Deux chercheurs français sacrés meilleurs inventeurs européens

 |   |  833  mots
Les inventeurs récompensés par l'OEB jeudi 11 juin au Palais Brongniart à Paris.
Les inventeurs récompensés par l'OEB jeudi 11 juin au Palais Brongniart à Paris. (Crédits : EPO)
L'Office européen des brevets a remis, jeudi à Paris, son Prix de l'inventeur européen de l'année. Parmi les six primés, figurent un directeur de recherche du CNRS et un mathématicien français.

Deux Français pour six prix. L'innovation française reçoit les honneurs du Prix de l'inventeur européen, remis jeudi 11 juin par l'Office européen des brevets (OEB).

Pour la 10e édition de cette cérémonie, organisée cette année à Paris, un chercheur du CNRS dans le secteur des matériaux polymères, Ludwik Leibler, ainsi qu'un mathématicien entrepreneur, Philippe Maugars, ont été choisis, respectivement, dans les catégories "recherche" et "industrie" (le dernier avec son co-équipier autrichien Franz Amtmann). Une performance qui n'est pas un hasard selon Benoît Battistelli, président de l'OEB, l'institution qui centralise les concessions de brevets dans 38 Etats du continent européen, puisque 2014 a été une année particulièrement dynamique pour l'Hexagone en la matière.

Une croissance de 4% pour les dépôts français de brevets en 2014

Les dépôts français de brevets auprès de l'OEB ont en effet augmenté de 4% l'année dernière, pour atteindre les 12900 unités, contre une croissance moyenne de 1,2% en Europe. Certes l'Hexagone, qui représente 5% du total des demandes de brevets européens, reste loin derrière des pays tels que les Etats-Unis (26%), le Japon (18%), l'Allemagne (11%), mais aussi la Chine (9%) et la Corée du Sud (6%). Il enregistre néanmoins la plus forte croissance de ses demandes depuis 2008.

  • Directeur de recherche au CNRS d'origine polonaise, Ludwik Leibler a été récompensé pour avoir inventé le vitrimère, un matériau révolutionnaire qui a suscité l'intérêt de nombreux secteurs, de l'électronique à la construction en passant par la médecine. S'il présente les mêmes qualités de légèreté, de solidité et d'insolubilité que les résines thermodurcissables, il peut en effet aussi se prévaloir d'un important avantage: il est malléable à volonté et peut donc être facilement réparé, voire soudé, en étant chauffé. Il est donc recyclable à 100%.
    Tout au long de sa vie, Ludwik Leibler a déposé 47 brevets.
  • Ancien professeur universitaire de mathématiques, Philippe Maugars a été primé avec Franz Amtmann et leur équipe de la société néerlandaise NXP Semiconductors pour avoir contribué au développement de la communication en champ proche (Near Field Communication, NFC). Méthode sécurisée de transfert de données à haut débit entre un lecteur et un terminal mobile, cette technologie présente des possibilités d'application infinies, allant des smartphones aux montres intelligentes. Elle est notamment utilisée pour le paiement sans contact, l'accès aux  zones protégées ou la gestion des stocks. 
    Philippe Maugars, qui a commencé sa carrière chez Philips, apparaît comme inventeur ou co-inventeur dans plus de 25 brevets. Aujourd'hui, il a fondé sa propre entreprise, qui collabore avec NXP Semiconductors.

Le vaccin contre le cancer du col de l'uterus récompensé par le public

A côté des deux Français, quatre autres individus ou équipes de recherche figurent parmi les primés. Sélectionnés parmi 15 finalistes nominées par un jury international, à leur tour issus d'un échantillon de 300 candidats proposés, ils son récompensés pour des inventions considérées avoir "grandement contribué à l'avancée technologique" et ainsi "améliorer notre quotidien, créer de la valeur économique, générer des emplois et sauver des vies", souligne Benoît Battistelli.

  • Dans la catégorie "petites et moyennes entreprises" (PME), la Néerlandaise Laura van 't Veer - seule femme européenne concourant individuellement - a été récompensée pour avoir développé un test génétique des tissus révolutionnaire en matière de cancer du sein. Il permet aux malades encore au stade précoce d'obtenir un diagnostic fiable sur le risque de rechute ou les chances de guérison sans chimiothérapie. L'invention a évité à 20% à 30% des patientes de subir des chimiothérapies prolongées accompagnées d'effets indésirables.

  • Le Suisse Andreas Manz a reçu le prix de la catégorie "oeuvre d'une vie" pour avoir inventé un "laboratoire sur puce", procédé permettant de réaliser des travaux de laboratoire en miniature avec des résultats disponibles en quelques secondes. Cette invention a permis le développement de technologies aujourd'hui utilisées dans des laboratoires du monde entier.
  • Le "Prix populaire", décerné par le public via un scrutin sur internet, a été attribué, avec plus de 32% des 47.000 voix, à l'immunologiste australien d'origine écossaise Ian Frazer et au défunt Jian Zhou, chercheur spécialisé dans l'oncologie. Ils ont développé le premier vaccin contre le papillomavirus humain (HPV), le Gardasil, qui protège les femmes contre le cancer du col de l'utérus.

  • Les Japonais Sumio Iijima, Akira Koshio et Masako Yudasaka ont remporté le prix destiné aux pays non européens pour avoir développé les nanotubes en carbone, technologie au potentiel industriel aussi important qu'encore sous-exploité. Elle peut notamment rendre les ordinateurs plus rapides, les modules solaires plus efficaces et les pièces de l'industrie aéronautique plus solides.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2015 à 19:57 :
ils ont créé une nouvelle taxe révolutionnaire ?
a écrit le 11/06/2015 à 17:11 :
Ce qui est dommage, c'est que le droit du travail limite le travail quotidien à 10 heures par jour (sinon 750 euros d'amende par personne et par jour et peine de prison pour le dirigeant), et à 48 heures par semaine (peine encoure plus lourde).
Comment une start up peut s'épanouir en toute tranquillité administrative dans ce cadre ?
Le droit du travail est inadapté à notre époque et à nos besoins
Réponse de le 11/06/2015 à 17:57 :
C'est un peu aussi dans la mentalité des Français de râler pour tout, il suffit de constater le ton hautain de certains, sortis d'écoles ayant pignon sur rue, quand ils parlent de l'école 42 de Xavier Niel.
Réponse de le 11/06/2015 à 18:12 :
Tutafait.

Et il est lamentable que François Hollande limite les journées à 24h. Toutes ses limites astronomiques sont bien franchouillardes.
Réponse de le 12/06/2015 à 1:14 :
Entre deux conventions sur l'islam, L'ex UMP a mis tous ses cerveaux sur une reforme autorisant la journée de 72 heures payable 35 heures.
Réponse de le 12/06/2015 à 11:45 :
@Pat34 ce n'est pas le droit du travail qui décide l'investissement temps pour un salarié , le sujet est le plaisir de travailler AVEC un entrepreneur et non CHEZ un entrepreneur qui donne ce souhait de s'investir et pas pour demander ou quémander un plus de rémunération. Deux facteurs sont primordiaux dans l'entreprise un Entrepreneur meneur de salariés et cela commence par le respect et un job qui ne donne pas comme envie d'entendre "la cloche" sonner pour fuir son job et sa direction. Pour ce qui est des syndicats ne pas avoir peur de contester leur doctrine stupide sans parfois beaucoup de respect pour l'Entreprise dont certains se moquent et plus particulièrement ceux désignés par leur syndicats les délégués une race à part qui ne représente que leur fainéantise de petit délégué pourvoyeur de chômage.
Alors les 35 heures c'est quoi et en plus dans al recherche ou dans les start-up!!!!!
Réponse de le 13/06/2015 à 9:16 :
C'est 11h et 13h de repos consécutif et on parle de travail effectif. Maintenant si c'etait aussi simple et automatique, presque tous les patrons seraient en prison et le déficit de la France soldé....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :