Hongrie : Orbán veut expulser les ONG financées par Soros

 |   |  839  mots
Victor Orbàn a déjà menacé plusieurs fois d'autres ONG avant de s'en prendre à celles financées par Georges Soros.
Victor Orbàn a déjà menacé plusieurs fois d'autres ONG avant de s'en prendre à celles financées par Georges Soros. (Crédits : REUTERS/Lazslo Balogh)
Le Premier ministre Victor Orbán et Szilárd Németh, vice-président du parti au pouvoir Fidesz ont récemment tenu des propos hostiles à l'encontre des organisations humanitaires soutenues par le milliardaire américain George Soros. Si le gouvernement hongrois met ses plans à exécution, cela pourrait contribuer à affaiblir encore plus la démocratie dans un pays où les contre-pouvoirs sont de plus en plus menacés, voire inexistants.

Le Premier ministre durcit encore le ton sur le travail des organisations non gouvernementales en Hongrie. Selon Reuters, Szilárd Németh, vice-président du parti au pouvoir Fidesz a déclaré que toutes les organisations de la société civile financées par le milliardaire George Soros "devraient être expulsées du pays."

GEORGE SOROS ESTIME QUE BERLIN DOIT FAIRE DES CONCESSIONS À ATHÈNES

Le milliardaire Georges Soros finance plusieurs organisations à but non lucratif dans le monde. Crédits : Reuters.

Pour Orbán, les ONG favorisent les flux migratoires

Pour justifier une telle volonté, le dirigeant Hongrois a ainsi indiqué à l'agence que les ONG, qui recevaient de l'argent issu de l'étranger, permettaient "d'organiser les flux de réfugiés et d'accélérer les migrations". Le vice-président du parti conservateur a ajouté selon une vidéo postée sur le site HirTV que "ces organisations doivent être repoussées avec tout leur matériel [...]Et à présent, je pense que le contexte internationale le permet".

George Soros, né à Budapest en 1930 a donné selon le Financial Times des centaines de millions d'euros dans des programmes pour les associations de droits humains et des groupes de lutte contre la corruption dans des pays de l'ex-bloc communiste. Ces financements se font par le biais de l'Open society foundations qui est un réseau de fondations crée par le milliardaire en 1979.

Selon le porte-parole du gouvernement Zoltan Kovacs, le point de vue de Németh ne représente pas celui de l'exécutif au pouvoir. De son côté, Victor Orbán a indiqué dans une interview sur le site 888.hu que Soros devait "être exclu" de chaque pays européen et que les ONG seraient surveillées "pour trouver les intérêts qu'elles pouvaient représenter". Il avait ajouté que "l'année prochaine (ndlr : 2017) sera consacrée à évincer Soros et les pouvoirs qui le symbolisent".

Mais le flou sur les véritables volontés d'Orbán persistent. L'association de défense des droits TASZ a ainsi déclaré sur sa page Facebook que "nous ne savons pas exactement ce le gouvernement prévoit contre les organisations civiles mais nous sommes effrayés par les commentaires".

Une méfiance des ONG ancrée dans sa doctrine

La méfiance du Premier ministre hongrois à l'égard des ONG n'est pas récente. Pour le dirigeant, ces organisations sont "composées d'activistes politiques dont le but est d'imposer les intérêts étrangers en Hongrie". Le gouvernement a d'ailleurs mis en place un office de contrôle nommé Kehi qui est chargé de surveiller ces associations. En 2014, 58 ONG ont été sommées de dévoiler tous leurs dossiers et les noms des bénéficiaires comme le rapporte Libération. Des complots ont même été employés pour légitimer ces méthodes. "Les ONG russes des droits de l'homme étaient soupçonnées d'être des agents anglo-saxons. Leurs homologues hongroises - Transparency International Hongrie, des associations de soutien aux minorités, aux roms, aux LGBT... - seraient des espions venus... de Norvège." L'office de contrôle avait évoqué un complot scandinave en débutant son enquête : "Le complot norvégien est dévoilé. Les pistes mènent aux libéraux de gauche - soutenus par les Vikings -, au parti écolo et au lobby homosexuel."

En 2015, Amnesty International avait dénoncé la répression du gouvernement envers les ONG dans un rapport :

"Ça a commencé avec des déclarations extrêmement diffamantes touchant l'intégrité et la réputation de ces ONG. Des accusations de liens avec des partis politiques ou de versements de fonds irréguliers."

John Dalhuisen, le directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International avait qualifié les procédures lancées par le gouvernement contre les ONG de "chasse aux sorcières."

Une méthode inspirée de la Russie

Victor Orbán qui prône "l'illibéralisme" s'est largement inspiré du modèle russe pour intimider les organisations humanitaires. Dans une analyse rapportée par Slate, le directeur du Political Institute Péter Kreko expliquait que :

"Orbán suit clairement le modèle russe, et ce pour trois raisons :

  •  Discréditer les ONG en les labellisant "agents étrangers"
  •  Essayer de leur couper les vivres, en récupérant les 13,5 millions d'euros alloués en cinq ans par la Norvège
  • Construire un pseudo secteur associatif docile, financé par le gouvernement.Unique espoir des ONG: attirer l'attention et capitaliser sur leur position de victime afin de renverser la vapeur."

Bien avant de devenir le Premier ministre hongrois prônant une politique anti-migratoire très dure, Victor Orbán avait reçu une bourse scolaire financée par le milliardaire George Soros pour aller étudier à Oxford. Des décennies plus tard, il fait la guerre aux organisations financées par le même Soros pour affirmer son pouvoir pendant que les citoyens hongrois délaissent de plus en plus sa politique contre les réfugiés comme l'a récemment montré l'annulation du référendum à ce sujet, faute de participation suffisante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2017 à 11:19 :
Je suis un peu surpris (et déçu) du parti pris de cet article.
Ainsi donc les journalistes de "La tribune" ne comprennent pas qu'un gouvernement démocratiquement élu veuille contrôler les activités d'ONG financées depuis l'étranger?
Qu'est ce qui se passe à "La tribune"?
a écrit le 14/01/2017 à 3:26 :
Orban veut protéger son pays ce qui parait scandaleux chez nous. C'est ça le plus inquiétant. Les ONG sont des instruments. Ce n'est pas nouveau...
a écrit le 13/01/2017 à 15:31 :
Les méthodes sont tout à fait condamnable, mais la recherche d'une transparence sur toutes les ONGs pour savoir qui elles sont, qui les finance, ne serait pas du luxe, d'autant plus que certaines d'entre elles n'hésitent pas à venir nous donner des leçons. Mais au nom de quoi ???
a écrit le 13/01/2017 à 14:35 :
Notez, pour ceux qui connaissent soros, il ne vaut pas mieux qu'orban...
Réponse de le 13/01/2017 à 16:12 :
Je dirais pire !!!!
Réponse de le 13/01/2017 à 16:45 :
Tout à fait. ONG n'est pas synonyme de qualité ou d'intégrité.
Le fait d'être milliardaire donne donc selon le journaliste le droit de financer des organisations qui pourront s'immiscer sans aucun contrôle.

Article déplorable niveau CM2.
Dès le lycée, on apprend le schéma thèse, anti-thèse, synthèse.

Allez, on va essayer d'aider le journaliste:
Thèse: Orban = bouh (si vous voulez, mais d'une il a été élu, de deux rien n'est jamais tout blanc ou tout noir).
Anti-thèse: là le journaliste aurait dû fouiller sur les ONG de Soros, et il aurait vu que c'est bouh aussi.
Synthèse: un contrôle démocratique des ONG serait parfois nécessaire (donc pas façon Orban, mais plutôt par la justice et autres organes)

Mais bon, c'est sûr, ça demande un peu plus de boulot. Sur les médias possédés par Soros et les autres millionnaires, on sait bien que ce n'est pas la peine d'attendre ce niveau d'exigence, mais sur la tribune, je pense que l'on devrait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :