L'Italie est entrée en récession fin 2018

 |   |  390  mots
Malgré cette mauvaise nouvelle, le Premier ministre italien Giuseppe Conte reste optimiste, se disant confiant dans le fait que l'économie italienne repartirait au deuxième semestre 2019.
Malgré cette mauvaise nouvelle, le Premier ministre italien Giuseppe Conte reste optimiste, se disant confiant dans le fait que l'économie italienne repartirait au deuxième semestre 2019. (Crédits : Alessandro Bianchi)
Le produit intérieur brut de la péninsule a diminué de 0,2% au quatrième trimestre après une baisse de 0,1% au troisième trimestre, a indiqué jeudi l'Istat (Institut national des statistiques). La croissance italienne est affectée par la frilosité des entreprises transalpines dans le cadre du ralentissement de l'économie européenne, notamment allemande, et des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

L'Italie est entrée en récession fin 2018, son PIB ayant reculé pour le deuxième trimestre consécutif, affecté par le ralentissement de l'économie européenne et les tensions commerciales internationales.

Le Produit intérieur brut a diminué de 0,2% au quatrième trimestre après une baisse de 0,1% au troisième trimestre, a indiqué jeudi l'Istat (Institut national des statistiques). Une "récession technique" se caractérise par deux trimestres consécutifs de recul du PIB.

Le Premier ministre Giuseppe Conte reste confiant

Le Premier ministre Giuseppe Conte avait annoncé mercredi s'attendre à une nouvelle contraction de l'économie au quatrième trimestre, mais s'était dit confiant dans le fait que celle-ci repartirait au deuxième semestre 2019.

En septembre, le ministre italien des Finances Giovanni Tria assurait même que la croissance sera de 1,6% en 2019 en Italie et qu'elle permettra de réduire l'endettement, en dépit d'un déficit public à 2,4% du PIB, dans un entretien dimanche avec le journal économique Il Sole 24 Ore.

Lire aussi : L'Italie mise sur une croissance de 1,6% en 2019

Sur l'ensemble de l'année 2018, la croissance atteint 0,8%. La baisse survenue au troisième trimestre intervenait après 14 trimestres consécutifs de petite hausse.

La croissance italienne est affectée par le ralentissement de l'économie européenne, notamment allemande, les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et la prudence des entreprises italiennes qui ont tendance dans ce contexte à investir moins.

Complications supplémentaires pour la coalition populiste au pouvoir

Ce climat morose risque de compliquer les plans de la coalition populiste au pouvoir, qui a bâti son budget sur une croissance de 1% l'an prochain, une prévision jugée très optimiste par les experts et institutions internationales.

La Banque centrale italienne et le Fonds monétaire international (FMI) prévoient de leur côté une hausse du PIB de 0,6% en 2019, tandis que l'agence de notation Standard & Poor's table sur 0,7% et le cabinet Oxford Economics sur 0,3%.

Certains sont encore plus pessimistes, comme Lorenzo Codogno, ancien économiste en chef du Trésor italien et désormais à la tête du cabinet LC Macro Advisors, qui prévoit un recul du PIB de 0,2%.

L'Italie avait été durement frappée par la crise économique et avait même connu une récession en 2012-2013. Depuis 2014, elle n'avait retrouvé qu'une croissance exsangue.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2019 à 21:02 :
ces extrémistes qu' on aime ou pas ont hérité d' un train sorti de ses rails , le système Européen fait sur mesure pour l' Allemagne montre ses limites et eux mêmes sont pris au piège 1% voir moins de croissance pour 2019....Il faut profiter des élections du mois de Mai pour rebattre les cartes et sortir de ce 3% de déficit , calculé sur de la croissance .
a écrit le 31/01/2019 à 17:54 :
Ca fait longtemps que l'Italie n'est pas en forme par contre l'Allemagne elle... Bref, l'UE plonge.

"Le PIB allemand pourrait avoir crû de 0,1% au 4e trimestre, selon IfW" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1PP27Q/le-pib-allemand-pourrait-avoir-cru-de-0-1-au-4e-trimestre-selon-ifw.html
a écrit le 31/01/2019 à 17:36 :
Les gouvernements dits "modérés" ont encaissé combien de récession eux?
a écrit le 31/01/2019 à 15:38 :
C est toute la zone euro qui chute l Allemagne sera en dessous de 1 pour cent
La France chute aussi il fait se poser des question sur l opportunités de maintenir cette zone
a écrit le 31/01/2019 à 13:59 :
quelle surprise!
des extremistes prennent le pouvoir, explique que s'endetter c'est pas un pb, laisser filer le deficit c'est pas un pb ( les allemands vont payer), faire un revenu minimum pour tous paye par personne ( les allemands paieront), on distribue les cadeaux ( les allemands paieront)
bon, on fait une emission de dette patriote pour financer ca, l'italien n'etant pas bete il n'y soscrit pas, par contre commence a se mefier, pareil pour les boites!
on attend la suite avec impatience!
Réponse de le 31/01/2019 à 18:41 :
Tu sais lire " et avait même connu une récession en 2012-2013" , sous Mario Monti en plus.
a écrit le 31/01/2019 à 13:40 :
Nous aurait-on menti? Je croyais qu'il n'y avait qu'à et qu'il fallait qu'on. Eh ben, je suis déçu.Quand je pense que les populistes d'extrême droite et d'extrême gauche allaient nous éblouir par leur génie.On ne sait vraiment plus à quel saint se vouer !
a écrit le 31/01/2019 à 12:58 :
le T4 teuton est prevu a quelle date?
a écrit le 31/01/2019 à 12:26 :
La mauvaise nouvelle pour l'Europe c'est que les récessions font souvent le miel des populistes. Faut juste trouver un coupable. Signore Salvini, vous n'auriez pas une idée par hasard, une dernière avant de faire vos bagages ?
Réponse de le 31/01/2019 à 15:05 :
Il en a trouvé un au Milan AC Gonzalo Higuain qui va changer de club et qui a été qualifié de mercenaire et de traitre. Plus peut-être Macron.
Réponse de le 31/01/2019 à 16:26 :
La situation actuelle n'est qu'une conséquence, n'en faites pas une cause! Cherchez plutôt les véritables données du problème avant d'en blâmer ceux qui ont été élue pour les résoudre!
a écrit le 31/01/2019 à 12:14 :
Vote contre les eoliennes
a écrit le 31/01/2019 à 11:58 :
"J'espère que le peuple Italien pourra se libérer rapidement de ce très mauvais gouvernement"...et oui M.Salvini, pour monter à l'arbre mieux vaut avoir les fesses propres. L'arroseur arrosé ! :-)
a écrit le 31/01/2019 à 11:41 :
Tant mieux, c'est écologique. La croissance doit être combattue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :