L'UE prolonge de six mois les sanctions économiques contre la Russie

 |   |  358  mots
En mars 2015, les dirigeants européens avaient décidé de lier la durée de ces sanctions à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk, censés permettre une trêve des combats et un début de dialogue politique entre rebelles et gouvernement de Kiev.
En mars 2015, les dirigeants européens avaient décidé de lier la durée de ces sanctions à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk, censés permettre une trêve des combats et un début de dialogue politique entre rebelles et gouvernement de Kiev. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
Attendue, cette décision fait suite aux informations que le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont récemment communiquées sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des accords de Minsk.

L'Union européenne a formellement prolongé mercredi de six mois les sanctions économiques qu'elle avait décrétées contre la Russie pour son soutien présumé aux rebelles séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

Cette décision était attendue. Elle fait suite aux informations que le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont communiquées à leurs homologues européens jeudi dernier lors d'une sommet de l'UE à Bruxelles, sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des accords de Minsk.

En mars 2015, les dirigeants européens avaient décidé de lier la durée de ces sanctions à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk, censés permettre une trêve des combats et un début de dialogue politique entre rebelles et gouvernement de Kiev.

Des relations tendues

Mais faute de trêve sur le terrain, où les combats ont plutôt repris de l'intensité ce printemps, les Européens ont jusqu'ici reconduit les sanctions de six mois en six mois. Ils accusent Moscou de soutenir en sous-main les rebelles, qui ont instauré des républiques séparatistes dans les zones qu'ils contrôlent. La Russie nie toute implication dans le conflit.

Ces sanctions avaient été initialement instituées le 31 juillet 2014, pour une durée d'un an, "en réaction aux actions de la Russie déstabilisant la situation en Ukraine" où le conflit dans l'Est a fait plus de 10.000 morts en trois ans, rappelle l'UE dans un communiqué. Ces mesures, renforcées en septembre 2014, ciblent les secteurs financier, de l'énergie et de la défense, ainsi que le domaine des biens à double usage civil et militaire.

L'UE a par ailleurs imposé des sanctions à près de 150 personnalités, dont des proches du président russe Vladimir Poutine, inscrits sur sa "liste noire". Leurs avoirs détenus par des banques européennes sont par conséquent gelés et elles sont privées de visas pour l'UE.

Ces lourdes sanctions empoisonnent les relations entre Bruxelles et Moscou, qui a répliqué en instaurant un embargo sur les importations agroalimentaires depuis l'UE, toujours en vigueur.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2017 à 18:50 :
C'est une décision stupide.....il est vrai que nos dirigeants préfèrent le Qatar, l'Arabie saoudite etc.....nous avons tant de points communs.....
a écrit le 28/06/2017 à 14:58 :
Je pense que l'UE devrait se détacher totalement de la Russie. Ce serait bénéfique pour les Russes qui comprendraient enfin que leurs intérêts sont ailleurs et qu'ils peuvent vivre en autarcie avec quelques partenaires commerciaux dépolitisés :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :