L'inflation au plus haut depuis 25 ans en zone euro

En zone euro, l'inflation a enregistré une accélération inattendue en décembre pour atteindre un nouveau plus haut historique, montrent les chiffres publiés par Eurostat. Sur ce dernier mois de l'année, l'augmentation annuelle des prix de l'énergie a atteint 26%, loin devant les autres composantes, a indiqué Eurostat.

3 mn

Parmi les grands pays, l'Espagne (6,7%) et l'Allemagne (5,7%) ont connu les plus fortes hausses le mois dernier, dépassant la moyenne européenne. A l'inverse, les prix sont restés plus sages en Italie (4,2%) et surtout en France (3,4%), selon les données européennes harmonisées calculées par Eurostat.
Parmi les grands pays, l'Espagne (6,7%) et l'Allemagne (5,7%) ont connu les plus fortes hausses le mois dernier, dépassant la moyenne européenne. A l'inverse, les prix sont restés plus sages en Italie (4,2%) et surtout en France (3,4%), selon les données européennes harmonisées calculées par Eurostat. (Crédits : Ralph Orlowski)

La fièvre des prix n'est pas retombée à la fin de l'année 2021. La hausse des prix à la consommation dans les 19 pays utilisant la monnaie unique a été de 5% sur un an en décembre, après une hausse de 4,9% le mois précédent, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient un taux d'inflation de 4,7%. Du jamais vu depuis le début de ses estimations en janvier 1997, selon Eurostat. Le précédent record se situe en 2008, lors de la crise financière, avec une inflation à plus de 4% pendant l'été.

Ces chiffres sont largement au-dessus de l'objectif de la Banque Centrale Européenne (BCE) d'une inflation à 2% dans la zone euro. Mais, pour l'institution monétaire, cette inflation est transitoire et devrait diminuer en 2023, après un pic atteint en 2022.

Malgré un léger coup de frein, l'énergie à un niveau élevé

La hausse des prix de l'énergie est estimée à 26% en rythme annuel, ce qui marque un léger ralentissement après la hausse de 27,5% le mois précédent, précise Eurostat. Les prix du gaz et de l'électricité ont contribué en grande partie à cette envolée de l'indice général des prix.

De leur côté, les prix de l'alimentation, de l'alcool et du tabac devraient avoir augmenté de 3,2% sur un an (contre +2,2% en novembre) et ceux des biens industriels hors énergie de 2,9% (après +2,4%).

Légère hausse de l'inflation sous-jacente

L'inflation dite de base, c'est-à-dire hors énergie et produits alimentaires non transformés, a augmenté de 2,7% en rythme annuel contre 2,6% en novembre. Une mesure plus étroite encore qui exclut également l'alcool et le tabac affiche une hausse de 2,6% sur un an, comme le mois précédent.

L'inflation est restée stable en France

En France, l'indice des prix à la consommation est restée stable entre novembre et décembre à 3,4%. Parmi les autres grandes puissances, l'Espagne (6,7%) et l'Allemagne (5,7%) enregistrent des niveaux élevés. L'inflation en Allemagne marque néanmoins le pas par rapport à novembre (6%) alors qu'elle a accéléré dans la péninsule ibérique (5,5%). Lors de ses voeux à la presse ce vendredi 7 janvier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a déclaré :

"Ce qui est frappant est que l'inflation en France est stabilisée. C'est un évidemment un sujet que nous regardons de très près. De l'avis de Christine Lagarde et la BCE, cette inflation est temporaire. Personne ne pense que nous sommes entrés dans un cycle de hausse de plusieurs années en Europe. Cela va amener la banque centrale européenne à faire évoluer sa politique monétaire notamment sur les rachats d'actifs dans les prochains mois. Ce qui se passe aux Etats-Unis n'est pas ce qui se passe en Europe. Nous avions averti sur les risques de surchauffe aux Etats-Unis."

A quelques semaines de la présidentielle, la question du pouvoir d'achat est au centre des préoccupations. L'explosion des prix alimentaires et des prix de l'énergie pourraient bien assombrir le bilan du gouvernement.

(avec agences)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/01/2022 à 3:53
Signaler
Christine vous dit que tout va bien, tout comme son alter ego lemaire vous savez, le sinistre de l'economie. Il faut les croire.

à écrit le 08/01/2022 à 3:32
Signaler
Ce que dit lagarde vient essentiellement de New-York.

le 09/01/2022 à 18:28
Signaler
Ce que dit Lagarde vient essentiellement de Paris. Elle est là pour obéir au gouvernement français qui doit composer avec une dette publique incompatible avec un niveau élevé de taux d'intérêt. Dommage que Merkel ne se soit pas plus battue que cela p...

à écrit le 07/01/2022 à 19:43
Signaler
Pourquoi la BCE ment-elle comme cela ? Il est évident que l'inflation ne sera pas transitoire. Y a-t-il encore des naïfs pour croire ce que dit la BCE ?

à écrit le 07/01/2022 à 19:38
Signaler
et la madame la marquise de la BCE qui nous chante que tout va très bien. Son donneur d'ordre élyséen devrait se méfier: rouler dans la farine "en même temps" les retraités, les classes moyennes inférieures et les pauvres, ça peut coûter une élection

à écrit le 07/01/2022 à 17:57
Signaler
C'est fou que l'europe suive à ce point les états unis dans les fluctuations économiques ? On pourrait peut être moins dépendant de washington et lier des relations économiques avec d'autres pays ,le monde est vaste ..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.