Grèce : accord sur les réformes avant la sortie du plan d'aide

 |   |  352  mots
Après tant d'années difficiles, d'efforts et de sacrifices, la Grèce est enfin sur la dernière ligne droite s'est réjoui le commissaire européen Pierre Moscovici.
"Après tant d'années difficiles, d'efforts et de sacrifices, la Grèce est enfin sur la dernière ligne droite" s'est réjoui le commissaire européen Pierre Moscovici. (Crédits : Reuters)
La Commission européenne a annoncé être parvenue à un accord technique avec la Grèce sur les réformes à mener avant la sortie du programme d'aide à Athènes, prévue en août prochain.

La Grèce et l'Union européenne ont conclu un accord de principe sur l'avancement de son plan de réformes, plus de 80 mesures portant sur les secteurs de l'énergie, les retraite et le travail, requises dans le cadre de la troisième vague de programme de sauvetage, dont elle doit sortir en août prochain. La Commission européenne a confirmé qu'un accord avait été trouvé, qui sera ratifié lors du prochain conseil des ministres des Finances de la zone euro, le 24 mai.

"Un accord au niveau des experts a été conclu sur un ensemble de réformes nécessaires pour mener à bien la quatrième revue du programme du mécanisme européen de stabilité", a annoncé la Commission dans un communiqué.

Sortie de la tutelle des créanciers en août

Le gouvernement grec souhaite boucler rapidement cet examen et surtout conclure un accord, d'ici au mois de juillet, avec ses créanciers sur un nouvel allégement de sa dette, après la sortie du programme d'aide, en août qui sera mis en œuvre après le plan de sauvetage. La Grèce a renoué avec la croissance en 2017, après neuf ans d'une profonde récession. Elle doit définitivement quitter le 20 août la tutelle de ses créanciers.

"Après tant d'années difficiles, d'efforts et de sacrifices, la Grèce est enfin sur la dernière ligne droite" s'est réjoui le commissaire européen Pierre Moscovici.

Depuis 2010, la Grèce a reçu 260 milliards d'euros sous la forme de prêts d'urgence en échange de strictes mesures d'austérité et de réformes. Ces sommes ont considérablement creusé sa dette, qui représente désormais 178% du PIB.

Le Fonds monétaire international (FMI) a aussi participé aux discussions. "La mission a bien progressé et poursuivra les discussions avec les autorités du siège du FMI au cours des prochains jours, en se concentrant sur certaines questions en suspens dans les domaines de la réforme budgétaire et structurelle", a indiqué samedi un porte-parole du FMI dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 9:23 :
Quand on voit comme le gouvernement de gauche grec s'est écrasé devant la troika on ne peut qu’espérer qu'en italie ils ne se fassent pas acheter aussi rapidement du moins.

Incroyable ce qu'il se passe en UE, désespérant.

"Grande braderie en Grèce" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/KADRITZKE/55954 (article gratuit)
Réponse de le 22/05/2018 à 16:20 :
Tout à fait d'accord. Et vous savez, les discussions avec la troika continuent car il y a encore des retraites à amputer et des droits de travail à démanteler. Et les eurocrates et les techocrates du FMI ne peuvent pas admettre des retraites de plus de 340 euros et sont allérgiques aux travailleurs protégés par la loi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :