Italie : le gouvernement annonce des mesures pour relancer la croissance

 |   |  498  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
La coalition populiste au pouvoir à Rome a adopté un ensemble de mesures, notamment des déductions fiscales à destination des entreprises, afin de tenter de relancer la croissance exsangue de la péninsule.

Pour essayer de contrecarrer la récession qui la guette, liée notamment au ralentissement de l'économie européenne, en particulier allemande, le gouvernement italien formé de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) a adopté dans la nuit un "décret-loi croissance", que le ministère des Finances a détaillé mercredi. Aussi, le gouvernement va allouer à ces mesures un total de 1,9 milliard d'euros sur trois ans : un milliard en 2019 puis 450 millions les deux années suivantes.

Le décret prévoit la poursuite jusque fin 2019 d'importantes déductions fiscales pour les entreprises investissant dans des machines ou de l'immobilier, et une baisse des impôts sur les sociétés, afin là aussi de favoriser les investissements, en berne dans le pays. La coalition entend aussi relancer les investissements publics, avec un budget de 500 millions d'euros alloué aux communes italiennes pour financer des travaux visant à favoriser les économies d'énergie ou la mise en sécurité des édifices publics, en particulier dans les zones sismiques.

De vives tensions entre la Ligue et le M5S

Avec ce décret, "nous donnons une forte impulsion à la reprise économique du pays, avec des mesures concrètes de soutien aux entreprises et aux investissements", a commenté le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, sur Facebook. Parmi les autres mesures, le décret prévoit la poursuite des aides à l'achat d'une première maison, des incitations financières pour pousser les jeunes diplômés à rentrer en Italie ou encore un système d'indemnisation des petits actionnaires et détenteurs d'obligations ayant été floués par la faillite de leurs banques.

Il vise par ailleurs à protéger les grandes marques historiques italiennes, en établissant que la marque est directement liée au site de production: si la production est délocalisée, l'entreprise en perd ainsi la propriété. Une première version du décret avait été validée début avril, mais de nouvelles discussions ont dû avoir lieu avant son adoption définitive la nuit passée.

Comme régulièrement au sein de la coalition, de vives tensions ont eu lieu entre la Ligue et le M5S, cette fois au sujet de "Salva Roma", une mesure visant à modifier le système de gestion de l'énorme dette de la ville de Rome accumulée depuis 2008, afin de réduire les intérêts qu'elle doit verser, ceci via une gestion directe du ministère des Finances avec les banques. Cette demande était portée par le M5S, qui dirige la capitale, mais le leader de la Ligue, Matteo Salvini, s'y est opposé, fustigeant la mauvaise gestion de la capitale par l'édile Virginia Raggi.

L'Italie est entrée en récession au second semestre 2018 et les experts ne sont guère optimistes pour cette année, les pronostics oscillant entre la poursuite de la récession ou une très faible hausse du PIB (Produit intérieur brut).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2019 à 14:37 :
Que le journaliste arrête le terme populiste. Le gouvernement italien est élu par la majorité des italiens ce qui n'est pas le cas en france où il suffit de 24% pour etre elu avec un systeme électoral anti démocratique. J'ajoute que le gouvernement italien s'attaque à la corruption et la mafia ce que ne fait pas le gouvernement francais bien au contraire. Alors, populiste avec cette condescendance arrogante du journaliste? Dites la vérité et arrêté de faire du journalisme de base. Je rappelle que le déficit budgetaire italien est tres nettement inférieur à celui du gouvernement francais, ceci sans les mesures non budgétées annoncées jeudi soir.
a écrit le 25/04/2019 à 12:36 :
Les anciens disaient , on ne peut pas peigner un diable qui n' a pas de cheveu....Je pense que c' est le mode de fonctionnement de l' Europe qui est en cause qui aide trop les pays de l' ancien bloc de Varsovie , au détriment des contributeurs et aussi le diktat Allemand et Macron en prend la pleine mesure .
a écrit le 25/04/2019 à 9:50 :
les caisses sont vides, et eux ils votent des salaires universels, des deductions d'impots et que sais je encore!
ils vont financer ca avec un grand emprunt patriotique?
hey, ils en ont deja fait un, les italiens eux memes n'etaient pas assez idiots pour y souscrire!
voila ce que c'est, des populistes braillards
a écrit le 25/04/2019 à 9:10 :
"La coalition populiste"

Je propose plutôt "la force du côté obscur", allez y carrément hein... Au point où vous en êtes dans le grotesque.

Par contre faut pas vous étonner que l’Europe se fascise hein, en espérant que ce soit juste par bêtise et non de façon volontaire que vous agissez de la sorte, parce que au final on peut sérieusement se poser des questions.
a écrit le 25/04/2019 à 8:44 :
les girouettes de la politique en FRANCE savent préserver leur apanage au détriment de la population qui va très mal .
a écrit le 25/04/2019 à 1:22 :
Comme certains commentateurs l'ont remarqué, ces mesures sont intéressantes et mériteraient d'être étudiées un peu plus sérieusement par la caste journaliste française (si tant est qu'elle ait encore les moyens intellectuels de le faire...).
a écrit le 25/04/2019 à 1:18 :
L' Italie populiste, nationaliste ne comprend pas, comme beaucoup de pays au sein de l'UE, que celle ci est pourtant leur planche de salut.
Coincé par les US à l'ouest, la Russie et la Chine à l'est, une Europe désunie est une cible de choix. L'histoire démontrera une nouvelle fois que si l'Union fait la force le nationalisme mène à la guerre.Il sera alors trop tard, sauf pour pleurer et maudire les inconséquents.
a écrit le 24/04/2019 à 23:51 :
C est une politique parfaitement absurde. Vouloir empecher la recession c est comme vouloir empecher le soleil de se coucher a la fin de la journee. Cela ne menera a rien.
a écrit le 24/04/2019 à 23:38 :
Pas mal l'idée de perdre le nom de la marque quand la production est délocalisée.
a écrit le 24/04/2019 à 20:20 :
L'Italie est une nation exportatrice, qui souffre du recul du commerce mondial tout comme l'Allemagne. Inutile de mettre ça sur le dos des popullistes....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :