Grèce : Wolfgang Schäuble met la pression sur Merkel et Tsipras

 |   |  1245  mots
(Crédits : reuters.com)
Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a laissé entendre samedi qu'il n'écartait pas l'éventualité d'une démission si la suite des négociations avec Athènes ne prenaient pas la tournure qu'il entendait. En Grèce, les banques rouvriront lundi, alors que se profilent les négociations sur un troisième plan d'aide.

Partisan d'une ligne dure à l'égard d'Athènes, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, grand vainqueur de ces derniers mois de négociations entre la Grèce et ses créanciers, a laissé entendre samedi qu'il n'écartait pas l'éventualité d'une démission si la suite des négociations avec Athènes ne prenaient pas la tournure qu'il entendait.

"L'impitoyable" ministre des Finances -le qualificatif vient de lui- s'est confié au magazine allemand Der Spiegel, dans son édition de samedi, sur les différences d'opinions apparues "ces dernière semaines" sur le dossier grec entre lui et la chancelière Angela Merkel. Le grand argentier allemand a reconnu "des divergences", constatant qu'Angela Merkel prône une ligne moins dure.

"Je pourrais aller chez le président et lui demander mon renvoi"

"Cela fait partie de la démocratie", a poursuivi M. Schäuble, réputé pour sa dureté face au gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tsipras.

"Et puis on lutte ensemble pour trouver des solutions. Chacun a son rôle à jouer. Angela Merkel est chancelière, je suis ministre des Finances", poursuit-il, avant d'ajouter: "les politiques tirent leurs responsabilités de leurs fonctions. Personnes ne peut les contraindre. Si quelqu'un essayait, je pourrais aller chez le président [allemand Joachim Gauck] et lui demander mon renvoi".

"Vous y pensez?", questionne Der Spiegel. "Non, pourquoi dites-vous cela?", réplique le ministre, qui assure que "Mme Merkel et [lui ont] une constante": "nous savons que nous pouvons compter l'un sur l'autre".

Les Allemands massivement derrière Schäuble

Angela Merkel a jusqu'ici pu compter sur le poids et le crédit politiques de M. Schäuble auprès de sa majorité pour faire accepter les plans d'aide à Athènes par le Bundestag, où la grogne est montée parmi les conservateurs.

Vendredi, la chambre basse du Parlement allemand a ainsi donné son feu vert au lancement des négociations pour un troisième plan d'aide. Mais chez les conservateurs (CDU/CSU), 65 députés ont fait défection (60 non et cinq abstentions).

M. Schäuble, dont l'idée d'un "Grexit temporaire" lancée lors des négociations le week-end dernier avec Athènes avaient fait grincer des dents, a parlé devant le Bundestag de ce troisième plan comme d'une "dernière chance" qui ne marcherait que si "les Grecs mobilisaient toutes leurs forces". Il a été chaudement applaudi par le camp conservateur.

Wolfgang Schäuble, qui s'est décrit comme "impitoyable" dans sa gestion des deniers publics allemands, jouit d'une grande popularité auprès de ses compatriotes: début juillet, un sondage le créditait ainsi de 72% de satisfaits.

Remaniement en Grèce

Du côté d'Athènes, les nouveaux ministres du gouvernement grec ont prêté serment samedi après un remaniement destiné à affirmer l'autorité d'Alexis Tsipras, alors que la course d'obstacles continue pour bannir le risque d'une sortie de la zone euro.

M. Tsipras a en particulier remplacé trois ministres qui venaient de le désavouer au Parlement. Le remaniement, en comptant des jeux de chaise musicale internes à l'exécutif, porte au total sur dix maroquins.

Le Premier ministre issu de la gauche radicale, au pouvoir depuis six mois, a voulu faire preuve d'autorité après un vote extrêmement tendu dans la nuit de mercredi à jeudi, au cours duquel plusieurs ténors de son parti Syriza ont rejeté des réformes demandées par les créanciers. Mais selon plusieurs commentateurs, ce remaniement superficiel ne suffira pas à éviter des législatives anticipées, peut-être dès l'automne.

Le plan d'aide, "déjà un échec" ?

En attendant, M. Tsipras a conforté  la place du ministre des Finances Euclide Tsakalotos, homme aux idées de gauche très affirmées, mais négociateur pondéré. Il avait remplacé le virulent Yanis Varoufakis, démissionnaire le 6 juillet et désormais porte-voix des frondeurs.

M Varoufakis, qui sera l'invité d'honneur de la rentrée politique de l'ancien ministre français Arnaud Montebourg, lui aussi critique du gouvernement, le 23 août, a déclaré samedi à la BBC que le nouveau plan d'aide à la Grèce, pas encore finalisé, était "déjà un échec".

La volonté affichée du Premier ministre de prendre ses distances avec l'aile la plus radicale de son parti et le vote positif de la Vouli ont rétabli un calme précaire avec les partenaires européens et les créanciers, mais sans garantie quant à une survie financière à long terme.

Une aide d'urgence déjà épuisée ou presque

La Grèce va recevoir un versement d'urgence de 7 milliards d'euros qui, à peine versé, sera aussitôt englouti, ou presque. Athènes doit rembourser lundi plus de 4 milliards d'euros à la Banque centrale européenne et effacer une ardoise conséquente auprès du Fonds monétaire international.

Une nouvelle course contre la montre est déjà engagée pour, au-delà de cette aide provisoire, mettre sur pied le troisième plan d'aide promis à la Grèce, de plus de 80 milliards d'euros sur trois ans. Idéalement avant le 20 août, échéance d'un lourd remboursement à la BCE.

