résultats des élections de décembre", a dit le président destitué de la Généralité de Catalogne lors d'une conférence de presse à Bruxelles, où il est arrivé la veille.

Objet d'une demande de poursuites judiciaires pour sédition, rébellion et malversation réclamé par le procureur général d'Espagne, Carles Puigdemont a souligné qu'il ne cherchait pas à se soustraire à la justice et qu'il s'était rendu à Bruxelles pour placer la question catalane "au cœur de l'Union européenne".

La déclaration d'indépendance annulée par Madrid

Prié de dire combien de temps il resterait dans la capitale belge, il a répondu qu'il retournerait en Catalogne lorsqu'il aurait des "garanties" d'un "traitement juste, indépendant".

Puigdemont s'exprimait lors d'une conférence de presse au siège bruxellois de l'Alliance libre européenne, qui regroupe une quarantaine de partis régionalistes européens dont les nationalistes flamands de la N-VA. Le Catalan est arrivé lundi à Bruxelles en compagnie de cinq autres dirigeants.

Cette déclaration intervient alors que le tribunal constitutionnel d'Espagne a annulé mardi la déclaration unilatérale d'indépendance votée par le Parlement de Catalogne vendredi dernier. Le gouvernement de Madrid, a, en effet, décidé de dissoudre le Parlement de Catalogne et de placer la région sous tutelle, en attendant de nouvelles élections régionales prévues le 21 décembre.

(avec agences)

1 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 01/11/2017 à 14:51
Signaler
Encore un politicien qui est prêt à tout pour sauver sa carrière. Il est plus fort pour la publicité que pour le courage politique. Pas sûr que les Catalans apprécient. Tout ça pour en arriver là. L'indépendance de quoi, le savent-t-ils vraiment?...

à écrit le 01/11/2017 à 14:09
Signaler
Un fondement de la politique : le choix entre liberté et soumission ; l’un responsabilise, l’autre déresponsabilise. L’animal domestiqué fait là où on lui dit de faire, mais sa gamelle est pleine ; l’animal libre doit l’a remplir lui-même. Avantages/...

à écrit le 01/11/2017 à 11:52
Signaler
Madrid s'est pris au piège vis à vis de la terre entière , car maintenant ces élections seront contrôlées internationalement et non la (ratambouille) auquel ils préparaient le peuple Catalan .

à écrit le 01/11/2017 à 10:32
Signaler
Bonne idée ces élections. Les électeurs vont pouvoir comparer les programmes des camps respectifs. Et décider ou laisser les autres décider pour eux. Respecter le résultat des élections, la base de la démocratie.

à écrit le 01/11/2017 à 9:34
Signaler
Vous vous demandez pourquoi Puigdemont va à Bruxelles ? Il va aux ordres, pour savoir quelle conduite il doit tenir dans le futur pour recadrer la stratégie de régionalisation de l’Espagne. L’action de référendum, n’a pas marché comme espéré, on va s...

à écrit le 01/11/2017 à 7:23
Signaler
Qu'est ce qui a bien pu et peut encore donner le sentiment à d'anciennes provinces qu'elles peuvent tenter avec succès l'aventure de la création d'un Etat indépendant ? Il n'y a pas à chercher bien loin. Regardons vers Bruxelles ! Comment, ent...

le 01/11/2017 à 8:53
Signaler
Bien d'accord avec vous sur Bruxelles et ses idéologues ultra-libéraux : ce sont eux les vrais responsables du Brexit, et ils ne s'en rendent vraisemblablement même pas compte. Un peu moins d'accord avec vous sur le fédéralisme : a) ça peut marcher,...

le 01/11/2017 à 14:17
Signaler
Du délire. La vérité est bien plus simple, Puigdemont et les indépendantistes ont peu de chance de remporter les elections si ils n'obtiennent pas des garanties de Bruxelles. Puigdemont ne se déplace pas parcequ'il compte trouver un allié, il se dép...

le 01/11/2017 à 14:45
Signaler
Ce que la Catalogne fait, c'est juste de poser des jalons. Ça explique le jeux d'anguille de Puigdemont (proclamer une Indépendance pour faire date, pas pour la réaliser). Même à critiquer les Euro-Régions, on en fait malgré tout la promotion; ça ...

à écrit le 31/10/2017 à 18:54
Signaler
Madrid est dans un déni total des aspirations du bon peuple Catalan, cette ligne va être dure à tenir face à ses partenaires Européens . Les tribunaux d'exceptions réapparaissent avec les mêmes méthodes que naguère à peine masquées . On comprend mieu...

le 01/11/2017 à 1:10
Signaler
Pourquoi les partenaires Européens devraient se soucier des aspirations des Catalans ? Cette indépendance ne pourra au mieux qu'ouvrir la boite de Pandore des séparatismes, et aucune Nations d'Europe ne veux mourir sous ses propres divisions. L’i...

à écrit le 31/10/2017 à 15:26
Signaler
Pour avoir écouté en direct son intervention, Puigdemont cite explicitement Bruxelles comme "la capitale de l'Europe", c'est un "lapsus" qui en dit très très long. Il est aussi intéressant de voir les médias mettre un voile sur ça. Bref Puigdemo...

à écrit le 31/10/2017 à 14:58
Signaler
Latribune du 17/11/2016 sur la corruption en europe: « Les gouvernements ukrainien (86%), moldave (84%), bosniaque (82%) et espagnol (80%) sont les instances les plus mal jugées par leurs citoyens ». le nom de l’actuel Premier ministre espagnol figur...

le 31/10/2017 à 16:07
Signaler
Je m’interrogeais aussi sur le pourquoi de ce déplacement, un motif symbolique ou un simple lieu d'expression ? Bruxelles est aussi le siège de la plupart des institutions de l'Union Européenne et tout le monde connait l’importance des institutions…...

le 31/10/2017 à 16:08
Signaler
Vous prenez un pays corrompu, vous le morcelez en 5, avez vous moins de corruption ? Par contre l'adage diviser pour régner s'est toujours vérifié...

à écrit le 31/10/2017 à 14:17
Signaler
De toutes façons il n'a pas vraiment le choix c'est soit ça soit rajoy le met en prison. "Il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités européens." Juncker

le 31/10/2017 à 15:39
Signaler
Vous bâclez votre réflexion, son choix était en amont, il "suffisait" d'organiser le scrutin demandé par Madrid à mainte reprise et très explicitement Jeudi. Il aurait conservé la stature du Président qui se bat pour sa communauté, au lieu de fuir co...

le 31/10/2017 à 17:20
Signaler
"Vous citez Junker, mais rien ne vous étonne quand Puigdemont s'en va à Bruxelles "capitale de l'Europe"." Nous sommes dans deux thématiques totalement différentes, Juncker est un dirigeant européen et sa citation démontre que notre UE n'est pas ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.