Athènes n'en a pas fini de devoir prouver sa bonne volonté: ses députés doivent valider mercredi au plus tard une réforme de la justice civile et transposer une directive européenne sur les banques.

Les banques grecques rouvrent lundi

La santé du secteur bancaire grec reste une grande inconnue, alors que les guichets rouvriront lundi. Les portes des banques, fermées depuis le 29 juin, seront plus entrebâillées que largement ouvertes. Le plafond de retrait quotidien de 60 euros en liquide reste en place pour éviter une ruée bancaire, ainsi que les contrôles de capitaux. Mais les Grecs pourront retirer de plus grosses sommes à condition de ne pas dépasser 420 euros par semaine et utiliser leurs cartes de crédit à l'étranger, ce qui était interdit depuis trois semaines.

Il y a urgence à rétablir la circulation de l'argent. Le contrôle des capitaux aurait déjà coûté 3 milliards d'euros à la Grèce, hors secteur du tourisme, selon Kathimerini.

Les restrictions ont sabordé la période des soldes, généralement faste pour le commerce de détail, et gelé des importations nécessaires à la bonne marche de l'économie. Selon la chambre de commerce et d'industrie à Athènes, citée par le quotidien, quelque 4.500 containers sont bloqués au port, faute de règlement.

De douloureuses réformes appliquées dès lundi

Un autre test sera la mise en oeuvre lundi d'augmentations de TVA controversées votées par le Parlement, dans un pays où la fraude fiscale est importante. Les denrées non périssables, les restaurants et les transports publics seront davantage taxés.

Mais éloigner définitivement le spectre d'un "Grexit" ne dépend pas seulement d'Athènes: ses créanciers doivent accorder leurs violons.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble continue à défendre sa proposition d'une exclusion temporaire du pays de l'euro. C'est selon lui la condition préalable pour alléger la dette gigantesque de la Grèce, qui représente près de deux années de produit intérieur brut.

Le FMI et la BCE, soutenus par des pays comme la France, jugent au contraire que cet allègement de dette, revendication majeure de Syriza, doit être planifié dans le cadre du nouveau plan d'aide et en maintenant la Grèce dans la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2015 à 18:35 :
Il faut le virer comme un mauvais qui a toujours tout faux ,l'austérité qui a failli mener l’Europe à la ruine ,des pays qui l'ont suivi et qui ont reculés de vingt ans , et un nationaliste allemand qui ne veut pas une Europe en croissance mais a sa botte sous domination allemande . La ficelle est grosse et le pantin néerlandais et lui on devrait les envoyer en gréce ,pour méditer sur leur conscience
Réponse de le 08/08/2015 à 4:46 :
ouais, c'est vrai ça, il faut virer l’Allemagne.
Après on se prêtera entre nous, comme au monopoly. gardez les billets, ils vont servir.
a écrit le 20/07/2015 à 16:33 :
C'est une évidence que les Grecs ont triché. Néanmoins, les USA ont aussi triché avec la crise des subprimes (et la crise internet), et personne n'ose leur demander des comptes. Des milliers de milliards d'euros évanouis en fumée, sans que personne ne demande rien.

En outre, il ne faut pas oublier que c'est la crise des subprimes qui a aggravé la situation grecque.
a écrit le 20/07/2015 à 10:59 :
ah il est bon de lire des papiers d'information sur la Grèce et pas des billets d'opinion de thuriféraire de Mr Tsipras.
a écrit le 19/07/2015 à 22:51 :
Pourquoi dites-vous cela ? Dies warum das ? warum ? parce que c'est ce que vous venez de formuler en invoquant une hypothèse de divergence conduisant à requérir du chef de l'Etat son limogeage : l'officialisation de sa démission.
a écrit le 19/07/2015 à 19:02 :
Et le sketch continue, vous en voulez encore de l'austérité, non, ah, vous aviez dit non..vous en aurez encore ; vous en voulez encore de l'Union européenne, ah, vous aviez dit non, vous en aurez encore....!!!
a écrit le 19/07/2015 à 17:53 :
Ne vous faites pas priez, si vous n'êtes pas satisfait de votre travail ou des conditions, démissionnez !!
a écrit le 19/07/2015 à 17:53 :
Ne vous faites pas priez, si vous n'êtes pas satisfait de votre travail ou des conditions, démissionnez !!
a écrit le 19/07/2015 à 15:05 :
Il n'a pas tout a fait tort. Parce qu'avec Tsipras on a à faire à l'homme qui dit oui, mais ne fait pas, si ce n'est que d’encaisser les milliards d'euros dans son puits sans fond ou se repait l'oligarchie Grecque bien rompue à la situation !!!
a écrit le 19/07/2015 à 12:19 :
Il est l'instigateur d'une ligne dure et uniquement financière de l'Allemagne envers l'Europe.
L'Europe passe avant l'Euro et ce n'est pas l'Euro qui doit défaire l'Europe. Les Américains l'on fait comprendre, depuis leurs intérêts, aux Allemands notamment, ce qui nous a valu un retournement brutal de l'attitude intransigeante de l'Allemagne, ce qui est très bien ainsi.
Il faut arrêter cette dramatisation sans fin de la situation grecque et il faudra bien bien se résoudre à effacer une partie de sa dette en l'obligeant à redémarrer sur de nouvelles bases saines sa gestion intérieure.
a écrit le 19/07/2015 à 9:42 :
Schauble est le plus realiste

L avenir de. L'Europe se fera si tous les pays vivent sans faire de dettes

Voir la France a 4 % du PIB de dettes c'est de la folie
Tsipras voulait refaire des dettes avec notre argent

A part les gauchistes qui pensent que les dettes ce n'est rien et qu'on ne les remboursent jamais les européens sérieux peuvent remercier l'Allemagne

La solution de facilité a été employé depuis 40 ans et on voit le résultat

Les grecs doivent vivre avec leur revenu et la baisse des salaires et des retraites n'est rien à côté d'une monnaie qui ne vaudrait plus rien

Allez voir a maurice ou en Afrique ce que c'est qu'une monnaie de singe
Réponse de le 19/07/2015 à 12:16 :
schauble veut en découdre avec la France depuis le début,mais il n'ose pas affronter directement Hollande qui l'a souvent roulé dans la farine.taper sur les grecs est une chose ,taper sur la france il n'en a pas le courage.il doit démissionner,son modèle strictement comptable est obsolète!
Réponse de le 19/07/2015 à 17:59 :
Malheureusement la dette grecque est une réalité. Dire ils ont triché est une chose, la laisser ainsi, en l'état est une hérésie. La Grèce doit être accompagnée dans ses réformes, qui doit toucher les plus riches, réformer les doubles comptabilités, écraser l'économie parallèle, et assécher la dette du pays. Leur économie ne pas assez dynamique et l'austérité n'y fera rien ... Pire. Soyons cohérent, prenons nos pertes nous européens. Et leur perfuser de l'argent pour qu'ils remboursent, nos précédents prêts, est ubuesque !! On ne traite pas le mal ...
Réponse de le 19/07/2015 à 19:07 :
Je suppose que vous êtes pour des deficits sans fin

Comme au Monopoly ou on distribue les billets sans compter

Je voudrais pas voir vos comptes personnels rires !!!
Réponse de le 19/07/2015 à 21:29 :
REMERCIER L'ALLEMAGNE? Vous me feriez rire si votre commentaire était une blague, mais je crains que vous soyez sérieux , hélas !
a écrit le 19/07/2015 à 9:27 :
Le pétard vient d’être allumé en Grèce .... on verra ce que donne l'onde de choc !
a écrit le 19/07/2015 à 8:56 :
Quelques détails sur les retournements de vestes depuis mercredi…

COMPOSITION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT TSIPRAS : LES SOUVERAINISTES TRAHISSENT LEURS ÉLECTEURS ET CHOISISSENT DE COLLABORER.

1 – Les souverainistes avaient jurés bec et ongles qu’ils ne voteraient pas ce « troisième mémorandum » et qu’ils quitteraient aussitôt le gouvernement. « Plutôt mourir » affirmait, entre autres, Panos Kammenos, dirigeant des Grecs indépendants (ANEL), qui en rajoutait des tonnes et multipliait les grandes phrases dans les médias… avant finalement de voter OUI du bout des lèvres, mercredi soir, et de figurer dans le nouveau gouvernement (toujours ministre de la défense) qui va prêter serment aujourd’hui :
https://www.youtube.com/watch?v=32DNL52DrLA
2 – Tsipras s’était engagé solennellement à de nombreuses reprises à ne pas mettre en place un troisième mémorandum. C’est maintenant chose faite et il a, lui aussi, voté au parlement mercredi soir.
https://www.youtube.com/watch?v=tl0fCmdIGpA
3 – Toutes celles et ceux qui ont osé critiquer le virage libéral de Tsipras sont chassés, sans même que soit recherché désormais le moindre équilibre parmi les tendances de Syriza. TSIPRAS NE TIENT PLUS COMPTE DE L’OPINION DE SYRIZA qui a voté à 109 sur 201 membres du comité central contre ce nouveau mémorandum.
4 – On remarque, évidemment, le renforcement de la présence d’anciens responsables du PASOK et/ou de la commission européenne. Personne ne s’étonnera que Dimitris Mardas, dont je vous avait déjà parlé, reste au poste clé de vice-ministre des finances avec des attributions économiques stratégiques :
https://www.facebook.com/yyoulountas/posts/1471089363201686:14
J’ai lu que certains ne veulent toujours pas que d’autres utilisent le mot « trahison ». Jusqu’où faudra-t-il tomber pour oser utiliser ce mot ?
a écrit le 19/07/2015 à 8:52 :
On verra la suite ... mais c'est accord bancal ... c'est la fin de l’Europe et de la zone euro !
a écrit le 19/07/2015 à 8:27 :
La France, pays qui perd tout, qui va à sa ruine, qui est amoral, qui ne jure que par l'argent et le travail des autres, qui est méprisé, est celui par qui l'Europe craquera car il ne peut évoluer et progresser. Son jeu sera de faire croire que l'Allemagne est coupable de ne pas en faire assez pour financer les profiteurs et les planqués de la zone. La France doit payer !!!!!
a écrit le 19/07/2015 à 8:21 :
L'Allemagne doit-elle payer pour les autres qui se moquent d'elle ? Les Français sont des gens qui veulent se faire entretenir par les "riches". Je vote pour l'Allemagne. La France et la Grèce ne sont pas des modèles. Si la France veut payer pour la Grèce, qu'elle le fasse en pleine solidarité et au nom des "valeurs" comme on dit. Berlin devient la vraie capitale de l'Europe et Londres est sa rivale. Paris est la capitale de François Hollande et de la moralité internationale :-), qu'elle le reste !!!
Réponse de le 19/07/2015 à 21:34 :
C'est vrai on a le droit d'écrire n'importe quoi! Grotesque.....
a écrit le 19/07/2015 à 7:38 :
"Le contrôle des capitaux aurait déjà coûté 3 milliards d'euros à la Grèce" est bien une expression de créancier mais pour les grecs c'est "un manque à gagner"! C'est là que l'on perçoit l'intérêt des uns et des autres!
a écrit le 19/07/2015 à 7:30 :
Emprunter pour rembourser n'est pas la bonne méthode pour redonner confiance et relancer l'investissement!
a écrit le 19/07/2015 à 3:54 :
Curieux .... et préoccupant de voir l'histoire se répéter ? On a beau dire L'HISTOIRE EST UN ÉTERNEL RECOMMENCEMENT ? Le savoir c'est une chose ? Le vivre ? Ah ! ben là hein ??? Comme j'ai DÉJÀ vécu une affaire plus ou moins comme celle là et QUE J'EN AI PAYÉ LE PRIX (voir à 1939 -1945) j'ai SURTOUT pas envie de recommencer et là ? j'entends des sons .... connus ? Ayoye !
a écrit le 19/07/2015 à 1:12 :
C'est du délire. La "solution", "le sauvetage" en novlanque que certains défendent ici ne fonctionne pas !!! il suffit de regarder les résultats et les années passées. Un nouveau renflouement ne sert à rien et nous coutera plus. C'est de l’idéologie, plus de "l’économie" depuis déjà plusieurs années. Schauble devrait partir et les gens ouvrir les yeux.
a écrit le 18/07/2015 à 22:16 :
Démissionner, il va perdre de l'argent, donc...
a écrit le 18/07/2015 à 21:45 :
L'Allemagne doit quitter l'Europe car...c'est elle le problème!
Réponse de le 19/07/2015 à 9:30 :
vous semblez oublier un détail, c'est cette dernière qui détient le porte monnaie !
a écrit le 18/07/2015 à 21:35 :
Savez-vous pourquoi Sapin et Hollande sont aussi timorés ? Pourquoi la voix de la France ne porte plus à Bruxelles ?
C'est parce qu'il y a un secret, de moins en moins bien gardé : la dette de la France est colossale ! Chut ! Sapin a d'ailleurs adopté un profil de carpette.
Si les Français haussaient un peu le ton, les Allemands leur balancerait la vérité à la figure. Et il est des vérités qu'il vaut mieux cacher au bon peuple. Reculer pour mieux sauter en quelque sorte.
Imaginez tout d'un coup que :
- les agences de notations dégradent la France au niveau de l'Espagne ou de l'Italie
- les taux d'intérêts de la dette s'enflamment en conséquence
- un plan de type Troïka soit requis à Bercy
- un déchaînement xénophobe antifrançais, comparable à celui qui touche les Grecs depuis 5 ans s'empare de la toile allemande, autrichienne, hollandaise...
Finie la rond-poinite, finies les bibliothèques-médiathèques dans les villages de 500 habitants, finies les vacances deux fois l'an pour les classes moyennes. Finies les retraites à 62 ou 65 ans. Finie la dissuasion nucléaire et les interventions à l'étranger tous les trois ans.
C'est demain, c'est pour bientôt.
Et ce n'est ni Sarkozy l'américain républicain ou Juppé... l'américain démocrate qui vont changer ça.
Réponse de le 18/07/2015 à 22:47 :
Certes, votre pseudo ignorance de la dette italienne montre que vous roulez pour marine. Allez en Autriche, dans ce cas. Pays rêvé qui a vu naître tant d’extrémistes...
Réponse de le 18/07/2015 à 23:28 :
Ceux qui roulent pour Marine sont ceux qui se voilent la face et qui font croire aux Français que la France est à l'abri du cataclysme européiste qui s'est abattu sur la Grèce.
Pour lutter efficacement contre le FN, il faudrait prendre à bras le corps les nombreux problèmes dont souffre la France. Mais pour ça il faudrait du courage et rompre avec certains dogmes.
Je ne vois pas le rapport avec l'Autriche. La Finlande, non ? Ou la Norvège ?
L' Italie du nord est l'une des régions les plus xénophobes que je connaisse (c'est historique, suite à l'annexion du sud en 1860 et le succès délirant des thèses racistes et physionomistes), tandis que la France l'une des moins (vieille tradition assimilationiste depuis le moyen-âge).
Réponse de le 19/07/2015 à 8:34 :
l'Allemagne qui commence à rembourser sa dette car elle a un excédent budgétaire, la France avec ses 2100 MILLIARDS DE DETTES alors que partout ailleurs cette dette se stabilise NOUS ELLE EXPLOSE, comme le CHOMAGE QUI EXPLOSE ailleurs entre 5 et 6 %, GB incluse. Ni pour lepen ou melechon mais contre LES SOCIALISTES qui ont prouvé leur pouvoir de NUISANCE à tous les niveaux, je ne vous parle pas de croissance en France pour 2014 elle est NULLE partout ailleurs POSITIVE GB, Allemagne, P-B, etc, etc......la France a ramassé une agrégation d'incompétents et de profiteurs, là réside le mal français : LES SOCIALISTES.
Réponse de le 19/07/2015 à 8:40 :
Vous avez raison. La France est très faible. Son influence en Europe est moins forte que celle de la Finlande. Elle cherche des alliés chez ses semblables dans la mouise mais les alliances entre clochards sont fictives. On veut de l'argent pas des discours!!!! Ce pays se cassera la gueule. Le plus tôt sera le mieux.
a écrit le 18/07/2015 à 21:09 :
28% des Allemands ne soutiennent pas la politique du pire de Schaüble. C'est déjà quelque chose, dans un pays habituellement très conformiste.
a écrit le 18/07/2015 à 20:37 :
Il est pas fou, il connait la musique Wolfgang. Il sait que les grecs vont engloutir l'argent du 3e plan d'aide, ne faire aucune réforme et redemander un 4e plan avec une fois de plus réduction. Eh, quand on peut vivre éternellement aux crochets des autres, pourquoi changer ce qui fonctionne :-)
Réponse de le 19/07/2015 à 11:09 :
et vous fermez gentiment les yeux sur toutes les "réformes" menées jusque là en Grèce, plus dures que dans n'importe quel autre pays de l'UE, alors vos conseils, vous savez ou les mettre, non ?
Réponse de le 19/07/2015 à 18:06 :
Rappelez nous les efforts des Européens pour l'Allemagne svp depuis la réunification ???
Réponse de le 19/07/2015 à 18:57 :
votre "en Grèce, plus dures que dans n'importe quel autre pays de l'UE" et l'Espagne? et l'Irlande? et le Portugal? eux ont fait de réels réformes très DURES c'est d'ailleurs pour cela qu'ils commencent à s'en sortir. La TVA en Grèce non collectée, les retraites ont baissé mais restent très élevées en comparaison des cotisations versées, durée de cotisations bien inférieures aux nôtres, l'IS et l'IR non collectées notamment sur les "riches", point nécessaire de colporter des ragots socialos ou gauchistes (même chose d'ailleurs) la vérité est tout autre, LES PAYS ONT FAIT DES EFFORTS SAUF LA GRECE, c'est simple et vérifiable.
Réponse de le 19/07/2015 à 22:31 :
s'en sortent ? avec quelques petits point de croissance sur un PIB amputé par des années de politiques stupides, alors rangez votre gauchiste (insulte dans votre bouche qui doit m'empêcher d'enoncer les faits ?), et prenez deux trois cours d'histoire économique...
a écrit le 18/07/2015 à 19:39 :
cela semble absurde ... mais la seule solution serait d'avoir une zone euro du Nord et une autre du Sud .... sachant les pays du Nord sont plus préoccupés par la balance commerciale qu'autre(s) chose(s) ... donc une inflation du 6% pour le Sud, et 2% pour le Nord .... les balances commerciales sont là pour le prouver ! Il n'y rien de commun entres les cigales et les fourmis ! (dont la France avec ses fonctionnaires et ses 35H... j'y peux rien c'est la réalité)
Réponse de le 18/07/2015 à 20:07 :
l'inflation n'est simplement plus possible, Europe du Nord ou du Sud. Sinon ce sera les productions chinoises qui remplaceront ce qui reste de productions locales. On ne peut plus compter sur l'inflation pour dégonfler les dettes.
Réponse de le 18/07/2015 à 22:18 :
"l'inflation n'est simplement plus possible, Europe du Nord ou du Sud. Sinon ce sera les productions chinoises qui remplaceront ce qui reste de productions locales. On ne peut plus compter sur l'inflation pour dégonfler les dettes. "

Si c'est accompagné d'une politique douanière intelligente, c'est possible.
a écrit le 18/07/2015 à 19:39 :
Pour avancer on a besoin de gens intelligents qui sachent faire des compromis. Les idéologues et les gens bornés n'apportent jamais rien de bon. Tsipras a viré ses ministres les plus extrémistes, que Merkel fasse de même avec Schäuble.
Réponse de le 18/07/2015 à 20:12 :
Schaüble est un pragmatique et nullement un extrémiste. On voit mal Merkel débarquer l'un des artisans de l'insolente réussite allemande.
Réponse de le 18/07/2015 à 22:24 :
Quelle réussite allemande?
Un modèle tournait uniquement vers l'export dont l'industrie est concentré sur 2 secteurs: l'automobile et les machines outils
Un taux de pauvreté bien plus important qu'en france
Une croissance inférieure à la France sur la période 2000-2013
Une exploitation de la main d'oeuvre bon marché issue des pays de l'est
Une drame démographique à venir.
Des infrastructures publiques en ruine
Une crise bancaire qui risque de frapper les banques locales

Damn it, quelle réussite décidemment!
Réponse de le 18/07/2015 à 22:42 :
Samy : de facon evidente, vous n avez jamais mis les pieds en Allemagne pour raconter de telles bêtises !!!
Réponse de le 18/07/2015 à 22:42 :
Samy : de facon evidente, vous n avez jamais mis les pieds en Allemagne pour raconter de telles bêtises !!!
Réponse de le 19/07/2015 à 6:33 :
La croissance de la France à été payé avec de la dette et une dette de 2 euros pour 1 euros de croissance tu parles ! C'est sur l'économie française est bien plus forte que celle de Allemagne
Réponse de le 19/07/2015 à 6:33 :
la réussite allemande est gigantesque !! quand vous parlez du taux de pauvreté, vous voulez sûrement rire : allez en Allemagne !!
quand à l'exportation, je ne vois pas en quoi cela pose problème ??
allez en Allemagne et vous verrez : il est évident que Schauble est plus qu'apprécié et ce, à juste titre !!! le 3e plan d'aide à la Grèce ne servira à rien si il n'est pas suivi de la suppression des fonctionnaires, ce qui poserait un problème de reclassement !!! en réalité je vois mal l'évitement d'une guerre au mieux civile au pire mondiale
Réponse de le 19/07/2015 à 11:12 :
Schauble est un idéologue d'une rigidité dans faille, accroché à la bêtise de son analyse qui conduit l'Europe au désastre. Que de réussite depuis 2008 !
a écrit le 18/07/2015 à 19:36 :
Il faut que l'Allemagne fasse attention à son image!La dureté devient de l'intransigeance rapidement et l'intransigeance,passe mal!
Saigner un peuple à blanc pour qu'il rende l'argent, est-ce vraiment raisonnable?
Un sentiment germanophobe commence a se faire entendre aussi bien à droite qu'à gauche et aux extrêmes...
Que l'on demande à la Grèce d'être rigoureuse dans ses réformes,cela me semble normale,mais il y a une limite a ne pas franchir.
Que l'Allemagne se souvienne de son passé et de sa dette d'après guerre...
"Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage."...
Si Schäuble n'est pas d’accord avec ce qui a été voté démocratiquement,alors qu'il démissionne!Nous saurons parfaitement nous passer de lui!
Réponse de le 19/07/2015 à 6:36 :
c'est la France qui doit faire attention : sa dette va vite devenir insoutenable et si Schauble ne veut plus nous aider, et si l'Allemagne créé une 2e zone €, alors là, nous aurons plus mal que les grecs !!!
Réponse de le 19/07/2015 à 11:13 :
mais la solidarité européenne et les choix économique de l'Europe ne tiennent pas uniquement dans les mains de Schauble ! (heureusement d'ailleurs)
Réponse de le 19/07/2015 à 21:15 :
l allemagne a toujours la mémoire courte sur son passé quand ça l arrange. on airait dû les saigner à blanc après la guerre et leur faire rembourser tout car a nouveau ils se revent hégémoniques qur l Europe...
a écrit le 18/07/2015 à 19:05 :
La grosse bourde c'est tout de même d'avoir en place une monnaie.... avant une Europe politique ! La charrue avant les bœufs !
a écrit le 18/07/2015 à 19:00 :
Une sortie de la Grèce de la zone euro est semble t'il la moins mauvaise des solutions, à la vue des réformes demandées par des gens qui n'ont probablement jamais mis les pieds dans ce pays, le remède choisit semble pire que le mal ! D'un certain point de vue Schäuble a raison ! C'est surtout les bases de l' OTAN qui titillent les américains au passage !
a écrit le 18/07/2015 à 18:48 :
Confessions d'un assassin financier.. – Je m’appuierai sur l’histoire de la Grèce. Vous êtes un pays fier, fort, un pays de guerriers. Le mythe du guerrier vient en quelque sorte de la Grèce, tout comme la démocratie ! Et réaliser que le marché est une démocratie aujourd’hui, et comment nous dépensons notre argent et que nous exerçons ce droit en votant. La plupart des démocraties politiques sont corrompues, y compris celle des États-Unis. La démocratie ne travaille pas vraiment sur une base gouvernementale parce que les grandes sociétés s’en occupent. Mais elle travaille sur la base du marché. J’encouragerais le peuple grec à faire front : ne payez pas ces dettes, organisez vos propres référendums, refusez de les payer, descendez dans la rue et mettez-vous en grève.

Et donc je voudrais encourager le peuple grec à continuer à le faire. N’acceptez pas les critiques soutenant que c’est de votre faute, que vous êtes à blâmer, que vous avez mérité de subir l’austérité, l’austérité, l’austérité. Cela ne marche que pour les gens riches ; cela ne marche pas pour la personne moyenne de la classe moyenne. Reconstruisez cette classe moyenne ; ramenez l’emploi ; ramenez un revenu disponible pour les citoyens moyens en Grèce. Luttez pour cela, faites-le advenir ; défendez vos droits ; respectez votre Histoire de combattants et de leaders dans la démocratie, et montrez-le au monde !
Réponse de le 18/07/2015 à 19:39 :
Cher John, je vous invite à jouer les romantiques en allant en Grèce vous battre côte à côte avec les hopplites de la démocratie. C'est vraiment n'importe quoi ce que vous écrivez.
Réponse de le 18/07/2015 à 20:18 :
Evidemment Tsipras n'a pas mangé son chapeau sans raison. Il savait parfaitement que s'il avait poursuivi dans l'intransigeance il envoyait son pays dans le mur. Per exemple le défaut de paiement aurait permis aux créanciers de saisir tous les biens grecs à l'étranger : bateaux, avions, paiements des importations par exemple de pétrole ou alimentaires... Bref, à moins d'imposer l'autarcie à La Nord-coréenne ou comme dans l'Albanie d'Enver Hoxha c'était impraticable.
Réponse de le 18/07/2015 à 21:18 :
@bruno_bd
Les répresailles de ce genre sont à double tranchant.
Les Grecs peuvent aussi saisir les biens, notamment allemands, et croyez-moi la plupart des pays européens y perdraient quelques plumes :
Siemens-Bosch (usine Pitsos, électro-menager à Nikaia), Lafarge (la plus grosse cimenterie d'Europe à Volos -ex Heraklis), brasserie Amstel (Heineken, Amstel, Mythos, à Athènes), etc. Toutes des entreprises très rentables.
a écrit le 18/07/2015 à 18:45 :
Schauble ou pas c'est ne pas l'important , par contre comment les peuples de l'Europe vont s'en sortir du guêpier des Zombis politico-financiers , ça c'est crucial
a écrit le 18/07/2015 à 18:33 :
Il est prêté 7 milliards à la Grèce qui n'en voit même pas la couleur, puisque cet argent crédite immédiatement les comptes du FMI et de la BCE....En principal et surtout en intérêts! Débile. Les dettes souveraines détenues par les acteurs privés en fait n'existent pas. Si les acteurs privés peuvent prêter des sommes aussi colossales aux Etats, c'est qu'ils ont fait des profits colossaux et pour faire de profits colossaux, ils faut les faire en faisant "suer le burnous". En Chine, dans le Tiers et le Quart monde, à l'Est de l'Allemagne de Monsieur SCHAUBLE, en Pologne, Roumanie, Tchéquie, slovaquie.
Pour faire des profits colossaux, il faut pratiquer le discount, le dumping social, l'optimisation fiscale, de l'argent fait sur les dos des travailleurs et des Etats . Les riches aiment les dettes souveraines parce qu'il y a derrière une armée de payeur: les contribuables qui subissent la double peine, travailler de plus en plus durement pour de moins en moins d'avantages et garantir l'argent emprunté par les Etats. Les dettes souveraines n'existent pas, parce qu'elles sont le produit d'un hold-up, d'une spoliation, d'un détournement de fonds. Voilà où conduit le "néo-ultra-libéralisme", à la faillite des Etats, à la mise en coupe réglée des peuples dont le laboratoire actuel est la Grèce. La Révolution, vite, en commençant par abandonner l'Euro tout en signifiant à ceux qui on prêté de l'argent "volé" d'aller se faire voir "chez les Grecs" (avec tout le respect qu'on leur doit.)
NB: On n'est pas obligé non plus de copier Cuba ou la Corée du Nord...
Réponse de le 19/07/2015 à 6:42 :
si vous ne remboursez pas, ok !!! alors vivez sans argent !!!! il faudra alors arrêter le système fonctionnaire-retraite car pour cela il faut de l'argent, il faut des milliards que les autres, ces "spoliateurs" comme vous dîtes ne vous donneront plus !!!!
a écrit le 18/07/2015 à 17:42 :
La zone Euro devrait bientôt exploser à force d'intransigeance et d'égoïsme coté allemand (sauvegarder à tout prix les retraites d'un peuple en plein vieillissement) et de démagogie et de n'importe quoi coté grec.
Dommage c'était une belle idée.
Coté français, on sera bien obligé de faire les réformes qu'on n'a jamais voulu faire par calcul politique à court terme. Il faudra aussi songer à réindustrialiser le pays que plus de 20 ans de politique débile menée non seulement par les gouvernements successifs mais aussi les chefs d'entreprise (le fameux Tchuruk et son entreprise sans usine entre autres) ont bien affaibli.
Et puis si tout ça tourne mal, on a encore une armée entrainée qui tient bien la route.
Réponse de le 18/07/2015 à 20:23 :
La zone € est régie par des règles de copropriété comme Maastricht. Les fautifs des problèmes de la zone € sont ceux qui ne respectent pas ces règles, pas ceux qui demandent à ce qu'elles le soient. Ce sont les gabegies françaises ou grecques qui minent la zone €, pas la rigueur allemande. Et ce n'est sûrement pas l'Allemagne qui aurait le plus à perdre d'une fin de l'€.
a écrit le 18/07/2015 à 17:09 :
C'est une blague ?
Is this a joke ?
Ist das ein Witz ?
Είναι αυτό ένα αστείο ;
a écrit le 18/07/2015 à 15:43 :
Quelle bonne nouvelle! dehors le demago de Schauble ! J ai du mal a comprendre les commentaires ci dessous qui parlent de Schauble comme l unique personne credible... C est surtout celui qui a le plus contribué (et uniquement pour son propre succes politique) à l appauvrissement de 11 millions de Grecs et par extension de 550 millions d europeens avec les differentes politiques neo-liberales d austerité. Il faudrait peut etre un jour commencer à comprendre que la dette publique d un pays souverain (comme pourrait l etre l Europe) n est pas la meme chose que la dette d une entreprise...
Réponse de le 18/07/2015 à 16:17 :
Bonjour , je ne sais pas si le ministre des finance Allemand est démagogique? Mais je sais qu'il a raison. Oppose les gentils démocrate Grecques aux méchants créanciers ( c'est à dire nous) est plus que demago c'est de la propagande à la Goebels. Comment croire que des peuples qui payent des impôts et taxes multiples, soit content de renflouer un pays où il est illusoire de faire payer un impôt ou une taxe !!!!!.pourquoi ne pas avoir fait de référendum pour les pays contributeurs net ? ( parce que la réponse aurait été le Grexite). Dans 6 mois nous reviendrons au point de départ et là peux être que vous verrez que la seule solution pour les Grecques aurait été une sortie accompagne de la zone € ,et ceci en 2009, et aujourd'hui nous serions en train de parle de leur réintégration, avec une dette renflouée, une structure étatique qui fonctionne et une vrai économie. Les responsables de la catastrophe futur, sont ceux qui pensent comme vous!!!!
Réponse de le 18/07/2015 à 16:36 :
Démagogie de quoi ? On a déjà payé plus de 42 milliards pour les grecs !!! Non de dieu , on va encore payer plus d'une vingtaine et vous le traité de démago ! Vous savez ce qu'on peut faire avec 63/64 milliards en France ... Des routes , des écoles , des investissements dans les énergies vertes etc.... Voilà , on plante l'avenir de nos gamins en s'endettant pour payer les errances grecques !! Vous avez vu les impôts comment ils ont augmenté !! Moi , ça me rend dingue quand on parle de demago pour une personne censée ! Je vous l'offre la démocratie grecque
Réponse de le 18/07/2015 à 19:14 :
42 milliards pour les grecs... Et combien pour les banques allemandes ?!?
Ce n'est pas un combat du bien contre le mal, c'est un mal (austère) contre un mal (laxiste) !
Il n'y aura que des perdants...
a écrit le 18/07/2015 à 15:31 :
A mon avis , il a peur de donner sa caution à un désastre économique qu'il voit venir ......
Réponse de le 19/07/2015 à 10:22 :
Il a peur de donner sa caution a un accord réformes contre allègement de la dette qui verrait la Grèce sortir de la cage ou la troïka l'a maintenu depuis 5 ans.

Schauble a besoin que la Grece sorte de l'euro pour faire un exemple et imposer le modele budgétaire Allemand a l'Europe sur les 10 prochaines années. Quand l'economie européenne va fortement rebondir en 2016 avec en tête les pays du sud et la Grece qui aura 3% de croissance, son discours deviendra inaudible.
Réponse de le 20/07/2015 à 6:29 :
@viktor : vous êtes un doux rêveur : avec 70 % de fonctionnaires (plus que la France) la Grèce est foutue et ne s'en relevera pas ! on ne peut réformer un pays gangrené par ses fonctionnaires :
a écrit le 18/07/2015 à 14:52 :
Cela n'est pas très bon. Pourrait-on l'interpréter comme les prémisses d'un tout premier de l'Allemagne vers la sortie de l'Euro ?
Cordialement
a écrit le 18/07/2015 à 14:26 :
Bonjour,
Comme cela a parfaitement été souligné par nombre d'économiste et par le FMI il faut absolument prendre les mesures suivantes :
- Etaler les remboursements de la dette gercque sur 25 ans
- Effacer une partie de la dette (au moins 40%)
- Mener les réformes de la collecte de staxes et de l'impot
- Monter en gamme sur le tourisme et l'agriculture biologique
- Continuer les investissements dans les énergies renouvelables
- Moderniser l'économie numérique en fibrant les grandes villes et au minimum en mettant l'adsl dans les petites communes. Je pense nottament au péloponèse qui est superbe mais qui est un désert technologique.
- Moderniser l'industrie
- Ne sutout pas privatiser à 100% toutes les entreprises publiques mais que l'état reste actionnaire à 25% dans chacune afin d'en retirer des bénéfices lorsque ces entreprises seront de nouveau profitable mais aussi pour avoir un droit de regard nottament sur la partie sociale.
- Favoriser les études longues des jeunes (BAC+5 au moins) afin d'éviter l'afflux massif de jeune sur un marché du travail pas encore réformé.
- LAncer un vaste plan de travaux publiques afin de moderniser les routes, de construire de nouvelles lignes de train reliant tout le pays et surtout construire un aéroport international dans le péloponèse qui est accessible uniquement par route ou par bateau alors que c'est une des régions les plus touristique.
- Mettre en place le prélèvement de l'impot à la source afin de supprimer la fraude des citoyens lambda.
- Forcer les banques à ne prendre que des commissions plafonnées à 1€ sur toutes les transactions CB au dessus de 10€ et à 35cents en dessous de 10€ afin de supprimer un peu le liquide de l'économie marchande et de controler les capitaux réellement accumulés.
- Augmenter de manière importante le nombre d'inspecteurs du travail afin d'empécher le trvaail au noir, de controler les fraudes fiscales et les fausses déclaration.
- Augmenter drastiquement les controles dans les établissement de restauration car il y a quelques jours j'ai vu un restaurateur grec se plaindre et quand il a ouvert son réfrigerateur à viande il y avait de la viande crue mélangée avec de la viande cuite ce qui contrvient aux règles de sécurité alimentaires de base.
En bref il y a du boulot et il faut que les grecs s'y mettent srieusement, mais à terme leur pays sera organisé, désendetté et prospère.
Réponse de le 19/07/2015 à 9:04 :
La Grèce aurait déjà pu faire des tas de choses parmi celles que vous citez avec les montants de E 320 Mlds (+ E 100 Mlds (?) de dettes effacées) que Europe/FMI/ZE/privés ont déjà donnés. Qu'on ne ressasse pas l'histoire des banques (c'est l'argument type des gauchistes de salon), l'argent est bien allé, in fine, en Grèce.
S'il n' y a pas de gouvernance, cela ne marche pas.
Je ne nomme pas deux pays (vous les connaissez) qui sont extrêmement riches et cela ne fonctionne pas non plus chez eux à cause du manque de gouvernance.
Cordialement
Réponse de le 20/07/2015 à 6:32 :
je constate que mon commentaire a disparu : quand on s'attaque aux fonctionnaires ou aux impôts alors là c'est fini !!! ce sont pourtant les deux maux de notre société
a écrit le 18/07/2015 à 14:15 :
On va vite s'apercevoir que Mr Schauble était le seul crédible dans cette affaire grec. Sans parler de Mr Hollande qui profitant de la constitution française peut donner des milliards sans même se justifier devant le parlement, Mme Merkel a encore cédé devant le diktat américain. Sous la menace géopolitique bidon que beaucoup de journalistes relayent , on a décidé de continuer à ruiner nos enfants dans cet illusion d'une monnaie commune sans règles. Mr Schauble restera comme un visionnaire victime du laxisme de cette Europe sans tête !
Réponse de le 18/07/2015 à 16:05 :
Le laxisme c'étaient les dévaluations successives en France solution de facilité. Le Mark se réévaluant souvent obligeaient les entreprises à améliorer leur compétitivité. Le résultat on le connaît en France et l'euro nous oblige justement à nous réformer malgré l'opposition d'une population vivant de prébendes et qui ne veut rien changer.
La France a perdu ses défenses immunitaires.
a écrit le 18/07/2015 à 14:15 :
bravo Wolfgang. Clap clap Tu es un vrai mec devant ces Grecs et ces Francais Continuons le combat. On les aura leur peau ha ha
a écrit le 18/07/2015 à 13:40 :
Rien n'est joué, l'eurogroupe n'aura fait que gagner du temps. Le Grexit aura bien lieu, ce n'est qu'une question de temps.
a écrit le 18/07/2015 à 13:34 :
Nuance !! le parlement allemand n a pas voté pour un 3 eme plan d´ aide . Il a donné son accord pour la reprise de négociations pour un 3 eme plan d aide.
C est loin d être la même chose !!!
a écrit le 18/07/2015 à 13:34 :
Nuance !! le parlement allemand n a pas voté pour un 3 eme plan d´ aide . Il a donné son accord pour la reprise de négociations pour un 3 eme plan d aide.
C est loin d être la même chose !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :